h1

La trilogie du Tearling tome 1 : Reine de cendres, Erika Johansen

janvier 19, 2019

005328310Résumé : Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle a pris le pouvoir.
Le jour de ses dix-neuf ans, une garde l’escorte de son repaire à la capitale, où elle doit reconquérir la place qui lui revient de droit. Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre un acte d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente.
Long périple semé d’embûches, plein de bruit et de fureur, de trahisons et de combats… Pour Kelsea, l’épreuve ne fait que commencer.

Avis : Le résumé de ce livre, en plus de la couverture, m’ont attiré et je me suis laissée tenter. Je n’ai aucun regret à ce sujet parce que j’ai vraiment adoré ma lecture.

Kelsea doit devenir Reine, mais de nombreuses personnes refusent qu’elle atteigne le trône, elle va droit à la mort en compagnie de Massue et des gardes de la Reine qui veillent sur sa sécurité. Et Kelsea va prendre le trône et devenir une sacrée Reine.
J’ai tellement aimé Kelsea, elle est maligne, elle a du caractère, elle ne se laisse pas marcher dessus. Bien sûr, elle a des défauts. Elle peut se mettre en colère facilement, elle peut être jalouse pour rien, elle se trouve moche (et ça c’est le truc le plus énervant chez elle).
Kelsea va devoir faire face aux intrigues de la cour, et contre tous ceux qui désirent sa mort, mais elle n’est pas seule, et va se faire de solides alliés, dont le roi des voleurs : Le Fetch, pour lequel elle éprouve des sentiments malgré elle. Pour le peu qu’on la voit, j’ai beaucoup aimé cette relation, il y avait quelque chose entre eux qui m’a plu. Et d’ailleurs j’ai beaucoup aimé les liens qui se tissaient entre Kelsea et d’autres personnages. Comme Massue, comme Pen qui devient son garde du corps, ou comme Andalie sa femme de chambre.

J’étais vraiment à fond dans me lecture, on est tout de suite pris par l’histoire et on se laisse entraîner par Kelsea. C’est bien écrit, c’est prenant. L’intrigue est telle qu’elle n’est pas stressante mais qu’en même temps on a envie de savoir ce qu’il va se passer et comment Kelsea va gérer la suite. On a envie de savoir aussi ce que vont devenir les personnages. Franchement, j’ai vraiment pris mon pied à la lecture de ce tome 1. L’histoire était intrigante, remplis de rebondissements, Kelsea était un super personnage et elle n’était pas la seule à être intéressante, et puis j’ai trouvé que les personnages étaient fouillés et pas lisses.
Du coup j’ai vraiment dévoré ce premier tome, et je vais de ce pas lire le deuxième.

Publicités
h1

La femme sans tête, Viviane Moore

janvier 16, 2019

518rwssqzzl._sx210_Résumé : Paris, 1581. La misère envahit les rues. Orgies et fêtes enfièvrent les salons. Jean de Moncel, jeune commissaire au Châtelet, est sur les traces d’un tueur de prostituées.

Le corps décapité de l’une d’elles le mène jusqu’à Théophraste Le Noir, médecin qui, replié dans son laboratoire avec sa fille Sybille, cherche sans relâche le secret alchimique de l’Elixir de Vie. Sorcellerie ? Rites occultes ? Machination ?

L’alchimiste est-il le monstre que poursuit Jean, ou bien l’humaniste en avance sur son temps que défend passionnément sa fille ?

Avis : Que dire sur ce roman ? On suit deux histoires en parallèle. L’enquête de Jean de Moncel, déterminé à découvrir qui tue et torture les prostitués dans Paris. Et l’histoire de Sybille le Noir, qui, depuis le massacre de la Saint Barthélemy n’a plus le droit de sortir de chez elle et s’habille en homme. Cela fait neuf ans. Elle vit avec son père qui est médecin et alchimiste, et l’admire énormément et veut suivre ses traces. Les deux enquêtes finissent par se relier, mais de manière plutôt maladroite j’ai trouvé.
Il y avait du suspens, c’était une lecture intéressante, le côté historique est sympa (bien qu’un peu lourd au début), mais j’ai trouvé que les résolutions étaient peut-être un peu trop simple.

Je me suis beaucoup attachée à Jean et à Sybille. J’ai aimé du premier qu’il veuille à tout prix résoudre son enquête, quand bien même cela mette sa vie en danger. J’ai aimé de la deuxième, son envie de liberté, son envie et besoin de savoir, sa façon de s’habiller en homme parce qu’elle a compris qu’ils étaient bien plus libres que les femmes. L’histoire est raconté de façon tel qu’on a envie de savoir ce qu’il va se passer et qu’on tourne les pages facilement. Les enquêtes se résolvent, mais l’une d’entre elle laisse un goût d’inachevé et se poursuivra très certainement dans un tome suivant qu’il faudra que je lise.

En bref, c’était une bonne histoire, les enquêtes étaient sympa et il y avait du suspens, mais les résolutions étaient trop simples et trop rapides, et je ne pense pas que je garderai beaucoup de souvenirs de cette lecture.

h1

Moi et les aquaboys, Nat Luurtsema

janvier 14, 2019

moi et les aquaboysRésumé : L’avenir de Lou Brown, quinze ans, est tout tracé. Elle suit depuis toute petite un entrainement de natation intensif, avec sa meilleure amie, Hannah. Et ce quatre cents mètres quatre nages va leur permettre de se qualifier pour les Jeux Olympiques. Mais Lou rate sa course tandis que Hannah, elle, est sélectionnée. Lou fait sa première rentrée seule dans un lycée où elle ne connaît personne. L’adolescente trop grande, gauche et timide hors de l’eau affronte sa nouvelle vie avec autant de courage que d’humour. Un jour, elle retourne à la piscine. Trois garçons du lycée lui proposent un défi complètement fou…

Merci à : Gallimard jeunesse pour l’envoie de ce livre (il y a environ cent ans).

Avis : Lou rate son rêve et n’est pas sélectionnée pour aller en entraînement intensif de natation, contrairement à Hannah sa meilleure amie. Elle se retrouve donc sans rêve, sans objectif, seule et déprimé. Jusqu’à ce que sa route croise celle de Peter, Ronan et Gabe qui vont lui demander de les aider à passer à « Un incroyable talent ». Et tout ça grâce à la natation.

C’était une lecture plutôt sympathique, il y a des moments mignons. J’ai beaucoup aimé le lien que tisse Lou et les trois garçons, ils deviennent proches et amis pour de vrai, même si au début c’est super mal partit. Y a une petite histoire d’amour mais elle prend pas trop de place, et m’a pas collé de frisson non plus, c’était chou, sans plus.
J’ai aimé la famille de Lou, beaucoup moins celle de Hannah. J’ai apprécié l’histoire, malgré quelques trucs qui m’ont un peu fait grincer des dents.

Y avait des moments vraiment très drôles avec des situations très rocambolesques et un peu tiré par les cheveux. Y avait de beaux moments d’amitié aussi et familiales. La fin est mignonne, à l’image du livre, peut-être un peu trop rapide sur certaines situations (par exemple pour Hannah, j’aurais aimé en savoir plus sur ce qu’il s’était passé).

C’était un livre agréable, mais qui, je l’avoue, ne restera sans doute pas ancré dans ma mémoire. J’ai quand même passé un bon moment, et j’avais besoin d’une lecture un peu légère comme celle-ci.

h1

Agatha Raisin enquête tome 1 : La quiche fatale, M.C Beaton

janvier 13, 2019

51txlwfh7ol._sx210_Résumé : Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme.
Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur.
Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin.

Avis : Ça faisait quelques temps que je voyais cette saga tourner, et j’avais très envie de m’y essayer. Donc me voilà après la lecture du premier tome, et autant dire que je ne regrette pas, car j’ai beaucoup aimé.

Agatha Raisin est le genre de personne qu’on n’aime pas beaucoup, elle est chiante, disons-le, et elle a un avis assez négatif des autres, je trouve. Elle est sans gêne aussi.  Mais son caractère, ben c’est ça qui me l’a rendu attachante, parce que je la trouvais drôle et un peu décalée dans ce petit village où elle a décidé de prendre sa retraite. À dire vrai, je me suis beaucoup amusé en lisant ce roman, l’humour n’est pas hyper présent non plus et pas lourd, cela repose sur des petites situations un peu rocambolesques parfois. Agatha va être au milieu d’une histoire de meurtre et elle va absolument vouloir prouver que c’est un meurtre et retrouver l’assassin.
Cependant, cette enquête est presque à l’arrière de l’histoire. Il arrive beaucoup d’autres choses à côté, Agatha va devoir apprendre à vivre dans ce nouveau village, rencontrer des gens, se faire des ami.es et s’habituer à une vie calme loin de Londres. J’ai aimé l’évolution du personnage, et son bagout. J’ai aussi aimé les relations qu’elle tisse avec certains villageois, et comment elles se démènent pour certaines choses. Je me suis beaucoup attachée au policier qui s’inquiète pour elle et également à la femme du pasteur.
On est mené sur quelques fausses pistes, on tourne un peu en rond, et puis finalement on a la solution. Le dénouement est peut-être un peu facile, mais je n’ai pas trouvé que c’était le principal. Ce qui m’a plu c’était tout ce qui enrobait l’histoire, et du coup j’ai vraiment adoré ma lecture.

Je lirai le tome 2 avec plaisir.

Phrase post-itée : 
« Un lieu charmant n’attirait pas nécessairement des gens charmants. »

h1

Georges, le monde et moi, Illana Cantin

janvier 12, 2019

georges-le-monde-et-moi-1085216-264-432Résumé : Avant, je me serais décrit comme le mec de base : des notes dans la moyenne, une famille aimante, un petit groupe d’amis.
Avant, j’étais l’archétype du geek qui termine avec la jolie fille à la fin d’un film.
Bref, j’avais une vie banale.
Et puis Georges a débarqué, avec son franc-parler et ses blagues pourries, et tout a changé. Mon monde s’est désaxé.
Clairement, je n’allais pas finir avec la jolie fille.

Avis : Bon. Je préviens. Mon avis risque d’être un grand n’importe quoi en bordel, parce que toutes émotions s’échappent de moi après cette lecture, mais que je n’ai pas envie d’attendre avant d’en parler (et de toute façon ça ne se calmera pas de si tôt).

Donc Priam (qui a un super prénom, je tiens à le dire) fait la rencontre de Georges et ça va changer sa vie, et c’est tellement beau et romantique et touchant et émouvant. Franchement ça m’a retourné et bousculé. Sérieux, c’était drôle et mignon et complètement gluglu ! J’ai gloussé façon dindon pendant des pages, j’ai pleuré, et j’ai eu les oreilles qui chauffent à quarante degrés. Franchement, comment vous décrire à quel point Priam et Georges étaient mignons ? 

Pi si ce n’était que ça, mais dans ce livre les mots « bi » et « pansexuel » sont prononcés, c’était trop bien. Il y a des beaux messages. Il y a une façon de parler qui m’a plu. Je sais pas, c’était super en fait, ça se dévorait comme du petit lait, et ça m’a fait vivre pleins d’émotions en même temps. Ça parlait de sujets qui me parlaient, ça soulignait des points importants, c’était hyper bien.

En plus, je me suis énormément identifiée à Priam, et ça m’a fait beaucoup de bien. Ce gamin est pleins de doutes, il réfléchit trop, il analyse tout. Je me suis tellement vue en lui, dans pleins de situations. Du coup, j’ai compris la plupart de ses réactions (même si ça ne voulait pas dire que ça ne m’agaçait pas par moment). Mais du coup, je me suis sentie vraiment vraiment proche de lui, un peu comme un petit frère de fiction, ça rendait ma lecture encore meilleure.

Je me suis aussi attachée aux autres amis de Priam, même si j’ai eu beaucoup beaucoup de mal avec Eliott. J’ai adoré Charlotte, et j’ai bien apprécié Gabrielle et Thibault. J’ai beaucoup aimé la sœur de Priam, et ses parents, ils étaient top. 
J’ai aussi aimé comment c’était écrit, on rentrait tout de suite dans l’histoire, certaines situations étaient hyper drôles, et d’autres m’ont retourné.

En bref, j’ai tellement adoré ma lecture que je me sens désœuvrée d’avoir fini le livre, je me dis « mais qu’est-ce que je vais pouvoir lire maintenant ? ». Une pépite que ce bouquin, un chocolat chaud chantilly, un vrai doudou !

Mon ressenti : 
tumblr_nuvn2kWivc1uejtspo1_500

Phrases post-itées : 
« Il avait probablement tout pour réussir dans la vie pendant que j’étais juste un gars qui ne trouverait jamais son prénom sur les bracelets dans les marchés. »

« Je crois qu’en général, quand ça avait lieu dans la tête, et pas dans le corps, les gens s’alarmaient plus, parce qu’ils comprenaient moins. »

« On a pas toujours besoin de trouver une signification à tout. Parfois, si on aime, ça suffit. »

h1

La Passe-miroir tome 3, La Mémoire de Babel, Christelle Dabos

janvier 11, 2019

9782075081894_largeAttention, lire cet avis peut vous spoiler les deux premiers tomes ! 

Résumé : Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

Avis : J’ai fais cette lecture en plusieurs fois parce que c’est tombé alors que j’étais en panne complète de lecture. Il n’empêche qu’en le reprenant, je me suis tout de suite replongée dans l’univers et j’étais à fond dedans. Ophélie n’a pas vu Thorn depuis plus de deux ans, et autant dire qu’il lui manque, et il me manquait à moi aussi. Alors je l’ai suivi dans son voyage pour retrouver son mari.

Ophélie va se retrouver sur une nouvelle Arche, une Arche contrôlée par deux esprits de famille, Pollux et Hélène. Et surtout une Arche où il y a énormément d’interdit et qui ressemble à une dictature, même si on fait croire que grâce à ça c’est la paix. Les sans-pouvoirs sont totalement défavorisés, et on peut être puni injustement pour une parole malheureuse (du style l’utilisation du mot « guerre »). Ophélie va faire de nouvelles rencontres, bonnes ou mauvaises, et va faire en sorte de retrouver Thorn, peu importe ce qui lui arrive à elle.

On vit une nouvelle aventure aux côtés d’Ophélie, et c’est écrit de telle façon qu’on ressent à fond ses sentiments, que ça nous transporte complètement. Je tremblais avec elle, j’étais en colère avec elle, je voulais revoir Thorn avec elle. Je me suis attachée à quelques personnages tel qu’Ambroise et Blasius, j’en ai détesté d’autres comme lady Septima ou Mediana. Certains m’ont fait basculé de l’un à l’autre comme Elizabeth ou Octavio. L’histoire est intrigante, on est encore face à des événements étranges et Ophélie se retrouve à mener l’enquête un peu malgré elle. Va-t-elle retrouver Thorn ? Je vous laisse le découvrir.

Il y a des passages qui m’ont vraiment malmené et fait pleurer, il y a des moments où je me suis réjouis, et où j’ai jubilé. J’étais surprise par les révélations aussi. Et j’avais toujours envie de lire un chapitre en plus, jusqu’à la fin. Avoir fini ce roman me brise le cœur, même si la fin est à la fois très belle et horrible, j’ai tellement hâte d’avoir la suite, et elle n’est même pas encore écrite. C’est aussi pour ça que j’ai essayé de prendre mon temps pour lire cette saga et surtout ce tome-là.

Une très très bonne lecture !

Phrases post-itées : 
« – La seule véritable erreur est celle qu’on ne corrige pas. »

« Elle se sentit mourir. Elle allait enfin pouvoir vivre. »

Mon avis sur : 
Le tome 1
Le tome 2

h1

À tous les garçons que j’ai aimés, Jenny Han

janvier 8, 2019

atouslesgarconsRésumé : Et si les garçons pour lesquels vous aviez eu le béguin découvraient vos sentiments… tous en même temps ? Lara Jean Song conserve ses lettres d’amour dans une boîte a chapeau que sa mère lui a donnée. Ce ne sont pas des lettres qu’elle a reçues, ce sont celles qu’elle a écrites. Une pour chaque garçon qu’elle a aimé.
Lorsqu’elle écrit, elle ose ouvrir son cœur et dire toutes les choses que jamais elle n’exprimerait dans la vraie vie, car ces lettres ne sont que pour elle. Jusqu’au jour où Lara découvre que ses lettres secrètes ont toutes été postées… Elle doit soudain faire face à son passé amoureux, la situation devient vite hors de contrôle mais, qui sait ? Quelque chose de positif pourrait ressortir de ces lettres, après tout.

Avis : L’histoire est intéressante. Un jour Lara Jean se rend compte que les lettres qu’elle écrivait aux garçons, dont elle était amoureuse, pour les oublier, ont été envoyé. De là, découle des événements qui vont lui faire découvrir l’amour. En gros.

Ce livre se lit très facilement. On se retrouve dans la tête de Lara Jean. On est facilement transporté dans l’histoire, et j’avoue que par moment ça m’a un peu fait frissonner. C’était mignon et doudou, pas prise de tête du tout, et le côté fleur bleue ne m’a pas dérangé. J’ai aimé l’évolution de la relation entre Peter et Lara Jean, c’était chou.

Mais, j’ai quand même souvent grincé des dents. J’ai trouvé ça pas mal sexiste, j’ai pas aimé les phrases du type « les garçons sont comme ceci, les filles comme cela ». C’était trop binaire. J’ai eu du mal avec certains passages, du genre si tu bois pas d’alcool t’es coincée, ou l’histoire du chiot cadeau de noël (on adopte un animal, ce n’est pas un cadeau !)

J’ai tout de même apprécié ma lecture, les personnages étaient plutôt attachants, j’ai aussi bien aimé Josh que Peter. J’ai beaucoup aimé la relation des trois sœurs, leur attachement.

L’histoire m’a fait passé un bon moment, malgré les passages « grinçages de dents », et si je pense regarder le film, j’ignore par contre si je lirai la suite. On verra.