Archive for juin 2015

h1

Photo Book Challenge Juin 2015

juin 30, 2015

Screenshot_2015-05-31-23-04-54-1 Ce photo book challenge a été mis en place par findingneverlandxx. Me retrouver sur instagram : Maliae_jetulis J’ai décidé de ne mettre que les photos qui m’intéressaient.

1.jour1

3.jour3

4.jour4

5.jour5

6.jour6

7.jour7

9.jour9

10.IMG_20150610_223101

11.IMG_20150611_145302

12.IMG_20150612_202536

14.IMG_20150615_001434

15.IMG_20150615_114604

16.IMG_20150616_092740

17.IMG_20150617_204125

18.IMG_20150618_203634

24.IMG_20150624_183209

25.IMG_20150625_133636

27.IMG_20150628_073631

28.IMG_20150628_182008

29.IMG_20150629_160153

h1

Point lecture #1

juin 25, 2015

Hello les gens, voici un nouveau genre de vidéo. Plutôt que faire des immenses bilans du mois, j’ai décidé de faire des vidéos au fur à mesure des mes lectures. Quand j’aurai 4 ou 5 livres à vous présenter. J’espère que ce nouveau format vous plaira.

h1

Mes acquisitions du moment

juin 20, 2015

Une petite vidéo sur mes dernières acquisitions (sachant qu’il y a déjà trois livres lus, je suis presque fière de moi là).

h1

Tous les garçons et les filles, Jérôme Lambert

juin 19, 2015

tous les garçons et les fillesRésumé : C’est la rentrée et Julien sent tout de suite que quelque chose cloche dans ce nouveau lycée. Pourtant, la classe de seconde D est une classe comme les autres, avec des crâneurs, des premiers de la classe, des filles aux agendas de star et des paresseux collés au radiateur. Non, ce qui cloche, c’est Julien. Il se sent à la fois si loin et si différent. Il n’aime pas les blagues sur les filles, il ne s’intéresse pas au foot et déteste les jeux vidéo. Il fait tout de même des efforts pour s’intégrer. Il suffit d’ailleurs de quelques vannes à la récré, et le voilà adopté. Avec Clément, c’est différent. Dès le premier jour, Julien décide que ce garçon calme et silencieux, assis en classe devant lui, avec sa grande nuque et son col de chemise impeccable, sera son meilleur ami. Un ami dont il se surprend à écrire le nom en tout petit sur ses classeurs…

Avis : Ce livre c’est un vrai doudou. Dans le genre marshmallow, c’est tout doux, et ça fait du bien. Une histoire toute mignonne sur Julien qui trouve Clément vraiment génial et qui veut absolument devenir son meilleur ami, même si meilleur ami il ne sait pas comment on fait pour le devenir. Entre échanges de regards un peu trop longs et Julien qui se met à griffonner le prénom de Clément, on sent que quelque chose naît entre eux et c’est tout doux, tout chou, absolument pas prise de tête. C’est juste une histoire d’amour comme on en voit pleins partout, entre des adolescents, sauf qu’il s’agit de deux garçons. J’aimerais tellement plus d’histoire comme ça, rafraîchissante et pas forcément hétéro. Je l’ai dévoré, il est super court, il est adorable, très bien écrit. J’ai aimé me plonger dans la tête de Julien, sa façon de se sentir à côté de la plaque, ça m’a rappelé mon adolescence, quand je comprenais rien aux gens de mon âge et que j’essayais comme lui de me faire accepter. D’enfiler une peau qui n’était pas la mienne. J’aurais vraiment voulu que ce soit plus long, parce que c’était tellement mignon, que j’avais envie que ça dure, d’en voir un peu plus. J’ai beaucoup aimé la relation de Julien et ses parents également. C’est vraiment un livre simple, ça peut paraître presque un peu trop survolé sur certaines choses, mais en fait et bien moi ça m’a pas gêné. Des fois ça suffit de simplement entrer pendant quelques temps dans la tête de quelqu’un et de ne pas avoir droit à tous les détails, de lui laisser une part d’intimité, de mystère, de pas tout savoir.
Je ne sais pas exactement comment expliquer, mais ce n’est pas un livre avec des choses difficiles à affronter, Julien doit juste faire face à son adolescence, au lycée et à la découverte de l’amour, ça ne semble pas grand chose, mais finalement ça parle. Je pense qu’un ado qui lirait ce livre pourrait très bien s’y retrouver, que ça peut aussi montrer qu’il y a plusieurs formes d’amour, moi ça m’a parlé (et je suis plus une ado, enfin je crois). Je pense qu’on devrait mettre ce livre dans beaucoup de mains adolescentes.
En tout cas, ça fait du bien ces petites lectures, et ça me donne envie d’en découvrir d’autres. Alors si jamais vous en connaissez… N’hésitez pas à me donner des titres. (Mon répertoire d’histoire LGBT commence à devenir vraiment vraiment vide :()

Phrases post-itées : 
« Attention aux emballements prématurés, il ne faudrait pas tomber sous le charme d’une bande d’idiots, je ne veux pas me tromper, je dois être sûr d’eux. »

« Je suis un garçon qui fait l’inverse de ce qu’il veut vraiment. C’est un métier à plein temps et promis à un grand avenir. »

h1

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’Univers, Benjamin Alire Saenz

juin 19, 2015

Aristote et DanteRésumé : Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

Avis : Vais-je trouver les mots pour vous parler de ce livre? Je viens de me relire la fin avant d’écrire ma chronique et j’ai refondu en larmes. Tellement que c’était beau, émouvant, et tout ce que vous voulez. Pas besoin de lire ma chronique, va acheter et lire ce livre et laissez moi causer toute seule de tout mon amour pour ce bijou. Pendant que tu es parti dans ta librairie la plus proche pour faire l’acquisition d’un livre merveilleux, moi je vais commencer à dire que je suis tombée amoureuse dès les premières lignes. Il y a de ces livres qui sont des vrais coups de foudres, dès la première page, on sait qu’on va se régaler, on sait qu’on va passer un tellement bon moment qu’on saura pas mettre les mots dessus. Et voilà, je n’y arrive pas, à mettre les mots dessus. Sur ce qu’apporte ce livre, sur comment il chamboule, touche. Sur Aristote et Dante qui n’ont rien en commun et qui se sont trouvés quand même et sont devenus amis. Aristote est un garçon qui parle pas beaucoup, qui comprends rien aux garçons, et rien aux filles, qui ne se comprend pas lui-même, qui a du mal à mettre les mots sur ce qu’il ressent, qui a du mal à dire les choses. Je me suis par moment tellement retrouvé en lui, que du coup il m’a encore plus touché. Dante est plus ouvert, il parle facilement de ses sentiments, il adore lire, et déteste les chaussures, il pleure facilement aussi, il est hyper touchant et Ari est attiré par sa douceur et se dit toujours que si Dante le connaissait vraiment, il ne l’aimerait plus. Ari manque énormément de confiance en lui, il ne s’aime pas beaucoup, il ne se rends pas compte d’à quel point il est chouette, et moi je les ai trouvé chouette tous les deux. Aristote et Dante. J’ai aimé leurs différences, j’ai aimé leurs façons de se parler, d’être ensemble. Ils m’ont déchiré le cœur plus d’une fois, sans même faire exprès, juste parce qu’ils sont touchants, parce qu’ils sont émouvants, parce que la vie c’est pas toujours facile, et l’adolescence encore moins, surtout quand on se découvre différent.
Cette histoire, c’est une histoire d’amitié, une histoire d’amour, de famille, de frères également, de solitude, d’adolescence. L’écriture est d’une simplicité toute poétique, composé d’énormément de dialogues qui se répondent tellement biens, qui fonctionnent à la perfection, chaque mot est à sa place en fait, pas de fausse note, c’est magnifique, ça se dévore et se déguste en même temps.
J’ai aimé les personnages, j’ai aimé les relations, les mots. J’ai aimé les réflexions d’Ari, il est trop marrant et trop touchant en même temps. J’ai ris et j’avais les larmes aux yeux à la fois. C’était triste, mélancolique et aussi tellement drôle. J’ai envie de me le relire, de retrouver les personnages, j’ai envie de me remettre dans la tête d’Ari, de le voir évoluer, grandir. J’ai envie de revoir Dante. Leurs parents. J’ai envie de chercher comme Ari, ce qui est arrivé à son frère.
Ohlala j’ai envie d’oublier ce livre pour pouvoir me le relire une nouvelle première fois. 
J’ai envie de me l’acheter en VO pour avoir une raison de me le relire. 
J’ai déjà relu la fin quatre fois. 
Coup de cœur, coup de poing, coup à l’âme, je ne sais pas, ce livre c’est le genre de livre qu’on n’oublie jamais. C’est le genre de livre où on remercie à genoux la maison d’édition qui l’a traduite et publié, puis la traductrice, puis la personne qui l’a édité en premier lieu. C’est le genre de livre où je veux rencontrer l’auteur et lui dire « merci je vous aime ». Un auteur qui a un message subliminal dans son nom « Alire ». Ouais. A lire.
Qu’est ce que je peux dire d’autre? C’était magnifique, c’était merveilleux. C’était à ce point que je voulais me le réserver pour des moments où j’étais sûre de pouvoir être bien installé, bien dans mon livre, où je savais que j’allais pouvoir le dévorer en toute tranquillité. Je me suis bouffée la quasi totalité du livre en une soirée et je sais que je ne pouvais pas aller me coucher tant que je ne l’avais pas fini. Et j’ai pleuré à la fin, et j’ai mal dormi cette nuit tellement j’y ai repensé. Je ne sais plus quoi lire maintenant (ouais je disais que j’avais jamais fais de book chépaquoigover, et ben en fait si peut-être).

Je suis amoureuse de ce livre. tumblr_inline_mi4cuoWSYX1qz4rgp

Phrases post-itées : 
Et j’en ai post-ité pleins pleins…

« – Tu pourrais dire bonjour. 
– Je pourrais. 
– Bon. Au moins tu es sorti de ton lit.
– J’ai dû y réfléchir un bon moment. »

« Le problème, c’est que ma vie était l’idée de quelqu’un d’autre. »

« Un type qui me proposait de m’apprendre à nager ? Il ne devait vraiment pas avoir de vie. Deux losers ensemble? Ouh ! On allait se marrer ! »

« Peut-être que c’était ça mon problème, peut-être que je n’étais pas un vrai garçon. J’étais un imposteur. »

« – Tu n’as pas de hobbies?
– Si. J’adore fixer les murs blancs. »

« – Rien. C’est juste que la plupart des personnes intelligentes sont des cons. »

« Je me suis dit que l’une de mes fonctions dans la vie était de rire aux blagues de Dante. »

« Ça devait être sympa d’être l’air. A la fois nécessaire et invisible. »

« Je me demandais ce que ça faisait de tenir quelqu’un par la main. Je parie qu’on trouve tous les mystères de l’univers dans la main de quelqu’un. »

« Parfois, il suffit de dire la vérité. Les gens ne vous croient pas et ils vous fichent la paix. »

h1

Meg Corbyn tome 2 : Volée Noire, Anne Bishop

juin 18, 2015

meg-corbyn,-tome-2Attention je pense que lire cet avis peut vous spoiler le tome 1.

Résumé : Grâce à son don de clairvoyance, Meg Corbyn a gagné sa place auprès des dangereux terra indigene de Lakeside. Lorsque l’apparition d’une nouvelle drogue violente et addictive remet en cause le pacte fragile entre Autres et humains, la petite ville est de nouveau plongée dans la tourmente. Les aptitudes de Meg devraient permettre à Simon Wolfgard, dirigeant métamorphe de l’enclos, d’éviter un bain de sang. Mais encore faut-il pouvoir déchiffrer ses visions à temps. D’autant que l’homme qui veut récupérer la prophétesse se rapproche, mettant en péril les vies de tous ceux qui la considèrent à présent comme l’une des leurs.

Avis : si la couverture est tout aussi moche que le premier tome, l’intérieur est tout aussi bien (ou presque). Quel véritable plaisir de retrouver Meg, je la trouve tellement mignonne, tellement attachante, j’adore comment tout doucement elle apprends la vie. A comprendre les choses autour d’elle, à comprendre ce qu’il se passe, et comment elle essaie de gérer ses Prophéties – car elle se sent obligée parfois de se faire saigner tant la pression est forte. J’étais aussi très heureuse de retrouver les Autres, eux sont de plus en plus attachants, on en apprends pas mal dans ce tome, sur leur vision des choses et surtout des humains. Si dans le premier tome, les terra indigenes pouvaient être flippants, on se rends compte dans ce tome là, que les humains peuvent l’être aussi. On se rend compte que si les humains respectaient simplement les Autres, ils seraient moins en danger, et bon sang j’ai vraiment détesté les humains dans ce tome là. Pas ceux qui vont régulièrement à l’Enclos, comme les policiers, ou la meute humaine (les amies de Meg), mais le mouvement « les Humains Avant Tout », j’avoue qu’ils m’ont gonflé. Ils se croient tellement tout permis, comme si tout leur était dû, alors que les terra indigenes étaient là avant eux, et qu’ils sont déjà bien gentils de faire des accords avec eux. On voit la vision des humains par les terra indigenes et on se rend compte que les méchants ne sont pas forcément ceux auxquels on pense d’abord. Il y a aussi le Contrôleur, celui qui dirige l’établissement des Cassandra Sangue dont Meg s’est enfuit, alors lui quel type détestable, je hais comment il traite les Prophétesse. Comme des objets, c’est écœurant. 
Dans ce tome là, il est pas mal question des drogues qui apparaissent dans le tome 1 et rendent fou les humains et les Autres, on en apprends un peu plus sur celle-ci et les Autres vont essayer de l’arrêter (avec l’aide de Meg). Il y a plus d’action dans ce tome là, que dans le précédent, et le tome est plus tourné sur cette guerre qu’ils essaient d’arrêter. On voit aussi l’évolution des sentiments de Meg et Simon l’un pour l’autre, des risques pour Simon d’aimer une humaine, c’était très intéressant. J’aime énormément le fait que ça avance tout doucement comme ça, et que ce soit pas genre « Meg découvre le sexe et hop ils couchent ensemble tout de suite », non pas du tout. Ça suit son cours, Meg est toujours aussi naïve et très enfant et du coup même après qu’on lui ait parlé de sexe, elle fait à sa vitesse, avec ses envies. Je crois qu’avec toutes les histoires d’amour de notre époque où page 28, les deux personnages sont fous amoureux et ont déjà couchés ensemble 14 fois, je me tourne de plus en plus vers ce genre d’histoire qui prends réellement son temps, qui avancent doucement, c’est agréable.
On est beaucoup plus dans la tête de Simon et des flics dans ce tome là. Et on voit moins Meg, c’est un peu ce qui m’a manqué dans ma lecture, j’aurais bien voulu plus de Meg, car elle est tellement attachante que j’adore voir sa façon de penser. Même si la façon de penser de Simon est assez drôle aussi par moment, on voit bien qu’il est très Loup.
Dans ce tome-là on découvre aussi de nouveaux personnages, les Intuits, et j’aurais voulu en savoir plus sur eux, mieux les connaître, j’ai trouvé que pour le coup c’était un peu survolé, mais peut-être qu’on les verra plus dans le tome 3.
Ça reste une excellente lecture et j’ai très hâte d’avoir le tome suivant, car je me régale avec ces livres.

Mon ressenti : 
tumblr_mllr420CZk1rwcfrqo1_400

Phrases et passages post-ités : 
« Ne possédant pas de fourrure, elle risquait d’attraper un rhume. Un Loup terra indigene n’attrapait que ce qu’il désirait. Simon ne voyait pas vraiment pourquoi un humain voudrait d’un rhume, mais apparemment, les humains en voulaient et pouvaient en attraper un par temps froid. »

 « Il ne pouvait pas la licencier au motif qu’elle se comportait comme un lapin. »

« C’étaient de bonnes employées. Par conséquent, elles n’étaient pas mangeables. »

« – Je vois une meute de nuisible à deux pattes. 
– Ah ! Moi, je vois des plats à emporter. »

« – Je viens avec toi, affirma le Corbeau. C’est amusant. Est-ce qu’il y a des armes dans une librairie? ajouta-t-il à l’intention de Monty et de Louis. 
– C’est un magasin rempli de livres, qui sont des objets susceptibles d’être lus ou jetés, répliqua Monty platement.
– Je n’imaginais pas que les humains vivaient si dangereusement. »

Mon avis sur :
le tome 1

h1

La Trilogie de l’héritage tome 2 : Les Royaumes déchus, N. K. Jemisin

juin 13, 2015

les royaumes dechusRésumé : Dans la cité d’Ombre, sous les frondaisons de l’Arbre Monde, les ruelles scintillent de magie et les dieux vivent cachés parmi les mortels. Orie Shoth, une artiste aveugle, recueille sur une impulsion un homme étrange. Mais cet acte de compassion la plonge bientôt au cœur d’une conspiration infernale. Quelqu’un, quelque part, assassine les dieux, abandonnant leurs corps souillés un peu partout dans la cité. Et l’invité d’Oree pourrait bien y être mêlé…

Avis : il s’agit du tome 2 de la Trilogie de l’héritage et cela se passe dix ans après le tome 1 et concerne une nouvelle héroïne. Je pense qu’il peut se lire indépendamment du premier, même si avoir lu le premier permet de mieux comprendre certaines choses, à mon avis, quand on a pas lu le premier cela donne un autre genre de lecture, un peu plus mystérieuse, avec plus de suspens (et sans doute également de méconnaissance de certains personnages). J’ai trouvé que c’était sympa, car moi qui avait lu le premier tome je pouvais aisément deviné qui était qui et pourquoi, mais l’héroïne non. Elle était dans l’ignorance et avançait doucement dans la voie de la compréhension. Mais je crois que par exemple, on pourrait lire le tome 2 en premier, et le tome 1 serait alors comme une préquelle, une explication à ce qui se passe dans ce tome là et le ressentit serait différent. Et je trouve que c’est un choix intéressant d’écrire de cette façon.
J’ai d’ailleurs préféré ce tome 2, j’ai trouvé l’histoire plus intéressante et plus sympa, il n’y a pas eu comme dans le tome 1 un moment de latence et de fort ennuie, il y a plus d’actions dans celui-là et en plus la particularité de l’héroïne rend l’histoire encore mieux. En effet Orie est aveugle mais est capable de voir la magie. Du coup des fois elle se retrouve dans le noir, mais peut voir les génitures (les dieux enfants des trois dieux principaux) précisément. Du coup à la fois elle a besoin de sa canne et en même temps elle peut voir quelques petites choses. Et franchement c’est tellement bien fait et bien décrit que j’avais moi-même l’impression en lisant d’être aveugle, de ressentir ce que ressentait l’héroïne quand elle se retrouvait dans le noir, ou quand elle apercevait la magie.
Il y a encore une fois une histoire d’amour dans ce tome là, mais elle m’a laissé aussi froide que dans le précédent (enfait il y a même deux histoires d’amour mais elles m’ont pas touchée, ni intéressée).
Pour l’homme qu’Orie trouve dans les poubelles, j’ai tout de suite compris de qui il s’agissait, et j’étais mitigée à son sujet mais j’étais contente en même temps de le retrouver et de savoir que s’il était là c’était sans doute qu’il allait évoluer, et je n’ai pas été déçu à ce sujet, car c’est effectivement le cas.
Autrement et bien cette histoire tourne autour d’une secte et le chef de cette secte ainsi que sa femme, m’ont énormément agacé, je les détestais de se sentir si sûr d’eux, de tuer comme ça gratuitement juste pour garder le pouvoir, et leur façon de parler me rendait folle de rage, si j’avais pu leur mettre des baffes je l’aurais fais avec plaisir.
J’ai bien apprécié croiser de nouvelles génitures dans ce tome là, Lil par exemple même si elle est flippante m’a beaucoup plu. C’était sympa de revoir Sieh, même s’il apparaît très peu et qu’on n’a plus la même façon de le voir puisqu’il est vu à travers d’autres yeux.
J’ai aimé les rebondissements et l’action qui se dégage de ce livre, ainsi que la mythologie une nouvelle fois, j’ai apprécié en savoir plus sur Itempas et sur les raisons qui l’ont poussé à faire ce qu’il a fait. J’étais vraiment prise dans l’histoire et du coup j’ai lu ce tome là assez vite. En revanche la fin m’a paru vraiment niannian, et je l’ai moins apprécié, j’avoue que j’aurais préféré que ça s’arrête avant.
Le système d’écriture de ce tome 2 est un peu le même que pour le tome 1 et j’avoue l’avoir un peu regretté aussi, dans le sens où ce sont deux personnages différents et elles auraient dû être différentes aussi dans leur façon de raconter. Mais toutes deux s’embrouillaient de la même façon et même si ça créer du suspens et bien ça ressemblait beaucoup à Yeine. Mais bon tant pis, ça restait très bien. (Sauf les histoires d’amour).
Je lirai très bientôt le tome 3.

Mon avis sur la fin (attention spoil, surligner pour voir) : 
J’ai pas du tout aimé que tout à coup Orie se trouve amoureuse d’Itempas, j’ai eu l’impression que ça sortait de nul part, que c’était là que pour justifier le fait qu’elle soit enceinte et basta. En plus c’était vraiment planplan. J’étais contente de voir un peu plus Yeine et Naha même si je les ai trouvé vraiment injuste (encore que je peux comprendre la colère de Naha vu ce que son frère lui a fait subir). Bref moi ça m’aurait plu qu’Orie et Itempas restent simplement amis et voilà. M’enfin, on verra la suite, je suppose que le bébé d’Orie sera le prochain héro (héroïne). J’espère qu’on aura pas d’histoire d’amour dans le tome 3, il est évident pour moi que l’auteure ne sait pas du tout faire ressentir les sentiments, et à part des scènes de cul on en retire rien à mon avis. 

Mon avis sur : 
Le tome 1