Archive for décembre 2011

h1

Challenge 52 livres en 2012

décembre 31, 2011

J’ai trouvé ce Challenge sur : club de lecture. 

C’est facile, comme il y a 52 semaines dans une année, je dois lire au moins 1 livre par semaine. Je pense y arriver, vu que cette année j’ai lu plus de 120 livres. Alors je me suis inscrite à ce challenge.

Il y a différents niveaux :

1/4 du chemin parcouru = moins de 13 titres lus
A la moitié du chemin… = moins de 26 titres lus
Dernière ligne droite..! = moins de 39 titres lus
Challenge réussi !!! = 52 titres ou plus !

Et je vise bien sûr le challenge réussi éhéhé 😀

1) Hunger Games t.3 La révolte, Suzanne Collins
2) Simple, Marie-Aude Murail
3) Lady Susan, Jane Austen
4) Bobby Pendragon t.5 : la cité de l’Eau noire, D.J MacHale
5) Ikebukuro West Gate Park, Ishida Ira
6) Théatre, Marivaux
7) Un peu plus loin sur la droite, Fred Vargas
8) Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, Vingt histoires originales, Maurice Leblanc
9) Possession, Elana Johnson
10) Le combat de l’Epouvanteur, Joseph DeLaney
11) Midnighters t.1 L’heure secrète, Scott Westerfeld
12) Rumeurs, Anna Godbersen
13) Un employé modèle, Paul Cleave
14) Le Crime de l’Orient-Express, Agatha Christie
15) Rideau de verre, Claire Fercak
16) L’amour dure trois ans, Frédéric Beigbeder
17) Paranoid Park, Blake Nelson
18) Je suis l’Homme le plus beau du monde, Cyril Massarotto
19) L’Adversaire, Emmanuel Carrère
20) La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano 
21) Ce cher Dexter, Jeff Lindsay
22) Tricheuses, Anna Godbersen
23) Thomas Drimm T.1 La fin du monde tombe un jeudi, Didier Van Cauwelaert 
24) Leviathan, Scott Westerfeld
25) La Voleuse de livres, Markus Zusak
26) Cette nuit là, Lindwood Barclay
27) Divergent, Veronica Roth
28) Héros de l’Olympe tome 2 : Le fils de Neptune, Rick Riordan
29) Teddy est revenu, Gilbert Gallerne
30) A tombeau ouvert, Kathy Reichs
31) Les Ecriveurs t.1 La cité Lumineuse, Frédéric Mars
32) Le livre de Joe, Jonathan Tropper
33) Comment (bien) gérer sa love story, Anne Percin
34) Le chaos en marche tome 2 : Le cercle et la flèche, Patrick Ness
35) Le syndrôme Copernic, Henri Loevenbruck
36) L’échapée belle, Anna Gavalda
37) Terrienne, Jean-Claude Mourlevat
38) Lunaparc en pyjamarama, Michaël Leblond et Frédérique Bertrand
39) Les indiscrétions d’Hercule Poirot
40) Grande Ecole du Mal et de la Ruse tome 1, Mark Walden
41) Les livres des rai-kirah tome 1 : L’esclave, Carol Berg
42) Will & Will, John Green et David Levithan
43) Les jumelles de Highate, Audrey Niffenegger
44) Les personnages, Sylvie Germain
45) Le ciel est partout, Jandy Nelson
46) Les canards en plastique attaquent, Christopher Brookmyre 
47) Messieurs Propres, Christine Destours
48) Chat-nouille, Gaëtan Dorémus
49) On ne copie pas, Olivier Douzou et Frédérique Bertrand
50) autobus numéro 33, Olivier Douzou et Isabelle Simon
51) Du bout des doigts, Sarah Waters
52) Le fantôme de Baker Street, Fabrice Bourland 

Et voilà Challenge réussi o/

h1

L’amour, mode d’emploi, William Nicholson

décembre 31, 2011

 Résumé : L’amour, mode d’emploi Maddy Fisher a décidé de tomber amoureuse. Le vrai, le grand amour, celui qui empêche de manger et de dormir. Il ne lui reste plus qu’à trouver le garçon idéal ! Rich Ross, lui, craque pour la fille la plus populaire du lycée, totalement inaccessible… Et si l’amour se trouvait juste sous leurs yeux ? Un roman drôle et tendre sur le désir, quand sexe et amour se confondent.

Avis : je crois que j’ai envie de mettre un gros « LOL » pour parler de ce bouquin, parce que c’est l’effet que ça m’a fait.
Lol : non mais c’est quoi ça? Des ados, du sexe, des boutons, des dialogues de oufs… Tout ce que j’ai toujours détesté quoi.
Lol : parce que mince, j’avais déjà l’impression d’être une extra terrestre, mais voilà que ce livre vient me titiller sur le sujet.
Lol : parce que ce livre ne me correspond pas du tout.
Je ne sais pas par où commencer tellement j’ai des choses à dire sur ce livre, je vais me lancer par une critique des personnages :
Maddy Fisher : l’héroïne, auquel je n’ai à aucun moment réussi à m’identifier. Elle cherche l’amour très bien okay fun, elle voit son monde s’écrouler quand son amour n’est pas comme elle l’attendait super youpi. Bref j’étais pas du tout passionnée par ce personnage, elle ne me saoulait pas, juste qu’elle m’indifférait et que je n’étais pas sensible à ses sentiments.
Rich Ross : pour lui c’était un peu mieux, d’ailleurs avec monsieur Pico c’était mon personnage préféré. Peut-être parce que j’arrivais un peu plus à m’identifier à lui. Par le fait qu’il se sentait différent, complètement bizarre, et carrément à côté de la plaque. Par ses doutes et ses impressions. Bon forcément plus ça avance et moins il me ressemble, tant pis.
Pablo Pico : prof d’anglais que j’aurais rêvé d’avoir en prof de français. Pour moi c’était LE personnage que j’ai le plus apprécié. Il était sympa et se foutait des examens, il voulait vraiment que les élèves apprennent quelque chose pour eux même, et pas juste pour une note en fin d’année. Il se fait qualifier d’homo (moi personnellement j’aurais même plutôt dit « pédé » à la place du traducteur) pour des raisons sans aucuns sens et complètement débiles (et les gens trouvent ça dégueulasse, et les élèves mâles croient qu’ils vont se faire violer, lolilol). Bref, de toute manière il n’en n’est rien. Ce prof n’est pas homo. Et il est cool.
Max : le meilleur ami de Rich. Et franchement… je le flinguerais si j’avais un pote pareil. Il ne pense qu’au sexe, il est homophobe (ça joue), il est chiant, imbu de lui même, il raconte que de la m***** ! Bref il est insupportable et c’est pour moi le personnage que j’ai le moins apprécié, il n’apportait rien à l’histoire, à part de la connerie.
Léo : flippant. Je ne l’ai pas aimé non plus, et en même temps je trouve qu’il apporte de l’intérêt au livre puisqu’à travers lui on aborde un sujet grave. Bref sans apprécier le personnage en lui même, j’ai apprécié qu’il soit là.
Joe : je l’ai bien aimé, rien à dire sur lui.
Gemma : idem
Grâce : si je l’ai trouvé hyper pouf et garce, j’ai changé d’avis quand on apprend la vérité sur son histoire, mon regard s’est changé et j’ai eu pitié pour elle (même si nous le savons, la pitié c’est mal).
Cath : ouais on le saura qu’elle est moche et seule (bon en fait sur pleins de points elle me ressemble, alors je l’ai quand même apprécié).
Imo : je l’aime pas. C’est tout;
Kitty : alors elle je l’adore par contre, une petite soeur qui n’a pas la langue dans sa poche, drôle, exceptionnelle, bonne répartie, pas méchante, pas gentille non plus. Excellente.
Et les autres : comme les parents de Maddy (qui m’ont fait lolilol même si leur histoire est dur, je la voyais venir à 4 km alors bon). La grand-mère de Rich (je l’ai surkiffé pour le peu qu’on la voit).

Ensuite l’histoire en elle même, ou les histoires. Les histoires d’amour d’abord : celle de Maddy avec Joe : c’est une blague ce truc. Celle de Rich Ross avec Grâce : le type effacé qui rêve de la belle princesse, sauf qu’on est pas dans un conte quoi, et dans la vraie vie les choses ne sont jamais comme on le veut (alors du coup j’ai bien aimé, et ça m’a rappelé moi qui tombait amoureuse de l’impossible). Et puis celle qu’on voit venir comme le nez au milieu de la figure au final (et qui m’a inintéressé comme pas possible, et pourtant je suis très fleur bleue). Il y a également celle d’Imo et Léo, qui aborde alors un sujet beaucoup plus grave (et qui rejoins l’histoire de Grâce), au début je n’ai pas apprécié cette histoire qui traite « des femmes battus » parce que je la trouvais trop glauque par rapport au reste du livre, mais finalement je me suis dis que c’était le sujet le plus intéressant du livre et que c’est dommage qu’il ne soit pas traité plus profondément. Bon et l’histoire d’adultère ne m’a pas touché franchement, la manière dont c’était traité m’a déplu (mais c’était toujours mieux approché que le livre « dans la peau d’un garçon »).

Ce livre au final m’a fait énormément rire (mais je crois pas que c’était volontaire) à cause des dialogues sans queue ni tête, parce que la scène de sexe est… hilarante (pour moi), parce que je n’ai pas aimé comment c’était écris (la faute au traducteur?) et qu’il m’a souvent laissé perplexe. Puis trop de préjugés sur les homos (t’as pas de portable t’es homo, mais oui) même si ça représente bien la méchanceté des lycéens. Il y a une dernière chose qui m’a dérangé c’est le regard de Maddy sur les hommes et les femmes : les hommes ne savent pas aimer, et les femmes sont hyper fidèles selon elle. C’est très naïf et lolilol quoi. Les hommes et les femmes se valent, puis c’est tout.

Bref, je ne pense pas que ce soit un mauvais livre, ce n’est tout simplement pas un livre pour moi. Je n’ai pas trouvé l’histoire touchante, je ne pouvais pas réellement m’identifier aux personnages. Je me sentais à côté de la plaque comme toujours, tout le monde parlait de sexe naturellement et moi ça ne m’intéressait pas c’est tout.

Des phrases qui m’ont marqués : 
« tu sais ce que je pense Max? Tu as tellement la trouille de l’homosexualité que tu dois être homo » parce que c’est franchement bien envoyé !
« On va tabasser tout le monde jusqu’à ce qu’ils comprennent le message : aimez-vous les uns les autres ou mourrez. » ça m’a fait mourir de rire.

3 plus :
–  M. Pico que j’ai adoré, et Rich un peu quand même
– ça m’a sacrément fait rire
– ça faisait plaisir d’enfin le finir

3 moins : 
– l’histoire d’amour, de sexe
– les dialogues
– les préjugés

h1

Ma PAL

décembre 30, 2011

 Ihihi, une petite photo de ma PAL pour le fun 😀 ! J’ai tout bien rangé et tout (et j’ai ramené une tonne de livres de la maison, et j’en ai aussi acheté pleins d’autres). Donc j’ai refais une PAL (bah ouais), et cette fois-ci j’ai décidé de la consummer et de la réutiliser (donc de rajouter les livres au fur à mesure, ou de les barrer). Comme je suis une flemmarde et que j’aime bien le désordre, j’ai pas classé par ordre alphabétique, donc elle est tout en bordel (et c’est comme ça que je l’aime !)

Les titres en violet sont ceux que j’ai ajouté après.
En marron ceux que j’ai ajouté à partir de février 2012.

MA PAL  :

Livres papiers à lire :

–          L’épouvanteur t.4, Joseph Delaney

–          L’épouvanteur t.5, Joseph Delaney

–          Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, Marie-Anne Shaffer et Annie Barrows.

–          La librairie des ombres, Mikkel Birkegaard

–          Le cueilleur de fraises, Monika Feth

–          Le Crime de l’Orient-Express, Agatha Christie

–         Les indiscrétions d’Hercule Poirot, Agatha Christie

–         La Maison du péril, Agatha Christie

–         Les Enquêtes d’Hercule Poirot, Agatha Christie 

–          La proie, Michael Crichton

–          La grande école du mal et de la ruse t.2, Mark Walden

–          Bobby Pendragon t.5 : La cité de l’eau noire, D.J Machale

–          Le premier jour, Marc Levy

–          La pyramide rouge, Rick Riordan

–          Eragon, Christopher Paolini (relecture)

–          L’ainé, Christopher Paolini

–          Brisingr, Christopher Paolini

–          Rumeurs, Anna Godbersen

–          Tricheuses, Anna Godbersen

–          Artémis Fowl t.1, Eoin Colfer (relecture)

–          Artémis Fowl t.2, Eoin Colfer (relecture)

–          Artémis Fowl t.3, Eoin Colfer (relecture)

–          Artémis Fowl t.4, Eoin Colfer (relecture)

–          Artémis Fowl t.5, Eoin Colfer

–          Toi et moi à jamais, Ann Brashares

–          Golem, Marie-Aude Murail, Elvire et Lorris

–          Histoires Inédites du Petit Nicolas, Gosciny et Sampé

–          Raconte grand-mère, Marie-Thérèse Renaud

–          Cathy’s Book, Stewart, Weisman et Brigg (relecture)

–          Cathy’s Key, Stewart, Weisman et Brigg

–          L’assassin est au college, Marie-Aude Murail

–          Qui veut la peau de Maori Cannell ?, Marie-Aude Murail

–          Simple, Marie-Aude Murail

–         Ma vie a changé, Marie-Aude Murail

–         Baby-sitter blues, Marie-Aude Murail

–         Mon écrivain préféré Marie-Aude Murail, l’école des loisirs

–          De couleur… Mauve, Christelle Ravey

–          Le maître des illusions, Donna Tartt

–          L’étrangleur de Cater Street, Anne Perry

–          Défenses et Trahisons, Anne Perry

–          Les anges des ténèbres, Anne Perry

–         Avant la tourmente, Anne Perry

–          Oscar Wilde et le cadavre souriant, Gyles Brandreth

–          Oscar Wilde et le nid de vipères, Gyles Brandreth

–          Dogra Magra, Yumeno Kyûsaku

–          La fée Carabine, Daniel Pennac (relecture)

–          La petite marchande de proses, Daniel Pennac (relecture)

–          Monsieur Malaussène, Daniel Pennac (relecture)

–          Aux fruits de la passion, Daniel Pennac (relecture)

–          Des chrétiens et des maures, Daniel Pennac (relecture)

–          Le dictateur et le hamac, Daniel Pennac

–         Journal d’un corps, Daniel Pennac

–          Les jumelles de Highate, Audrey Niffenegger

–          La pitié dangereuse, Stefan Zweig

–          Hunger games t.3 : La révolte, Suzanne Collins

–         Gregor livre 1 La prophétie du Gris, Suzanne Collins

–          Le dernier jardin t.1 : Ephémère, Lauren DeStefano

–          Comment (bien) gérer sa love story, Anne Percin

–          Midnighters t.1 : L’heure secrète, Scott Westerfeld

–          Théâtre, Marivaux

–          Teddy est revenu, Gilbert Gallerne

–          Le chuchoteur, Donato Carrisi

–          La ballade de la geôle de Reading, Oscar Wilde

–          La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano

–          No et moi, Delphine de Vigan

–          J’irai pas en enfer, Jean Louis Fournier

–          Je suis l’Homme le plus beau du monde, Cyril Massarotto

–          La petite fille qui aimait trop les allumettes, Gaëtan Soucy

–          L’échappée belle, Anna Gavalda

–          Contes de la fée verte, Poppy Z. Brite

–          Les Diaboliques, Barbey D’Aurevilly

–          Sécurité absolue, Serge Brussolo

–          Ce cher Dexter, Jeff Lindsay

–          Un peu plus loin sur la droite, Fred Vargas

–          Emma, Jane Austen

–         Persuasion, Jane Austen (relecture)

–         Raison et sentiments, Jane Austen (relecture)

–          Lady Susan, Jane Austen

–          Hannibal, Thomas Harris

–          Une mort esthétique, P.D James

–          Ce que j’ai vu et pourquoi j’ai menti, Judy Blundell

–          Royaume magique à vendre !, Terry Brooks

–          Le ciel est partout, Jandy Nelson

–          Les femmes savantes, Molière

–          Paranoïd Park, Blake Nelson

–          Harry Potter t.7 : les reliques de la mort, J.K. Rowling

–          L’amour, mode d’emploi, William Nicholson

–          Le trône de fer l’intégrale 1, George R.R Martin

–          Le chagrin du roi mort, Jean-Claude Mourlevat

–          L’adversaire, Emmanuel Carrère

–          La vague, Todd Strasser

–          100 pages blanches, Cyril Massarotto

–         Dieu est un pote à moi, Cyril Massarotto

–          Le lit d’Aliénor I, Mireille Calmel

–          À Mélie, sans mélo, Barbara Constantine

–          Ikebukuro West Gate Park, Ishida Ira

–          L’attrape-coeurs, J.D Salinger

–          Love & Pop, Murakami Ryû

–          Gossip Girl t.3 : Je veux tout, tout de suite, Cecily von Ziegesar

–          Cette nuit-là, Linwood Barclay

–          La fascination du pire, Florian Zeller

–          Rideau de verre, Claire Fercak

–          Possession, Elana Johnson

–          Les étranges talents de Flavia de Luce, Alan Bradley 

–          Ikebukuro West Gate Park II, Ishida Ira

–          Tu es moi, Sara Shepard

–          Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, vingt histoires originales, Maurice Leblanc

–          Mon ami Ben, Julia Romp

–          Blog, Jean-Philippe Blondel

–          Seul le silence, R.J. Ellory

–          Genesis, Bernard Beckett

–          Les cœurs fêlés, Gayle Forman

–          L’amour dure trois ans, Frédéric Beigbeder 

–          Un employé modèle, Paul Cleave

–          Il faut qu’on parle de Kevin, Lionel Shriver

–          Le livre de Joe, Jonathan Tropper 

–          Level 26, Anthony E. Zuiker

–          Le chaos en marche t.2 : Le cercle et la flèche, Patrick Ness

–         Le chaos en marche t.3 : La guerre du bruit, Patrick Ness

–          L’enfant des cimetières, Sire Cédric

–          Alchimie, Beth Fantaskey

–          Les secrets d’une blogueuse amoureuse, Allison van Diepen

–         Qui es-tu Alaska ? John Green

–         Le cherche bonheur, Michaek Zadoorian

–         La ferme des animaux, George Orwell

–         Quand souffle le vent du nord, Daniel Glattauer

–         Café 0405, Yi Hyeon

–         Pas de pitié pour Martin, Karin Slaughter

–         Interface, M.T Anderson

–         Tous les damnés ont froid, Richard Stevenson

–         Les Ecriveurs, Frédéric Mars

–         Terrienne, Jean-Claude Mourlevat

–         Irresistible Alchimie, Simone Elkeles

–         Le syndrome Copernic, Henri Loevenbruck

–         La forêt des Mânes, Jean-Christophe Grangé

–         Toi, ma douce introuvable, Sandra Scoppettone

–         Héros de l’Olympe tome 2, Rick Riordan

–         Divergent, Veronica Roth

–         Treize raisons, Jay Asher

–         La probabilité statistique de l’Amour au premier regard, Jennifer E. Smith

–         L’indésirable, Sarah Waters

–         Du bout des doigts, Sarah Waters

–         Time Riders, Alex Scarrow

–         Will & Will, John Green et David Levithan

–         Le passager, J-C Grangé

–         Le faire ou mourir, Claire-Lise Marguier

–         Charly 9, Jean Teulé

–         NP, Banana Yoshimoto

–         Marina, Carlos Ruiz Zaron

–         A comme Association tome 6, Erik L’Homme

–         Serum s1ep1, Henri Loevenbruck & Fabrice Mazza

–         Psi Changeling, Nalini Singh

–         L’énigme des Blanc-Manteaux, Jean-François Parot

–         Ne jamais te croire, Mélissa Marr

–         Anka, Guillaume Guéraud

–         Moi et la mer de Weddell, Arnaud Tiercelin

–         Les livres des rai-kirah 1 L’esclave, Carol Berg

–         Qui a tué Michka, Irène Cohen-Janca

–         Mon amour kalachnikov, Sylvie deshors

–         La fois où je suis devenu écrivain, Vincent Cuvellier

–         Le garçon qui volait des avions, Elise Fontenaille

–         Le garçon Talisman, Florence Aubry

–         Ma, Louis Atangana

–         Révélations de la soeur (pas si) laide de cendrillon

–         Saba ange de la mort, Moira young

–         Matilda, Roald Dahl (relecture)

–         Bordeline, Marie-Sissi Labrèche

–         Délirium, Lauren Oliver

–         Birth Marked t.1 Rebelle, Cargh M. O’brien

–         La selection, Kiera Cass

–         Reste avec moi, Jessica Warman

–         Sans âme, Gail Carriger

–         Le royaume empoisonné, Celine Kiernan

–         Le pays des morts, Anna Kendall

–         Les chevaliers d’Emeraude tome 1, Anne Robillard

–         Allumer le chat, Barbara Constantine

–         Quand j’avais cinq ans je m’ai tué, Howard Buten

–         Numéro Quatre, Pittacus Lore

–         Je ne suis pas un serial killer, Dan Wells

–         L’éxécutrice tome 1 le baiser de l’araignée, Jennifer Estep

–         C’est ici que l’on se quitte, Jonathan Tropper

–         Le nom de la rose, Umberto Eco

–         Les contes de la saint-glinglin, Robert Escarpit

–         Papa et maman sont morts, Gilles Paris

–         La justice de l’inconscient, Frank Tallis

–         Les contes d’Excalibur, Alain Demouzon

–         Je suis né un jour bleu, Danniel Tammet

Livres de la médiathèque (et prêt) :

–         Thomas Drimm t.1, Didier Van Cauwelaert

–         La Voleuse de livres, Markus Zusak

–         Léviathan, Scott Westerfeld

–         A tombeau ouvert, Kathy Reichs

–         Les canards en plastique attaquent, Christopher Brookmyre

–         Chat-nouille, Gaëtan Dorémus

–         Messieurs propres, Christine Destours

–         Sahara, Antonin Louchard et Daniel Pennac

–         On ne copie pas, Olivier Douzou et Frédérique Bertrand

–         Autobus numéro 33, Olivier Douzou et Isabelle Simon

–         Le fantôme de Baker Street, Fabrice Bourland

Ebook à lire :

–          Le vide 1 et 2, Patrick Sénécal

–          Le Shack, Paul Young

–          L’insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera

–          Hamlet, Shakespeare

–          Roméo et Juliette, Shakespeare

–          Macbeth, Shakespeare

–          Fille de lune t.1 : Naila de Brume, Elisabeth Tremblay

–         Eternels t.1 : evermore, Alyson Noël

–         Hantise, Shirley Jackson

–         Les dix petits nègres, Agatha Christie

–         La Clinique du Docteur H., Mary Higgins Clark

–         Nemesis, Shaun Hutson

h1

Le carnet de Théo t.1 : Dans ma bulle, Eléonore Cannone

décembre 29, 2011

 Quatrième de couverture : 

Prénom : Théo.
Pseudo : Hatedoro.
Âge : 14 ans.
Classe : 3e 1.
Lieu de vie préféré : sa chambre.
Adore : son chat, le rock, les jeux vidéo, les animes et les mangas.
Déteste : les fêtes, les réunions de famille, le chocolat.
Passion : dessiner.
Caractère : trempé.
Signe particulier (physique) : dissimule la cicatrice barrant son sourcil gauche sous une mèche.
Signe particulier (psychologique) : possède une franchise désastreuse et un humour dévastateur.
Souci récent : son chat Kyô a confondu sa gomme mie de pain avec une souris. Arghh ! ! !

Avis :  Je n’ai pas été convaincu plus que ça par ce livre. Mais parlons d’abord des points positifs : c’est court, facile à lire, les dessins sont sympas (bien que répétitif), l’histoire est « mignonne », j’ai bien aimé Théo, Samuel et Kyô (le chat hyperactif), j’ai adoré Léandro (le fils que je voudrais :D) et sa mère ! Pas mal de choses m’ont fait rire, et puis vu que ça parle japon, manga, musique, et que Théo est une associale finis j’étais forcément contente.

Seulement mon avis reste mitigée et ce pour plusieurs points :
Les dessins sont définitivement trop répétitifs (comme si nous dans nos carnets intimes on mettait 14 fois le même dessin??). Ishiguro est un personnage que je n’ai absolument pas aimé (trop calme, trop « psy », trop bizarre, à ne jamais répondre aux questions qu’on lui pose comme s’il était hyper mystérieux, et puis il ne me rassurait pas).
Certaines phrases sont en japonais, tu sais pas pourquoi, ça m’a un peu gonflé (et oui).
J’ai relevé des fautes (et ça m’a pas fait rire non), quand on parle de quelques choses, on se renseigne, flute (même si je suis sûre que l’auteur s’y connait, mais bon, peut-être que l’éditeur non).
Le passage en allemagne m’a fait hurlé : trop stéréotypé : en gros les allemands sont gros, hystériques, ont des blagues de m**** et leurs filles portent des couettes, ce sont des bouffeurs de saucisses (et de graisses)… Moui. Ah oui, une chose m’a fait cependant sourire, c’est l’allemand qui agresse Théo parce qu’elle traverse au rouge (et en allemagne, on est mieux élevé qu’en France, on ne traverse pas quand le bonhomme est rouge, et pan (oui les stéréotypes de m**** j’aime pas ça)). En plus, Théo ne fait que se plaindre touuuuut le temps (pas seulement en allemagne, mais là surtout) pour ensuite pleurnicher qu’elle est triste de partir… (sale chieuse !)
La fin… Je ne lui reproche pas d’être courte où d’annoncer une suite (qui de toute manière viendra bientôt), mais surtout de n’avoir aucun sens. Oui c’est pour créer du suspens, okay moi aussi j’aime en créer, mais j’aurais aimé une explication sur la chose. M’enfin.
Et pour finir ce qui m’a dérangé c’est l’histoire des photos, alors j’ai bien rigolé au début, mais quand on apprend le fin fond de l’histoire j’étais tellement traumatisé que je me demandais pourquoi mettre un truc aussi triste dans un bouquin pareil? C’est comme si au milieu d’une tragédie, t’avais un clown qui faisait faire son numéro quoi. En plus, les parents de Théo sont vraiment pas bien dans leur tête, je les trouve insupportables.
Voilà, je crois que c’est tout.
Bon ma critique a l’air sévère comme ça, mais j’ai tout de même passé un bon moment, c’était pas désagréable à lire, et j’ai quand même bien ris (pi Théo par certain côté me rapelle moi !)

Une phrase qui m’a marqué : « Edouard, l’autre frère de mon père, sera absent. Il est mort »
J’avoue, j’ai éclaté de rire (surtout de la façon dont c’est dit)

3 plus :
– Les dessins, la musique
– Le fait que c’est drôle quand même
– Théo est quand même sympa, et son chat mignon peut-être

3 moins :
– Les parents de Théo, la mère de Sam, Ishiguro (oui moi je l’aime pas)
– Les stéréotypes (pas que sur l’Allemagne, le « tous les japonais ont des chats » wtf?)
– L’histoire des photos

h1

Du nouveau?

décembre 27, 2011

Je sais pas, quand on me connait on sait que je change vite d’avis et que je me lasse facilement (et oui), alors forcément à toujours voir ce vert j’ai craqué, et j’ai mis autre chose. J’aime bien aussi (pour combien de temps?) !

Je réfléchis aussi à mes critiques, et peut-être que je vais m’y prendre autrement (ou peut-être pas), on verra 🙂 ! En attendant je lis.

h1

l’île du crâne, Antony Horowitz

décembre 27, 2011

 Résumé : David Eliot vient d’être renvoyé du collège et cette fois ses parents ont décidé de servir ! David se retrouve alors dans une école bien étrange, sur la sinistre île du Crâne, au large de l’Angleterre. Très vite, il soupçonne le pire, mais il est encore loin de la vérité…

Avis : c’est une écriture très simple qui nous emporte assez vite dans ce livre. Simple et drôle. Un humour noir et mordant, surtout quand il s’agit de parler de la vie de famille de David et de ses parents. Quand son père ne cesse de lui rapeller les tortures que son propre près lui infligeait (et qui l’a rendu si bien éduqué), sa femme elle ne cesse de se prendre des coups (souvent par inadvertance). Elle se relève tranquillement d’un coup de couteau, et n’en veut pas à son mari de lui rouler dessus avec son siège. Bref, j’étais morte de rire durant tout le temps où on voit les parents de David.
La suite m’a paru sans doute moins exagéré, mais drôle tout de même. On découvre petit à petit l’école où est envoyé David, et cela n’a pas l’air d’être une simple école justement. Quelque chose de bizarre flotte là dessous, et tout au long du livre nous découvrons ce qu’il s’y passe.
David va être accompagné dans son aventure par Jill (une fille intrépide qui cherche à fuir l’île) et Jeffrey (petit gros begayeur) qui ne sert pas à grand chose et qui se rallie plutôt vite à la cause de l’école.
J’ai tout de même finis par me lasser et était contente de voir arriver les dernières pages, dernières pages qui m’ont d’ailleurs plutôt déçu au final. Ceci n’empêche pas que c’est un plutôt bon livre pour la jeunesse et que la suite mérite d’être lu.

3 raisons de le lire :
– l’écriture simple, et facile à lire (et rapide)
– c’est drôle (si on aime les exagérations et l’humour noir)
– les personnages sont complètement frappés

3 raisons de ne pas le lire :
– c’est peut-être trop simple justement
– la fin est un tantinet décevante (de mon point de vue)
– les personnages ne sont peut-être pas assez étudié (en même temps on reste dans un livre pour la jeunesse donc voilà.

h1

Pas à pas, Louis Sachar

décembre 27, 2011

 Résumé : La nouvelle se répand comme une traînée de poudre : la superstar Kaira DeLeon va donner un concert à Austin (Texas) ! Aisselle, alias Theodore, n’en a cure, il préfère se concentrer sur les trous qu’il doit creuser pour la société de jardinage qui l’emploie. Il a un passé de jeune délinquant à faire oublier ! Malgré ses efforts désespérés pour rester dans le droit chemin, il se fait embringuer dans un trafic de billets pour le fameux concert. Jusqu’à se retrouver dans la loge de la chanteuse… qui ne semble pas insensible à son charme. Dans ce troisième roman publié à L’École des loisirs, l’écrivain Louis Sachar retrouve, apparemment avec beaucoup de plaisir, les deux héros de son roman à succès « Le Passage ». D’une écriture limpide, qui doit beaucoup à l’excellente traduction d’Agnès Desarthe, il y décrit les difficultés que rencontrent les jeunes ex-délinquants noirs américains en réinsertion et la sempiternelle suspicion dont ils font l’objet. En contrepoint, et grâce au personnage de Kaira (qui pourrait être, dans la vraie vie, Beyonce), il dépeint sans emphase la vacuité de l’existence des superstars et leur soif de reconnaissance et d’amour. Amour, amitié, trahison, rock’n’roll (ou plutôt R&B) et rédemption, ne cherchez pas : tout y est !

Avis : Plutôt long au démarrage, j’ai eu du mal à rentrer dedans. D’après moi, la première partie aurait dût être plus courte, même si elle met en place la situation. C’est seulement lors de la rencontre Aisselle/Kaira que j’ai enfin sentit l’intérêt monter (et qu’est ce que j’ai rigolé quand elle l’appelle “Phalange”). Si j’avais adoré le passage de bout en bout, mon intérêt pour ce livre fut très mitigé, surtout à cause de l’écriture qui m’a paru beaucoup moins poétique et accrochante.
Parlons d’abord des personnages : nous retrouvons Aisselle et X-Ray (avec aussi un minuscule sous entendu à Stanley), le premier souhaite se réinsserrer dans la société en avançant pas à pas (comme lui a conseillé l’assistante sociale), le deuxième… a oublié de s’acheter une cervelle, ne pense qu’à l’argent, et entraine son ami dans les ennuies. Et là où je me suis vraiment sentie énervée, c’est qu’Aisselle a beaucoup de mal à dire non. Parce que flute quoi, il les sent venir à 10 kilomètres les ennuies et il continue quand même d’entrer dans les combines et les magouilles d’X-ray (qui au passage lui pompe ses sous).
Les parents d’Aisselle m’ont fait halluciné, ils n’ont aucune confiance en leur fils, pire ils le forcent à faire des tests anti-drogue et lui parlent comme s’il allait retourner en prison.
Il est aussi question d’une fille du nom de Tatiana, plutôt superficielle finalement et qui ne m’a pas plus intéressé ni touché que ça.
Par contre j’ai vraiment adoré Ginny, la voisine d’Aisselle qui est handicapée, sa relation avec Aisselle d’ailleurs est très touchante, et elle-même je l’ai trouvé très très mignonne.
Venons en à Kaira : sympa, drôle, avec un petit caractère mignon. Elle se fait pomper son argent dans son dos par son beau père (et manager) qu’elle déteste (et que je déteste aussi), marié à sa mère (femme que j’ai également détesté). Elle n’est pas aimé par ses choristes (inutiles) et ses musiciens (qui la trouve trop gâté et n’y connaissant rien à la musique (mais qui se montrent plus sympa après)). Elle apprends en plus qu’Aileen la coordinatrice se tappe son beau père etc. Bref son monde n’a pas l’air sympa, heureusement il y a la chanson (malheureusement il y a Fred, son garde du corps).
Voilà pour les personnages, qui m’ont tous un peu énervé à un moment ou à un autre, sauf Ginny.
L’histoire ne prend un tournant intéressant que lors de la rencontre de Kaira et Aisselle, où j’ai eu l’impression qu’il se passait ENFIN quelque chose. Leur relation est plutôt mignonne, drôle et un peu naïve, mais je l’ai immédiatement apprécié (surtout la lettre de Kaira).
Enfin, j’ai grincé des dents sur le racisme hallucinant qui ressort de ce livre, entre les flics qui tabassent Aisselle plus que de raisons, les “blancs” qui ont peur de lui et l’évitent, et tout un tas d’autres scènes dans ce genre, j’étais vraiment choquée par ce genre de réaction (mince quoi, il est noir okay, mais il est super gentil). C’est une critique assez forte de la société, où le noir est tout de suite vue comme le méchant et le blanc comme le bon gentil sauveur riche, et heureusement certaines personnes passent au dessus des ces préjugés et c’est très bien.

3 raisons de le lire :
– C’est la suite du passage (mais attention à ne pas lire en s’attendant à ce qu’il soit aussi bien)
– bon il est quand même pas mal et intéressant, même si long à démarrer
– j’aime beaucoup Ginny

3 raisons de ne pas le lire :
– moins intéressant que le passage
– les personnages sont pour la plupart détestable
– X-ray est insupportable