Archive for août 2014

h1

W3, le sourire des pendus, Jérôme Camut et Nathalie Hug

août 22, 2014

W3 le sourire des pendusRésumé : Lara Mendès, une jeune chroniqueuse, est portée disparue alors qu’elle enquêtait sur le marché du sexe et ses déviances. Un avocat et son épouse sont sauvagement assassinés, leurs fillettes enlevées. À Rennes, Sookie Castel, policière hors norme, s’oppose à sa hiérarchie qui souhaiterait classer ces trois décès en suicide. Qui a enlevé Lara ? Où sont passés ces enfants et ces jeunes femmes dont les portraits sont affichés depuis des mois, parfois des années, sur les murs des gares et des commissariats ? Alors que Sookie est mise à pied et internée, partout, le destin d’innocents est broyé sans pitié. Ils auront bientôt une voix : W3.

Avis : tout d’abord merci aux éditions le livre de poche pour l’envoie de ce livre.
Un livre que j’ai bien aimé dans l’ensemble, une histoire intéressante et terrible tournant autour du commerce du sexe. C’est vraiment dur à lire, de voir comment certaines personnes sont traités pour le plaisir d’autres. A quel point ce genre de choses peut aller loin. Ça dénonce aussi les dérives de la loi, combien elle est impuissante par moment, voir carrément dysfonctionnelle. 
L’histoire est partagée sur plusieurs histoires et personnages, qui finissent par se rejoindre, dont on finit par voir les liens également. Des personnages pour la plupart attachant, j’ai beaucoup aimé Lara et son frère Valentin, j’ai aime Sookie la flic et son père Léon Castel qui cherche à résoudre les injustices comme il le peut. Je me suis vraiment attachée à Hervé déficient intellectuel mais hyper adorable (et pas si con que ça). Et puis bien sûr Arnault, le producteur de Lara, gay et hyper attachant, qui va soutenir Valentin à l’aide d’Egon Zeller un acteur très connu qui est aussi son amant (mais qui n’a jamais fait son coming out). 
J’ai aimé suivre leur enquête, leur questionnement, leurs relations, j’ai bien aimé comment tout se goupillait au bout d’un moment, comme les choses finissaient par s’emboîter, et le suspens de toutes ces histoires emmêlées. On met parfois du temps à comprendre les agissements de certaines personnes, souvent les chapitres se centrent sur un bout d’histoire en particulier et donc on continue pour en savoir plus sur chaque personnage et sur ce qu’ils vivent (ou vont vivre). 
J’ai donc apprécié ma lecture, jusqu’à un moment où j’ai commencé à doucement saturer. J’ai trouvé que ça finissait par un peu tourner en rond, et un bon coup d’accélérateur n’aurait pas été de refus. J’avais finalement hâte d’en terminer parce j’ai trouvé que le rythme ralentissait de plus en plus. J’ai même failli abandonner et laisser les 200 dernières pages en suspens. Heureusement que je ne l’ai pas fait, parce que je ne voyais pas venir la révélation finale. 
Bon en tout cas c’était une bonne histoire, j’avais imaginé que ce serait encore plus gore et incroyable, mais ça reste assez basique et pour autant plutôt intéressant et assez malsain quand même. J’ai passé un bon moment, malgré quelques longueurs et quelques trucs dont on aurait pu se passer selon moi. 
Un bon livre.

Phrase post-itée : 
« – Tu imagines un peu le tableau? râla-t-elle. Il fait beau, c’est le mois de juin et pendant que je le jeune se baigne, monsieur ressert un Ricard à madame qui bouquine du Tabachnik, et puis non, finalement, l’eau de la piscine est trop froide, le Ricard dégueulasse et le livre trop glauque, alors ils changent d’idées et vont se pendre dans le salon? Ça ne tient pas la route. »

« Rester sur place, c’est crever sur place. »

« C’est un pays de merde, habité par une nation de merde qui a les politiques et les médias qu’elle mérite ! »

Publicités
h1

Celui que tu cherches, Amanda Kyle Williams

août 18, 2014

Celui que tu cherchesRésumé : Keye Street, ex-profileuse du FBI devenue enquêtrice privée, n’a pas perdu le goût du danger. Quand un tueur en série sème la terreur à Atlanta, le chef de la police fait appel à elle. Face à un inconnu qui assassine et mutile sauvagement ses victimes avant d’annoncer ses crimes par lettre aux médias, Keye, munie de son Glock 10 mm et de son intelligence, se lance dans une chasse à l’homme infernale. Mais très vite, de chasseur, elle devient gibier. Arrivera-t-elle à trouver le meurtrier avant qu’il ne la trouve ?

Avis : tout d’abord merci aux éditions le livre de poche pour l’envoie de ce livre. Un livre que j’ai beaucoup apprécié, de part son histoire et l’héroïne. Tout est raconté du point de vue de Keye et elle ne manque pas d’humour, j’ai beaucoup ri lors de ma lecture malgré les passages noirs et glauques – n’oublions pas qu’il est question ici d’un tueur en série.
Les relations de Keye m’ont beaucoup plus, j’ai adoré Rauser le flic qui va lui demander son aide, qui est son meilleur ami et avec qui elle passe beaucoup de temps, j’ai vraiment aimé comment ils étaient l’un avec l’autre, comment ils se cherchaient tous les deux sans jamais franchir le pas. C’était trop mignon. J’ai aussi bien aimé Neil le geek pirate qui aide Keye dans son travail de détective. Ainsi que Diane, sa meilleure amie depuis qu’elles ont six ans. Des personnages aussi intéressants et travaillé, avec chacun leur personnalité et une relation intéressante, sont vraiment un plus pour l’histoire. Ca m’a énormément plu.
L’histoire en elle-même peut paraître assez banale au premier abord, c’est ce dont j’avais peur en commençant ma lecture. Un tueur en série tue et on doit le retrouver. Exact, mais ça reste très original. Pour plusieurs raisons. La première c’est qu’on a parfois le point de vue du tueur en série, soit en direct, soit indirectement au travers de son blog où il décrit ce qu’il fait au victime avec un réel plaisir. Il adresse également des lettres aux enquêteurs pour se moquer d’eux et montrer sa supériorité. Je n’ai pas aimé Alpha (le nom que lui donne la presse), trop sûr de lui, mais j’avoue qu’il me faisait froid dans le dos. J’ai eu vraiment peur pour la vie de Keye. Ensuite ce que j’ai trouvé original c’est que Keye en tant que détective privé doit résoudre d’autres enquêtes et c’était assez bien de la voir courir un peu partout pour donner des citations à comparaître, ou aller arrêter quelqu’un. Au début j’étais un peu mitigé face à cela, mais au final je me suis prise au jeu et je voulais bien d’autres petites enquêtes de sa part. L’histoire de la vache m’a vraiment mit le sourire jusqu’aux oreilles, j’ai totalement adoré. Enfin, la fin m’a poignardé, parce que je ne m’attendais pas du tout du tout du tout à ça, j’avais vaguement formulé l’hypothèse à un moment en me disant « non ça ne peut pas être ça », et je suis complètement tombée dans le panneau. Puis de révélations, en révélations, l’une d’entre elle m’a brisé le cœur, j’avais presque les larmes aux yeux très franchement. D’ailleurs la toute fin a réussi à me faire pleurer finalement, sans doute à cause de l’émotion.
Un autre point que j’ai apprécié, c’est la description de l’alcoolisme de Keye, c’était très réaliste, très dur aussi, elle a arrêté de boire mais n’est pas guéri pour autant, la tentation d’« un seul petit verre » est très très forte, et elle doit faire beaucoup d’efforts pour ne pas replonger. On a envie de la soutenir et de lui envoyer des encouragements. Heureusement ses amis veillent sur elle et Keye est une femme assez forte. 
J’ai donc passé un très bon moment avec ce livre, une lecture très agréable que je ne regrette pas et que je conseille

Phrase post-itée : 
« Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui. »

h1

Terre-Dragon tome 1 : le souffle des pierres, Erik L’Homme

août 11, 2014

Terre-Dragon tome 1Résumé : Sur un territoire déchiré par les vents vivent d’étranges tribus soumises au règne d’un invisible roi-dragon. Le jour où Aegir, l’enfant à la peau d’ours, échappe aux guerriers qui le gardent en cage, le destin du royaume bascule. Traqué sans relâche, Aegir croise la route de Sheylis, une apprentie sorcière chassée de son village. Un sortilège puissant va bientôt unir les deux adolescents contre leur volonté.

Sortie prévue le : 18 août 2014

Avis : Merci à Gallimard Jeunesse pour l’envoie de ce livre.
J’ai tout simplement adoré ce livre, j’ai aimé l’histoire que j’ai trouvé assez originale et sympathique, j’ai aimé les personnages, l’écriture, l’humour, et l’ambiance. J’ai aimé le fait que l’on visite plusieurs points de vue, ce qui permet de créer du suspens, d’en savoir plus sur chaque personne, que ce soit ceux que l’on considère comme les héros, ou les autres.
L’histoire tourne autour d’un enfant : Aegir, qui réussit à s’enfuir de la cage dans laquelle les Naattfarir le tiennent prisonnier. Il va rencontrer, lors de sa fuite Sheylis, qui tout comme lui, est en fuite. Une brève rencontre qui va les lier, malgré leur séparation rapide.
Plus tard Aegir va rencontrer Doom, un scalde (ou du moins un adolescent qui rêverait d’être scalde mais qui joue du luth comme un manche), il a un sale caractère mais est super attachant, et Doom va décider d’aider Aegir. Ils vont croiser Gaan, un vieux sorcier aveugle que j’ai adoré par sa sagesse et sa répartie, il va guider les deux jeunes. J’ai bien aimé cette équipe, les trois sont touchants à leur manière, ils forment un groupe éclectique mais soudé, chacun va apporter quelque chose, sa force, sa ruse, sa musique, sa magie, peu importe, s’ils n’avaient pas été ensemble, leur aventure se serait vite terminée.
J’ai aussi beaucoup aimé Sheylis, c’est une héroïne rusée et forte, qui ne se laisse pas abattre peu importe les épreuves qu’elle va vivre.
On voit aussi les points de vue des prêtres du Crâne, ce qui donne une autre idée sur eux, soit ils sont totalement fanatiques, soit ils savent quelque chose qui n’est pas bon pour la suite du monde. On a également la vision d’un Naattfarir et de sa rechercher pour retrouver Aegir. Ce ne sont pas des personnages auxquels je me suis particulièrement attachée, mais ils sont intéressants pour l’histoire.
J’ai adoré les pointes d’humour tout au long du livre, qui m’ont fait sourire et m’ont amusé, parfois ils étaient bienvenus quand les moments étaient inquiétants. En rapport justement avec cet humour, j’adorais la relation entre Gaan et Doom, c’était assez drôle de les voir s’asticoter comme ça.
L’histoire est très bien raconté, on ne s’ennuie pas une seule seconde, les événements s’enchaînent.
Bien sûr des fois c’est un peu rapide ou trop facile, mais c’est de la fantasy jeunesse et moi ça ne m’a pas dérangé, je savais dans quoi je m’embarquais en ouvrant ce livre.
Arrivé à la fin, je n’ai eu qu’une envie : avoir la suite. Hélas je ne l’ai pas et je le regrette, j’ai hâte de savoir la suite de cette histoire et en savoir plus sur Aegir surtout.

h1

Monstres, Christopher Pike

août 9, 2014

monstresRésumé : Mary, ma meilleure amie, est en prison.
Elle a surgi lors d’une fête avec un fusil chargé. Elle a tué deux personnes et a tenté de tirer sur Jim Kline, son petit ami. J’étais là, j’ai tout vu. J’ai pensé qu’elle était devenue complètement cinglée. Ce sont des choses qui arrivent… Je suis allée la voir en prison, pour essayer de comprendre. Ce qu’elle m’a révélé est tellement dingue que je n’y ai pas cru une seconde. Personne n’y aurait cru, d’ailleurs ! Seulement depuis, j’ai fait des découvertes.
Des découvertes si atroces, si inimaginables, que j’ai l’impression que c’est moi qui suis en train de devenir folle…

Avis : J’ai bien aimé cette histoire, une histoire intéressante, un peu flippante et inquiétante, mais qui se laisse vraiment dévorer très facilement et ça m’a beaucoup plu. J’ai aimé l’intrigue, les mystères, je regrette qu’on devine assez vite les choses, pour autant ça m’a quand même entrainé et inquiété. On s’enfonce petit à petit dans une histoire où les monstres ne sont pas où on le pense immédiatement. Angela est l’héroïne et Mary va lui raconter une drôle d’histoire, une histoire complètement folle qu’elle ne va pas croire, même si elle aurait dût. C’est plutôt inquiétant je dois l’admettre, ça met le frisson. Après ça ne fait pas non plus extrèmement peur, mais j’ai trouvé quand même que ça mettait mal à l’aise, que c’était dérangeant.
Si l’histoire m’a plu, je ne me suis pas tellement attachée aux personnages par contre, Angela m’énervait, je comprends qu’elle a du mal à croire Mary mais elle avait certains agissements qui m’énervaient. Alors oui certains de ses actes pouvaient s’expliquer, mais quand même j’avais envie de lui dire de s’acheter une cervelle. Heureusement petit à petit elle évolue (et pas que en bien), et nous entraîne avec elle dans l’horreur de ce qu’elle va vivre. Une histoire plutôt triste aussi donc, car il y a des morts, tout le monde ne s’en sort pas indemne. Ce que j’ai beaucoup aimé c’est de savoir pourquoi ces choses arrivaient, d’où ça venait, qu’est ce qu’il se passait exactement, de pas être laissé en plan mais de découvrir tout ça petit à petit, sans trop en savoir non plus. J’ai aussi adoré la fin, pour moi c’était une fin géniale, très bien pensée et qui m’a énormément plu, qui donne à la fois de l’espoir et en même temps avec cette petite touche assez triste et dure.  J’avais un peu de tomber dans une fin du style « le problème n’est pas résolu » ou au contre « il est trop bien résolu », là c’est une espèce d’entre deux et j’ai trouvé ça bien fait.
Une bonne lecture donc.

A propos : de la couverture, qui est laide mais laide. La couverture VO est moche aussi mais je la préfère à la rigueur :
monster

h1

Le livre des débuts d’histoires, Kristin Kladstrup

août 1, 2014

le livre des débuts d'histoiresRésumé : Prenez garde, vous qui écrivez dans ce cahier,
prenez garde aux histoires que vous commencez,
car chaque histoire qui possède un commencement
pourrait bien avoir aussi une suite et un dénouement.

Pensez également, avant d’écrire pour de bon,
que si un jour succède immanquablement la nuit,
tous les débuts d’histoires ne font pas de bons récits ;
Certains y parviennent, d’autres non.

Que ce livre rende son jugement souverain
pour dire si et comment l’histoire prendra fin.

Avis : un livre dont je n’avais jamais entendu parler avant de l’avoir entre les mains. Il me paraissait intrigant et la couverture est vraiment très très belle (et très représentative de l’histoire), du coup je me suis lancée et j’ai beaucoup aimé. Une histoire très intéressante et assez originale qui va nous faire voyager dans des mondes plutôt loufoques mais assez terrible par moment. C’est l’histoire d’Oscar qui découvre un journal « le livre des débuts d’histoires » et qui, malgré l’avertissement, va commencer quelques histoires. Pour cette raison il va disparaître et plus personne n’aura de nouvelles de lui jusqu’au jour, des année plus tard, où Lucy, sa petite-cousine, va découvrir elle aussi ce journal et faire l’erreur d’écrire dedans. Dès lors tout va s’emballer.
On est vite emporté par l’histoire, même si elle démarre tout doucement, que l’auteur a prit son temps pour mettre l’univers et les personnages en place et que l’aventure ne commence pas tout de suite. On se sent entrainé avec Lucy et Oscar lorsque leur voyage commence et plusieurs fois j’ai stressé pour eux et espéré que l’histoire (les histoires) se termine(nt) bien.
Les personnages sont des enfants, plutôt attachants même si par moment leurs réactions m’ont énervé, il ne faut pas oublier qu’ils sont jeunes. Parfois, j’avais compris plus vite qu’eux certaines choses et c’est vrai que ça peut frustrer que le personnage mette plus de temps, qu’il ne voit pas ce qui paraît évident, mais dans l’ensemble c’est resté quand même assez sympa, et le suspens était toujours bien présent. Leur chemin va être semé d’embûches, autant dire que Lucy et Oscar ne vont pas être sortit de l’auberge très vite, et il va arriver pleins de catastrophes avant la fin de l’histoire. Ce qui bien sûr donne beaucoup d’actions au livre et ne nous laisses pas le temps de nous ennuyer.
Les personnages que vont croiser Lucy et Oscar sont assez loufoques, pour la plupart c’est ce côté complètement fou de leur personnalité que j’ai beaucoup apprécié, on voit tout de suite qu’ils sortent d’un livre et d’une histoire, qu’ils sont trop bizarres pour être « réels », mais cela les rends attachants pour la plupart (certains m’ont plus saoulé que d’autres). J’ai adoré ce côté décalé, ces histoires que vont vivre Lucy et Oscar alors qu’ils viennent eux du monde « réel ». C’est un peu comme s’ils étaient dans un drôle de rêve en fait, ça m’a fait cet effet, et j’avoue avoir adoré cette ambiance.
Au niveau de l’écriture, elle est assez simple, même parfois trop simple presque, mais au bout d’un moment je me suis fait à ce style et cela n’enlève pas son charme à l’histoire. J’ai beaucoup aimé la morale qui se dégage de ce livre également, certaines choses m’ont fait pensé à ce que je ressentais quand je lisais et terminais un livre, l’auteur a donné une très jolie vision des histoires selon moi. La fin m’a même émue jusqu’aux larmes tellement c’était touchant.
Bref, un super bon moment passé avec ce livre, je ne regrette pas du tout ma lecture.

Phrase post-itée : 
« Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas expliquer quelque chose que ce n’est pas arrivé. »

Anecdote : j’ai pris ce livre chez Aurore qui me l’a gentiment prêté, et c’était fun.