Archive for the ‘Lecture commune’ Category

h1

Le cycle de Dune tome 1 : Dune, Frank Herbert

décembre 7, 2020

Résumé : Il n’y a pas, dans tout l’Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse: l’épice de longue vie, née du désert, et que tout l’univers achète à n’importe quel prix. Richesse très convoitée : quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi mystique. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et qui, à la tête des commandos de la mort, changera le cours de l’histoire.
Cependant les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique ; elles veulent créer un homme qui concrétisera tous les dons latents de l’espèce. Tout est fécond dans ce programme, y compris ses défaillances.
Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l’Empire?

Avis : J’ai effectué cette lecture avec la lecture commune organisée par Corn8lius, et je pense que je n’aurais jamais ouvert ce livre sans cette lecture commune. Malheureusement, malgré ma motivation, mon avis sur cette lecture est très mitigée. C’est difficile d’en faire un résumé parce que je n’ai pas tout compris et beaucoup de choses m’ont échappé. Mais en gros, c’est l’histoire du Duc Leto, son fils Paul et Jessica la mère de Paul. Tous les trois se retrouvent sur la planète Arrakis, appelé aussi Dune. C’est une planète inhospitalière mais qui est convoité pour son épice par l’Empire. Alors bien sûr, ça complote de tous les côtés, notamment chez les Harkonnens, les ennemis jurés du Duc. Le Baron est d’ailleurs un horrible personnage, très malaisant, un vrai pervers.

Me suis-je d’ailleurs attachée aux personnages ? Non. Je n’arrivais pas à les cerner. Je n’ai pas détesté Paul, Jessica, Leto, et les Fremens, mais quand certains personnages venaient à mourir, je n’étais pas touché ni rien. Je me demandais où l’auteur nous emmenais, mais j’avoue que les discours politiques et tout le blabla, m’a un peu saoulé. J’avais du mal à suivre et en plus je voulais que ça avance.

Le rythme est étrange, l’auteur s’arrête sur certains passages pendant des pages et des pages, et ensuite il expédie des choses qui me paraissaient plus importantes. Alors des fois j’étais pas mal accrochée, mais le plus souvent j’avais envie que ça bouge. L’auteur reste mystérieux sur plein de choses, et je n’ai pas envie de passer mon temps à aller voir le glossaire pour mieux comprendre l’univers. Après c’est vrai qu’il a crée tout un monde, et même tout univers, beaucoup de castes différentes, etc., il maîtrise le suspens et les jeux politiques, mais même comme ça, je n’ai pas accroché.

J’ai bien aimé la toute fin mais ça ne suffit pas pour en faire une bonne lecture. Je suis vraiment mitigée et déçue. J’ai fais cette lecture sans jamais avoir vu le film, ça m’aurait peut-être aidé, je ne sais pas. J’ai grincé des dents aussi pour des petits trucs un peu sexiste. Bref, ce ne fut pas une réussite pour moi, malgré tous les avis assez positifs sur l’univers.

Phrases post-itées :
« Mais les dangers n’acquièrent une valeur que lorsqu’on a appris à les affronter. »

« Chaque route que l’on suit exactement jusqu’au bout ne conduit exactement à rien. Escaladez la montagne pour voir si c’est bien une montagne. Quand vous serrez au sommet de la montagne, vous ne pourrez plus voir la montagne. »

h1

Le trône de fer l’intégrale 1, George R.R. Martin

juillet 23, 2015

trone de fer 1Résumé : Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver: par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer, tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s’en sortiront indemnes…

Avis : J’avais dans l’idée, pour vous présenter mon avis sur cet intégral, de couper mon avis en deux, pour les deux tomes présents à l’intérieur (coupure française), mais je me suis dis que ça n’avait aucun sens, parce que la coupure elle-même entre les « deux tomes » n’a aucun sens. Du coup j’ai décidé de vous parler de ce livre dans son intégralité. J’ai beaucoup aimé ma lecture, une lecture dense et riche, remplis de personnages.
Beaucoup de personnes me disaient que je serais perdus, mais finalement je trouvais que ça allait. J’ai pris des notes sur les personnages, et je m’y retrouvais assez facilement. Les plus importants reviennent souvent en plus. L’histoire parle de trois familles (même quatre). La première c’est celle de Stark et c’est celle que j’ai préféré. J’ai adoré Ned et ses gosses, si parfois j’ai eu plus de mal avec Catelyn, je l’ai aimé aussi. Jon, Bran, Arya m’ont énormément touché, j’ai apprécié Robb et Rickon (pour le peu qu’on le voit), j’ai eu beaucoup beaucoup de mal avec Sansa, elle est véritablement énervante, j’avais envie de lui mettre des baffes, mais j’espère (je crois) qu’elle va évoluer. J’ai adoré les loups. La deuxième famille est celle des Lannister, alors là facile je les ai tous détesté (surtout Joffrey), sauf Tyrion. Tyrion est super intelligent, il a une façon de parler très franche et rentre dedans, il est hyper attachant et on sent qu’il est pas forcément d’accord avec les actes de sa famille. Ce n’est pas un Lannister, mais le roi étant marié à Cersei, je me dois d’en parler. Robert est des plus énervant, j’ai détesté son comportement, certes il est un peu enchaîné à un trône qu’il ne désire pas mais j’ai trouvé que sa façon de traiter Ned était assez minable. La troisième famille est celle de Targaryen (et des Dothrakis) avec Vyseris (sans doute le personnage le plus détestable du bouquin (et le plus stupide aussi)) et sa sœur Daenerys (qui a tellement de mérite, tellement forte) que j’ai adoré, ainsi que son évolution et son histoire.
Finalement la quatrième famille, c’est celle du Mur, ceux qui ne se mêlent pas aux jeux du trône mais ont une importance capitale, d’autant plus que de l’autre côté du Mur, les morts prennent vie et ça n’a pas l’air bien sympa. Et puis on s’attache aussi aux frères Noirs.
L’histoire en elle-même part dans tous les sens, intrigues, complots, et aussi naissance de magie tout doucement. Elle ne manque pas de rebondissements et d’actions, tout est également bien décrit, comme on change souvent de point de vue, c’est assez intéressant également, on voit l’histoire de différentes façons. Mais j’avoue qu’au bout d’un moment l’histoire me paraissait devenir lourde et j’avais du mal à m’y mettre, à me motiver à continuer. Je pense aussi que le style du traducteur est tout pourri (je tiens bien à dire que le massacre vient du traducteur et pas de l’auteur) et ajoute une lourdeur qui n’est, à mon avis, pas du tout utile. Du coup j’ai finis par un peu me lasser, même si j’ai continué à apprécier ma lecture j’étais moins à fond, disons.
Certains événements m’ont brisé le cœur, j’ai adoré ce qu’il se passe à la toute fin, et je lirai l’intégrale 2 prochainement (mais pas tout de suite, j’ai besoin d’un peu soufflé).
En bref une très bonne lecture, avec des personnages et un monde très bien décrit, des rebondissements, intrigues et complots, de la magie et même des trucs flippants par moment, dommage pour la traduction et les quelques lourdeurs à un moment. J’ai adoré tout de même.

Phrases post-itées (la plupart de Tyrion) :

« – Trop chaud, trop de bruit. Puis j’avais trop bu, et, si j’en crois mes éducateurs, il est malséant de dégobiller sur son frère. »

« La mort a quelque chose d’effroyablement définitif. La vie ouvre, elle, sur d’innombrables virtualités. »

« Et comment ! Si laid, chétif, contrefait soit-il, un gamin peut toiser le monde, du haut d’un dragon. »

« Si un homme se barbouille une cible sur le torse, il doit s’attendre que, tôt ou tard, quelqu’un y décoche une flèche. J’ai vu des cadavres plus spirituels que votre ser Alliser. »

« Garçon, fille…, répliqua Syrio Forel, tu es une épée, voilà tout. »

« – J’avais besoin de ton épée, répliqua Tyrion, pas de ton amour. »

Lecture commune : avec Swato

h1

Les étoiles de Noss Head tome 1 : Vertige, Sophie Jomain

février 6, 2014

Lecture commune sur Have break, Have a Book.

étoiles de noss headRésumé : Hannah, bientôt dix huit ans, était loin d’imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont finalement se transformer en véritable conte de fée… puis en cauchemar.

Sa petite vie tranquille, ses idées bien arrêtées, ses projets… tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l’inimaginable, faire face à ce qu’elle n’aurait jamais pensé croire un jour, car les légendes n’en sont pas toujours…
Leith ne s’attendait pas non plus à Hannah. Il tombe de haut, l’Esprit a choisi ; c’est elle, son âme soeur.
Pourra-t-il lui cacher sa vraie nature encore longtemps ? Osera-t-il lui avouer qu’il n’est pas tout à fait humain ? Il n’a pas le choix, leur rencontre l’a mise en danger. Lui seul peut lui venir en aide.

Avis : J’ai longuement hésité à m’acheter ce livre, au début il ne m’intéressait même pas du tout, mais toutes les critiques positives ont eu raison de moi, et j’ai finalement décidé de me le procurer. J’ai profité de la lecture commune organisé par le forum Have a Break, Have a Book, pour enfin le lire. J’avais vraiment peur d’être déçue en lisant, et en fait pas du tout, une fois plongée dedans je l’ai dévoré. Ça se lit très facilement, l’écriture n’est pas compliquée mais pas mauvaise pour autant, elle est simple et ça fonctionne. J’ai bien aimé les personnages, l’héroïne est une adolescente attachante, un peu râleuse et avec un mauvais caractère par moment, mais assez généreuse et altruiste – surtout avec sa grand-mère (que j’ai adoré). Elle fait des bêtises d’adolescente, elle peut se montrer agaçante, mais de façon générale je l’ai apprécié. En plus sur quelques points comme : « ne fume pas, ne boit pas » j’ai complètement pu m’identifier à elle. Et oui on peut s’amuser sans se bourrer la gueule, quitte à passer pour une extra-terrestre. Inutile de préciser que j’ai détesté Davis, mais on le voit finalement assez peu, c’est pas plus mal. J’ai adoré Leith, son caractère de cochon me faisait rire, et puis il était assez mignon, même s’il m’a agacé par son côté « macho », c’est quelque chose que je trouve insupportable « les filles sont comme ceci, comme cela, nyanyanya », non. Ce sont des préjugés. On peut être une fille et savoir faire des supers ricochets et être un garçon et rien y connaître en mécanique ni rêver d’être astronaute. Bref, ce n’est pas le sujet, et même si ces petites remarques m’ont agacé elles ne sont pas majoritaires (heureusement). J’ai également pas mal apprécié Gwen, je l’ai trouvé super mignonne comme tout !
L’histoire en elle-même est assez simple, une fille va passer des vacances dans un lieu paumé, rencontrer the beau gosse mystérieux, et tomber amoureuse, pour l’originalité on repassera et pourtant ça marche. Peut-être à cause du côté poilu ? Je l’ignore, mais ça m’a plu. Et oui, alors malgré un côté banale, prévisible et mièvre, j’ai adoré glousser comme une nouille sur les personnages, j’ai passé un super moment en lisant cette histoire et comment ça se déroulait, et j’ai même beaucoup apprécié la mythologie qui était développé. Pour un super moment détente, ce livre était idéal, et je sais que je me procurerai la suite pour retrouver les personnages et voir ce qui va bien pouvoir leur arriver (même si j’ai ma petite idée là-dessus).
En bref : c’est simple, mais ça m’a plu, que demander de plus ?

Phrase post-itée :
« – Quelle tête?
– Celle du petit animal blessé qui veut te culpabiliser parce qu’il est passé sous les roues de ta voiture, alors qu’il ne regardait même pas avant de traverser ! »

Mon ressenti :

dindonz

Le détail qui tue : Leith, j’avais tendance à prononcer Laisse, ça a légèrement perturber ma lecture. Mais je trouve moche ce prénom.

L’anecdote : Leith (oui encore lui) était grand beau brun barbe de trois jours yeux verts… Voilà comment je l’ai tout de suite imaginé, malgré moi :

hoechlinDerek-HaleTyler Hoechlin  (ou Derek Hale dans Teen Wolf), mais admettez que la coïncidence est trompeuse.

En plus : la petite dédicace

140206-180835

Challenges : 
52_liv10couleu10

h1

Revanche, Cat Clarke

janvier 9, 2014

revanc11

Lecture commune sur club de lecture

revancheRésumé : La vie est injuste.
Jem Halliday est amoureuse de Kai, son meilleur ami, qui est gay.
Pas vraiment l’idéal, mais Jem s’est faite à l’idée.

La vie est cruelle.
Une vidéo de Kai en compagnie d’un garçon a été postée sur Internet.
Il ne l’a pas supporté et s’est suicidé.

Sa vie ne sera que vengeance.
Quoi qu’il lui en coûte, Jem a décidé de découvrir qui sont les responsables et de les faire payer, un à un, jusqu’au dernier…

Avis : comment réagir quand la personne qu’on aime le plus au monde meurt? Comment réagir quand on perd le centre de son univers? Voilà la question qu’on peut se poser en commençant ce livre. Franchement je ne sais pas si je l’ai aimé ou détesté, tout ce que je suis capable de dire c’est qu’il m’a remué, bouleversé, et que j’en tremble encore. Je suis obligée d’écrire ma chronique maintenant que je l’ai finis afin de déverser tout ce que j’en ai pensé ici et essayer de me vider la tête. Je crois que je ne vais pas réussir à dormir cette nuit. Je ne sais même pas si j’ai envie de conseiller ce livre aux gens ou de leur dire « non surtout pas, c’est trop dur ». Jem ne sait plus quoi faire après la perte de son meilleur ami, mais il lui a laissé des messages et je dois dire que ces messages m’ont retourné, fait chialer, tout ce que vous voulez, c’était pire que tout. Jem décide aussi de se venger, et autant dire qu’elle ne va pas y aller doucement. Elle change, elle est prête à tout, même à devenir la pire pétasse de la planète pour ça. Et je ne l’ai pas jugé pour ça, son comportement était affreux, elle a dit des trucs choquants, horribles, et je détestais la Jem qu’elle devenait, mais je ne l’ai pas jugé parce que… Comment elle pouvait réagir? Qu’est ce qu’elle aurait dut faire? Sa perte est tellement immense qu’elle prend toutes les mauvaises décisions, mais je comprends qu’elle perde les pédales. Elle n’a plus de petite loupiote pour la guider, c’est un peu ça non? Elle a juste un trou immense à l’intérieur d’elle. Alors oui elle fait de la merde cette petite Jem, et quand on va aussi loin ça peut jamais bien se finir. Bon sinon, j’avais tout pigé depuis le début, c’est bête mais bon (ça m’a pas enlevé le suspens pour autant c’est juste que j’avais tout compris voilà tout).
J’adore Kay, ce qu’on voit de lui, ce type était hyper attachant, il méritait pas ce qui lui est arrivé, c’était quelqu’un de bien, j’aurais voulu qu’il soit plus fort, qu’on nous raconte que toute cette histoire était un bobard, je ne sais pas… Je comprenais Jem, et je ressentais son amour pour lui. Mais le pire c’est l’amour que Kay portait à Jem, ça fait tout aussi mal je crois.
J’ai aussi adoré Jem, même si par moment je l’ai détesté, la plupart du temps je l’aimais, je la soutenais. Je ne sais pas si j’ai aimé les autres personnages à dire vrai, même Sasha la plupart du temps me saoulait, je n’étais pas tellement attachée à eux mais… Comment dire? Ils n’étaient pas aussi horrible qu’ils en avaient l’air de loin quoi. Comme quoi sans connaître les gens c’est facile de juger.
Je ne dirai pas non plus que j’ai passé mon temps à chialer, j’ai pleuré surtout au début en fait. Et il y a eut un moment vraiment chiant, où je me suis ennuyée et où j’ai levé les yeux au ciel un milliard de fois tellement certaines choses me paraissaient terriblement clichée. On s’attend presque à une fin mielleuse. Presque. Et donc j’ai cru que finalement ce livre me gonflerait et que j’allais être déçue. Mais finalement non, la fin est… Je ne sais pas comment la décrire. J’hallucine juste. Je l’ai relu 3 fois pour être sûre de pas me tromper. Et j’ai même pas réussi à pleurer.
Je déconseille de lire ce livre dans un moment de déprime, lisez le en sachant dans quoi vous vous lancez, dans un livre dur, bouleversant et qui ne vous épargne pas. Et préparer un livre doudou juste après, un truc marrant à vous en faire mal aux zygomatiques. Moi je vais essayer de me trouver ça.

Phrase post-itée : 
« Comme le garçon peut-être mort ne répondait pas, elle a répété plus fort : « Excuse-moi ! Tu es mort? » » Ça m’a fait rire mais rire, seule chose qui m’a fait rire dans ce livre d’ailleurs.

Ce que j’écoute pour essayer de me détendre maintenant : 

Des petites choses sur ce livre (avec spoil)
– Non l’histoire d’amour ne m’a pas plu du tout, trop de « baise » et d’excitation, c’était lourd au bout d’un moment. Chiant à mourir. Et oui c’est bien ça qui m’a le plus gonflé dans ce bouquin. En fait c’est devenu mignon quand ça s’est finis parce que c’était triste et que seulement là j’ai senti pour de vrai les sentiments de Lucas et Jem.
– Sasha m’a gonflé a toujours demandé « alors vous l’avez fait? » et à raconter ses exploits. C’est le genre de truc que je trouve tellement mais tellement pète couille. C’est bon ils ont couché ensemble, pourquoi toujours s’étaler sur le sujet? C’est lourd, mais lourd !
– Kay est un salaud égoïste et hypocrite, comment il peut demander à Jem de vivre et tout ça… Mais je l’aime quand même.
– Je crois que la fin montre sans doute que Kay aussi a dut regretter, se dire « j’aurais pas du », je suis sûre qu’il s’est dit ça. J’espère qu’il s’est dit ça. Jem regrette, c’est horrible non? Mais ce qu’il y a de plus horrible c’est le texto juste après de Lucas. Que Jem meurt je pense que c’était supportable, de toute façon on le savait ! Qu’elle se dise « j’aurais voulu vivre » c’était affreux mais bon voilà tant pis. Mais le texto de Lucas, ça ça m’a vraiment fichu un coup ! Encore plus que la dernière lettre qu’elle n’a même pas pu lire. Elle aurait peut-être pu continuer malgré tout, elle aurait peut-être pu se faire pardonner…. Et voilà. On voudrait que ce soit faux et qu’elle ne soit pas tombée…
– Louise est carrément pathétique et folle… Et je plains Max.

Challenge : 
52_liv10

h1

Struck by lightning, Chris Colfer

décembre 31, 2013

struck10
Il s’agit d’une lecture commune avec club de lecture ! La dernière de l’année.

struck by lightningRésumé : The Carson Phillips Journal follows the story of outcast high school senior Carson Phillips, who
blackmails the most popular students in his school into contributing to his literary journal to bolster his college application; his goal in life is to get into Northwestern and eventually become the editor of The New Yorker. At once laugh-out-loud funny, deliciously dark, and remarkably smart, Struck By Lightning unearths the dirt that lies just below the surface of high school. At a time when bullying torments so many young people today, this unique and important novel sheds light with humor and wit on an issue that deeply resonates with countless teens and readers.

Avis : J’ai déjà lu ce livre en VF, je pourrais vous dire combien je l’adore, combien je suis attachée à Carson, combien il m’a fait mourir de rire, mais il s’agirait de mon avis sur le livre en VF. Maintenant je l’ai lu en VO. Pourquoi? Parce que je me mets tout doucement (à la vitesse d’un escargot dans le coma) à la VO, pour pouvoir lire des livres en VO. Donc j’ai choisi celui-ci car il me paraissait simple, je l’avais adoré, et j’avais lu la VF.
Qu’en ais-je pensé? C’était très dur à lire pour moi, toujours à devoir cherche les mots, et les oublier ensuite, parfois Carson fait des jeux de mots et ce n’est pas toujours compréhensible pour moi en tout cas. Je dois dire que parfois c’était même l’enfer à lire, certains paragraphes restaient très obscurs pour moi et heureusement je connaissais la VF. Néanmoins, j’ai aimé. L’histoire, Carson, et réussir par moment à lire certains trucs et les comprendre sans avoir besoin de regarder mille fois dans le dicos.
J’ai adoré Carson, c’est un personnage qu’on pourrait qualifier de « peste » (je ne vois pas comment dire au masculin), il n’a qu’une idée en tête c’est quitter Clover et la fin justifiant les moyens… Il lui arrive de se comporter très mal. Pourtant, malgré son ironie, ses sarcasmes, son cynisme, il est un personnage que je trouve attachant, parce que tout ceci n’est finalement qu’une sorte d’armure qu’il a battit pour survivre à Clover. A ses parents et surtout à sa mère. On ne peut pas dire qu’il ait la vie facile, mais il choisit d’avoir un rêve et de s’y accrocher coûte que coûte, quitte à mépriser les autres. Il paraît drôle, mais plusieurs fois cette armure s’effrite, surtout quand il est en contact avec sa grand-mère où on se rend compte que c’est un type adorable, et un peu triste. En VO il m’a fait moins rire parce que parfois j’avais du mal à saisir ce qu’il disait, du coup il m’a aussi paru plus fragile parce que je voyais moins son masque de cynisme, on dira. Et je ne l’aime que bien plus. J’adore Malerie, et j’adore aussi les autres personnages parce qu’encore une fois on découvre qu’ils ne sont pas que des clichés comme on pourrait le croire au premier abord.
J’adore ce livre, l’humour qui s’en dégage mais aussi la mélancolie, la grand-mère de Carson est géniale, mais ses parents sont bancals. La fin m’a fait chialer (contrairement à la VF qui m’a fait mourir de rire, allez savoir pourquoi). Et j’espère être capable un jour de le reprendre en VO et de mieux le comprendre !
Une très bonne lecture – même si difficile – et je ne regrette pas.

En plus : si vous voulez lire ma critique du livre VF c’est ICI.
Mon avis sur le film c’est LA.

 

h1

Hate List, Jennifer Brown

décembre 14, 2013

fhj1010

Lecture commune sur club de lecture.

hate listRésumé : C’est moi qui ai eu l’idée de la liste.
Je n’ai jamais voulu que quelqu’un meure.
Est-ce qu’un jour on me pardonnera ?

C’est ce que pense Valérie, effondrée après un drame inexplicable survenu au lycée. Son petit ami, Nick, a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu’ils ont écrite pour s’amuser et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants dans l’établissement. Maintenant, ils sont blessés ou morts. Et Nick s’est suicidé, emportant son secret pour toujours. Mais Valérie elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses. Jusqu’au matin, où elle se lève et quitte sa chambre pour retourner au lycée…

Avis : Parfois quand on est ado on a des idées stupides, c’est un peu ça l’idée de Val, se sentir mieux en écrivant la liste de la haine, mettre en vrac tout ce qui l’énerve, tout ce qu’elle déteste, l’écrire un peu comme pour l’exorciser je dirais. Elle était loin de penser que Nick l’utiliserait pour commettre un massacre dans son lycée puis de se suicider ensuite. Alors tout le monde (ou presque est persuadée que tout est de sa faute, oubliant sans doute qu’on a tous au moins une fois détesté quelqu’un au point de vouloir au moins lui casser la figure). Je savais qu’en lisant ce livre je pleurerais, mais j’étais loin de me douter qu’à la deuxième page j’aurais la gorge nouée et qu’à la dix-huitième j’aurais les larmes aux yeux. Ce livre m’a vraiment fait chialer, sans doute parce qu’on ressent vraiment la peine de Val, cette façon qu’elle a de quand même aimer Nick malgré tout, de se souvenir de tout ce qu’elle a vécu avec lui, et cette façon dont le monde entier semble la détester et lui en vouloir (bon surtout elle-même). J’en ai un peu voulu à ses parents et même à ses amis, parce que c’est à peine si elle a le bénéfice du doute, elle est coupable, elle a écrit la liste, point. Ça m’a énervé, mais j’étais vraiment du côté de Val. Je l’ai trouvé forte, et quand elle se sentait etouffer, je me sentais étouffer avec elle, je ressentais tout ce qu’elle ressentait et donc je ne pouvais m’empêcher de la soutenir et de chialer. C’est vraiment très bien écrit franchement. Au niveau des personnages, j’ai beaucoup apprécié Jessica et le petit frère de Val, par contre j’ai eu beaucoup de mal avec les parents de Val, j’ai tout simplement détesté son père, son comportement et ses paroles envers sa fille, j’avais envie de le baffer, et sa mère m’agaçait fortement et des fois elle disait des trucs… Vraiment blessant. Pas étonnant que Val ait du mal à s’en sortir si elle se reçoit ça en pleine tronche. J’ai adoré son psy, Hieler est un type vraiment bien, il est à l’écoute, il est super aidant. L’histoire en elle-même c’est surtout une histoire d’acceptation, de reconstruction aussi, pas seulement pour l’héroïne mais pour tous ceux qui ont vécu le drame, les victimes comme les autres. C’est aussi un sujet qui touche beaucoup les Etats Unis, et d’ailleurs si on écrit souvent sur le massacre en lui-même et la raison pour laquelle il a eut lieu, c’est vrai qu’on parle assez peu de comment c’est après, du coup cette histoire est différente. En tout cas j’ai vraiment adoré ce livre, il m’a remué, touché, bouleversé. Et la fin m’a refait pleuré ! C’était super beau !

Phrase post-itée :
« De quoi aurais-je parlé avec eux? Ils avaient passé l’été à poursuivre leur petite vie. J’avais passé le mien à essayer de reconstruire la mienne. »

Un autre livre sur ce genre de sujet (et qui est génial aussi, mais plus adulte) : 
Il-faut-quon-parle-de-Kévin

Challenge : 
Lecure commune

h1

Demain, Guillaume Musso

novembre 20, 2013

demain10Lecture commune avec club de lecture.

demainRésumé : Emma vit à New York. À 32 ans, elle continue de chercher l’homme de sa vie.
Matthew habite à Boston. Il a perdu sa femme dans un terrible accident et élève seul sa fille de quatre ans.

Ils font connaissance grâce à Internet et bientôt, leurs échanges de mails les laissent penser qu’ils ont enfin droit au bonheur. Désireux de se rencontrer, ils se donnent rendez-vous dans un petit restaurant italien de Manhattan.

Le même jour à la même heure, ils poussent chacun à leur tour la porte du restaurant. Ils sont conduits à la même table et pourtant… ils ne se croiseront jamais.

Jeu de mensonges ? Fantasme de l’un ? Manipulation de l’autre ? Victimes d’une réalité qui les dépasse, Matthew et Emma vont rapidement se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un simple rendez-vous manqué…

Avis : S’il est un peu longuet au début, avec un démarrage difficile, au fur à mesure de l’histoire on se laisse embarquer par ce livre et il devient de plus en plus dur de le lâcher tandis que le mystère épaissis, en effet au bout d’un moment l’histoire prend un immense virage et c’est à partir de là que j’ai vraiment commencé à l’apprécier. J’ai tout de suite adoré Matthew sans bien savoir pourquoi, sans doute parce qu’il s’agit d’un bon prof de philo, qu’il semble beau et intelligent, et que même s’il est dévasté par le malheur d’avoir perdu sa femme, il reste un personnage intéressant et sympathique. Par contre j’ai détesté Emma, je la trouvais carrément saoulante, plaintive, et beaucoup trop inconstante. Son caractère m’agaçait au plus haut point et ses jérémiades me donnaient simplement envie de la gifler. Néanmoins elle évolue au cours de l’histoire et j’ai finis par m’attacher à elle, par l’adorer, par être à fond de son côté. Prise dans l’action de la situation, elle en oublie son propre nombril et devient vachement plus intéressante. J’ai beaucoup aimé sa relation avec Romuald qui se noue au fur à mesure également. Si les personnages sont quand même pas mal cliché, le type veuf qui ne peut oublier sa femme mais vit pour sa gosse, la fille incapable de se trouver un chéri stable et qui tente de se suicider, le gros geek moche et seul que personne n’aime, l’histoire d’amour impossible, ça a quand même le mérite de marcher et cela ne rend pas l’histoire moins bonne.

Honnêtement je ne m’attendais pas à un thriller, et si c’est vrai que l’action et le mystère est à son comble a un moment, cela reste tout de même vraiment léger. D’autant qu’après quelques découvertes j’avais finalement compris assez vite les tenants et aboutissants de toute cette histoire. Et pourtant j’ai continué jusqu’au bout, complètement emportée, jubilant ou criant de frustration selon le moment. Il y a bien entendu une histoire d’amour, que j’ai bien aimé, elle est légère et ne prends pas non plus trop de place, donc c’est plutôt intéressant.
En bref j’ai passé un super moment avec ce livre même si c’était plutôt mal partie à cause d’une Emma agaçante qui évolue, et en bien.

Anecdote : j’ai eu un langage très fleuri en lisant ce livre, mais je crois que ce qui m’a fait le plus rire c’est de dire « je finirai ‘Demain‘ la semaine prochaine » ou « j’ai finis ‘Demain‘ hier »…

Bonus : il est question dans le livre de « l’anti-manuel de philosophie » écrit pas Matthew. C’est un livre qui existe réellement, il est écrit par Michel Onfray, et il est vraiment bien. Il utilise des thèmes et des questions vraiment sympas pour parler de la philo et traiter les sujets, du coup c’est super intéressant. D’ailleurs la première question du livre c’est « Faut-il brûler votre professeur de philosophie? » et la réponse en dessous est « Non. Pas tout de suite. » ça m’a fait mourir de rire. Et ensuite il explique pourquoi, et c’est vraiment intéressant ! Un livre super sympa qui permet de voir la philo autrement.

antimanuel-de-philosophie

Challenge : 
Lecure commune

h1

Level 26 tome 1, Anthony E. Zuiker

novembre 18, 2013

lc_nov10

Lecture commune avec club de lecture

level 26Résumé :
Les policiers du monde entier classent les meurtriers sur une échelle de 1 à 25, selon leur dangerosité…
Ce que personne ne sait, c’est qu’un tueur échappe à cette classification.

Sa cible : n’importe qui.
Son mode opératoire : n’importe lequel.
Son surnom : Sqweegel.
Sa classification : Niveau 26.

Seul Dark, ancien agent fédéral, peut l’arrêter. Depuis que le monstre a massacré sa famille, il a quitté le métier, se jurant de ne plus mettre les pieds en enfer. Mais bientôt, il n’aura plus le choix.

Avis : J’avais très hâte de lire ce livre car il m’intriguait, j’avais envie de savoir quel était ce level 26, et de connaitre le monstre de ce livre. Et je n’ai pas été déçue du tout. Sqweegel est méchant, très méchant, il est malsain et il m’a fait flipper, il a son propre mode opératoire et c’est un truc de grand malade. Il me faisait froid dans le dos, autant dans le livre que dans les vidéos. Au niveau du gentil – pas si gentil – j’ai trop aimé Steve Dark, il est super ! Il essaie de se reconstruire sans tomber dans le pathos et franchement j’ai aimé son caractère, j’ai aimé sa lenteur, et je voulais qu’il gagne, j’ai même aimé son histoire d’amour avec Siby (qui est utile à l’histoire). J’ai aussi beaucoup apprécié Riggins, même s’il a vraiment pas de bol, et j’ai pas tellement accroché avec Constance par contre. J’ai totalement détesté le ministre de la défense et les hommes qui le servent, ils sont pour moi comme Sqweegel sauf que eux peuvent légitimiser leur acte et je trouve ça limite pire, et vraiment dégueulasse.
Au niveau de l’histoire elle est pleine de suspens et d’action, même si j’avais deviné quelques trucs et qu’on se doute parfois de ce qui va arriver, cela ne m’a pas dérangé car ça n’enlevait en rien le côté flippant et stressant du thriller. Plus d’une fois j’ai été très mal à l’aise, et franchement le soir j’étais pas du tout rassurée, la nuit après le livre j’ai eu peur au moindre bruit ! Imaginer qu’un type puisse rentrer si facilement chez soi et se cacher n’importe où c’est SUPER flippant. Bref c’était franchement génial, en plus à la fin on n’obtient pas toutes les réponses sur tout, et la fin est terrible ! On veut la suite, savoir et comprendre tout ça. J’ai vraiment hâte de lire la suite, même si je vais laisser un petit temps le temps de me remettre de ce tome là.
Sinon au niveau des vidéos je les ai trouvé géniales pour la plupart sauf une ! Et j’ai adoré les acteurs, celui de Sqweegel faisait vraiment froid dans le dos. J’ai beaucoup aimé Dark aussi (en plus il était super mignon), et je dois dire que  les vidéos un peu snuff avec Sqweegel me foutait souvent la trouille bien comme il faut. Les vidéos ne sont pas obligatoires pour la lecture je pense, tout est compréhensible et ensuite expliqué, sauf la dernière vidéo. Néanmoins je pense qu’elles sont indispensables, elle rajoute à l’univers un plus, et le livre a été batis de cette façon donc je pense que ce serait dommage de se priver des vidéos.
Le seul petit reproche que j’ai à faire c’est que le site ne fonctionne plus, maintenant il y a trois liens qui emmènent directement aux vidéos sur youtube. Cela fait perdre le charme du mot de passe, et en plus une des vidéos a été supprimé… (et deux sont inversés…) Bref c’est pas terrible. Mais ça reste un super livre !

Un mot sur la vidéo que je n’ai pas aimé (mini spoil) :
La scène de cul, très honnêtement on aurait très bien pu s’en passer. Si j’ai trouvé un intérêt certains aux autres vidéos, celle là m’a ennuyé au possible et… ça me fait penser aux « dix minutes de cul obligatoire dans les films américains ». C’est cliché, mais voilà il a fallu qu’on nous la mette et ça franchement ça m’a saoulé (j’étais pas obligé de regarder cela dit, mais j’avais peur de rater un truc, et surtout ça n’enlève rien au fait que cette vidéo est bien là et qu’elle est INUTILE !)

Deux acteurs : 
Daniel Buran dans le rôle de : Steve Dark (que j’ai adoooré)
13287_buran-daniel

Daniel Browning Smith dans le rôle de : Sqweegel (super flippant !)

4100625027_ac34e27180_z

Trailer : 

Challenge :
jedegommemapal Lecure commune

h1

Chroniques lunaires tome 1 : Cinder, Marissa Meyer

octobre 27, 2013

ban_lc10

Lecture commune avec club de lecture.

CinderRésumé : Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de New Beijing.
Une terrible épidémie ravage la population. Depuis l’Espace, un peuple sans pitié attend son heure…

Personne n’imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle-mère. Car la jeune-fille, simple mécanicienne mi-humaine, mi-cyborg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer…

Avis : Au risque de me répéter, j’adore les réécritures de contes, j’aime voir comment l’histoire va être remanier, comment l’auteur va imaginer l’histoire. Je ne pouvais donc pas passer à côté de Cinder.
C’était une bonne lecture et j’ai bien aimé ce livre. J’ai adoré les personnages tel que Cinder (son mauvais caractère m’a fait sourire, elle est beaucoup sur la défensive mais en même temps on sent quand même ses rêves derrière les barrières qu’elle s’est construite), j’ai apprécié l’originalité du fait qu’elle soit un cyborg. J’ai adoré Iko son ami robot, elle est très amusante et sa personnalité est très rigolote. J’ai aussi été très fan de Peony, elle est trop drôle et trop mignonne, je me suis immédiatement attachée à elle. J’ai aussi totalement été séduite par le prince Kay, je l’ai trouvé trop adorable franchement, et sa répartie envers la reine Levana c’était mouahahah : jubilatoire. Il m’a aussi fait pas mal de peine, mais franchement j’étais folle de lui !
Finalement il y a le Dr Erland, et si je ne savais pas par quel bout le prendre au début, j’ai finis par m’attacher à lui. Et ensuite il y a les personnages que j’ai totalement détesté, la belle mère de Cinder qui me faisait grincer tellement des dents que je n’arrivais pas à être peiné pour elle, et Pearl son autre fille aussi méchante qu’elle. Mais la pire était bien sûr la reine Levana, elle est horrible, elle me foutait des frissons dans le dos et j’aurais voulu pouvoir lui mettre des bonnes baffes pour me détendre. J’avoue que j’aimais quand parfois on lui rabattait un peu le clapet, parce qu’elle me rendait totalement dingue. Mais j’avoue que tous les personnages ont leur personnalité, qu’ils soient adorables ou détestables.
Ensuite ce que j’ai beaucoup aimé dans ce livre c’est l’écriture, je voyais tellement bien les choses se faire, j’aimais beaucoup comment les personnages communiquaient, les descriptions, les gestes. C’était vraiment super clair et du coup très agréable à lire.
Mais. Car il y a un mais. Voilà l’histoire m’a légèrement dérangé, que ça se passe dans le futur, que Cinder soit une cyborg, je trouvais l’idée géniale, mais ensuite il y a l’histoire de la pandémie, plus celle des Lunaires, et j’ai trouvé que cela faisait beaucoup, au début je me suis un peu sentie noyée par toutes les informations qu’il fallait ingurgité. Au fur à mesure je m’y suis fait, mais c’est vrai que j’ai quand même trouvé ça un brin trop gros cette histoire de Lunaire (bon c’est ma faute aussi, fallait lire le quatrième de couverture). J’aurais apprécié que l’histoire reste plus proche de celle de Cendrillon, même le caractère de Cinder au début m’a embêté (bien que j’aimais beaucoup le personnage), parce que je me fais toujours une idée d’elle : patiente, aimante, douce. Bon ensuite, elle est quand même un super personnage d’une grande gentillesse et qui a été sacrément malmené par la vie (et qui n’a pas fini de souffrir au fil de l’histoire). Un deuxième point qui m’a embêté c’était que je voyais venir l’intrigue de très très très loin, c’était presque cousu de fil blanc, j’ai quasiment tout compris dès le début et en me rendant compte à la fin que j’avais eu raison je me suis sentie un peu déçue…
Voilà c’était le petit point en moins du livre, néanmoins j’ai très hâte de lire la suite, de voir ce qu’il va se passer maintenant. Et franchement j’ai tellement adoré Kay que rien que pour lui le livre en vaut la peine (ahaha je suis une groopie).

Le détail qui tue : 

WP_20131027_002

Bon je le met parce que ça m’a fait rire en fait. C’est pas encore trop grave et j’en ai pas relevé d’autre.

La couverture espagnol (parce que je la trouve genre trop trop belle) :

cinder_spain


ATTENTION Gros spoil sur le truc qui m’a fait chouiner : 

Peony qui meurt… Jusqu’au bout j’ai cru que Cinder la sauverait 😥 

Challenge : 
Lecure commune

h1

Glacé, Bernard Minier

septembre 15, 2013

lectur10

Lecture commune sur club de lecture.

glacéRésumé : Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise. Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.

Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Avis : Un livre qui commence avec quelques originalités, puisqu’il débute avec la mort d’un cheval, et la manière dont il a été tué fait vraiment froid dans le dos, tout de suite l’ambiance est sombre, froide, et j’avoue avoir frissonné. L’enquête se met en place avec Servaz et Ziegler, ils vont tout de suite s’entendre et coopérer.
De l’autre côté on a Diane, une jeune psychologue, qui va travailler à l’Institut, un endroit où sont regroupés des fous dangereux. J’ai beaucoup aimé ces parties, et j’ai immédiatement détesté le docteur Xavier, ainsi que les pratiques misent en place dans cet institut, c’est affreux. Ça m’a fait froid dans le dos.
C’est un livre assez sombre, qui montre les mauvais côtés des humains et ça ne donne vraiment pas foi en l’humanité.
Les personnages sont très intéressants, j’ai adoré Servaz et Ziegler, j’ai beaucoup aimé la procureur, même si elle est attiré par le pouvoir, c’est une personne très droite qui fait confiance à son équipe. Par contre j’ai détesté le juge Confiant, un sale type en qui on ne peut pas faire confiance. J’ai bien aimé l’équipe de Servaz, Espérandieu est plutôt sympa, et Samira vit sa vie comme elle l’entend, c’est appréciable.
Ce que j’ai moins aimé c’est l’espère d’histoire d’amour qui se met en forme là dedans, mais bon je suis pas tellement fan de ce genre dans les thriller, quand y a de la romance ça ramollis un peu les choses et de façon générale je n’aime pas ça. Enfin j’ai adoré Julian Hirtmann, c’est un serial killer très intelligent, très fier également, qui réfléchit énormément et se renseigne beaucoup, un type qui m’a plu (même s’il n’arrive quand même pas au niveau d’Hannibal Lecter !)
Au niveau de l’enquête, elle est bourrée de suspens, et si j’avais deviné quelques petites choses, d’autres m’ont vraiment surprises et m’ont frustré également. Mais il y a des retournements de situations bien sympa.
Si je devais mettre un bémol, c’est que je suis un peu déçue que l’histoire soit moins centré sur l’Institut que je le pensais, j’ai imaginé qu’on verrait des trucs biens louches mais finalement non, on entre à peine dans cet institut et même si on sent l’ambiance très lourde qui s’en dégage, on a pas vraiment le temps de s’y sentir mal, cloîtré et je trouve ça dommage. Bien entendu l’enquête s’ouvre sur d’autres pistes, mais c’est vrai que je regrette quand même un peu ça.
Au final, je pense qu’il s’agit d’un bon thriller, il y a de l’action et du suspens, les révélations nous réservent quelques surprises, il est bien écrit, il se lit très bien et on ne s’ennuie pas.

Pas de phrase post-itée.

3 plus : 
– Des personnages intéressants
– Un livre avec du suspens
– Une histoire qui commence avec originalité

3 moins :
– Le fond de romance
– Un trop peu d’Institut
– Certaines choses ne sont peut-être pas assez approfondis alors qu’on s’arrête trop sur d’autres.

Challenges : 
Lecure commune jedegommemapal