Archive for novembre 2014

h1

La 5ème Vague tome 2 : La Mer infinie, Rick Yancey

novembre 27, 2014

la mer infinieAttention lire cet avis peut vous spoiler le tome 1 (et un peu le tome 2 je pense)

Résumé : Comment débarrasser la Terre de ses sept milliards d’habitants ? Retirez aux hommes leur humanité…

Cassie Sullivan et ses compagnons ont survécu aux quatre premières vagues destructrices lancées par les Autres. Maintenant que l’espèce humaine a été presque entièrement exterminée et que la 5e Vague déferle sur la planète, le groupe se trouve face à un choix : se préparer à affronter l’hiver en espérant le retour rapide d’Evan Walker, ou se mettre en quête d’éventuels survivants avant que l’ennemi ne referme sur eux son impitoyable piège.
Personne ne peut prédire à quels abîmes de cruauté les Autres sont prêts à s’abaisser, ni à quelles hauteurs l’humanité saura se hisser. La bataille finale ne fait que commencer…
Ils connaissent notre manière de penser.
Ils savent comment nous exterminer.
Ils nous ont enlevé toute raison de vivre.
Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

Avis : J’ai tout simplement adoré ce deuxième tome. C’est pas tant l’histoire que l’écriture et le style de l’auteur qui est très beau, très poétique et qui prend aux tripes. J’adore ce genre de style, il donne beaucoup à l’histoire, personnellement je me suis sentie accrochée et quitter le livre m’était difficile une fois que je m’y plongeais. Comme pour le premier tome, on a le droit à plusieurs points de vue. On retrouve celui de Cassie et Evan et j’adore toujours autant ces deux personnages, ainsi que ce qu’ils partagent, c’est vraiment hyper touchant, doux et beau. Triste aussi, dur par moment.
La nouveauté c’est que l’on a le point de vue de Ringer, l’histoire commence d’ailleurs avec elle et elle a beaucoup d’importance dans ce tome-ci. C’est au travers elle qu’on aura beaucoup de questionnements sur les Autres, sur leurs plans, et aussi des révélations auxquels on ne s’attendait pas (en tout cas moi je m’y attendais pas).
C’était pas une lecture facile dans le sens où ce qu’il se passe est hyper dur par moment, d’autant plus que les survivants se disputent pas mal, font des erreurs également, et tout le monde ne va pas s’en sortir au terme de ce tome-ci. On en apprend également plus sur des personnages qui étaient moins importants dans le premier tome. C’est intéressant d’avoir ce développement sur eux et de mieux les connaître (même s’ils ne survivent pas forcément).
Lecture très intense de par tous les sentiments et les émotions que l’on traverse, des personnages qui m’ont beaucoup plu, très attachants même si des fois ils peuvent se montrer agaçant, Ben par exemple m’a pas mal gonflé. Cassie et Evan restant mes préférés. C’était une super bonne lecture. Vivement le tome 3.

Passages post-itées : 
« – Réfléchis ! Quand la cloche recommencera à sonner, tout sera redevenu normal. Les enfants se précipiteront en classe, s’installeront d’un air ennuyé, attendant la cloche qui annonce la fin des cours, songeant à ce qu’ils feront ce soir, ce week-end, ou dans les cinq années à venir. Comme nous, ils auront droit à des cours sur les désastres naturels, les maladies et les guerres mondiales. Du genre : « Quand les extraterrestres sont arrivés, sept milliards d’humains sont décédés », puis la cloche sonnera, et tout le monde filera pour aller déjeuner et se plaindre des patates sautées pâteuses. Et là, ils sortiront des trucs comme : « Waouh ! Sept milliard, ça fait du monde. C’est triste. Au fait, tu vas manger toutes ces patates ? » Ça, c’est normal. C’est ce qui compte. »

« – Je n’avais jamais fait gaffe à toute la merde dans le monde jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne pour la ramasser, explique-t-il. »

Mon avis sur : 
Le 1er tome

h1

Hunger Games : La Révolte partie 1

novembre 26, 2014

hunger games 3.1Synopsis : Katniss Everdeen s’est réfugiée dans le District 13 après avoir détruit à jamais l’arène et les Jeux. Sous le commandement de la Présidente Coin, chef du district, et suivant les conseils de ses amis en qui elle a toute confiance, Katniss déploie ses ailes pour devenir le symbole de la rébellion. Elle va se battre pour sauver Peeta et libérer le pays tout entier, à qui son courage a redonné espoir.

Avis : je vais le dire tout de suite : un seul film suffisait à mon avis. En faire deux c’était prendre le risque de tourner en rond et faire durer pour rien. C’est exactement ce que j’ai ressenti au visionnage de cette première partie. C’était longuet, certaines scènes auraient pu être écourtées. J’ai eu l’impression de voir une introduction à quelque chose, sans le quelque chose, justement. Une trop longue introduction. Couper le troisième tome en 2 n’était pas très utile et ce film m’a un peu déçu du coup (même si je le sentais venir).

Ceci dit, j’ai quand même beaucoup aimé, et passé un bon moment. Les séquences émotions m’ont vraiment touché, Katniss m’a retourné comme elle sait si bien le faire, j’ai ris, j’ai pleuré, j’ai surtout pleuré. Le moment où elle chante m’a foutu un million d’émotion dans la tronche, et chaque fois elle était soit touchante, soit forte, et elle nous en met pleins les yeux, j’adore ça. Haymitch m’a manqué au début, j’étais contente de le revoir, Peeta m’a déprimé. Gale… M’a juste mise en colère, comme chaque fois. Effie était vraiment vraiment touchante et ça faisait plaisir de la voir.
On voit un peu ce qui se passe dans les districts, comment Katniss arrive à toucher les gens, pas seulement parce qu’elle est un symbole je pense, mais parce qu’elle est honnête dans ses paroles, elle est incapable de tourner devant une caméra en répétant un texte, mais l’improvisation ça elle sait y faire, et elle bouscule un peu tout le monde. C’est ce qu’on aime chez elle.
La fin est terrible, je savais que ça se terminerait par ça et c’est absolument affreux de nous laisser en plan avec ça sous le nez. Heureusement que moi je connais la suite (je plains sincèrement ceux qui ne lisent pas les livres).
En bref ce n’était pas un mauvais film, beaucoup de choses m’ont plu mais… Ça reste une trop longue introduction à la suite, à mon avis.

Le détail qui tue : mon cinéma passe les films en VO, quel plaisir d’aller voir les films en VO…

Bande annonce : 

h1

Le rendez-vous manga #3

novembre 21, 2014

Voilà un nouveau rendez-vous manga afin de vous parler d’un manga que j’ai trouvé vraiment terrible et hyper original ! Je l’ai emprunté à la médiathèque mais je pense un jour m’offrir les tomes parce que c’était génial.
Il s’agit donc de :

dossier-la-cite-saturne-dosei-mansionLa Cité Saturne d’Hisae Iwaoka

Genre : Seinen
Nombre de tomes : 7
Edité en France par : Kana

Synopsys : La Terre est devenue une zone protégée, interdite d’accès. Pour que les hommes continuent d’habiter à proximité, une cité formant un anneau autour de la planète a été construite. Mitsu est le fils d’un laveur de carreau qui a disparu lorsqu’il nettoyait les vitres extérieures de l’anneau. À peine sorti du collège, le jeune garçon décide de reprendre le travail de son père. Arrivera-t-il à résoudre le mystère qui entoure sa disparition ?

Mon avis : l’avantage de la médiathèque est là, on voit un manga, il n’a pas l’air terrible mais on se dit « pourquoi pas? » et on essaie. Et c’est ainsi qu’on tombe sur une véritable pépite. La Cité Saturne est le genre de manga qui nous fais passer par tout un tas d’émotion différentes, on passe du rire aux larmes, on s’attache aux personnages et l’histoire est à la fois douce et dure. Rien n’est facile dans cette histoire, les personnages sont loin d’être lisses, ils sont nombreux et pourtant l’auteur a réussi à leur donner une personnalité à tous, une histoire également. Des difficultés, des pensés, des hauts et des bas, ainsi qu’une évolution. L’histoire débute avec Mitsu et tout au long du manga, elle va tourner autour de lui. Pourtant on va avoir le droit d’en savoir plus sur chacun, sur les rêves et les envies des personnages que va rencontrer Mitsu. Ce dernier est encore jeune et veut découvrir et comprendre ce qui est arrivé à son père, il a toujours cru que Aki (son père) s’est enfuit sur terre en le laissant sur l’anneau, mais il va bien vite savoir ce qu’il s’est réellement passé et revoir son avis sur son père. C’était tellement touchant de le voir découvrir qui était Aki au travers des autres. Les gens du syndicats des laveurs de vitre ont bien connu Aki, et c’était un homme assez amusant et important dans le coeur de ceux avec qui il a travaillé. Jin va prendre Mitsu sous son aile pour lui apprendre le métier de nettoyeur de vitre (Jin est un homme un peu brut de décoffrage au sale caractère mais il va très vite s’attacher à Mitsu et réciproquement), Makoto en revanche va lui en faire baver, persuadé qu’il n’a pas sa place ici, qu’il n’a rien à voir avec son père. Les voisins de Mitsu vont l’aider également, puisque depuis que son père est mort ce sont eux qui s’occupent de lui comme s’il était leur fils.
Au fil des rencontres Mitsu va évoluer (il va même tomber amoureux), il va grandir également. J’ai adoré sa sensibilité, la façon dont il essaie de comprendre le monde, les gens et comment il essaie de faire de son mieux et d’aider les personnes autour de lui. C’était sans conteste mon personnage préféré, et un bon paquet de fois j’ai eu envie de le prendre dans mes bras et de l’étouffer. Mais à dire vrai ils m’ont tous plu. Certains moins que d’autres dans les débuts, j’ai par exemple eu beaucoup de mal avec Makoto, mais au fur à mesure j’ai fini par vraiment l’adorer. J’ai vraiment apprécié le fait que les personnages ne restaient pas sur leurs positions, qu’ils avaient une certaine profondeur et qu’ils pouvaient faire des erreurs, avoir des peurs (comme Tamashi qui a peur de retourner sur l’anneau pour nettoyer des vitres, par exemple).
L’histoire est hyper bien faite. On se retrouve sur l’anneau donc, séparé en trois. Le niveau supérieur où vivent tous les riches, ils ont le droit aux meilleurs équipements, aux meilleurs boulots, ce sont eux qui payent pour qu’on nettoie leurs vitres et vivent sous le soleil. Le niveau intermédiaire, un niveau où les supérieurs et les inférieurs peuvent se retrouver, là où il y a les hôpitaux, les écoles… Et finalement le niveau inférieur, les pauvres y sont et se débattent bien souvent, victimes d’injustice, ils voient leurs rêves se briser en éclat quand on leur interdit certains boulots. Ils ne voient que rarement le soleil (sauf les laveurs de vitre), ils sont toujours traité en dernier également (par exemple à l’hôpital on traitera plutôt les gens du niveaux supérieurs en premier même si le problème est moins grave). Pourtant ce sont eux qu’on voit le plus souvent dans le manga, et malgré les difficultés, ils sont forts et se débrouillent assez biens. Ils se soutiennent tous et semblent heureux à leur manière.
Les personnes du niveau supérieur ne sont pas si mauvais, Mitsu va en rencontrer quelques uns, les aider, et discuter avec eux au travers des vitres. Ils ont parfois des grosses difficultés eux aussi (être riche ne signifie pas être heureux), la plupart des histoires m’ont vraiment ému et touché au plus haut point. C’était vraiment génial. 
Il y a bien sûr des situations comiques, il m’est arrivé plus d’une fois d’éclater de rire, puis j’étais émue la minute d’après. C’était vraiment bien fait, tant au niveau des dialogues que des dessins qui sont superbes et qui donnent vraiment une idée de ce à quoi ressemble l’anneau. Les décors sont supers bien fichus, même les personnages sont très réels, c’est hyper plaisant à regarder.

la_cite_saturne7_image2 5 777374saturnapartments2002785 cite_saturne_image

Il y a également des passages inquiétants, plus l’histoire avançait et plus je stressais sur la suite, j’avais vraiment peur pour la fin. Une fin splendide que j’ai adoré, avec même quelques pages en couleur. A l’image de tout le manga, la fin est douce et drôle, terrible, avec un petit côté humoristique et m’a ému comme c’est pas permis.
C’était une superbe lecture qui m’a fait voyager et m’a touché par ses dessins, son histoire et ses personnages.

Pour qui ? : je pense que pour lire il faut un minimum aimer la SF et ne pas avoir peur des mangas qui sont long à lire, car très travaillé et rempli de pas mal de dialogues (mais c’est pas mal, ça prends plus de temps). C’est un manga pleins d’émotions et qui nous fait vibrer. Les nombreux personnages vont tous vous toucher, alors si vous avez envie d’être émue et d’une histoire originale, allez-y. Ça change vraiment d’autres mangas que j’ai lu et c’était absolument génial.

A savoir : l’auteur a publié d’autres mangas, qui sont arrivés jusque chez nous, et je pense m’y intéresser.
Couv_62924 Couv_113479

h1

Le passeur, Lois Lowry

novembre 20, 2014

le passeurRésumé : Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n’existent pas. Les inégalités n’existent pas. la désobéissance et la révolte n’existent pas. L’harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveaux-nés inaptes sont « élargis », personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c’est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l’oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d’une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu’il est unique. Un destin extraordinaire l’attend. Un destin qui peut le détruire.

Avis : Cette histoire est hyper intense. J’ai eu l’impression de lire une histoire sur une colonie de fourmis, adieu le libre arbitre. Dans ce monde tout est réglé comme une pendule, rien ne va de travers. Ceux qui ne correspondent pas aux besoins de la société sont élargis, que ce soit les personnes âgées ou les bébés. L’amour ne veut rien dire dans ce monde, le vocabulaire a une importance primordiale et les animaux n’existent plus. Les gens ne remettent rien en question, et s’ils se comportent toujours bien, toujours poliment, toujours conformément, ils n’ont le choix de rien. Leur vie est finalement bien triste et manque d’étincelles, de feus, de tout ce qui rend la vie intéressante. Jonas va avoir la chance de découvrir énormément de choses au côté du Passeur, sauf qu’au lieu de l’accepter et de s’en satisfaire, il va éprouver de la colère et un sentiment d’injustice, il va vouloir changer les choses. J’ai adoré comment les événements étaient tournés, comment l’histoire était écrite. On voit tout du point de vue de Jonas, le monde qui semble normal pour lui, ce monde qui m’a secoué (où on interdit aux gens tellement de choses, pour ne faire d’eux que des robots), est décrit d’une façon douce et tranquille. Tout va bien dans le meilleur des mondes, et si nous on se rend compte que quelque chose cloche, pour Jonas tout va très bien. Et puis sa rencontre avec le Passeur va le changer, et son point de vue va changer. Le monde va lui paraître différent, et on se rend compte de son détachement avec les autres gens. Ses amis d’abord, et sa famille ensuite. C’était vraiment un livre très dur, et pourtant écrit tout en beauté. Ici on se sent bousculé, mais pas de manière brutale, le sentiment de malaise est plus insidieux que dans d’autres dystopies. Et c’est bouleversant, touchant. J’ai même fini par pleurer.
Jonas est un personnage hyper attachant, dès le début je l’ai apprécié et son évolution m’a vraiment plu. J’ai aussi beaucoup aimé le Passeur. Les autres personnages… Et bien on les aimes bien, comme Jonas au début, et petit à petit on se détache d’eux, parce qu’ils sont vides, même la petite sœur de Jonas que je trouvais pourtant tellement adorable.
L’histoire est tellement prenante, et originale. J’en aurai voulu plus, la fin est hyper frustrante parce que je voulais continuer, je voulais en savoir plus, et je ne voulais vraiment vraiment pas que ça s’arrête.
Des heures après ma lecture, je suis encore dedans, j’y repense et ça me touche encore.
C’était une superbe lecture.

h1

The Midnight Library tome 3 : L’Ultime Partie, Nick Shadow

novembre 20, 2014

the-midnight-library,-tome-3---l-ultime-partieRésumé : Quand le jeu dépasse la réalité, quand il faut même se méfier des petites filles, quand les disparus envoient des SMS… frissons assurés pour ces trois nouvelles terrifiantes !

Avis : j’ai préféré ce tome 3 aux deux premiers. J’ai trouvé les nouvelles beaucoup plus aboutis et intéressantes, elles sont prenantes et surtout je ne m’attendais pas à la chute, j’étais plus surprise et entraînée.

L’Ultime Partie : Simon préfère ses jeux vidéos aux gens. Ses parents ne s’occupent pas vraiment de lui, ils sont trop occupés, les enfants de son école se moquent tout le temps de lui. Au moins les jeux vidéos lui permettent de s’évader. Même si je comprends le point de vue de Simon, c’est un personnage que je n’ai guère aimé. Quand il va se servir du jeu vidéo pour « se venger », j’ai eu froid dans le dos. Simon n’est qu’un enfant. Le fait qu’il s’agisse « d’un jeu » lui permet de ne pas se sentir responsable de ce qu’il fait, ce n’est pas lui, c’est le jeu vidéo. Il est derrière un écran et même si tout ça est très réel, c’est facile de se dire que ce n’est que pour s’amuser, que rien ne se passe vraiment (même si c’est le cas). Ne prenant pas ses responsabilités, c’est donc facile de tuer, de détruire. Ça peut aller très très loin, jusqu’à la chute finale. Ce genre d’histoire ne peut pas bien se terminer.
Je pense qu’il s’agit là d’une critique des écrans, et surtout des enfants qui sont laissés à eux même devant ce genre d’images.

L’autre soeur : une nouvelle très étrange. Cathy travaille dans un magasin du centre commercial, sous les ordres d’une patronne légèrement abusive. Elle va faire la rencontre d’une petite fille qui paraît abandonnée à elle-même et elle va s’attacher à elle. J’avoue que je me demandais où on allait avec cette histoire, qui était cette petite fille, que voulait-elle et où étaient ses parents? La fin m’a vraiment scotchée parce que je ne m’y attendais pas du tout. J’aurais cependant voulu en savoir plus sur la petite fille et sur la raison de ses agissements. La fin est presque trop brusque finalement. Mais j’ai quand même bien apprécié.

Messages Anonymes : ma nouvelle préférée des trois. Celle qui m’a le moins surpris mais qui m’a le plus plu pour son histoire. Elle fait plutôt froid dans le dos elle aussi, puisque une jeune fille reçoit des SMS bizarres et n’est guère aidé par son entourage. Entre son père qui lui dit que ce n’est rien, sa meilleure amie qui se dépêche de le raconter à tout le monde et son cousin qui l’aide mais qui va la laisser se débrouiller seule ensuite. Je me doutais de qui pouvait lui envoyer ses textos, mais la vérité est vraiment trop horrible je trouve. La fin est vraiment affreuse. C’était une histoire géniale, l’idée m’a vraiment plu.

Mon avis sur : 
Le tome 1
Le tome 2

h1

Les Gardiens de Ga’Hoole tome 3 : L’assaut, Kathryn Lasky

novembre 19, 2014

les-gardiens-de-ga-hoole-tome-3-l-assaut

Attention lire cet avis peut spoiler les premiers tomes.

Résumé : Depuis le jour où il a été emmené de force à l’orphelinat de Saint-Ægolius, Soren n’a eu qu’un souhait : revoir sa petite soeur. Maintenant Églantine est près de lui, mais il la reconnaît à peine. Elle a subi des épreuves si terribles qu’elle ne trouve pas les mots pour en parler. Et comme si cela ne suffisait pas, son maître, Ezylryb, a disparu. Soren sent que tous ces événements mystérieux sont liés. Pour secourir son vieux professeur, il devra entreprendre une quête périlleuse et braver un ennemi bien plus redoutable que les armées de Saint-Ægo. Une guerre historique contre le mal va bientôt commencer…

Avis : je l’ai préféré au tome 2. Ce tome est plutôt mignon et terrible à la fois. Ezylryb a disparu et Soren est très triste de ne pas le voir revenir, il guette tous les jours pour voir si la chouette rentre, en vain. Il n’est pas le seul à attendre, Octavia le serpent qui sert Ezylryb attend également, inquiète pour son maître et ami. Soren va donc mener son enquête, puisque s’il avait peur d’Ezylryb au début, celui-ci est devenu son prof préféré. Soren va être aidé par ses amis (Gylfie toujours fidèle avec qui il a un lien spécial avec ce qu’ils ont partagé, Spéléon qui devient de plus en plus courageux et qui trouve son chemin, Perce-Neige en manque d’action), sa petite sœur va intervenir dans ce tome-ci et prendre de l’importance, et d’autres chouettes dont Soren ne s’attendait pas à recevoir de l’aide vont être là pour lui et le mettre en garde. Ils vont devoir affronter des dangers, même si la véritable action commence dans les dernières pages. Tout le tome est parsemé de révélations, notamment au sujet d’Ezylryb, et c’est très intéressant et prenant. J’ai une nouvelle fois adoré Soren et ses amis, même Otulissa est cool dans ce tome, beaucoup moins désagréable que dans le deuxième tome. J’ai adoré l’évolution des chouettes, la façon dont Soren va grandir, prendre une place de leader dans le cœur de ses amis, et comment tous ensemble ils vont faire équipe pour partir à la recherche d’Ezylryb et se confronter à quelques ennuies en chemin.
Il y a beaucoup plus d’actions et de révélations dans ce tome-ci que dans le deuxième tome, donc je l’ai trouvé mieux et plus intéressant. Pourtant malgré cela, je n’ai pas retrouvé ce que j’avais totalement adoré dans le premier tome. Cependant j’ai quand même beaucoup aimé, la fin annonce une suite pleine de dangers et j’ai hâte de savoir ce qu’il va se passer. J’ai hâte de retrouver ces chouettes pleines de courage, dont l’amitié est super touchante et qui évoluent d’une façon intéressante.

Phrase post-itée : 
«  »Il y a des attirances immédiates et puis des affections qu’on développe avec le temps », selon Gylfie. »

« – Très possible, en effet. Et même probable ! Si tu as bien appris tes leçons de mathématiques, tu devrais savoir qu’un événement probable a plus de chances d’arriver qu’un événement possible. En d’autres termes, probable est plus possible que possible. »

Mon avis sur :
Le tome 1
Le tome 2

h1

Dans la peau d’une autre, Johan Heliot

novembre 19, 2014

dans-la-peau-d-une-autreRésumé : Star de la chanson à 16 ans, Lydia doit sa carrière à BEST, son agence. À la fin d’une tournée triomphale mais épuisante, Lydia agresse une admiratrice. Pour étouffer l’affaire, l’agence l’envoie se « reposer » en Suisse dans la clinique de luxe du docteur Beller. Là, l’adolescente se rend compte qu’elle est séquestrée et qu’on tente de la manipuler sous hypnose… Un thriller d’anticipation qui invite à se méfier des apparences…

Avis : Cette histoire est complètement « chelou ». On est aussi paumée que Lydia qui se retrouve dans une clinique « pour se reposer » et subit une opération contre son gré, et on se demande ce qu’il va lui arriver. Si ce personnage m’a vraiment énervé au début (je détestais ses réactions), j’ai mieux compris ses raisons au fur à mesure de l’histoire. Lydia est exploitée par BEST, en tant que star elle ne peut jamais se reposer, pas étonnant qu’elle subisse un « burn-out » et craque complètement. Se montrant ainsi plutôt égoïste et ingrate.
En plus au fur à mesure de l’histoire j’ai fini par m’attacher à elle, je voulais comprendre ce qu’il se passait et qui elle était vraiment. On est derrière elle et on a envie qu’elle s’en sorte. Ce que j’ai adoré c’est que les personnages ne sont pas toujours ce qu’on croit, certains cachent leurs véritables intentions (ou identités) et c’était super surprenant d’en apprendre plus sur eux. Il y a pas mal de rebondissements dans cette histoire, des révélations auxquelles on ne s’attend pas et l’action ne manque pas. Lydia va faire des rencontres, va découvrir des secrets qu’elle n’aurait pas dû savoir. Si j’avais compris certaines petites choses, je n’avais pas tout vu venir, j’ai été surprise par pas mal de choses, et surtout j’adorais le mystère qui se dégageait de l’histoire. J’avais envie de savoir comment les personnages allaient s’en sortir, et surtout s’ils allaient s’en sortir. Pour le style, l’histoire est écrite au présent mais ça ne m’a pas dérangé tant que ça car du coup elle est très rythmée et nous entraînes bien, on tourne les pages à toute vitesse.
C’était une super lecture pleines de suspens, très sympa, si bien que je l’ai lu en un rien de temps, je l’ai dévoré.