Archive for the ‘Manga/BD’ Category

h1

Axolot (la bande dessinée), Patrick Baud (et pleins d’illustrateurs)

octobre 13, 2014

axolot-bdRésumé :  Énigmes, expériences scientifiques, bestioles incroyables… Donner au réel des airs de fable et installer le fantastique dans les bizarreries de notre monde, tel est le talent de Patrick Baud, brillant conteur et créateur du blog Axolot. Son but : partager son étonnement face à l’étrangeté de l’univers. Boulet, Marion Montaigne et bien d’autres offrent un magnifique écrin à cette anthologie de l’insolite.

Avis : en grande fan d’Axolot et de Patrick Baud, il me fallait cette bd, je me la suis offerte dès sa sortie et ensuite j’ai un peu fait durer le plaisir en essayant de lire doucement (mais c’est très dur parce que c’est tellement passionnant !). A la base je trouve Axolot (que ce soit les livres, le blog, les vidéos) très ludiques, alors en bd évidemment ça ne pouvait que me plaire. Je suis contente que des illustrateurs se soient lancés dans l’aventure (j’en connaissais certains de noms, d’autres pas du tout, belles manières de découvrir les dessins de chacun).
Evidemment j’ai adoré. J’ai retrouvé les histoires que je connaissais déjà mais d’une autre façon. Certains les ont reprises de manières rigolotes, d’autres de façon très linéaires (reprenant même mot pour mot les propos de Patrick). Patrick lui-même a inséré quelques faits nouveaux que je n’avais vu dans aucun de ses autres livres et c’est génial, j’adore. C’est vraiment passionnant, j’aime beaucoup les mystères et cette bd est un très beau travail. Pour ceux qui ne connaissent pas encore Axolot, je pense que c’est une bonne manière d’en apprendre plus, sur un autre support que les vidéos (et plus faciles pour certains que des livres). Je regrette une toute petite chose, c’est que les noms des illustrateurs ne sont écris que dans le sommaire et c’est difficile de voir tout de suite qui a dessiné (ou alors j’ai mal vu, mais pourtant j’ai cherché), chaque fois il faut revenir en arrière et c’est un brin dommage. Mais tout le reste est parfait, j’aurais voulu que ce soit plus long ! J’espère qu’il y en aura d’autres !

h1

Le Magasin des suicides, Domitille Collardey et Olivier Ka

septembre 17, 2014

le magasin des suicides BDRésumé : Depuis dix générations, la célèbre maison Tuvache vend des kits suicide pour clients désespérés. La petite boutique familiale prospère dans la tristesse et l’humeur sombre jusqu’au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable, la joie de vivre, en la personne d’Alan, fils cadet et éternel optimiste. Pas facile de trouver sa place en famille ! Et puis, c’est mauvais pour les affaires !

Avis : j’ai adoré le livre, j’ai adoré le film, il fallait que je lise la bande dessiné. Tiré de l’oeuvre original de Jean Teulé, elle respecte très bien le déroulement de l’histoire, ainsi que ses textes (que j’ai assez bien reconnu). Ce que j’ai adoré dans cette histoire c’est l’importance des couleurs. Tout est fade, gris, moche, un univers pas terrible et triste. Sauf Alan, Alan dans son berceau est déjà tout coloré. On sent un espoir chez lui immédiatement, Alan apporte de la couleur. Et petit à petit avec lui les choses vont se coloriser. Comme s’il coloriait lui même ce monde gris et déprimant.
Les personnages en changeant prennent des couleurs vives également. C’est vraiment très bien fait et très très bien pensé.
L’histoire en elle-même est très bonne, je l’avais déjà adoré en livre, donc je ne pouvais que l’aimer en BD. Par contre je ne me rappelais plus de la fin, ou alors je ne l’avais pas vécu de la même manière avec le livre car là j’avoue qu’elle m’a vraiment traumatisé, elle est hyper brusque, se tient dans une seule image (et un petit carré en plus), ça m’a pas mal perturbé.
Le seul petit bémol à cette BD c’est que j’ai trouvé par moment que les événements arrivaient trop vite, sans explication, on passe de l’un à l’autre et j’ai eu la bizarre impression qu’il me manquait une page (alors que non).
Mais ça reste une super BD à mon goût, j’ai beaucoup aimé.

h1

A l’unisson, Sumomo Yumeka

mars 7, 2012

 Résumé : Toi et moi, on se ressemble.
Mais pas physiquement ni au niveau du caractère…
Non, je dirais plutôt par ce que l’on a vécu jusqu’à maintenant. Comment dire…
Notre manière de penser est la même. C’est pour cela que tu m’aimes et que je t’aime…

Avis : Normalement je ne fais pas de critiques de mangas, parce que j’en lis beaucoup trop et ça prendrait trop de temps, je préfère me concentrer sur des critiques de livres donc. Mais là je vais faire une exception pour la FANTASTIQUE Sumomo Yumeka.

Alors tout d’abord, il faut savoir que je suis fan de Sumomo Yumeka bien avant qu’on en parle en France. D’ailleurs je croyais être la seule, jusqu’au jour où la merveilleuse Tora m’avoue qu’elle aussi elle connaissait ET adorait (d’ailleurs avec ma fraise je me rends souvent compte qu’elle connait des trucs que personne connait sauf nous deux comme pour le monde délirant d’Ally).
Bref, quand j’ai su qu’ils sortaient Dousaibou Seibutsu (de son petit nom japonais) en France, qui est sans doute l’un de mes préférés de Sumomo Yumeka j’ai absolument pété un cable et hurlé de joie et attendis avec impatience QU’ENFIN je le tienne dans mes mains (et le relise, parce qu’en fait je l’ai déjà lu 1 million de fois).
Que dire? Sumomo Yumeka j’adore son dessin, j’adore ses histoires, j’adore la façon dont elle arrive à dire beaucoup de choses sans forcément beaucoup de dialogue mais juste avec les images, j’adore ses écrits que je trouve poétiques. Et l’histoire d’amour de « A l’Unisson » je l’adore aussi, tout simplement (ya plusieurs histoires dans ce manga, mais là je parle de la première qui est ma chouchoute).
J’accroche juste tellement que je couine rien que d’y penser 😀 ! Bref je vous le conseil, le recommande et tout ce que vous voulez. En plus si BEAUCOUP de gens l’achètent, on en aura sûrement d’autres (YOUPI !!)

Autre chose, sachez que Sumomo Yumeka est déjà publié en France avec les mangas : My Girl et Un bus passe, elle est publié sous le pseudo Mizu Sahara. Encore une fois je vous les conseils.