Archive for février 2016

h1

L’assassin royal tome 3 : la Nef du crépuscule, Robin Hobb

février 26, 2016

couv22538851Attention spoils des premiers tomes.

Résumé : Ravagé, pillé, le royaume des Six-Duchés plie sous le joug de l’envahisseur. Les navires de guerre ne parviennent plus à tenir les pirates rouges en respect. Dans le pays, les dissensions éclatent entre les duchés côtiers, qui doivent supporter les incessantes attaques de l’ennemi, et les duchés intérieurs qui se désintéressent de leur sort. La cour elle-même, où le vieux souverain est manipulé par Royal, n’est plus qu’un théâtre d’intrigues où règnent en maîtres le soupçon, la traîtrise et le mensonge. Aussi le prince Vérité décide-t-il d’entreprendre une quête insensée : aller trouver les anciens, par-delà les montagnes, pour leur rappeler leur serment de venir en aide au royaume dans ses heures les plus sombres…

Avis : Encore une fois on a beaucoup de « Molly Molly Molly », sachant que cette fille est une insupportable peste ingrate et égoïste, des fois c’était dur de la supporter. Un passage a même failli me faire jeter le livre par la fenêtre tellement je la hais. Mais finalement c’était supportable, surtout grâce à Fou, parce que Fou est absolument génial. Fitz peut se montrer assez chiant et ingrat, mais même si plus d’une fois je me suis dis « mais qu’il est con », ben je l’aime quand même. Puis j’aime pas mal des persos qui gravitent autour de lui, la reine Kettricken, Burrich, Patience, Umbre, Oeil-de-Nuit. A mon avis ce sont ces personnages qui font que j’aime beaucoup le livre, les relations qu’ils ont avec Fitz. Le livre en lui-même est un page turner. On stress pas mal en lisant, j’avoue que je ne savais pas la plupart du temps comment tout allait tourner et j’avais très très peur que tout se termine très mal. C’est encore un tome très prenant, plus entraînant que le deuxième, il se passe beaucoup plus de choses, il y a bien plus de rebondissements, de remises en question. Un révélation notamment m’a fait m’en vouloir genre « mais pourquoi j’ai pas compris », j’étais un peu vexée de m’être laissé berner. 
Je déteste Royal évidemment, encore une fois, il n’est pas fait pour être aimé. Ici il prend de plus en plus d’importance, et plus d’une fois j’aurais voulu lui faire ravaler son sourire. Vérité est vraiment plus attachant que dans le tome 2, là, c’est vrai que sa décision de partir peut paraître complètement folle, mais j’ai envie de croire en lui. Dommage que ce soit l’occasion pour Royal de foutre un peu plus le bordel.
Les Pirates Rouges restent sans pitié, mais pareil de ce côté on en apprend plus également, mais ce qu’on apprend donne envie d’en savoir plus à ce propos.
Encore une fois le lien de Fitz et Fou m’a fait gagatiser comme c’est pas permis et je l’adore.
Et puis la fin est assez dure, mais j’ai réussi à passer le cape sans être trop triste. J’ai plutôt hâte de lire la suite. Même si je pense me lire directement les intégraux en entier à partir de maintenant.

Phrases post-itées : 
« Il veut savoir pourquoi je ne comprends pas qu’il ne veut que mon bien ; mais lui, pourquoi ne comprend-il pas que je veuille épouser qui j’aime ? »

« Un jour, FitzChevalerie, dit-il, ces mots-là ne suffiront plus. Parfois, il est plus facile de retirer un poignard du corps d’un homme que de lui demander d’oublier les paroles qu’on vient de prononcer. Même sous le coup de la colère »

« Parfois, observa Umbre, il serait plus facile de mourir pour son roi que de lui donner sa vie. »

« Je refermai discrètement la porte derrière lui, puis m’y adossai comme si je pouvais empêcher l’avenir d’entrer chez moi. »

« Il était possible d’avoir la nostalgie d’une époque et de se sentir seul sans l’unique autre personne capable de se la rappeler. »

« On peut tenir plus longtemps sous la torture si on se concentre sur ce qu’on veut dire plutôt que sur ce qu’on refuse de révéler. »

« L’exercice qui permet de se concentrer est simple. Il suffit de cesser de penser à ce que l’on veut faire, de cesser de penser à ce que l’on vient de faire ; puis de cesser de penser que l’on a cessé d’y penser ; alors on trouve le Maintenant, le temps qui s’étend sur l’éternité et qui est le seul temps qui existe réellement. En ce lieu, on a enfin le temps d’être soi-même. »

Mon avis sur : 
Le tome 2
Le tome 1

h1

Tunnels tome 5 : Spirale, Roderick Gordon et Brian Williams

février 15, 2016

9782749915265Attention risque de spoils des tomes précédents.

Résumé : Sortis des profondeurs de la Terre, Will Burrows et ses amis pensaient être enfin libres de rentrer chez eux.
Mais leur répit est de courte durée.
Les Styx s’apprêtent à déployer une terrifiante armée de soldats hybrides pour conquérir le reste du monde.
Abandonnés par le gouvernement, les jeunes explorateurs trouvent le soutien d’un étrange réseau de résistants.
Cet appui imprévu leur sera utile, car les femmes styx, encore plus dangereuses que leurs compagnons, sont sur le point de se réveiller…
Will va devoir se battre jusqu’au bout pour protéger la Surface et sauver ceux qu’il aime.

Avis : Ce tome prend un tournant très différent de ce que les premiers tomes pouvaient annoncer, on oublie un peu l’histoire du Dominion pour découvrir que les femmes Styx sont des êtres vraiment vraiment dangereux, et que la fin du monde va peut-être arriver bien plus rapidement que prévu. Il va y avoir énormément d’actions et de rebondissements dans ce tome, laissant peu de temps pour les relations entre les personnages, qui sont peut-être un peu allées vite. J’aurais adoré des gros clash entre Eddie et Elliott par exemple. Ceci-dit avec le nombre assez grand de personnages, on a le temps de voir tout le monde, de s’attacher ou de se décrocher, et c’est vachement bien géré.
On a très peu le temps de respirer tellement les choses s’accélèrent, en plus ça va de révélations en rebondissements et on ne peut pas s’ennuyer, les pages encore une fois se tournent toutes seules. « Encore un chapitre, encore un chapitre ».
C’est assez malsain et glauque comme histoire, ça fout un peu la trouille aussi, surtout certains passages assez dégueu.
Les auteurs n’épargnent personnes, les personnages vont souffrir et devoir se relever quand même s’ils veulent éviter la fin du monde.
Au début j’étais cependant moins enthousiaste que pour les premiers tomes, peut-être parce que c’était vraiment beaucoup d’actions, les personnages passaient d’un point A à un point B, concoctaient des plans, puis les mettaient en actions.
Ceci dit, vers la fin, le rythme ralenti un peu, on se centre un peu sur les relations, même s’il s’agit d’une course contre la montre.
Et la fin m’a anéantie.
Je l’ai trouvé tellement horrible que je suis restée toute choquée pendant je sais pas combien de temps, ça m’a vraiment traumatisé.
Du coup ça va être dur pour le tome 6.

Mon avis sur : 
Le tome 1
Le tome 2
Le tome 3
Le tome 4

h1

Nouveau design

février 12, 2016

TROP MERCI (ouais je sais on dit pas ça comme ça mais tant pis) à ma petite soeur d’amour pour ce magnifique et merveilleux nouveau design : JONTY. (Jasper/Monty dans les 100 la série pour ceux qui se demandent).

Bon d’accord je l’ai saoulé pendant des jours pour qu’elle me le change et ça valait la peine, vous avez vu comment qu’il est juste parfait ?
Je suis trop contente !

h1

L’assassin royal tome 2 : l’assassin du roi, Robin Hobb

février 10, 2016

9782290009802FS Je pense que lire la critique peut spoiler le tome 1.

Résumé : Les pirates rouges sèment la mort et la désolation dans les Six-Duchés. Le royaume est affaibli et ne dispose que de peu de ressources pour les combattre. Le roi est seul, entouré d’une cour qui intrigue, d’une armée qui doute et… d’un assassin royal. Fitz, le bâtard princier, est devenu une arme redoutable et redoutée. Il maîtrise le Vif – la faculté de communiquer avec les animaux – et devient expert dans l’Art. Guerrier accompli, rompu à toutes les façons de tuer, il personnifie autant la justice du roi qu’il est le chevalier servant du prince Vérité. Mais il est aussi un obstacle pour le prince Royal qui veut accéder au trône, et nombreux sont ceux qui souhaitent sa mort…

Avis : Je vais vous résumer ce tome là à ma manière. Molly Molly Molly Molly Molly Molly… Molly.
C’était chiant mais chiant, Fitz qui ne pense qu’à Molly tout le temps, j’avais simplement envie de le secouer. Encore si Molly était une jeune fille sympathique et intelligente, mais non c’est une chieuse méchante, égoïste, et stupide en plus. Je peux tellement pas la sentir que j’ai envisagé de nombreuses fois de la jeter dans un puits, et de jeter des pierres dessus. Molly et Royal sont les deux personnages les plus désagréables de ce deuxième tome, et Royal au moins il a une excuse vu que c’est une enflure et qu’il est pas fait pour être aimé. Donc voilà, autant dire que ça bouffe un peu le plaisir de lecture l’histoire d’amour niaise et chiante avec un personnage féminin désagréable et Mary-sue (tout le monde l’aime mais en fait elle a rien à faire pour ça, totalement le genre de perso qui se foutrait le doigt dans le nez et tout le monde dirait qu’elle est merveilleuse).
Ceci dit, quand Fitz nous lâches avec Molly, y a des passages trop trop biens. Sa rencontre avec le Loup, les passages où Kettricken montre à quel point elle est une Reine super géniale, et surtout oh oui surtout, les passages avec le fou. Le fou est mon personnage favoris, il parle en énigme, il joue au bouffon, mais bon sang il est juste tellement génial. Les moments où il apparaît son souvent hyper intense (beaucoup plus que Molly et Fitz), et puis le fou qui appelle Fitz « mon Fitzounet » c’est juste merveilleux.
Le tome 2 est un peu plus lent (c’est une coupure française en fait, il s’agit d’une partie d’un autre tome…) et un peu moins intéressant que le premier, mais ça reste quand même vachement bien, et bon on se laisse prendre par l’histoire. Sans le Molly Molly Molly, j’aurais carrément prit mon pied à la lecture je pense.
Heureusement, il paraît que la tique (ouais j’l’appelle comme ça) on la verra de moins en moins, et qu’on verra de plus en plus le fou ! Et rien que pour ça j’ai trop envie de continuer. 
Fitz est quand même un personnage que je trouve assez ingrat, d’un côté je l’aime, mais en même temps j’ai l’impression qu’il ne voit pas toujours ce qu’on fait pour lui. Ou alors il le voit puis ensuite il l’oublie, je ne sais pas. Pour l’assassin royal, il se préoccupe assez peu du Roi Subtil dans ce tome là, et un peu trop de Vérité (qui m’a énervé comme c’est pas permis, bien que je l’aime quand même).
On sent que Royal magouille encore des trucs. Il veut le pouvoir, alors que le Royaume est totalement mis à mal par les Pirates Rouges et surtout par les zombies (ouais c’est comme ça que j’appelle les forgisés).
Donc voilà, une bonne lecture quand même, un peu gâché par Molly, mais qui n’en reste pas moins un bon moment passé, et je lirai sans doute très rapidement la suite.

Phrases post-itées :
« Adieu, Fitz. Je t’en prie, à l’avenir, essaye de te débrouiller un peu mieux pour éviter qu’on t’assassine. »

« Nous appartenons au roi, mon garçon. Nous sommes ses hommes liges. Nos vies sont à lui, chaque instant de chaque journée, que nous soyons éveillés ou endormis. Tu n’as pas de temps à consacrer à tes soucis personnels. Seulement aux siens. »

« Tu t’imagines que tu peux décider seul si tu dois ou non te lier? Mon coeur est à moi. Je le donne où je veux. » 

« – Ah, tant mieux ! Car ne doute pas que d’autres doivent toujours douter de notre amitié si nous voulons rester de redoutables amis. »

« Un message n’est pas délivré, tant qu’il n’est pas compris ».

Mon avis sur : 
Le tome 1.

h1

La rivière à l’envers tome 2 : Hannah, Jean-Claude Mourlevat

février 5, 2016

51puW9k5gQL._SX303_BO1,204,203,200_Résumé : Dans La rivière à l’envers, Tomek nous entraînait dans son incroyable quête : trouver la rivière Qjar et son eau qui empêche de mourir. Nous marchions avec lui sur les pas de Hannah. Cette fois-ci, c’est Hannah elle-même qui raconte son voyage sur la vertigineuse Route du Ciel, puis à travers le désert. Son récit nous fait découvrir des contrées nouvelles, mais on y retrouve aussi des paysages connus : la Forêt de l’Oubli, la prairie, l’océan…

Avis : Cette fois-ci, c’est Hannah qui prend la parole. Le deuxième tome est à la première personne, contrairement à Tomek où c’était à la troisième. Hannah va raconter ce qu’il s’est passé de son côté, comment elle est arrivée jusqu’à la rivière à l’envers, les aventures qu’elle a vécu, et des aventures elle en a vécu. Peut-être même plus que Tomek. Elle aussi a fait des rencontres qui vont changer sa vie, la faire grandir, lui apprendre l’amour, le silence, l’amitié. Je crois que j’ai trouvé ce tome là encore plus fort et touchant que le premier. Dans celui-ci, Hannah va vivre toute une vie (ou même plusieurs), elle va traverser un désert, elle va voir des humains gigantesques, un village où ils sont tous moches. J’ai ris, j’ai été ému, j’ai eu envier de verser ma larmichette. Et puis le lien qui relie Hannah à Tomek, bien que très simple, est très beau, et je trouve mieux exploité de ce côté là de l’histoire. J’ai plus senti leurs sentiments, quand Hannah parle à Tomek, lui raconte son histoire, sa vie, ce qu’elle a traversé. Bon sang c’était juste magnifique.
J’ai terminé le livre avec les larmes aux yeux tellement j’étais émue, tellement j’ai trouvé ça magnifique, tellement j’avais envie que ça ne s’arrête pas. Je voulais continuer ce voyage avec Hannah et Tomek, et ça donnerait envie de partir aujourd’hui, avec presque rien. Juste un peu d’argent, un peu à manger, une couverture et aller chercher la rivière à l’envers.
Cette histoire est magique et merveilleuse, je remercierai jamais assez la famille pour qui je travaille de m’avoir offert ces livres. C’était superbe.

Phrases post-itées : 
« Ma décision a été prise le jour même… Je sais que cela semble fou. Mais je suis un peu folle. »

« Nous n’avions pas peur. Non, nous étions seulement horrifiés, terrifiés et absolument épouvantés ! »

« Quand on entre dans le désert, Tomek, ce sont les dix premiers pas qui comptent. Les suivants se ressemblent. Et plus on progresse, plus il devient stupide de revenir en arrière… »

« Première leçon : à quelqu’un qui marche vers le sud il est stupide de demander s’il marche vers le sud ! »

« C’est la première fois que je donnais mon prénom comme un cadeau… »

h1

La rivière à l’envers tome 1 : Tomek, Jean-Claude Mourlevat

février 4, 2016

919YlvwXwzLRésumé : Tomek, un orphelin de 13 ans, tient la petite épicerie de son village. Un soir, une jeune fille entre dans sa boutique et lui demande s’il vend de « l’eau de la rivière Qjar ». « C’est l’eau qui empêche de mourir », dit-elle.

Ainsi commence pour le garçon, un immense voyage qui va le conduire à la forêt de l’Oubli, au village des Parfumeurs, sur l’île Inexistante… Parviendra-t-il à retrouver Hannah, à l’autre bout du monde, là où coule, à l’envers, cette rivière fabuleuse ?

Avis : J’ai juste totalement adoré cette histoire. Elle est pas seulement géniale, elle est merveilleuse, elle est comme un conte, magique et tellement touchante aussi. Drôle également. Avec des petits passages un peu plus tristes. Tomek s’ennuie dans son épicerie, il rêve de voyager, et sa rencontre avec Hannah va changer sa vie. Du jour au lendemain il quitte tout et part à l’aventure afin de trouver la rivière à l’envers. Tomek va faire des rencontres, plutôt extravagantes, mais tellement attachantes. J’ai adoré Marie et Cadichon son âne péteur, j’ai adoré les petits parfumeurs tellement joviales également. Et même de loin, j’ai aimé Hannah et j’avais hâte de la revoir. Ces personnes vont partager l’aventure de Tomek, l’aider, ou bien recevoir son aide d’ailleurs.
En suivant Tomek dans ses aventures, on va traverser des endroits magiques, effrayants, dangereux, originaux et tellement farfelue aussi parfois. C’était un réel plaisir, j’avais envie de voir quel allait être le prochain paysage, les prochains personnages, c’était accrocheur.
L’écriture est super aussi, j’aime ce genre d’écriture, rempli de poésie et en même temps un peu drôle et douce. Ça se dévore dès les premières lignes, et ensuite on a du mal à s’arrêter de lire.
La fin est bien pensée je trouve. C’est un roman d’apprentissage, les personnages grandissent, apprennent, et puis il y a des beaux messages d’amitié, sur la vie, et de soutient. Puis d’amour évidemment.
En bref c’était une super lecture et je vais enchaîner directement avec le deuxième tome.

Phrases post-itées (je me suis laissée un peu aller) :
« Un beau jour donc, Tomek se retrouva avec cette pensée qui avait poussé à l’intérieur de sa tête au lieu de pousser dessus, et qu’on pouvait résumer ainsi : il s’ennuyait. »

« Ça aurait pu être un moment très émouvant : les deux amants en fuite, la nuit étoilée, tout ça, et il fallait que cet âne soit un péteur ! »

« C’est une race d’ours très dégénérée car ils sont les seuls être vivants dans cette forêt et, comme tu le sais sans doute, cela rend idiot de rester toujours entre soi. »

« Cette forêt regorge sans doute de braves gens morts dévorés par les ours parce qu’ils ont éternué ou simplement parce qu’ils se sont raclé la gorge. »

« Ah, comme il écoutait ! Il était tout entier dans ses oreilles. »

« – La vie est trop courte, monsieur Tomek, pour qu’on la gaspille à de mauvaises choses. »

h1

Powerful tome 1 : Le royaume d’Harcilor, S.N Lemoing

février 3, 2016

powerful-tome-1---le-royaume-d-harcilor-668678Résumé : Depuis douze ans, le pouvoir a été usurpé au royaume d’Harcilor.
Cyr, un homme de savoir, et son fils adoptif, Kaaz, ont constitué une école secrète.

En effet, dans ce monde certaines personnes naissent dotées de pouvoirs magiques : les Silarens.
Seulement, il n’est pas toujours aisé de déceler ses pouvoirs.
Ils seront bientôt rejoints par une jeune femme bien mystérieuse qui a beaucoup à leur apprendre.

Alors que Litar, reconnu comme l’être le plus puissant du royaume s’absente durant quelques temps, ils entrevoient pour la première fois la possibilité d’agir.
Parviendront-ils à retrouver leur liberté ? Feront-ils les bons choix ?

Avis : Tout d’abord je tiens à remercier l’auteure elle-même de m’avoir envoyer son livre. Un livre que j’ai plutôt bien aimé. Nous nous trouvons au royaume d’Harcilor, sous le règne d’un roi totalement injuste, qui laisse son peuple crever de froid, qui leur prends toute liberté, qui les laisse démuni et surveillé. C’est un royaume qui est devenu assez triste depuis la prise de pouvoir de ce roi tyrannique. Mais le peuple n’a pas abandonné, notamment Cyr qui enseigne au peuple, malgré l’interdiction.
Et puis quand Litar quitte le royaume, l’heure de la révolte a peut-être sonné.

L’histoire est assez mouvementé, on y trouve action, retournement de situation et ce que j’ai préféré : les flashbacks sur ce qu’il s’est passé douze ans auparavant. J’aimais découvrir les personnages plus jeunes, savoir comment la guerre s’était déroulé, ce qu’il s’était passé, et comment l’avait vécu chacun/chacune. L’histoire qui m’a le plus touché est celle de Kaaz, avec son frère Rimm. Bouuuh j’ai versé une larmichette, j’avoue, moi les histoires de frères, ça m’émeut quasiment à chaque fois.

Et pourtant Kaaz est le personnage que j’ai le moins aimé dans cette histoire (avec le roi Relan), qu’est ce que je l’ai trouvé gonflant très sérieusement. Toujours un truc à dire, et je me suis demandé ce qu’il avait fait de sa cervelle. Je l’ai trouvé foutrement égoïste et injuste, et puis vers la fin il dit un truc, c’était le pompon, j’avais juste envie de le baffer. Bref je ne l’aimais vraiment pas. En revanche, j’ai adoré Selna, celle qui arrive pour aider ce peuple, la Silarens qui a énormément de pouvoirs et qui peut combattre. Elle reste modeste malgré ses pouvoirs, elle aide de son mieux, et puis elle était cool et intelligente. J’ai aussi beaucoup aimé Ty, un brave gosse qui essaie de faire son mieux, ainsi que Chelli qui pouvait avoir des réactions très fortes et très négative, violente même, mais qui restait humaine, attachante. Ses réactions étaient logiques et compréhensibles (contrairement à Kaaz). Et bien entendu j’ai adoré Cyr, modeste au possible et franchement adorable, c’était le genre de perso à qui on avait envie de faire des gros câlins.
J’ai aimé la plupart des autres personnages également, les filles sont mises en avant et ont un rôle à jouer aussi bien que les hommes. Et bien sûr j’ai détesté Relan. Mais contre toute attente, j’ai ressenti de l’attachement pour Litar, un personnage plus profond qu’il n’y paraît en premier lieu.

L’histoire est plutôt sympathique, on est face à un royaume opprimé et des gens qui veulent reprendre leur liberté. On a un beau message d’amour, de liberté, et aussi de respect des autres et de la vie. Du pardon des erreurs également, et de choix.
Quelques petits bémols cependant, j’ai soulevé quelques erreurs de conjugaison, j’ai trouvé le début un peu étrange également, comme si l’auteure se dépêchait de mettre la carte en place, poser le décors, mais ça sonnait pas naturellement, et puis j’ai trouvé la fin presque trop happy end (c’est peut-être mon côté un peu sadique qui dit ça).
Pour autant, c’était une très bonne lecture, quand je terminais un chapitre, je voulais continuer le suivant, c’est prenant, les pages se tournent toutes seules. C’est intrigant, avec un brin de magie, mais où on apprends que ne pas avoir de pouvoir n’est pas une fatalité et où tout le monde peut être utile.

Et bien j’attends la suite !

Phrase post-itée : 
« Si des hommes sont tentés ils devraient être punis par les Gardiens ou toute personne se trouvant à proximité de la femme malmenée. »
MERCI. C’est au coupable d’être puni, pas à la victime !