Archive for janvier 2019

h1

Les crépusculaires, Mathieu Gaborit

janvier 31, 2019

couv62177498Résumé : Le baron de Rochronde n’est plus. Et, selon la coutume, son fils Agone doit lui succéder. Or, peu enclin a suivre les traces de son père, guerrier sanguinaire impitoyable, celui-ci se destine à une vie d’érudit itinérant. Agone accepte néanmoins la dernière requête du défunt : passer une semaine au collège occulte du souffre-jour, où d’éminents maîtres d’armes et de magie initient aux arcanes de puissants pouvoirs. Là, il va découvrir le sens de sa destinée… Alors que grandissent menaces extérieures et conspirations fomentées par les adeptes du Cryptogramme-magicien, l’héritier de Rochronde, armé de sa fidèle rapière Pénombre et rompu aux plus redoutables arts magiques, saura-t-il trouver son salut et délivrer les royaumes crépusculaires qui sombrent dans la tourmente ?

Avis : Mouais. Cette lecture a été compliqué.
On se retrouve face à Agone dont le père vient de mourir, lui qui désire faire partit des Préceptorales pour enseigner la lecture aux paysans, se retrouve obligé à aller dans un mystérieux collège : le Souffre-Jour pendant six jours, parce que son père l’ordonne dans son testament.

Franchement, l’histoire me bottait pas mal, l’univers avait l’air intéressant, j’aimais le mystère qui se dégageait du Souffre-Jour et j’avais envie d’en savoir plus. Mais tout s’écroule bien vite. Déjà j’ai trouvé Agone assez inconstant et inconsistant, lui qui se targuait de vouloir la paix et patati, patata, retourne vraiment très vite sa veste et change du tout au tout. Je n’ai pas du tout accroché avec ce personnage et j’ai trouvé que certaines événements se passaient trop vite, quand d’autres étaient trop lent. L’histoire m’a plutôt vite gonflé, je lisais parce que ce n’était pas assez mauvais pour que j’abandonne et que je voulais savoir comment tout allait se terminer, mais en même temps ce n’était pas non plus une lecture plaisir et j’avais hâte d’en voir la fin.

Je n’ai pas compris la plupart des agissements du héros, il n’avait pas vraiment de caractère et pourtant tout paraissait lui réussir, et les gens s’attachait facilement à lui. Ça me semblait parfois un peu trop facile. Et je n’étais pas vraiment à fond dans ce qu’il se passait, je restais à l’écart, je ne ressentais rien. J’ai quand même apprécié certains personnages, comme la fée noire Amertine, ou encore les Danseurs, ces petits êtres qui permettaient de faire de la magie. J’ai eu beaucoup de mal avec les Obscurantistes et leur façon de traiter les Danseurs. Je ne comprenais pas toujours les réactions de certains personnages. Comme le héro, ils me paraissaient parfois inconstants, sans raison.

En bref, ça a été une lecture assez laborieuse, si j’ai apprécié le début, j’ai vite déchanté, ai éprouvé peu d’empathie pour ce qu’il se passait. J’ai trouvé certains passages trop rapides, tout se bouclait en deux temps trois mouvements. Et je n’ai pas vraiment accroché. La fin ne m’a pas tellement plu. Ce n’est pas un livre que je garderai en mémoire.

h1

L’Âme de l’Empereur, Brandon Sanderson

janvier 29, 2019

l_ame_de_l_empereurRésumé : La jeune Shai a été arrêtée alors qu’elle tentait de voler le Sceptre de Lune de l’Empereur. Mais au lieu d’être exécutée, ses geôliers concluent avec elle un marché : l’Empereur, resté inconscient après une tentative d’assassinat ratée, a besoin d’une nouvelle âme. Or, Shai est une jeune Forgeuse, une étrangère qui possède la capacité magique de modifier le passé d’un objet, et donc d’altérer le présent. Le destin de l’Empire repose sur une tâche impossible : comment forger le simulacre d’une âme qui serait meilleur que l’âme elle-même ? Shai doit agir vite si elle veut échapper au complot néfaste de ceux qui l’ont capturée.

Avis : Shai est une Faussaire, sans doute la meilleure, mais voilà qu’elle a été arrêté et pour éviter à la peine de Mort, elle doit réussir à recréer l’âme de l’Empereur en cent jours, une tâche normalement impossible.
Le résumé n’a l’air de rien, mais l’histoire est passionnante. Ce que j’ai adoré c’était la magie utilisée dans cet univers, c’était absolument passionnant de voir comment ça fonctionnait, comment Shai utilisait l’âme des objets pour les falsifier. Et la façon dont elle allait recréer l’âme de l’Empereur.
L’histoire est imprégnée de magie, d’Art, et aussi de sentiments. J’ai aimé découvrir l’Empereur à travers Shai, ses défauts, ses qualités, ses désirs enfouis. J’ai adoré Gaotona qui cherche à comprendre Shai tout en la désapprouvant, une sorte de relation naît entre eux. Comment Shai pourra-t-elle tromper quelqu’un d’aussi intelligent et honnête et réussir à s’enfuir ?

En très peu de page, Brandon Sanderson nous dépeint tout un pan d’univers, de la magie et des personnages avec une forte personnalité et c’est vrai que ça va vite et que ça laisse un goût de trop peu parce qu’on voudrait continuer à suivre Shai, mais en même temps l’oeuvre se suffit à elle-même.

J’ai vraiment apprécié ma lecture et je ne me suis pas sentie perdue, car l’univers et la magie se dévoile petit à petit. Shai est un personnage attachant et elle aussi très maligne, très observatrice, elle connaît l’âme humaine. J’aurais adoré en savoir plus sur elle. En bref, c’était court mais génial.

h1

La trilogie du Tearling tome 3 : Destin de sang, Erika Johansen

janvier 28, 2019

Attention lire cet avis risque de vous spoiler les deux premiers tomes. 

9782253083146-001-tRésumé : En moins d’un an, Kelsea Glynn est devenue Reine du Tearling, une reine puissante et visionnaire qui a transformé le royaume. Dans sa quête de justice, et pour mettre fin à la corruption, elle s’est fait de nombreux ennemis, notamment la Reine rouge, sa rivale la plus féroce, qui lui a déclaré la guerre. Pour protéger son peuple de l’invasion, Kelsea se livre à l’adversaire avec son saphir magique, et nomme Massue, son fidèle chef des gardes, comme régent. Massue va alors tout faire pour sauver sa reine, prisonnière de Mortmesne.

Avis : Pfiouuuuu. Voilà ce que je peux dire de ce dernier tome. C’était vraiment intense, remplis de révélations et d’actions.

Kelsea est prisonnière de la Reine Rouge, Massue se retrouve Régent à sa place, le père Tyler a la couronne mais est introuvable, et Row Finn est bien décidé à récupérer sa place. Tout part à vau-l’eau dans ce tome-là. En plus voilà que Kelsea a de nouvelles visions, cette fois-ci elle vit la vie de Katie qui est la fille de Dorian et qui vit dans le nouveau monde de William Tear.
Mais où est-ce que ces visions vont l’emmener ?

J’ai tellement dévoré ce troisième tome, tellement heureuse de retrouver Kelsea, de voir l’attachement de Massue et des autres Gardes pour elle, surprise par certaines révélations que j’avais pas vu venir. J’ai aimé voir comment le passé s’était déroulé et comment tout avait mal tourné, particulièrement à cause de Row Finn, mais pas seulement. Les gens oublient vites et c’est triste. Je me suis beaucoup attachée à Katie et j’étais contente de revoir Lily, même de loin.

Mais oh mon dieu cette fin, je l’ai tellement pas vu venir. En plus j’ai du couper ma lecture parce que je devais aller travailler, et quel suspens insoutenable. En terminant j’étais un peu sous le choc, puis ensuite les larmes sont venus. Parce que c’était finis, et que cette fin m’a pas mal perturbé.

C’était vraiment une super trilogie et je suis hyper triste de devoir la laisser là. J’aurais tellement voulu que ça continue et rester encore un peu avec Kelsea. Je recommande totalement. Et j’espère que les films vont vraiment sortir parce que je serais super contente d’aller les voir.

Phrase post-itée : 
« Les circonstances de la naissance ne comptent pas. Ce qui importe vraiment, c’est la gentillesse et l’humanité. »

Mon avis sur :
Le tome 1
Le tome 2

h1

La trilogie du Tearling tome 2 : Révolte de Feu, Erika Johansen

janvier 24, 2019

cvt_revolte-de-feu_3466Attention, lire cet avis risque de vous spoiler le tome 1. 

Résumé : Maintenant qu’elle porte la couronne, elle doit sauver le royaume.
Au fil des jours, Kelsea Glynn apprend à assumer ses nouvelles responsabilités de souveraine. Mais en stoppant les livraisons d’esclaves à Mortmesne, elle a provoqué la colère de la tyrannique Reine rouge, qui tire son pouvoir de la magie noire. En représailles, son armée attaque le Tearling pour s’emparer de ce qui, selon elle, lui revient de droit. Rien ne peut arrêter l’invasion. Pour la Reine du Tearling, face aux hordes noires qui menacent de déferler sur sa cité et sur son peuple, le temps manque.

Avis : J’avais adoré le tome 1, donc je me suis plongée dans le tome 2 avec confiance, et j’ai encore une fois beaucoup aimé ma lecture, même si celle-ci fut un peu plus stressante. L’histoire prend un tournant. Kelsea doit faire face à la guerre qui se profile, et elle commence à vaciller, non seulement son physique change, mais elle sent la colère grandir en elle, et en plus de ça, voilà qu’elle vit une vie parallèle. Celle de Lily, qui vit avec Greg son mari totalement abusif, dans un monde passé. Quel rapport avec Lily et le Tear ? C’est ce qu’on découvre au court de ce tome 2.
Si Kelsea m’a un peu énervé dans ce tome-là, et que j’ai eu plusieurs fois envie de la claquer, j’ai adoré Lily et je voulais voir comment elle allait s’en sortir (et si elle allait s’en sortir).
On en apprend plus sur la Reine Rouge dans ce tome-ci, mais également de l’aide qu’elle reçoit et qui s’appelle la sombre chose, un être cruel et dangereux, qui va venir voir Kelsea.

L’histoire est encore une fois hyper prenante, une fois plongée entre les lignes du livre, difficile de le lâcher, et si les chapitres sont assez longs, on veut quand même les enchaîner. Même si certaines décisions de Kelsea me rendaient dingues, je voulais quand même la voir évoluer et savoir jusqu’où elle irait. J’ai adoré Massue dans ce tome-là, et la façon dont il parle à Kelsea. J’ai aussi adoré le père Tyler, et sa passion pour les livres qui est immenses. J’ai trouvé Pen plutôt mignon, et j’étais contente de voir un couple homo dans ce tome-ci.
Il y a bien sûr des personnages qui m’ont faire sortir de mes gonds, comme le Saint-Père, ou le général Ducarte, deux ordures finies. J’étais curieuse d’en apprendre plus sur la Reine Rouge par contre, et j’aurais adoré voir un peu plus Le Fetch qui brille par son absence dans ce deuxième tome.

J’ai adoré la fin de ce tome 2, les révélations sont géniales et j’ai hâte d’en savoir plus. Donc je vais me plonger dans le troisième et dernier tome.

Phrases post-itées : 
« Non, l’armée Tear n’était pas prête pour la guerre, pourtant la guerre était bel et bien là. »

« Voilà, je pense, d’où vient le mal en ce monde, Majesté : de ceux qui croient que tout leur est dû, sans demander s’ils y ont droit. Ils ne prennent jamais en considération ce qu’il peut en coûter à d’autres. »

« Peut-être que ce qui caractérisait le mieux l’humanité, c’étaient ces trous de mémoires, cette faculté d’oubli. »

Mon avis sur : 
Le tome 1

h1

La trilogie du Tearling tome 1 : Reine de cendres, Erika Johansen

janvier 19, 2019

005328310Résumé : Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle a pris le pouvoir.
Le jour de ses dix-neuf ans, une garde l’escorte de son repaire à la capitale, où elle doit reconquérir la place qui lui revient de droit. Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre un acte d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente.
Long périple semé d’embûches, plein de bruit et de fureur, de trahisons et de combats… Pour Kelsea, l’épreuve ne fait que commencer.

Avis : Le résumé de ce livre, en plus de la couverture, m’ont attiré et je me suis laissée tenter. Je n’ai aucun regret à ce sujet parce que j’ai vraiment adoré ma lecture.

Kelsea doit devenir Reine, mais de nombreuses personnes refusent qu’elle atteigne le trône, elle va droit à la mort en compagnie de Massue et des gardes de la Reine qui veillent sur sa sécurité. Et Kelsea va prendre le trône et devenir une sacrée Reine.
J’ai tellement aimé Kelsea, elle est maligne, elle a du caractère, elle ne se laisse pas marcher dessus. Bien sûr, elle a des défauts. Elle peut se mettre en colère facilement, elle peut être jalouse pour rien, elle se trouve moche (et ça c’est le truc le plus énervant chez elle).
Kelsea va devoir faire face aux intrigues de la cour, et contre tous ceux qui désirent sa mort, mais elle n’est pas seule, et va se faire de solides alliés, dont le roi des voleurs : Le Fetch, pour lequel elle éprouve des sentiments malgré elle. Pour le peu qu’on la voit, j’ai beaucoup aimé cette relation, il y avait quelque chose entre eux qui m’a plu. Et d’ailleurs j’ai beaucoup aimé les liens qui se tissaient entre Kelsea et d’autres personnages. Comme Massue, comme Pen qui devient son garde du corps, ou comme Andalie sa femme de chambre.

J’étais vraiment à fond dans me lecture, on est tout de suite pris par l’histoire et on se laisse entraîner par Kelsea. C’est bien écrit, c’est prenant. L’intrigue est telle qu’elle n’est pas stressante mais qu’en même temps on a envie de savoir ce qu’il va se passer et comment Kelsea va gérer la suite. On a envie de savoir aussi ce que vont devenir les personnages. Franchement, j’ai vraiment pris mon pied à la lecture de ce tome 1. L’histoire était intrigante, remplis de rebondissements, Kelsea était un super personnage et elle n’était pas la seule à être intéressante, et puis j’ai trouvé que les personnages étaient fouillés et pas lisses.
Du coup j’ai vraiment dévoré ce premier tome, et je vais de ce pas lire le deuxième.

h1

La femme sans tête, Viviane Moore

janvier 16, 2019

518rwssqzzl._sx210_Résumé : Paris, 1581. La misère envahit les rues. Orgies et fêtes enfièvrent les salons. Jean de Moncel, jeune commissaire au Châtelet, est sur les traces d’un tueur de prostituées.

Le corps décapité de l’une d’elles le mène jusqu’à Théophraste Le Noir, médecin qui, replié dans son laboratoire avec sa fille Sybille, cherche sans relâche le secret alchimique de l’Elixir de Vie. Sorcellerie ? Rites occultes ? Machination ?

L’alchimiste est-il le monstre que poursuit Jean, ou bien l’humaniste en avance sur son temps que défend passionnément sa fille ?

Avis : Que dire sur ce roman ? On suit deux histoires en parallèle. L’enquête de Jean de Moncel, déterminé à découvrir qui tue et torture les prostitués dans Paris. Et l’histoire de Sybille le Noir, qui, depuis le massacre de la Saint Barthélemy n’a plus le droit de sortir de chez elle et s’habille en homme. Cela fait neuf ans. Elle vit avec son père qui est médecin et alchimiste, et l’admire énormément et veut suivre ses traces. Les deux enquêtes finissent par se relier, mais de manière plutôt maladroite j’ai trouvé.
Il y avait du suspens, c’était une lecture intéressante, le côté historique est sympa (bien qu’un peu lourd au début), mais j’ai trouvé que les résolutions étaient peut-être un peu trop simple.

Je me suis beaucoup attachée à Jean et à Sybille. J’ai aimé du premier qu’il veuille à tout prix résoudre son enquête, quand bien même cela mette sa vie en danger. J’ai aimé de la deuxième, son envie de liberté, son envie et besoin de savoir, sa façon de s’habiller en homme parce qu’elle a compris qu’ils étaient bien plus libres que les femmes. L’histoire est raconté de façon tel qu’on a envie de savoir ce qu’il va se passer et qu’on tourne les pages facilement. Les enquêtes se résolvent, mais l’une d’entre elle laisse un goût d’inachevé et se poursuivra très certainement dans un tome suivant qu’il faudra que je lise.

En bref, c’était une bonne histoire, les enquêtes étaient sympa et il y avait du suspens, mais les résolutions étaient trop simples et trop rapides, et je ne pense pas que je garderai beaucoup de souvenirs de cette lecture.

h1

Moi et les aquaboys, Nat Luurtsema

janvier 14, 2019

moi et les aquaboysRésumé : L’avenir de Lou Brown, quinze ans, est tout tracé. Elle suit depuis toute petite un entrainement de natation intensif, avec sa meilleure amie, Hannah. Et ce quatre cents mètres quatre nages va leur permettre de se qualifier pour les Jeux Olympiques. Mais Lou rate sa course tandis que Hannah, elle, est sélectionnée. Lou fait sa première rentrée seule dans un lycée où elle ne connaît personne. L’adolescente trop grande, gauche et timide hors de l’eau affronte sa nouvelle vie avec autant de courage que d’humour. Un jour, elle retourne à la piscine. Trois garçons du lycée lui proposent un défi complètement fou…

Merci à : Gallimard jeunesse pour l’envoie de ce livre (il y a environ cent ans).

Avis : Lou rate son rêve et n’est pas sélectionnée pour aller en entraînement intensif de natation, contrairement à Hannah sa meilleure amie. Elle se retrouve donc sans rêve, sans objectif, seule et déprimé. Jusqu’à ce que sa route croise celle de Peter, Ronan et Gabe qui vont lui demander de les aider à passer à « Un incroyable talent ». Et tout ça grâce à la natation.

C’était une lecture plutôt sympathique, il y a des moments mignons. J’ai beaucoup aimé le lien que tisse Lou et les trois garçons, ils deviennent proches et amis pour de vrai, même si au début c’est super mal partit. Y a une petite histoire d’amour mais elle prend pas trop de place, et m’a pas collé de frisson non plus, c’était chou, sans plus.
J’ai aimé la famille de Lou, beaucoup moins celle de Hannah. J’ai apprécié l’histoire, malgré quelques trucs qui m’ont un peu fait grincer des dents.

Y avait des moments vraiment très drôles avec des situations très rocambolesques et un peu tiré par les cheveux. Y avait de beaux moments d’amitié aussi et familiales. La fin est mignonne, à l’image du livre, peut-être un peu trop rapide sur certaines situations (par exemple pour Hannah, j’aurais aimé en savoir plus sur ce qu’il s’était passé).

C’était un livre agréable, mais qui, je l’avoue, ne restera sans doute pas ancré dans ma mémoire. J’ai quand même passé un bon moment, et j’avais besoin d’une lecture un peu légère comme celle-ci.