h1

Cette fille c’était mon frère, Julie Anne Peters

juin 10, 2016

9782745978363_1_75Résumé : Regan voudrait juste être une ado comme les autres. Mais comment trouver sa place dans l’ombre d’un frère génial et populaire ? Un frère dont elle est la seule à partager le secret. Un secret qui ne veut plus l’être et qui va tout bouleverser.

Avis : Ce livre m’a soulevé du sol, m’a secoué dans tous les sens, avant de me balancer par terre. Ce livre est blessant. Il fait mal parce qu’il sonne juste, parce qu’il parle d’intolérance, de sexisme, de douleur à l’état pur. Cette douleur de pas pouvoir être soi-même, jamais, à cause des autres. Cette douleur c’est ce que ressent Liam tous les jours de sa vie, parce qu’il est une fille et parce qu’il ne peut pas l’être. Sans arrêt à devoir jouer le rôle d’un garçon, alors que sa vraie lui est Luna. La seule qui connait son secret c’est Regan, sa petite soeur, et elle le protège, l’aide et l’accepte (ou essaie en tout cas). 

Leur relation est déchirante, parce qu’ils s’aiment plus que tout mais se font du mal. Parce que Liam compte tellement sur Regan qu’elle n’a plus de vie pour elle (ou qu’elle finit par fuir elle-même). Le problème c’est qu’ils ont des parents totalement fermés d’esprit, une mère drogué à toutes sortes de médocs, jamais à l’écoute, et un père pour qui « chacun son rôle », les filles à la cuisine, les garçons font du sport. Comme ça, ça peut paraître cliché, mais en vrai, beaucoup de personnes pensent comme ça, veulent faire de leurs enfants des miroirs d’eux mêmes et les font souffrir parce que « non les paillettes c’est pour les filles et les action mans pour les garçons ». Du coup j’ai trouvé ça vraiment réaliste et encore plus douloureux, parce que je me suis dis que Liam et Regan existaient vraiment quelque part, qu’ils étaient sans doute les enfants de quelqu’un.

Le transgenre, on n’en parle jamais, la transsexualité c’est tabou, alors peu de gens y pensent, et surtout peu de gens le comprennent. Pourtant voilà, comme ici, Liam est une fille bloquée dans le corps d’un garçon, elle sait qu’elle est une fille, c’est ce qu’elle est et elle voudrait pouvoir vivre librement ce qu’elle est. Sauf qu’elle est coincé dans le mauvais corps et qu’on lui demande de jouer le rôle d’un garçon « les garçons sont ceci, cela », Luna se retrouve enfermée en elle-même et souffre. Et à travers elle, sa petite sœur souffre aussi. 

Toute l’histoire est vécue à travers Regan, et c’est douloureux dès les premiers mots. On ressent le mal être de Regan, le mal être de Liam, et même le mal être de leur famille. Regan est une fille hyper renfermée sur elle, qui ne vit qu’à travers Liam, que pour Liam. Elle veut à tout prix protéger son frère, sauf que voilà, son frère est en train de vouloir faire sortir Luna, de vouloir être Luna tout le temps, et pas seulement la nuit. Et tout ça va jouer sur la vie de Regan.
Regan qui va rencontrer Chris au lycée, et tout doucement vouloir une vie à elle, vouloir qu’on l’aime elle.

La relation de Regan et Liam peut être déchirante par moment, ils s’aiment, se détestent, se jalousent, ont besoin l’un de l’autre. Et c’était une relation absolument magnifique, un frère et une sœur (ou même deux sœurs) qui s’aiment, Regan soutient Liam/Luna, sans elle son frère aurait sûrement finit par faire une bêtise, elle l’a aidé, a tout fait pour lui. Mais Regan veut aussi pouvoir vivre pour elle et pas seulement pour Liam. 

C’est déjà dur d’être ado, mais alors être ado et vivre cette situation doit être horrible. Surtout quand on ne reçoit aucun soutient de la part de ses parents. Heureusement que Liam a sa sœur, mais beaucoup d’adolescent(e)s doivent sans doute vivre ça seul(e)s, et ça me brise. Pourquoi ne peut-on pas juste accepter les personnes telles qu’elles sont? Aimer nos enfant comme ils sont et non pas calquer sur eux quelque chose que nous désirons nous?

La fin m’a fait pleurer un peu plus, elle est magnifique, émouvante. J’aurais pourtant voulu un épilogue. Je ne voulais pas lâcher Luna, je ne voulais pas lâcher Regan, je voulais savoir pour après. Mais on doit les laisser à leur vie et on peut juste espérer. 

Ce livre devrait être lu par un maximum de personne, je regrette tellement que ce sujet ne soit pas plus souvent abordée en littérature. Et ce livre le fait vraiment bien, tout en traitant du problème du sexisme, de comment on enferme les gens dans « des rôles », et en parlant d’adolescence aussi.

C’était juste une claque, et c’était beau et dur. 

Mon ressenti : 
tumblr_nzeci7e0tl1v1ks7ho2_500
x5uy7gm

Passages post-itées : 
« – Liam? 
Il a lâché un petit rire. 
– C’est qui ça ? Une caricature que j’ai créée. Une marionnette, des grimaces, un personnage de BD. Je suis une image calquée sur le fils viril et macho que Papa a dans la tête. »

« Liam avait raison : les gens ne parlent pas des garçons et des filles de la même façon. Ils attendent un comportement différent selon le sexe. Et quand les enfants ont une attitude « hors rôles », comme disait Liam, ils reçoivent l’étiquette de « garçon manqué » ou de « chochotte ». »

En plus : il faut savoir que je veux lire ce livre depuis des années. Normalement publié sous le titre « le secret de Luna » il était introuvable. Je suis vraiment heureuse qu’il ait été réédité, malheureusement, il n’est pas plus trouvable en librairie qu’avant. C’est un livre qui n’est pas du tout mis en avant, et je le regrette, parce qu’au contraire, on devrait parler de ce livre. Parler des personnes transgenre. Essayer d’ouvrir les esprits !
Je suis idéaliste je sais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :