Archive for juillet 2016

h1

Les chroniques de Tornor tome 1 : la tour de Guet, Elizabeth A. Lynn

juillet 15, 2016

9782757803462Résumé : Quand l’armée de Col Istor eut terminé son sanglant assaut sur le Donjon de Tornor, la légendaire tour de guet qui s’élevait à la frontière du pays de l’été, Ryke découvrit étonné qu’il était encore vivant. Captif et enchaîné, le jeune soldat attendait désormais la mort. Il avait vu Artor, Seigneur du Donjon, tomber sous les coups des assaillants, comme chaque homme ayant monté la garde sous ses ordres et tenté de défendre les portes.
Mais Col Istor avait besoin de Ryke, de ses talents de guerrier. Pour s’assurer sa coopération, il détenait en otage Errel, unique héritier d’Artor et ami intime de Ryke. Aussi ce dernier accepta-t-il de devenir commandant de la garde dans l’armée d’Istor. Mais toujours, au fond de ses pensées, demeurait la promesse que jadis il avait faite à Lord Artor…

Avis : Ce tome contient deux histoires, mais pour le moment je n’en ai lu qu’une seule « la tour de guet », comme les histoires sont indépendantes les unes des autres. Honnêtement je ne sais pas du tout si je lirai « Les danseurs d’Arun« , ni le troisième tome. Parce que ce premier tome m’a moyennement satisfait.

Nous commençons l’histoire avec Ryke, qui, pour sauver la vie de son prince, va accepter d’être le quatrième capitaine de Col Istor (celui qui a tué Artor le seigneur du fort de Tornor). Errel, lui, va devenir le bouffon des soldats. Jusqu’au jour du moins où ils arrivent à s’enfuir.
L’histoire en elle-même est plutôt banale j’ai trouvé. Ryke va vouloir tout faire pour tuer Col Istor et rendre son Fort au prince. L’originalité tient du caractère d’Errel, qui est assez détaché, qui ne semble pas tant attacher d’importance à tout ça. Contrairement à Ryke qui ne pense qu’à la guerre, Errel semble pacifiste. Tous les deux sont liés par la promesse de Ryke à Artor, et vont rester ensemble tout au long de l’histoire. J’aimais bien leur relation, mais au final je l’ai trouvé trop peu développé, j’aurais voulu un peu plus voir leur amitié, les discussions, leur vie ensemble. Mais j’ai trouvé que c’était très superficiel. Tout comme la relation de Sorren et de Norres, dont on parle à peine. Les événements m’ont paru survolé, on ne voit pas l’évolution se faire dans la tête de Ryke (qui est un connard machiste au possible et que j’ai eu envie de gifler plus d’une fois, mais l’intérêt était justement de le voir évoluer, sauf qu’on a l’impression de passer de l’un à l’autre presque).
Le style est très détaché, très rythmé, mais pas du tout empathique vis à vis des personnages, et du coup encore une fois c’est difficile de savoir ce qu’il se passe dans leurs têtes, certaines des réactions n’avaient aucun sens pour moi.
L’histoire va à la fois hyper lentement et est presque trop rapide. Il y a toute une phase de latence où Ryke et Errel vont apprendre à vivre autrement, et ça ne bouge guère, c’est longuet, et puis d’un coup il y a beaucoup d’action mais ça devient trop rapide.

L’histoire parle d’homosexualité et du combat des femmes dans un monde où elles sont juste bonnes à servir les hommes. Ce côté là aurait pu être intéressant, mais pareil, j’ai trouvé que ça restait trop en surface, qu’on voyait à peine la critique du monde patriarcale, que les femmes restaient quand même effacé face à Ryke, au final.

Au cours du livre, il y a plusieurs sortes de prophéties, mais comme je ne les ai pas du tout retrouvé durant ma lecture, je ne me suis pas dis « ah c’est donc ça », et bien je n’en ai pas tellement vu l’intérêt.

La fin m’a horrifié, j’ai eu l’impression d’avoir été floué tout au long du livre et je l’ai trouvé méchante. J’avais presque envie de dire « attend tout ça pour ça? »

Pourtant la lecture s’est faite rapidement, le livre se lit bien, on tourne les pages assez rapidement et quand on finit un chapitre, on a envie d’en lire un autre. Mais ça ne suffit pas pour que je garde un souvenir impérissable de cette lecture, ni pour que j’en ressors satisfaite.

Je suis pas mal déçue à dire vrai.

Phrase post-itée : 
« – Au bout du chemin tu trouveras ce que ton cœur désire, dit-elle. Prends soin de ce qui se trouve au fond de ton cœur. »

Publicités
h1

Prince Captif tome 3 : Le Roi, C.S Pacat

juillet 12, 2016

prince-captif,-tome-3---le-roi-637708-250-400Attention lire cet avis va carrément vous spoiler les deux premiers tomes. 

Résumé : L’identité de Damen a été révélée, et il doit maintenant affronter son maître, le Prince Laurent, en tant que Damianos de Akielos, l’homme que Laurent a juré te tuer. La bataille qui s’ensuit les emmène aux confins d’Akielos, où ils vont vivre l’affrontement le plus dangereux qu’ils aient jamais connu.

Au commencement de cette bataille capitale, les futurs de deux royaumes sont en jeu. Au Sud, les forces de Kastor se rassemblent. Au Nord, les armées du Régent se mobilisent pour la guerre. Le seul espoir de Damen est de s’allier à Laurent, face à leurs usurpateurs respectifs. Mais même si la confiance fragile qu’ils ont construite survit à la révélation de l’identité de Damen, pourra-t-elle résister à l’ultime complot meurtrier du Régent pour obtenir le trône ?

Avis : Enfin, j’ai pu lire ce troisième tome et … J’ai adoré, totalement adoré. Je suis accro à cette trilogie. Elle n’est pas sans défaut, mais elle m’a fait vibrer, rire, ému, mise en colère. Je me suis vraiment attacher aux personnages de Laurent et Damen, mais également à d’autre. J’en ai détesté d’autres (le Régent principalement, mais quel ordure ce type). Les pages se tournent à une vitesse folle, sauf que pas tant que ça, parce que je me relisais pleins de passages qui me faisaient gagatiser.

Laurent et Damen sont mal barrés au début du tome, Laurent savait qui était vraiment Damen, et il semble vouloir lui faire payer les sentiments qu’il a l’air d’éprouver pour lui. Mais au fur à mesure, à force de se côtoyer encore et encore, les choses vont évoluer et l’évolution est… abwabwabwabwa. Bon j’avoue, je me serais bien passée des scènes de cul un peu trop détaillé pour moi, mais par chance elles sont entourés de moments de tendresse, servent aussi pour qu’on voit à quel point Laurent peut être brisé (et on sait pourquoi, c’est évident, même si Damen est aveugle et met du temps à capter). Mais quand même, moi les scènes de cul j’aime pas et j’aurais voulu des trucs un peu plus subtiles, parce que ça gâche un peu les moments où je jubilais.
Après j’ai lu pire, et il n’y a pas tant de cul que ça (et heureusement).

Difficile de s’arrêter dans cette lecture alors que les événements s’enchaînent, on se retrouve encore face à de nouveaux complots, stratégies et tout ça. On stresse pour Laurent et Damen, et franchement on se demande comment tout ça va se terminer.

Alors oui, peut-être que par moment c’est un peu facile, y a pas des tonnes d’effusions de sang, les personnages sont forts et paraissent plutôt pas mal chanceux, mais on s’en fiche, parce que c’est trop bien et prenant, que l’histoire d’amour nous fais glugluter et qu’on a envie que tout le monde s’en sorte (sauf les connards de l’histoire évidemment). C’est pas trop mal écrit en plus, on sent bien les sentiments et l’auteure a beaucoup d’imagination pour les intrigues.
Certains passages m’ont fait mourir de rire, d’autres m’ont mis dans une fureur folle. Et c’était bien. Même sortie du livre (on veut pas qu’ils s’arrêtent, on en veut encore et encore) et ben on continue d’y penser. J’ai relu pleins de fois pleins de passages. 

Ce genre de lecture ça fait du bien. Et j’avoue qu’à la fin (qui est assez brutale) j’ai eu l’impression de me faire arracher un morceau de moi, du genre « quoi c’est tout ? C’est fini? Noooon encore pitié, un chapitre de plus, un tome de plus ». 
En bref, j’adore cette trilogie et je sais que le tome 1 rebute pas mal de monde, mais si vous prenez un peu de recul et allez jusqu’au tome 2, vous comprendrez mieux le tome 1 et vous verrez que cette histoire d’amour est superbe.

Je recommande !

Mon ressenti : 
giphygiphy1

Phrase post-itée : 
« Ce fut donc ainsi que Damen se retrouva autour d’une table en compagnie de marchands vérétiens dans une auberge akielonienne, à parler chiffons. »

Mon avis sur : 
le tome 1
le tome 2

h1

Prince Captif tome 2 : Le guerrier, C.S Pacat

juillet 11, 2016

prince captif tome 2Attention lire cet avis peut spoiler le tome 1.

Résumé : Alors que leurs royaumes sont sur le point d’entrer en guerre, Damen et son nouveau maître, le prince Laurent, doivent échanger les intrigues de palais contre la violence ouverte des champs de bataille. Contraint de dissimuler son identité, Damen est de plus en plus attiré par le dangereux et charismatique Laurent. Mais alors que la fragile confiance entre les deux hommes se renforce, les secrets de leurs passés risquent de leur porter un coup fatal…

Avis : C’est donc à nouveau une relecture et mon avis sera court. J’ai adoré totalement cette relecture, et surtout parce que la relation de Damen et Laurent est trop bien. J’adore leur façon d’interagir, comment tout se met à évoluer, comment petit à petit Damen s’attache à Laurent, la manière dont ils vont faire équipe pour déjouer les pièges du régent, les situations dans lesquels ils vont se retrouver. Laurent a toujours pleins de plans d’avance et pourtant la présence de Damen lui est utile. Damen est toujours hyper droit et essaie d’être le plus juste possible, et Laurent lui a un labyrinthe dans sa tête. Il essaie de tout faire tout seul mais Damen refuse de le laisser faire, et ne l’abandonne pas, pas même alors qu’il le pourrait. Justifiant que Laurent peut préserver la paix, mais petit à petit ce n’est plus qu’une excuse, car on sent que Damen veut rester avec lui. Bref du coup c’est super intense, y a des passages qui m’ont fait fondre, que j’ai relu dix mille fois (du coup j’avançais pas du tout dans ma relecture).
L’intrigue est très prenante, pleine de rebondissement, l’auteure peut nous mener en bateau, certains autres personnages sont attachants, et on est obligé de haïr le régent.
Ca se lit super bien, y a des passages drôles, des passages émouvants, des trucs assez dur, des moments de tristesse, des moments où on a des envies d’étranglement envers certains persos aussi.
Et voilà c’était trop bien.

Phrases post-itées :
« – Tu te trompes. Nous nous trouvons sur l’échiquier de mon oncle, et ces hommes sont tous ses pions.
– Dans ce cas, chaque fois que vous en bougez un, vous pouvez vous féliciter de lui ressembler trait pour trait. »

« – Pour obtenir ce qu’on désire, il faut savoir exactement ce qu’on est disposé à sacrifier. »

« Le passage du temps lui faisait l’effet d’un poids qui ne cessait d’augmenter. » 

Mon premier avis sur le tome 2 :
Ici

h1

Prince Captif tome 1 : L’esclave, C.S Pacat

juillet 7, 2016

prince captif 1Résumé : Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi.

Le détail : c’est une relecture en vue de la sortie du tome 3.

Avis : La première fois que j’avais lu ce tome, je m’étais quand même pas mal dit « bof bof », pleins de choses m’avaient dérangé, il y a un côté vraiment malsain dans ce livre. On se retrouve dans un royaume où le viol est monnaie courante, et même devenu un spectacle. Il y a une scène que je trouve absolument abjecte et dégueu et que je déteste, et à cette relecture je l’ai encore détesté, mais comme je savais à quoi m’attendre, j’ai un peu lu rapidement et en fermant mon esprit. Je me suis aussi attachée à d’autres choses. Comme je suis au courant de certains trucs, ayant lu le tome 2, cette relecture m’a permis de me rendre compte de quelques détails que je n’avais pas vu à ma première lecture. L’auteure parsème son livre de quelques indices, c’est super intéressant de pouvoir les voir, je trouve.
J’adore Damen, c’est un personnage hyper droit, qui n’utilise pas trois mille plans pour obtenir ce qu’il veut, il est assez direct, et franchement les piques qu’ils se balancent avec Laurent, c’est tellement bien, j’adore leur façon de se parler.
Laurent est absolument détestable, mais détestable dans le genre qu’on l’aime quand même. Et pourtant ce qu’il fait est abject, et il n’a que vingt ans, mais il est complètement tordu. Damen le compare beaucoup à un serpent et cette comparaison lui va très très bien. Pourtant on sent que Laurent est plus compliqué que « l’enfant gâté » qu’il a l’air d’être, et surtout qu’il souffre plus qu’il ne veut bien le montrer. Laurent a un contrôle sur lui-même, énorme, malgré les apparences, il ne se permet pas grand chose.
Et leurs interactions entre eux, sont de mieux en mieux et vraiment j’adore.
Les complots du bouquin sont hypers intéressants et comme je l’ai dis, c’était ma deuxième lecture, donc ça me permettait mieux de voir venir les choses.
Bref, franchement c’était super, cette relecture a été bénéfique à mon avis. J’ai beaucoup mieux vécu ce premier tome, j’ai pris de la distance avec ce qu’il pouvait se passer de pire et du coup j’ai eu une lecture absolument géniale (et trop rapide).

Personnellement c’est une trilogie que je recommande, mais je sais que beaucoup ont été choqué par le premier tome, son côté très malsain et ce qu’il s’y passe. Mais si on arrive à passer au dessus, et bien pour ma part le reste est vraiment très bon. Et en plus je trouve que c’est bien écrit.

Phrase post-itée : 
« Laurent était un nid de scorpions dans le corps d’un jeune homme. Torveld, en le regardant, voyait un bouton d’or. »

Mon premier avis sur le tome 1:
Ici

h1

Summerset Abbey tome 3 : Le temps des insoumises, T.J Brown

juillet 1, 2016

summerset-abbey-tome-3-le-temps-des-insoumises

Attention spoils des deux premiers tomes.

Résumé : 1914. Alors que les festivités vont bon train dans le magnifique domaine de Summerset Abbey, la guerre approche et va venir tout bouleverser…
Victoria et Rowena, les belles héritières Buxton, ont bien changé depuis la mort de leur père et leur arrivée au domaine de Summerset. Si Victoria n’aspire qu’à mener une vie indépendante, Rowena, elle, n’a qu’une passion :piloter son avion. Quant à Prudence, leur sœur d’adoption, elle trouve peu à peu la sérénité malgré son éloignement. Et pourtant, de nombreux tourments agitent encore les jeunes femmes. Serait-ce le carcan d’une existence trop traditionnelle pour trois êtres épris de liberté ? Ou la douce torture d’amours romantiques et contrariées ? L’arrivée de la guerre va changer la donne. Au-delà des drames et des chagrins, les jeunes femmes sauront trouver la voie de l’émancipation.

Le détail qui tue : y a un bug bizarre sur l’image de couverture que j’ai embrassé, mais il n’y a pas d’erreur sur la couverture réelle.

Avis : Ce tome conclue la trilogie et c’est aussi le plus sombre des trois, car il se passe alors que la première Guerre Mondiale se déclenche, et les hommes vont se retrouver embarqués dedans. On passera vite fait sur l’horreur de cette guerre, l’horreur du Front, mais on aura quand même quelques détails sur les blessés, les morts, leurs nombres.
Mais ce tome est bien entendu centrée sur les trois femmes, et la première Guerre Mondiale a besoin de tous les bras, même ceux des femmes, c’est comme ça que Rowena se retrouve à pouvoir piloter toutes sortes d’avions pour les emmener aux soldats et que Victoria part en France en tant que bénévoles pour aider les médecins et infirmières à s’occuper des blessés trop nombreux. Prudence reste chez elle, enceinte, à stresser de revoir ou non un jour Andrew qui est lui aussi parti à la guerre.

Les histoires d’amour sont un petit peu plus effacés dans ce tome là (mais toujours présentes), ce que j’ai vraiment adoré c’était voir l’émancipation des femmes en ces temps de Guerre. C’est assez ironique, parce qu’il fallait cette Guerre pour que quelque part elles arrivent à trouver leurs places. Victoria s’épanouit malgré la fatigue, malgré la peur et la tristesse, elle continue de prendre son indépendance, elle reste mon personnage favoris. Mais du coup Rowena s’épanouit aussi, ce qui m’a beaucoup plus plu dans ce tome là, elle prend enfin les choses en mains, ne se laisse plus écrabouiller par les événements, elle y fait face. Pouvoir piloter l’a aidé à être plus sûre d’elle.
Finalement il n’y a vraiment que Prudence qui ne bouge pas beaucoup et qui ne m’a pas intéressé plus que ça. Surtout qu’Andrew m’a vraiment gonflé et j’avais vraiment envie de le tarter au cours de ma lecture.

Au niveau des romances, elles ne me touchent pas plus que ça, j’y ai moyennement adhéré. Sauf pour le Kit et Victoria, parce qu’ils sont trop mignons et même si l’entêtement de Victoria va encore lui jouer des tours, finalement j’aime assez qu’elle se batte contre l’idée du mariage pour pouvoir garder son indépendance. Ce sera à Kit de faire des concessions. Bref, ils sont hyper choux, ont une façon de se parler plutôt adorables. Tandis que les deux autres couples, je les ai trouvé plus plan-plan, moins attachants. C’était un peu le choix facile. Mais surtout pour Rowena, un truc m’a titillé, ça a été « il m’aime donc je dois l’aimer en retour » et non, je suis désolée, mais ça ne se passe pas comme ça. On ne peut pas aimer quelqu’un juste parce qu’il nous aime. Bon y a une évolution, mais voilà cette façon de penser m’a un peu dérangé.

Ce dernier tome n’est pas mon préféré, il reste très bien, très touchant, mais la fin est un peu brutale peut-être et j’en aurais aimé plus. Ça reste une très bonne lecture, et j’ai beaucoup aimé cette trilogie que je ne regrette pas d’avoir découverte.

Phrases post-itées : 
« Il n’était absolument pas question qu’elle laisse quelqu’un d’autre contrôler sa vie, ou qu’elle renonce à sa liberté, juste afin de se conformer aux usages de la société ! »

« – Tu oublies que j’ai été élevée par mon père. Il a négligé de nous enseigner l’art délicat d’être parfaitement inutiles. »

Mon avis sur : 
Le tome 1
Le tome 2