Archive for the ‘Livres’ Category

h1

Effacée tome 2 : Fracturée, Teri Terry

décembre 14, 2017

fracturéeAttention, lire cet avis va vous spoiler le tome 1.

Résumé : Après son Effacement, Kyla aurait dû perdre complètement la mémoire et devenir une nouvelle personne. Mais son cerveau et son corps ont conservé une partie de ses souvenirs. Et, au fond d’elle, résonne une voix qui n’est pas celle de la fille sage et soumise qu’on voulait faire d’elle. Une voix qui lui fait peur… En essayant de comprendre ce qui est arrivé à Ben, le garçon qu’elle aimait, Kyla devra pourtant affronter les fantômes de son passé. La vérité pourrait la broyer, mais, dans une société rongée par la peur, le mensonge et la manipulation, c’est aussi la seule voie qui conduise à la liberté.

Avis : Ce deuxième tome fait suite directement au premier. On retrouve Kyla qui vient de retrouver une partie de sa mémoire, quelques souvenirs disséminés, qui vont la changer. Elle n’est plus tout à fait Kyla, elle redevient petit à petit Ondée, une fille plutôt guerrière, assoiffée de vengeance et pleine de rage. J’ai eu plus du mal avec Kyla dans ce tome-là, non pas à cause de ses changements, mais parce que si dans le tome 1, elle ne se laissait pas manipuler et remettait les choses en questions, dans ce tome-ci au contraire, elle se laisse complètement manipuler par Nico. Son ancien chef. Que j’ai totalement détesté dès le début. Je ne lui faisais pas confiance, il est froid, manipulateur, il se fait passer pour un bon chef mais se fiche de la vie des autres. Il est soit disant pour un meilleur pays, mais ne vaut pas mieux que les gens qu’il combat.

On a le droit aussi à un nouveau personnage, Cameron, qui va s’attacher à Kyla. Elle va le voir comme un ami un peu collant qui arrive toujours au pire moment. Et je ne savais pas si je l’appréciais ou s’il m’agaçait. J’avais un peu peur qu’il remplace Ben aussi, mais Kyla pense sans arrêt à Ben et continue de le chercher coûte que coûte. Je me suis de plus en plus attachée à la mère de Kyla, qui en montre de plus en plus sur elle. On en apprend aussi plus sur le Dr Lysander, qui n’est pas ce qu’elle paraît. J’ai aussi beaucoup aimé Katan, qui fait parti des terroristes, qui bosse pour Nico, et qui, contrairement aux autres, pense par lui-même.

Kyla va se retrouver mêlés à plusieurs affaires différentes, et va devoir faire des choix difficiles. Des choix qui risquent de la changer à tout jamais. Des choix qui l’empêcheront de revenir en arrière. C’est un tome sur la découverte de soi-même, Kyla est bloqué face à un passé qui ne lui revient que par bribe, et elle a peur d’en apprendre plus sur la petite Lucy, bloquée dans sa tête.

J’ai beaucoup aimé ce tome-ci aussi, même si je l’ai trouvé peut-être un peu plus long par moment, et que Kyla m’a agacé à se laisser manipuler par Nico. Je voulais qu’elle lui tienne tête. Mais je trouve que c’est une bonne dystopie et je vais commencer le tome 3.

Publicités
h1

Effacée, Teri Terry

décembre 13, 2017

109805_couverture_Hres_0Résumé : Dans un futur proche, en Angleterre, les criminels de moins de 16 ans sont condamnés à perdre tout souvenir de leur passé. Malgré son Effacement, cependant, Kyla fait d’étranges cauchemars. Comme si ses souvenirs s’obstinaient à remonter à la surface…

Petit à petit, le doute s’installe. A-t-elle vraiment commis un crime et mérité son sort ? La jeune fille n’est pas certaine de vouloir le découvrir, d’autant que sa nouvelle vie de lycéenne lui plaît. Et que son passé pourrait s’avérer difficile à supporter.

Mais peut-on être soi, à 16 ans, si l’on ignore d’où l’on vient ? Grâce à Ben, Effacé, lui aussi, et convaincu que l’Effacement cache en réalité une gigantesque manipulation, Kyla trouvera peut-être la force de partir en quête de sa propre histoire…

Avis : Kyla a été effacé, c’est à dire que toute sa mémoire lui a été retiré et qu’elle va devoir vivre une nouvelle vie avec sa nouvelle mémoire. Perdue au début, elle se contente de faire ce qu’on lui dit, d’obéir et de faire de son mieux en tant qu’effacée. Elle a beaucoup de choses à apprendre, parce que certaines choses lui sont mystérieuses, certaines expressions incompréhensibles. Pourtant, Kyla apprend vite, même trop vite, et le doute s’installe en elle. Est-ce que tous les effacés sont réellement des criminels ? Et si c’était plus grave que ça ?

Kyla est très attachante, elle est très observatrice et peu de chose lui échappe, elle se pose beaucoup de questions et malgré son statut d’effacé, elle a du caractère et ne se laisse pas faire. J’ai cependant trouvé que sa relation avec Ben était trop rapide (et bien sûr Ben est super beau blablabla). Ben aussi est attachant, mais j’étais méfiante vis à vis de lui, c’était un effacé, qui au côté de Kyla commence à se poser des questions, mais qui reste naïf et coulant. Pas autant qu’Amy cependant, la nouvelle sœur de Kyla, qui est une bonne petite effacée.
Kyla va se mettre en danger pour avoir certaines réponses, elle prend des risques mais continue de réfléchir par elle-même et je l’ai aimé pour ça. Même si elle cherche à savoir, elle ne se laisse pas manipuler par un camp ou par l’autre. Elle essayer de trouver une solution qui convienne.
Sa nouvelle mère m’a déplu au début, mais petit à petit j’ai appris à l’aimer, elle est bien différente de ce qu’elle montre. Mais on se méfie comme Kyla, des gens, sans savoir à qui on peut faire confiance ou pas. Certains révèlent d’autres facettes d’eux-mêmes.

Le livre se lit tout seul, on est prit dans l’histoire, et j’ai beaucoup aimé ma lecture. J’ai dévoré le bouquin. Et je vais lire la suite.

h1

Panic, Lauren Oliver

décembre 12, 2017

panic-le-jeu-de-la-peur-421766-250-400Résumé : « Les règles de Panic sont simples. Tout le monde peut participer. Mais il n’y aura qu’un seul vainqueur. » Carp, une petite ville minable de l’État de New York. Chaque été, tous ceux qui viennent de terminer le lycée peuvent participer à « Panic », une succession d’épreuves plus dangereuses les unes que les autres. L’enjeu est de taille : une cagnotte de plus de cinquante mille dollars. Personne ne sait qui a inventé ce jeu, ni qui en fixe les règles. Cet été, Heather entre dans la compétition par dépit amoureux, Elle pourrait, si elle gagne, quitter le mobile-home sordide où elle vit avec une mère paumée et droguée, et emmener avec elle sa sœur, Lily. Dodge, lui, a une autre raison de participer au Jeu de la Peur : venger sa sœur, qui a fini dans un fauteuil roulant, après une épreuve d’une précédente session de Panic. Manipulations, trahisons, révélations : cet été sera celui de tous les dangers.

Avis : Ce livre est très perturbant. Je l’ai trouvé vraiment dur dans les thèmes abordés et dans ce qu’il se passait. Heather a une vie de merde, et va participer à Panic pour des raisons stupides au début, mais bientôt ça va être un choix à part entière, parce qu’elle a besoin de cet argent. Elle va participer avec Nat sa meilleure amie qui rêve de devenir actrice, et Dodge un type qui rêve de vengeance. Elle va être aidé par son meilleur ami Bishop. J’ai beaucoup aimé Heather, Dodge et Bishop. J’ai eu plus de mal avec Nat, j’l’ai trouvé parfois plutôt mordante, et manipulatrice un peu.

L’histoire m’a pas mal retourné, y avait peu de temps mort, c’était dur et froid, les jeunes sont fous et prêt à tout pour Panic. Il y a peu de respect pour la vie humaine, encore moins pour sa propre vie. Ils flirtent avec la mort, j’ai plusieurs fois eu froid dans le dos, tant certaines épreuves étaient folles.

Le livre en lui-même se dévore, j’avais du mal à le lâcher même si j’étais très perturbée par ce qu’il se passait. Dodge est tellement accroché à son idée de vengeance qu’il ne réussit pas à avancer dans la vie, Heather voit tout en noir et n’arrive pas à voir le positif même quand il y en a. Nat est prête à tout pour devenir actrice. Bishop n’est pas aussi clean qu’il le montre.

J’ai un peu été déçu par la fin, je l’ai bien aimé, mais trouvé peut-être trop rapide après tout ce qu’il venait de se passer, un peu comme un goût d’inachevé, un peu trop facile aussi. Mais le reste du bouquin est fort en émotion et j’ai beaucoup aimé ma lecture.

h1

Phobos tome 1, Victor Dixen

décembre 11, 2017

108749798Résumé : SIX PRÉTENDANTES.
SIX PRÉTENDANTS.
SIX MINUTES POUR SE RENCONTRER.
L’ÉTERNITÉ POUR S’AIMER.

ILS VEULENT MARQUER L’HISTOIRE AVEC UN GRAND H.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial.
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

ELLE VEUT TROUVER L’AMOUR AVEC UN GRAND A.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

MÊME SI LE RÊVE VIRE AU CAUCHEMAR, IL EST TROP TARD POUR REGRETTER.

Avis : Léonor a été sélectionné pour participer au programme Genesis, avec onze autres candidats. Une mission où le but est de trouver l’amour dans l’espace, pour pouvoir peupler Mars. Une mission transformée en télé-réalité. Car Léonor sera observé par des milliards de gens depuis la Terre.
Mais cet allé sans retour pourrait être bien plus dangereux qu’elle ne le pense.

J’ai bien aimé ce livre, même si j’ai trouvé des passages plus longs que d’autre. Le livre prends son temps pour se mettre en place, on fait la connaissance de Léonor, des six candidates, on assiste au décollage de la navette, du ressentis de Léonor, de ce qui se passe sur Terre, et on a le droit à ce qu’il se passe pour les organisateurs, et leur grand secret. Parce que si Léonor et les autres ignorent la vérité, nous savons quasiment dès le début qu’ils sont destinés à mourir.
Même s’il prends son temps pour démarrer, le livre est prenant, on se laisse aspirer par l’histoire et on anticipe la rencontre avec les garçons. Je me faisais un peu l’effet d’être une de ces personnes sur Terre qui regarde la télé réalité et qui assiste aux rencontres. Le fait qu’on se détache du point de vue de Léonor, permet un peu de rencontrer tout le monde, de voir ce qu’ils se disent, les choix qu’ils font. J’aurais adoré en savoir un peu plus sur les garçons, être dans la tête de l’un d’eux pour voir comment ça se passait de leur côté. Tous à leur manière ils sont un peu attachant, mais j’avoue que je n’ai pas particulièrement aimé l’un ou l’autre. Je me suis surtout attachée à Léonor parce qu’on est dans sa tête à elle. Et j’avais du mal à faire confiance aux autres ou à savoir s’ils étaient honnêtes, si on pouvait croire en eux, en ce qu’ils disaient.

J’ai regretté que l’histoire d’amour soit si rapide. Enfin, elle n’est pas si rapide que ça, mais on sent tout de suite le choix de Léonor, et c’est dommage que ce soit si vite. J’aurais aimé être un peu plus surprise. Mais bon, à part ça, j’ai aimé la relation qui se mettait en place, elle était étrange, elle avait quelque chose d’attachant et d’un peu électrisant.

Ce que j’ai le moins apprécié c’était quand on n’était pas avec Léonor et les autres, ce qu’il se passait hors champ. C’était important aussi, j’en ai bien conscience, mais ça me coupait, et ça me dérangeait, j’accrochais beaucoup moins avec ces passages. Même si ça permettait d’en apprendre plus sur les organisateurs. Particulièrement Serena, que j’ai détesté, elle est machiavélique, accro à l’argent et elle justifie ses actes de manière hyper froide, et elle tourne ça comme si elle avait raison de faire ce qu’elle fait. Sa relation avec sa fille est… bizarre.
On voit aussi les actes d’Andrew, le fils d’un des organisateurs qui a trouvé la mort mystérieusement. Il va chercher à découvrir la vérité.

Il se passe donc beaucoup de choses au cours de ce premier tome. La fin est un gros Cliffhanger, et on a envie de lire le tome 2 pour voir ce qu’il va se passer pour ces douze candidats. Une bonne lecture, et je lirai la suite.

h1

The Mortal Instruments tome 6 : La Cité du Feu Sacré, Cassandra Clare

décembre 10, 2017

la-cite-des-tenebres,-tome-6---la-cite-du-feu-sacre-591760-264-432Attention lire cet avis va vous spoiler les tomes précédents.

Résumé : Les ténèbres s’abattent sur le Monde Obscur. Le chaos et la destruction se propagent à une vitesse terrifiante. Clary, Jace, Simon et leurs compagnons rassemblent leurs forces pour faire face au démon le plus puissant qu’ils aient jamais affronté : Sébastien, le frère de Clary. Rien ne semble pouvoir l’arrêter.

L’unique espoir de l’anéantir se trouve au coeur du Royaume des Démons. Mais, pour les Chasseurs d’Ombres, ce voyage exige de lourds sacrifices. La quête s’annonce plus difficile que jamais…

Avis : Ça va être difficile d’écrire mon avis sur ce tome-là, parce qu’il m’a un peu laissé sur le carreau. Il y a énormément d’action dans ce tome-là et Sébastien est un véritable enfoiré qui sacrifie tout le monde, j’ai eu tellement peur pour les personnages que j’en avais mal au ventre. Surtout que certains que j’aimais bien ne s’en sortent pas aussi bien que d’autres.

Je sais que j’aurais pas dû, mais j’aimais bien Sébastien, oui il est horrible, oui ce qu’il fait c’est affreux, mais la solitude abyssal qu’il ressent me l’a rendu attachant par certains moments, et je n’arrivais pas à me débarrasser de cet attachement.
Pas le temps de souffler dans ce tome-là, les pages se tournaient encore plus vite que les précédents dans un besoin viscéral de savoir ce qui allait se passer. J’ai même fini par m’attacher au couple Jace/Clary, c’est pour dire (même si Jace m’a quand même gonflé par certains moments, c’est plus fort que lui, d’être gonflant). Encore une fois j’ai adoré Simon, c’est un excellent personnage, touchant, émouvant, qui m’a fait trembler. J’ai tellement aimé Magnus aussi, il m’a rendu triste et m’a fait passer par pleins d’émotions différentes, il a beau avoir l’apparence d’un garçon de dix-huit ans, on sent qu’il est beaucoup plus vieux. Et j’ai aussi aimé Alec, dire que je le détestais dans le tome 1, mais dans ce tome-là, il m’a vraiment touché à fond. J’ai aimé Isabelle, j’ai aimé Clary, et par certains moments j’ai presque aimé Jace.
Mais je dois dire que j’ai détesté les Nephilims de manière générale, ils n’écoutent jamais rien, ils n’apprennent jamais de leurs erreurs, ils m’ont terriblement dégoûtés par moment.

L’histoire m’a vraiment bouleversé, et touché, et émue, et rendu triste. J’étais à fond dedans. J’ai dévoré ce livre, et dans un sens je le regrette parce que c’est fini maintenant (oui je sais y a une suite mais pas avec les même persos et ce sera pas pareil, je ne la lirai pas tout de suite). J’ai tellement adoré la relation d’Alec et Magnus, ces deux-là m’ont rendu dingue, au bord des larmes, ils sont hyper touchants.

La fin m’a fait pleurer.

Et maintenant j’ai l’impression d’avoir une sorte de vide à l’intérieur. Ça va être dur de trouver un livre à lire après celui-là.
Heureusement qu’il y a la série dans un sens, même si je la trouve moins bien, au moins je suis pas obligée d’abandonner les persos tout de suite.

Une super bonne lecture.

Phrase post-itée : 
« Nous autres Nephilim, nous avons tendance à aimer trop passionnément. Tomber amoureux une seule fois, mourir de chagrin… »

h1

The Mortal Instruments tome 5 : La cité des âmes perdues, Cassandra Clare

décembre 8, 2017

71F88+RBkILAttention, lire cet avis peut vous spoiler tous les tomes d’avant.

Résumé : Clary est folle de joie. Lilith serait anéantie et Jace sauvé… Mais quand les chasseurs d’ombres viennent le libérer, ils ne trouvent que du sang et du verre brisé. Jace a disparu. Clary découvre bientôt qu’il est devenu un serviteur des démons! Son sort est désormais lié à celui de Sébastien, son pire ennemi…

Pour sauver l’homme qu’elle aime, Clary va devoir risquer plus que sa vie. Existe-t-il encore le moindre espoir?

Avis : Ce tome m’a volé mon âme et a brisé mon cœur, genre comme ça, l’air de rien. L’intrigue principale n’y est pour rien, c’est l’intrigue secondaire qui m’a détruite. Mais passons. Nous sommes devant une Clary désemparée parce que Jace, son Jace est différent, il est lié à Sébastien, et voilà qu’ils sont devenus des vrais frères. Clary est prête à tout pour récupérer Jace, ceci dit. Dans ce tome là, j’ai bien aimé Jace (c’est assez bizarre pour être souligné), certes, il n’était pas tout à fait lui-même, mais c’était hyper sympa de voir ce nouveau Jace pas maître de lui-même. Bizarrement, je me suis aussi attachée à Sébastien, au point que je ne savais plus à qui faire confiance.

D’un autre côté, on a le « clan des gentils » qui essayent à leur façon de sauver Jace. Et Simon va encore se fourrer dans les ennuies (c’est sa spécialité à ce petit gars), et il a encore prouvé à quel point il est courageux (en plus d’être hyper sarcastique) et je l’adore. Ses discussions avec Magnus m’ont fait rouler de rire, ils se renvoyaient la balle, c’était plutôt mignon. J’ai vraiment adoré les moments Simon/Isabelle, et les moments Magnus/Alec, même si Alec file un très mauvais coton dans ce tome-là, puis on a du Maïa/Jordan, sans doute les parties où j’ai le moins accroché, bien que j’adore les personnages.
Mon chouchou est toujours Magnus, parce que … Magnus. Y a besoin d’une autre explication franchement ?  Non je ne crois pas.

J’ai beaucoup aimé les deux intrigues à dire vrai, j’étais passionnée par les parties avec Clary, je me demandais où tout ça allait la mener. Et j’adorais voir « le clan des gentils » réfléchir à des idées même s’ils prenaient tous de gros risques.
Jocelyne m’a un peu gonflé dans ce tome-là mais passons.

Bon ben sinon voilà, la fin m’a transformé en serpillière, je me suis mise à pleurer dans le métro devant les gens. Mais peu importe. J’ai déjà commencé le tome 6, et je suis en train de me dire que c’est le dernier, alors que je suis complètement accro à cette série (et à Magnus). Dur.

h1

Mothership, Martin Leicht et Isla Neal

décembre 7, 2017

bm_CVT_Mothership-tome-1_1583Résumé : Elvie, 16 ans, n’avait pas prévu de tomber enceinte de Cole, le beau gosse du lycée. Elle mène des études brillantes pour devenir ingénieur et n’a pas l’intention de s’embarrasser d’un bébé ! Son père, toujours prêt à gérer les crises, l’envoie sur une ancienne station spatiale transformée en maternité pour mineures ! Première surprise : sa pire ennemie est là, enceinte elle aussi. Deuxième surprise : la maternité est attaquée par un commando mené par… Cole qui lui annonce que les profs sont des aliens !
Elvie est bien décidée à sauver sa peau et à retourner sur Terre vite fait. Et il semblerait que Cole ne soit pas si crétin que ça finalement…

Avis : Ce roman est complètement barré. J’ai vraiment ris en lisant, l’héroïne raconte son histoire d’une manière vraiment marrante, malgré le fait que ce qui se passe peut être parfois vraiment dur. Elvie est enceinte et se retrouve sur une station spatiale spécialement transformé en école pour les futures mamans. Sauf que voilà la station se fait attaquer. Mais qui sont les bons et les mauvais ?
Elvie retrouve ainsi Cole, le père du bébé, qui l’a abandonné en apprenant la vérité. Pourtant Elvie va peut-être lui laisser une seconde chance.
Les personnages sont vraiment pour la plupart complètement abruti, sauf Elvie qui réfléchit pas mal et qui se débrouille super bien. Cole est un crétin fini, mais malgré tout je trouvais son histoire avec Elvie plutôt mignonne, dommage qu’elle se base surtout sur la beauté de Cole (par contre Cole est clairement attiré par le caractère et l’intelligence d’Elvie ce qui est vraiment bien).
C’était loufoque et drôle, Elvie est hyper attachante, Ducky son meilleur ami aussi, j’ai adoré leur relation. J’ai aussi apprécié Cole même si des fois c’était une tête à claque. Les autres filles enceintes étaient quand même sacrément nunuches.

Franchement, j’ai passé un super moment avec cette lecture, et heureusement que le tome 1 se suffit à lui-même parce que de ce que j’en sais le tome 2 n’a jamais été traduit. N’empêche que j’ai adoré, et je suis un peu déçue de ne pas pouvoir retrouver Elvie dans la suite de ses aventures (bon faudrait que je me mette à l’anglais).
Un super livre.

Phrase post-itée : 
« Mais il s’avère que le genre de gars avec qui on voudrait élever son enfant n’est pas toujours le genre avec qui on voudrait le concevoir. »