Archive for décembre 2017

h1

Revived, la Sixième Vie de Daisy A., Cat Patrick

décembre 29, 2017

41-LIyFIIxL._SX336_BO1,204,203,200_Résumé : Grâce au Revive, un serum mis au point par une agence ultra-secrète, Daisy est déjà morte cinq fois et entame sa sixième existence.
Nouvelle ville, nouveau lycée, nouvelle identitée …
La jeune fille est habituée. Mais cette fois, en regardant les autres autour d’elle, elle se sent troublée. Et quand elle rencontre Matt, son malaise grandit.
Que lui reste-t-il de son enfance et de ses vies passées? Daisy n’est-elle, finalement, qu’un pantin manipulé par des êtres sans scrupules? Pour exister vraiment, pour aimer, ne faut-il pas savoir qu’on va mourir un jour?
Sa sixième vie sera peut-être la dernière, mais ce sera la sienne!

Avis : Si l’histoire me disait bien, elle a été tellement mal exploité que j’ai assez peu aimé ce livre. J’ai eu envie de l’abandonner plusieurs fois, sans le faire, parce que j’espérais un revirement de situation.

Daisy est morte plusieurs fois, mais elle peut ressusciter grâce à un sérum, le Revive. Elle ne se remet pas en question, jusqu’au moment où elle rencontre Audrey et son frère Matt, et qu’elle va comprendre à quel point elle a de la chance d’être en vie.

J’ai trouvé ce livre plutôt mal écrit (mal traduit ?), les dialogues ne sonnaient pas réels du tout, ils paraissaient plats et pas touchant. L’histoire d’amour est complètement nul « wouaouh un trop beau gosse eeeeen je l’aime », mouais. L’histoire d’amitié était un peu plus intéressante, mais presque trop rapide peut-être, on voit à peine les liens se créer, ou ce que ressent Daisy.
Il n’y a qu’une seule chose qui est touchante et j’avoue que ça a remonté un tout petit peu mon intérêt pour ce livre quand on l’apprend.

Je ne me suis pas attachée aux personnages à part ça, j’ai trouvé certains passages bâclées, la fin est tirée par les cheveux.
Un livre qui n’a, définitivement, pas fonctionné sur moi. Il manquait de profondeur, il était mal exploité et mal écrit.

h1

Journal d’une princesse tome 1, la grande nouvelle, Meg Cabot

décembre 28, 2017

journal-d-une-princesse,-tome-1---la-grande-nouvelle-917Résumé : La vie de Mia est celle d’une collégienne comme les autres jusqu’à ce qu’une nouvelle fasse tout voler en éclats : son père est en fait le Prince de Génovia, la voici donc devenue Mia, princesse héritière!

Avis : Il s’agit ici d’une relecture, parce que je les avais déjà lu étant plus jeune, étant plutôt fan du film. Je ne m’attendais pas à grand chose avec cette lecture, et c’est ce que j’ai eu, pas grand chose.
Mia a tout juste quatorze ans et elle est obsédée par son physique et par les garçons. Comme si pour une fille, y avait que ça qui comptait, ce qui est légèrement beaucoup vraiment agaçant. J’avais envie de la secouer et de lui dire « c’est bon quoi t’as quatorze ans, arrête de chouiner et profite ».

Et puis je l’ai trouvé passive la plupart du temps, elle se laisse faire alors qu’il est évident qu’elle ne veut pas devenir princesse. J’avais envie qu’elle se secoue un peu. Elle finit par le faire, mais presque aussitôt elle redevient chiante parce que « eeen le trop beau garçon du lycée m’a parlé ». En plus elle est hyper nunuche.

J’ai cependant bien aimé sa copine Lilly et son frère Michael. Sa grand-mère est insupportable et en plus elle les accumule toutes (homophobe, raciste, propos sexistes…), ses parents sont pas hyper intéressants.

Ce que j’ai bien aimé, c’est la relation de Lilly et de Mia, leur amitié. J’ai aimé aussi que Mia se fasse une autre amie (une fille qu’elle évitait avant) et se rende compte qu’on doit pas juger les gens. Et j’avoue, j’ai aimé la relation de Mia et Michael, faut dire que Michael est mille fois plus intéressant que Josh.

En bref, c’était une lecture rapide, pas totalement désagréable, mais qui n’a pas apporté grand chose. Je lirai sans doute la suite dans un acte de masochisme et pour voir comment tout cela tourne (ouais je m’en rappelle plus), parce que ça se lit vite et Mia a parfois des réflexions marrantes.

Lire ce livre m’a vachement donné envie de revoir le film par contre.

h1

Insoumise, Ally Condie

décembre 26, 2017

Attention lire cet avis va vous spoiler le tome 1.

insoumise-ally-condie-L-BsC3H7Résumé : Hors de la Société, les règles sont différents.
Chercher la vérité.
Reconnaître l’amour.
Découvrir la liberté.
Une rébellion est en marche…

Avis : J’ai moins aimé ce deuxième tome. Déjà la toute première partie m’a pas mal ennuyé, la course poursuite de Ky et Cassia pour se retrouver était un peu chiante et ne faisait guère avancer les choses. Une fois qu’ils se retrouvent, l’histoire prend un tournant, et déjà j’étais un peu plus dans la lecture.

Donc dans ce tome-ci on retrouve Cassia, toujours amoureuse de Ky, prête à tout pour lui, et Ky qui ne pense qu’à elle de son côté également, et qui va sauver sa peau avec deux autres personnes pour tenter de la contacter. Il y a autre chose, de son côté Cassia veut absolument rejoindre le Soulèvement, tandis que Ky veut plutôt l’éviter. Et c’est ce côté-ci chez lui qui m’a gonflé, il stagne complet, il veut pas être dans la Société, il veut pas être dans le Soulèvement, et c’est plutôt agaçant. Sa relation avec Cassia m’a pas mal saoulé aussi, ça tourne parfois un peu trop autour d’eux, et pas assez autour du reste. Du coup ça donne par moment l’impression de pas avancer.
Finalement c’est presque un tome de transition, où il ne se passe grand chose, les personnages passent leurs temps à hésiter et ce n’est que vers la fin que les choses se débloquent et que l’intrigue démarre.

Les personnages m’ont pas mal agacé. Je me suis plutôt attachée à Vick et à Eli, mais les autres m’ont un peu tapé sur le système. Que ce soit Indie à qui j’ai eu du mal de faire confiance, Ky et ses pensés énervantes et par moment Cassia qui est un peu trop « Ky » « Xander », ils m’ont énervé.

Quand à l’écriture, elle est toujours aussi banale que dans le tome 1 et n’a pas réveillé mon intérêt.

Néanmoins, je lirai le troisième et dernier tome, en espérant qu’il avance un peu plus que celui-là et cesse un peu de tourner autour de Ky et Cassia (même si j’ai des grands doutes) et qu’on nous foutra la paix au niveau « triangle amoureux ».

h1

Projet Adam, Michael Grant & Katherine Applegate

décembre 23, 2017

Projet-AdamRésumé : Suite à un grave accident, Eve, héritière des puissants laboratoires Spiker, est en convalescence. Pour l’aider à tromper son ennui, sa mère lui confie le prototype d’un logiciel permettant de modéliser un être humain à partir de son code génétique. Eve se lance alors dans la création d’Adam, le garçon parfait. Et, très vite, se prend au jeu. Mais un autre garçon, bien réel celui-ci, et non moins charmant, pourrait bien l’obliger à redescendre sur Terre… Car il semble que le fameux prototype cache en réalité des expériences scientifiques plus que douteuses.

Avis : Eve va subir un terrible accident, assez grave pour avoir la jambe broyée, et le bras cassé, ainsi que d’autres blessures. Mais sa mère va tenir à ce qu’elle soit transférée aux laboratoires Spiker pour y être soignée. Sa mère est à la tête de ces labos, et est une femme riche et un peu froide. Elle va lui demander de bosser sur un projet, le projet Adam, et Eve va vouloir créer le garçon parfait. Accompagnée dans ses aventures par sa meilleure amie Aislin, et par Solo, elle va faire des découvertes qui vont pas trop lui plaire.

Si j’ai bien aimé ce livre, par son écriture, son humour et ses personnages, j’ai tout de même été plutôt déçue de cette lecture. C’était un petit thriller sur les modifications génétiques, sur les abus de certains laboratoires pharmaceutiques peut-être, mais c’était vraiment trop rapide. Il y a une bonne idée, mais c’est pas assez travaillé et développé derrière, certains événements arrivent comme un cheveux sur la soupe, et on obtient parfois aucune explication.

J’ai bien aimé la relation entre Eve et Solo, mais je l’ai trouvé trop rapide et trop peu développé, ça aurait été bien de les voir se parler un peu plus, apprendre à se connaître, à se chercher, peut-être. Là, comme le reste, ben ça arrive un peu vite, sans trop d’explication. Tout est trop peu développé en fait.
J’ai quand même passé un bon moment, mais je reste en même temps un peu mitigée, il y a encore trop de mystères à la fin, et elle est, à l’image du livre, bien trop rapide. Certaines choses ne sont pas réglées au final, et ça aurait mérité un petit épilogue pour connaître le devenir de certains personnages.

Une lecture en demi-teinte donc.

Phrase post-itée : 
« La mort doit faire partie de la liste des bonnes excuses qui justifient que l’on n’a pas fait ses devoirs, non ? »

h1

Promise, Ally Condie

décembre 22, 2017

PromiseRésumé : Dans la Société, les Officiels décident.
Qui vous aimez.
Où vous travaillez.
Quand vous mourez.

Avis : Cassia est contente, aujourd’hui elle va enfin savoir qui est son futur Promis. Car dans la Société, on décide pour les autres avec qui ils se marieront, on décide à peu près tout pour eux d’ailleurs, même ce qu’ils doivent manger ou ce qu’ils ont le droit d’apprendre, les activités qu’ils ont ou non le droit de faire. Cassia apprend donc que son Promis est aussi son meilleur ami, Xander. Mais quand elle cherche à en savoir plus, un deuxième visage apparaît. Celui de Ky, un autre garçon qu’elle connait. Et tout ça va beaucoup la perturber.

On a affaire ici à une dystopie assez simple et banale, du déjà vu. Il ne se passe rien d’hyper original ou de surprenant. Et j’ai trouvé le style d’écriture pas très bon. Mais, j’ai bien accroché quand même à ma lecture. J’ai bien aimé découvrir ce monde, où tout, absolument tout, est décidé par les Officiels, qui deviennent de plus en plus injustes et menaçants au fur et à mesure du livre. Mais Cassia, qui pourtant, a toujours obéit à cette société, commence à évoluer, à changer. Elle commence à en voir les défauts, à se remettre en question. Soudainement, elle veut apprendre à écrire, avoir ses propres mots comme lui a conseillé son grand-père. Elle apprend des poèmes interdits, tombe amoureuse de la mauvaise personne. Ce sont des petits actes de rébellion, mais on se doute qu’elle ne peut pas prendre les armes du jour au lendemain, ce n’est pas si simple.

Sa relation avec Ky m’a plu, ensemble ils détournent les règles à leur façon, ils apprennent, ils évoluent ensemble. C’est avec Ky que Cassia va remettre le système en question. J’ai bien aimé Cassia, elle est partagée entre la protection de l’autre et ses désirs, si au début elle se comporte comme un robot à l’image des autres habitants, elle évolue et remet le système en question petit à petit, elle a du caractère et elle prend des décisions parfois difficiles.
J’avoue avoir bien aimé les petites révélations de la fin, qui montre à quel point le système est hypocrite et corrompu.
Malgré ses défauts et son manque d’originalité, ce n’était pas une mauvaise lecture, j’ai passé un bon moment et je lirai la suite.

h1

La dernière guerre tome 2 : Seconde vie, Fabrice Colin

décembre 21, 2017

81Lx4l1WDTLAttention lire cet avis va vous spoiler le tome 1.

Résumé : Je m’appelle Rain, j’ai quinze ans. Je vis dans un monde ravagé par la guerre, où plus aucune femme ne peut avoir d’enfant. Un monde à feu et à sang que je dois traverser, car j’ai juré de retrouver Floryan. Pour s’échapper de l’Intermonde, il a fait le choix de la réincarnation en plongeant dans le Nihil. Mais au lieu d’un seul garçon, j’en découvre deux, Anthony et Eliott. Lequel est Floryan ? Je l’ignore. Nous devons cependant faire vite, car l’horreur qui ronge la Terre porte un nom : les « Élohim ». Or désormais, nous le savons, ces êtres sans émotions sont parmi nous… et notre désespoir est leur nourriture.

Avis : Ce deuxième tome va être du point de vue de Rain, qu’on découvrait à travers les yeux de Floryan dans le tome 1. Comme promis elle va se rendre au rendez-vous qu’ils s’étaient donnés, mais là bas, il n’y a personne qui l’attend.
Elle va alors rencontrer un garçon du nom de Anthony, un adolescent un peu poète avec qui elle va créer des liens et avec qui elle s’entend bien, en se demandant s’il est la réincarnation de Floryan ou non. Et puis plus tard, Eliott arrive pour la chercher, et tous les trois vont se rendre en Amérique pour essayer de changer les choses, s’ils le peuvent.

J’ai tout autant aimé et dévoré ce tome 2 que le tome 1, j’étais contente de me retrouver dans l’esprit de Rain et de voir comment elle vivait les choses, même si elle a des moments agaçants (essayant de rationaliser tout et refusant de croire ce qu’elle a pourtant sous les yeux). Sa relation avec Eliott comporte une certaine distance et en même temps ils sont très proches, et j’ai beaucoup aimé leur lien. J’ai moins accroché avec Anthony, si ce qui lui arrive est assez horrible, il m’a quand même agacé la plupart du temps. J’avais du mal à lui faire confiance en plus. J’ai trouvé Eliott, plus bourrin et un peu hyperactif, mais vachement plus honnête.

L’histoire est tout aussi prenante que dans le tome 1, même si les passages de la vie d’Eliott sont peut-être un peu plus longuet j’ai trouvé (peut-être parce qu’ils étaient à la troisième personne et un peu plus impersonnel), j’avais quand même envie de savoir ce qu’il avait vécu. Ce tome-ci ressemble à une course poursuite, les personnages cherchent une solution, essayent de sauver le monde avec les moyens du bord, et ils ont la foi même si c’est dur (enfin sauf peut-être Anthony que j’ai trouvé plus égoïste peut-être).

C’est une lecture qui m’a beaucoup plu, je suis contente d’avoir découvert ce diptyque et la fin m’a touché. J’ai vraiment aimé ce qu’il se passait entre Eliott et Rain. J’ai aimé l’histoire. J’ai accroché aux personnages, même ceux que j’aimais moins, ils étaient travaillés. C’était original et très bien écrit. Je recommande.

Phrase post-itée : 
« Il y a ce que je vis, ce que je vois, ce que je crois penser, et puis, tout au fond, il y a la véritable moi. »

h1

La dernière guerre tome 1 : 49 jours, Fabrice Colin

décembre 20, 2017

71cYT6zcYSLRésumé : Je m’appelle Floryan ; j ai 17 ans. Il y a quelques jours, je suis mort : un attentat dans le métro. Je me suis réveillé dans un paysage de plaines et de montagnes, somptueux, qui s’étendait à perte de vue.

Un être de lumière m’a accueilli, un Elohim , m’a-t-il dit. Il m’a proposé deux solutions : je le suivais soit dans le Royaume un paradis, selon lui, mais que je n’étais pas autorisé à voir avant de m’y rendre , soit dans le Nihil, un gouffre gigantesque menant vers…

Vers quoi ? C est là toute la question. Je ne sais rien du Nihil, j’ignore tout du Royaume, et j’ai 49 jours, pas un de plus, pour prendre une décision. Le problème, c’est que ce choix n’engage pas que moi…

Avis : Ce livre est hyper original, je n’avais jamais lu une histoire dans ce genre. Floryan est mort et doit décider en 49 jours s’il va au Royaume ce qui correspondrait au Paradis, ou bien au Nihil où personne ne sait où ça mène. Mais en 49 jours, il a le temps de découvrir pas mal de choses, et tout n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Bientôt un troisième choix s’offre à lui.

J’ai dévoré ce livre, parce que c’était dur de le lâcher, parce que l’histoire était hyper prenante et qu’il se passait toujours quelque chose, qu’on avait le droit à pleins de révélations différentes qui tenaient en haleine pour la suite, les rebondissements sont nombreux également. Floryan a un côté un peu énervant, des fois il prend ses décisions pour des raisons un peu débiles, mais je l’ai bien aimé. Je me suis beaucoup moins attachée aux Egarés, et surtout pas à Scarlett que je trouvais hyper fausse, encore moins à Télémaque en qui j’avais aucune confiance. Je ne savais pas à quoi m’en tenir avec eux, et donc je me tenais sur mes gardes. J’ai adoré les Altars, ces animaux qui s’apparentent à des dragons, et le lien qui les unisse aux Egarés, j’ai trouvé ça super beau.

On suit les aventures de Floryan, ses choix et j’ai eu peur avec lui, j’ai espéré avec lui, et j’ai vraiment voulu qu’il s’en sorte. J’ai beaucoup aimé sa relation avec Rain, même s’il arrivait qu’elle m’agace un peu. Je ne peux pas trop en dire au risque de spoiler l’histoire, mais en tout cas on a le droit à un univers complet, c’est un peu un mélange de SF et de fantasy j’ai trouvé, c’est très bien mené. On a qu’une envie, lire le tome 2, c’est d’ailleurs ce que je suis en train de faire.

Une vraiment bonne lecture donc, très original et pleines de révélations et de rebondissements.

Phrases post-itées : 
« Si une chose est interdite, me dis-je, c’est qu’elle est réalisable. »

« La vie est un océan de solitude, voilà tout. Les gens s’en sortent comme ils le peuvent, c’est-à-dire mal. »

« Lorsque tu aimes une personne sans pouvoir être vu d’elle. Lorsque cette personne ne t’entend pas, ne te sent pas mais que cela n’atténue en rien ce que tu éprouves à son égard. Existe-t-il un mot pour ça ? »

h1

La Révélation, Gemma Malley

décembre 18, 2017

81PGcUWE9tLAttention lire cet avis va spoiler les deux premiers tomes.

Résumé : Royaume-Uni 2142. Peter et Anna coulent des jours tranquilles en Ecosse avec leur fille Molly, vivant à une adresse secrète pour leur protection.
Pendant ce temps à Londres, un événement affole la puissante société Pincent Pharma qui commercialise les pilules de Longévité: une étrange épidémie provoque la mort subite de centaines, puis de milliers de gens semant consternation et affolement dans cette société qui avait occulté toute idée de mort…

Avis : Des trois tomes, c’est celui que j’ai le moins aimé. Je l’ai trouvé très très lent au démarrage, et tous les personnages m’ont pas mal gonflé. Peter et Anna particulièrement, que j’ai trouvé chiant à mourir. Peter ne pense qu’à bouger, Anna elle a perdu toute volonté, et puis c’était d’un cliché du mec qui pense à l’action et de la fille qui pense à la famille que ça m’a énervé. Jude et Sheila sont pas beaucoup mieux. En fait le seul que j’ai vraiment apprécié c’est Paul parce qu’il cache bien son jeu.

On se retrouve dans ce monde où la pilule de Longévité ne fonctionne plus et les gens commencent à mourir. Richard Pincent est persuadé de pouvoir trouver la véritable formule qui sauvera tout le monde. Et la réponse est peut-être plus près qu’il ne le pense.

Sauf qu’en fait ça ne l’a pas fait. Seulement vers le milieu du bouquin ça a commencé à devenir intéressant heureusement et là j’ai tourné les pages avec plaisir, pour savoir ce qu’il se passait et comment les héros allaient se sortir de ce mauvais pas. Les révélations sont plutôt surprenantes, et les rebondissements bien menés. Du coup à partir de ce moment là j’ai bien accroché et j’ai retrouvé mon enthousiasme du début. Mais ça ne m’a pas empêché de peiner toute la première partie.
Même reproche que j’ai fais au deuxième tome sinon, c’est très sexiste, les filles ont besoin d’être sauvé et protégé, les mecs sont dans l’action. On retrouve des propos qui puent et dont on aurait pu largement se passer. Et ça gâche un peu la lecture.

Ça reste une très bonne trilogie, pleine de rebondissements et de révélations, avec une fin un brin ironique que j’ai beaucoup aimé.

Mon avis sur : 
Le tome 1
Le tome 2

h1

La Résistance l’histoire de Peter, Gemma Malley

décembre 17, 2017

la résistanceAttention lire cet avis peut vous spoiler le tome 1.

Résumé : Angleterre, 2150.
La mort n’existe plus. Les hommes vivent à l’ère de la Longévité : pas de morts… mais, pour éviter le surpeuplement, pas de naissances non plus. Peter et Anna ont un point commun : ils n’auraient jamais dû naître. Parce qu’une vie éternelle leur semble contre nature, parce que le système de la Longévité a gâché leur enfance, parce qu’il menace leurs rêves, ils ont décidé d’entrer en lutte. Pour sa suppression.

Au sein du Réseau souterrain, la résistance s’organise : Peter a pour mission d’infiltrer le plus grand des laboratoires, le centre névralgique du système, Pincent Pharma… dirigé par son grand-père, Richard Pincent. Un homme puissant et influent, bien décidé à faire plier les rebelles ; une présence troublante pour Peter : quand les liens du sang s’en mêlent, tout se complique…

Avis : Ce deuxième tome se centre plus sur Peter, qui va infiltrer Pincent Pharma pour en apprendre plus sur ce qu’il se passe à l’intérieur. Sur la pilule de Longévité. Et comment lui et le Réseau pourraient arrêter les actes de son grand-père Richard Pincent.
Peter m’a particulièrement gonflé dans ce tome-là, il est terriblement influençable et se laisse manipuler, lui qui, dans le premier tome, ne se laissait pas faire, va se ramollir dans ce tome-là ce qui m’a pas mal agacé.

On va découvrir pas mal de secret dans ce tome-là, mais rien qui était très difficile à comprendre. Donc pas de grosses surprises, on essaie juste de savoir comment les personnages vont évoluer et quels choix ils vont faire. La relation de Peter et Anna m’a beaucoup moins plu dans ce tome, à la fois trop dépendant l’un de l’autre, ils ont une façon de se traiter un peu étrange, j’ai trouvé. On ressent moins leur amour que dans le tome 1.
L’apparition de Jude apporte quelque chose, même si je ne savais pas quoi penser du personnage au début, j’ai fini par m’attacher à lui, il a même réussi à me faire rire.

J’ai dévoré ce deuxième tome, je n’arrivais pas à le lâcher et j’avoue que je voulais savoir comment les choses allaient tourner et comment tout allait se terminer pour les personnages. Si le début est peut-être un peu lent au démarrage, il y a tout de même beaucoup d’actions et de rebondissements. Donc ça se lit très facilement et on a envie de continuer.
Le plus gros reproche que j’aurais à en faire c’est que j’ai trouvé ça plutôt sexiste, dans son traitement. « Les garçons sont comme ceci, les filles comme cela », le fait qu’Anna veuille une famille alors que Peter soit dans l’action, qu’elle soit super dépendante de lui, que les filles aient besoin d’être sauvé et protégé, ça m’a pas mal agacé ce côté là et ça m’a un peu gâché ma lecture.

J’ai tout de même bien aimé ce tome 2, et j’ai enchaîné direct avec le 3.

Mon avis sur : 
Le tome 1

h1

La Déclaration l’histoire d’Anna, Gemma Malley

décembre 17, 2017

La-declarationRésumé : Angleterre, 2140. Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s’ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hal un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n’auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n’a plus de parents désormais. Confinée dans l’enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute. Anna a tout oublié de son passé. Jusqu’au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée?

A travers l’incroyable histoire d’Anna, et au fil de son carnet, son seul confident, un roman bouleversant sur la vitalité de l’adolescence.

Avis : Anna est un Surplus et elle est persuadée que ses parents sont des égoïstes de l’avoir mise au monde. Elle est aussi persuadée de ne pas mériter de vivre, et a envie d’être Utile pour se faire pardonner d’être née. Elle fait froid dans le dos tant elle est endoctrinée, tant elle est persuadée d’avoir raison et ne fait pas attention au mal que cette situation provoque, elle ne voit pas l’injustice qu’elle subit. Et puis arrive Peter, qui va la remuer, la chambouler, lui faire voir d’autres possibilités.

Anna peut se montrer très énervante, elle a tellement subit un lavage de cerveau qu’elle a du mal à entendre ce qu’on lui dit, à se remettre en question, elle est persuadée de devenir mauvaise à écouter Peter, à cacher des secrets. C’est un personnage que j’ai eu du mal à aimer parce que j’avais surtout envie de la secouer, quand à côté, j’aimais l’énergie de Peter, sa rébellion, sa façon de pas se laisser écraser, de relever la tête coûte que coûte. Et d’appeler Anna « Anna Covey » avec insistance. Et puis Anna évolue et on s’attache à elle.

Le livre se lit très vite, l’histoire est très prenante, on sent toute l’injustice de ce système, comment les vieux ont décidé qu’ils étaient ceux qui avaient le droit de vivre, contrairement aux Surplus. L’hypocrisie qui se dégage de leur jugement. L’injustice du traitement des Surplus.
J’ai beaucoup aimé et j’ai enchaîné avec le tome 2 que j’ai déjà presque finis.