Archive for mars 2019

h1

Le Roi Magicien, Lev Grossman

mars 25, 2019

41ig6n8wLiL._SX195_Peut-être que lire cet avis peut vous spoiler le tome 1.

Résumé : Le temps a passé depuis les aventures contées dans Les Magiciens. Quentin, Julia, Eliot et Janet sont désormais les souverains de Fillory, le royaume magique de leurs lectures enfantines. Mais le merveilleux tourne parfois au noir. Et de graves incidents troublent la quiétude du château royal. Un oracle de mort et de destruction tombe sur le pays enchanté.
Énigmes et menaces entraînent Quentin et Julia dans un nouveau périple. La quête qui les attend passe par l’Amérique dont ils sont issus, elle traverse l’école de Brakebills, s’attarde à Venise pour y rencontrer un dragon, plonge entre les mondes et jusque dans l’au-delà. Les sept clés d’or sauveront-elles Fillory ? Et le plus grand mystère ne viendrait-il pas de Julia elle-même, dont la découverte de la magie a suivi un cheminement obscur ?

Avis : C’est un abandon pour ce deuxième tome. Je n’ai pas réussi à dépasser les deux pages et je sentais que j’allais avoir une panne de lecture si j’insistais, donc j’ai décidé, avec regret, d’arrêter. Pourquoi ? Je n’aime aucun personnage dans ce roman, et je trouve que c’est long, que rien ne se passe, qu’on fait des tours et des détours pour en arriver au vif du sujet. Je fais une chronique parce que j’avais besoin d’en parler. Je trouve que c’est bien écrit, j’aime même beaucoup ce qui découle de l’histoire, je trouve que Q est un héro hors du commun, mais simplement je n’accroche pas, je trouve ça longuet voilà. Dommage, parce qu’il y avait beaucoup de potentiel. Mais je vais rester sur la série, car contrairement à ce tome 2, je l’aime beaucoup.

Phrases post-itées (parce que j’ai quand même post-ité des phrases) :
« La seule pénurie dont souffrait l »économie de Fillory, c’était une pénurie de pénuries. »

« Plus on monte haut, plus on se rend compte qu’on est tout petit. »

« Mais quand on ne vous demande presque rien, vous finissez par vous persuader que vous n’avez rien à donner. »

Mon avis sur :
Le tome 1

Publicités
h1

Journal d’une princesse tome 4 : Paillettes et Courbettes, Meg Cabot

mars 19, 2019

untitledRésumé : En visite officielle à Genovia, Mia apprend son futur métier de princesse héritière : discours, inaugurations, dîners mondains.
..
A sa façon, bien sûr ! Mais plus important que tout, elle sait enfin que Michael, son grand amour secret, l’aime aussi.

Pourtant il y a un problème : comment faire, à 14 ans et 8 mois, pour être sûre qu’un garçon restera amoureux de vous toute la vie ?

Avis : Mia est à Genovia et c’est l’ennuie total pour elle. Non seulement elle est surchargée de trucs à faire, mais en plus elle est loin de Michael, qu’elle considère comme étant l’homme de sa vie. Sauf que voilà, elle va commencer à se poser des questions sur ce que ressent Michael pour elle, et si elle avait mal compris?

Ce tome 4 m’a un peu saoulé, déjà parce qu’il ne se passe pas grand chose et que j’ai trouvé ça hyper répétitif, plus que les autres. Mia a très peu confiance en elle, et c’est dommage parce qu’elle est hyper intelligente, elle a de l’humour, elle est mignonne, et si Michael le voit, c’est bien qu’il lui trouve quelque chose. Je peux me reconnaître en Mia par son manque de confiance, mais même comme ça, j’avais parfois envie de la secouer pour qu’elle se bouge. Lilly est une personne hyper toxique, dès qu’elle parle à Mia elle trouve toujours le moyen de la rabaisser, alors je suis pas étonnée de voir que Mia a un complexe d’infériorité. Et Michael est juste parfait, c’est une vraie crème. Alors que je continue de détester la grand-mère de Mia.

En gros, j’aime bien cette saga finalement, c’est doudou niais mais mignon, un peu chiant par moment, mais facile et agréable à lire. C’était ce dont j’avais besoin à ce moment là, donc ma lecture a été douce.

Ps : les personnages de ce livre n’ont rien pigé à Jane Eyre.

Mon avis sur :
Le tome 1
Le tome 2
Le tome 3

h1

Les Magiciens, Lev Grossman

mars 17, 2019

LHYZU44Résumé : Quentin Coldwater est comme tous les adolescents : mélancolique, incompris, prisonnier d’un monde désespérément barbant. Et voilà que sa vie est transformée du jour au lendemain quand il est recruté par Brakebills, une école conçue pour former les magiciens tels que lui. De quoi lui faire oublier Brooklyn et même les Chroniques de Fillory, les romans de fantasy où il se réfugiait pour tromper son ennui.

Avis : Cela fait pas mal de temps que je veux lire cette trilogie, et commencer la série m’a motivé pour me lancer dans cette lecture. Autant le dire tout de suite, ce n’est pas une lecture joyeuses. Quentin est clairement dépressif, il ne supporte pas le monde réel, se réfugie dans les bouquins de Fillory, et puis un jour il découvre qu’il peut devenir magicien et vivre dans une université qui apprend la magie. Il pense sincèrement que ça va améliorer sa vie et son quotidien, sauf que ce n’est pas le cas. La magie ne le rend pas plus heureux que le monde réel.

J’ai bien aimé ce livre, c’est assez approfondis et je dois dire que ça montre un côté de la magie que je ne trouve pas du tout appréciable. Les personnages sont tous plus ou moins détestables, mais j’ai adoré la relation qui se nouait entre les Physiques, surtout la relation entre Quentin et Eliot, que j’ai trouvé plutôt particulière.
L’histoire est sombre, rien à voir avec un gentil livre où la magie règle les choses, bien au contraire, elle a tendance à les compliquer. La magie est dangereuse, elle est aussi très difficile, il y a énormément de variantes pour apprendre à être magicien, et il faut connaître tout un tas de langues et d’autres trucs par cœur. Je dois dire que ça a l’air parfaitement chiant à mourir.
L’histoire se passe sur plusieurs années et se découpe en plusieurs parties. En général on a le droit à une mini histoire par chapitre. C’est un livre que j’ai trouvé très dense et assez dépressif, faut pas lire ça quand on va mal, c’est super sombre et ça donne très peu d’espoir.

Et bien que j’ai apprécié ma lecture, je préfère largement la série, ce qui est plutôt rare.

Phrases post-itées : 
« Tout cela ne faisait que confirmer son sentiment, à savoir que sa vie, sa vraie vie, celle qu’il aurait dû vivre, s’était égarée suite à quelque erreur de la bureaucratie cosmique. Il ne pouvait s’agir de celle qu’il vivait. Sa vraie vie avait été attribué à quelqu’un d’autre, quelque part, et il avait eu droit à cette vie de merde. »

« Il n’était pas douillettement niché dans une petite histoire où les torts étaient systématiquement redressés : il était dans le monde réel, où le malheur survenait sans raison aucune, où l’on payait pour des fautes qu’on n’avait jamais commises. »

« À force de vivre dans un monde monochrome, il était en proie à des hallucinations de couleurs. »

« On ne peut pas échapper à qui on est. »

« Il avait les réponses à ses questions, sauf qu’elles ne faisaient pas ce qu’on demande aux réponses : rendre les choses plus simples et plus faciles. »

h1

Journal d’une princesse tome 3 : Un amoureux pour Mia, Meg Cabot

mars 4, 2019

ob_d0ed7e3031b6af24497fec49f29eba6e_41bjobqgtjl-jpgRésumé : Ce n’est déjà pas facile d’être à la fois lycéenne à New York et princesse héritière de la principauté de Genovia. Voilà qu’en plus, Mia est amoureuse du frère de sa meilleure amie, Michael, qui ne semble pas du tout s’intéresser à elle… Que faire ? Se désespérer, faire semblant de s’intéresser à Kenny pour rendre Michael jaloux ? Renoncer ? Non, une Princesse ne renonce jamais !

Avis : Je ne savais pas quoi lire, et j’avais bien envie de continuer cette petite série. Cette fois-ci on va vraiment se centrer sur la vie amoureuse de Mia. Elle est dingue de Michael, le frère de Lilly, mais va se mettre dans la tête que Michael a une petite amie. Quand de son côté, elle se retrouve avec un petit copain dont elle n’est pas amoureuse, mais sans savoir comment casser avec lui sans le blesser.

C’est sur le même modèle que les deux premiers tomes, il ne se passe pas grand chose mais ça se lit bien et vite. Mia est finalement assez marrante (même si elle peut vraiment être hyper molle). Le pire c’est que je la trouve assez intelligente pour une gamine de quatorze ans, elle parle de pleins de trucs comme le capitalisme, mais elle gâche tout la seconde d’après en disant un truc débile sur ses seins. Je sais que c’est une ado, mais pfff, des fois ça se répète un peu trop. J’ai pas aimé sa façon d’être avec Kenny, j’ai pas trouvé ça sympa pour lui, sortir avec lui juste parce qu’elle veut pas lui faire de peine, c’est un peu craignos quoi. Sa grand-mère est vraiment exécrable comme dans les autres tomes, je pige pas son amitié avec Lilly alors qu’elles sont incapables de s’entendre, mais j’aime bien Tina, et j’ai aussi beaucoup aimé le styliste Sebastiano. Et bien sûr, j’adore Michael, il est trop chou, c’est une crème ce gamin.

Bon ça reste mignon, je l’avoue, et c’est pas prise de tête, c’est l’avantage.

Mon avis sur :
Le tome 1
Le tome 2

h1

Journal d’une princesse tome 2 : premier pas, Meg Cabot

mars 2, 2019

logo_12855Résumé : Non seulement Mia vient d’apprendre qu’elle est princesse de Genovia, mais voilà que, dans le cadre de ses futures fonctions, elle doit participer à une émission en prime time pour la télévision. Elle qui déteste son physique ! Et, pour couronner le tout, sa mère attend un bébé de son prof de maths. Heureusement, elle peut se confier à son journal.

Avis : Parce que j’ai une amie qui adore cette série, j’ai décidé de continuer ma lecture de celle-ci (quand bien même je n’avais pas aimé le tome 1 apparemment). Je dois dire que je ne me souvenais plus du tout du tome 1, mais ça n’a quand même pas été très dur de reprendre au tome 2. Il n’a pas du se passer grand chose au final. Cette lecture a été facile et rapide. C’est pas l’histoire du siècle, mais la lecture n’était pas non plus désagréable. C’était mignon on va dire.

Mia n’a pas beaucoup de caractère, elle se laisse un peu marcher dessus, que ça soit par sa grand-mère ou sa meilleure amie, et heureusement qu’il y a Michael pour la défendre un peu. Je trouve qu’elle se laisse un peu trop écrasé, qu’elle est un peu trop obsédée par ses seins aussi. Son amour pour Michael est choupi ceci dit. Je déteste de tout cœur sa grand-mère, je n’ai pas beaucoup aimé Lilly non plus dans ce tome-ci. Avec elle c’est un peu du « faites ce que je dis pas ce que je fais » et « c’est toujours la faute des autres jamais la mienne ». C’est gavant.

Après ça reste les histoires d’adolescences d’une fille qui se voit devenir princesse du jour au lendemain et qui n’a pas envie. Elle a un regard assez immature sur un peu tout ce qui l’entoure, mais comme ce qui l’entoure est assez immature de base, bah en fait ça rend les choses plutôt comiques. Il y a quand même des fois où j’ai eu envie de secouer Mia, mais bon.

C’était pas une mauvaise lecture, mais ça ne laissera pas une marque impérissable dans ma tête.

Mon avis sur :
Le tome 1

h1

Agatha Raisin enquête tome 4 : Randonnée mortelle, M.C. Beaton

mars 1, 2019

9782226322708_originalRésumé : Après un séjour de six mois à Londres, Agatha retrouve enfin ses chères Cotswolds – et le non moins cher James Lacey. Même si le retour au bercail de son entreprenante voisine ne donne pas l’impression d’enthousiasmer particulièrement le célibataire le plus convoité de Carsely.
Heureusement, Agatha est très vite happée par son sport favori : la résolution d’affaires criminelles. Comme le meurtre d’une certaine Jessica, qui militait pour le droit de passage de son club de randonneurs dans les propriétés privées des environs.
Les pistes ne manquent pas : plusieurs membres du club et quelques propriétaires terriens avaient peut-être de bonnes raisons de souhaiter sa disparition. Mais la piste d’un tueur se perd aussi facilement que la tête ou… la vie !

Avis : Je suis toujours aussi mordue de cette série. Chaque tome se ressemble sans pour autant être identique non plus. Ici, on se retrouve face à une peau de vache du nom de Jessica, qui milite pour que les randonneurs puissent passer sur les routes où des propriétaires se sont installés. Sauf qu’elle semble aller trop loin et on finit par la retrouver morte assassinée. Cette fois-ci Agatha ne va s’en mêler que parce qu’on va lui demander ce service. L’engageant un peu comme une détective privée. James va la suivre, et ils vont se faire passer pour un couple marié afin d’enquêter.

J’ai trouvé ce tome-ci bien plus rapide que les autres, je ne sais pas pourquoi. Les personnages y sont vraiment désagréables, et James et Agatha ne les apprécient pas tellement. Tout le monde a l’air plutôt coupable, mais j’ai eu une intuition sur qui pouvait avoir fait le coup et je ne me suis pas trompée. Peut-être que je commence à voir les ficelles de l’autrice, je ne sais pas. Mais ça ne m’a pas dérangé, j’étais super contente d’avoir deviné.

Les relations évoluent encore dans ce tome-ci, et la fin m’a beaucoup plu dans la direction qu’elle prenait. J’ai encore une nouvelle fois super hâte de pouvoir lire la suite.