Archive for mars 2013

h1

Le retour des Phénix tome 1 : L’Origine des flammes, Marion Obry

mars 29, 2013

le-retour-des-phenixRésumé : 

« Quand l’oiseau impérial renaîtra de ses cendres, que le mal s’invitera en terres pures alors les deux ne feront qu’un et le poussin deviendra un soleil. »

Une prophétie datant de plus de trois mille ans, gravée dans la pierre, appelle aujourd’hui à être réalisée. Les Eins et les Phénix s’opposent dans une lutte éternelle dont l’accomplissement de ces mots serait la clef de la victoire.

L’éristale de l’Impératrice tant attendue se réveille et, avec elle, l’annonce de grands changements dont les deux camps subiront les conséquences.

Avis : J’ai adoré ce livre, mais je vais commencé par parler des choses qui fâchent pour ensuite mieux me centrer sur tout ce qui m’ a plu.
Donc le gros bémol pour ce livre sont les fautes, je pardonne l’orthographe (je suis si nulle pour cela) et à la rigueur les fautes de frappes, mais le « malgré que » m’a fait sauté au plafond et les fautes de conjugaison m’ont fait rire jaune « nous tournèrent » oui mais non. Je suis peut-être chiante avec les fautes, mais quand j’achète un livre (bon là je l’ai piqué à ma soeur mais quand même) je trouve que le minimum c’est de ne pas tomber sur ce genre de choses. Heureusement ce n’était pas non plus à toutes les pages, mais c’était déjà trop souvent pour que j’en fasse la remarque.
Une autre chose qui m’a moins plu c’est que certaines choses sont « acquises » sans explication, comme pour le coup de Jennifer et Lys, je me suis dit « bon mais pourquoi? », et les personnages sont tout de même de vraies girouettes, sans même parler de Gabrielle qui est tout le temps entrain de changer d’avis, Chris m’a fait complètement halluciner à un moment, j’étais là « quoi déjà? », je crois que j’aurais plus apprécié un vrai combat pour le récupérer. Mais bref, passons.

Maintenant les choses que j’ai aimé, autant dire qu’il y a pas mal de suspens, Marion Obry a su donner l’envie de lire son livre et les pages se tournent toutes seules, j’ai encore pleins de questions dans la tête, je me demande ce qu’a prévu Lanks, ce qu’est exactement Links (et pas Link, celui qui sauve Zelda ahah.. okay je sors), et ce qu’a prévu la prophétie pour notre chère Gabrielle. Je pense (et j’espère ne pas me tromper) que cette univers est moins manichéens qu’il en a l’air, les gentils Phénix et les méchants Eins, parfois d’ailleurs les réactions de Gabrielle me montraient que c’était bien plus compliqué que ça !
Si c’est une vraie girouette pour certaine chose, qu’elle peut s’énerver d’un coup et s’agacer sans que je ne saisisse totalement pourquoi, si c’est une pleurnicheuse également, malgré tout cela je pense que je l’ai apprécié quand même. Et puis bon c’est un Phénix, Rouge, elle a grave la classe je dois le dire. Mon personnage préféré est sans hésitation : Lys, j’ai trop adoré son caractère, la manière dont elle prend les choses et la vie, elle est vraiment joyeuse, c’est un brin de fraîcheur par moment, elle me faisait rire mais m’a également beaucoup touché. J’ai eu plus de mal avec sa jumelle, Jennifer, je l’ai trouvé plus fausse, plus superficielle. J’ai adoré Chris, mais je crois qu’il a vraiment des goûts de m*****, quitte à choisir une des jumelles je pense qu’il aurait mieux fait d’être amoureux de Lys, cependant je l’ai beaucoup aimé et j’espère que dans l’avenir il remarquera Gabi. J’ai beaucoup aimé les phénix, les elfes, les sénateurs (même Léattitia). J’ai détesté Maroussia (je suppose que c’est voulu) cependant je me demande ce qu’elle cache. Les Eins sont-ils vraiment aussi méchants qu’ils en ont l’air? Je me le demande, ça m’intrigue.
Au niveau de l’écriture, elle est fluide, je tournais les pages facilement, les rêves m’ont intrigué à mort. Certains passages sont vu par Gabrielle mais après les évènements et cela créer encore plus de suspens.

Je suis donc très curieuse de savoir ce que nous réserve l’auteur pour les prochains tomes, autant dire qu’elle nous laisse sur notre fin et c’est très frustrant. Je vais donc de ce pas botter les fesses de ma soeur pour qu’elle achète et lise le deuxième tome et qu’ensuite elle me le prête.

L’originalité de cette histoire tiens dans le fait que ça parle de phénix, un animal légendaire trop peu utilisé je trouve (car je les adore, certes pas autant que ma petite soeur mais tout de même), c’est une belle histoire et j’ai adoré.

Pas de phrase post-itée.

3 plus : 
– Lys (ouais je l’ai trop adoré)
– L’histoire et les Phénix
– Le suspens, très bien entretenu.

3 moins : 
– Les fautes
– Des fois je trouve que certaines choses sont « trop facile », trop vite « acquis » sans explication
– Chris la girouette, et Gabrielle pire encore (la chouineuse o/) : mais je les aime quand même !

Ce livre répond aux challenges suivants : 
Les challenges de l'année 2013 Les challenges de l'année 2013 Les challenges de l'année 2013

Publicités
h1

Peine maximale, Anne Vantal

mars 27, 2013

peine maxiRésumé : Trois jours au coeur d’un procès. Deux accusés, frère et soeur, et la petite dernière, libre, mais dont le sort va être également scellé. Trois jours seulement – où l’on retient son souffle – pour se forger une intime conviction.

Avis : un livre dont l’écriture est très prenante, mais le nombre de personnages assez effrayants au début, du coup j’ai pris des petites notes à côté et ça c’est très bien passé. 9 jurées, un président, deux avocats de la défense, un avocat général, une avocate du côté des victimes, les coupables, la soeur, et les témoins… Tout ça sur un même plateau : le tribunal. Tout se passe en trois jours, mais l’action n’est pas lente pour autant.
On découvre peu à peu ce qui s’est passé, les raisons de Kolia, et si Léna est complice ou non? On découvre ce que ressente les victimes depuis. Personnellement, bien que je comprenne un peu les victimes et que j’ai essayé de me mettre à leur place, la mère est trop pathétique et j’ai eu beaucoup de mal avec elle. J’espère sincèrement qu’elle s’en remettra, mais elle m’a paru vraiment folle. Et puis bon on est beaucoup plus empathique avec les Kolia et Léna (je pense que c’est fait exprès), ils m’ont fait de la peine, leur vie n’est pas facile, et j’ai eu peur pour Anna leur petite soeur (je n’avais pas envie qu’elle se retrouve toute seule).
Pour les jurés mon avis est partagé, il y a ceux qui se sentent concernés, qui font des efforts pour mieux comprendre ce qui s’est passé, et ceux qui s’en foutent d’être là, qui ont décidé que Kolia et Léna sont le mal incarnés, qui n’écoutent pas, ceux qui pensent qu’on a gâché leur vie à les convoquer à ce tribunal (et personnellement j’avais envie de les baffer pour leur égoïsme).

On voit ici comment se déroule un procès, quelques problèmes sont soulevés (notamment sur la prison et son utilité, mais le débat est très vite écourté ce que je trouve dommage), on a tous les avis même si je pense qu’il est écrit de manière à ce qu’on soit attaché à Kolia, Léna et Anna. C’est un livre qui se lit vraiment très vite (selon moi), j’ai beaucoup aimé même s’il n’y a guère d’action.

Je dois bien aimer les procès, je pense. Un bon moment lecture donc.

Pas de phrase post-itée.

3 plus : 
– j’ai aimé avoir l’avis et les pensés de tous les personnages, même les jurés qui s’en foutaient d’être là
– le procès était intéressant
– c’était bien écrit

2 moins : 
– bon je voyais bien la fin venir
– j’aurais baffé certains jurés

Ce livre répond aux challenges suivants : 
Les challenges de l'année 2013 Les challenges de l'année 2013 Les challenges de l'année 2013

h1

Western girl, Anne Percin

mars 26, 2013

western-girl-anne-percinRésumé : Le rêve d’Élise va enfin se réaliser. Son american dream ! Trois semaines dans un ranch du Middle-West. Tout ce qu’elle aime réuni dans un pack complet : l’équitation, la musique country, les bottes à franges, les cactus dans le désert…
Sauf qu’elle partage le séjour avec une bande de snobinards, tout ce qu’elle déteste !
Alors, comme dans tout bon western, va y avoir de la bagarre, et Élise est du genre Calamity Jane… Les méchantes n’ont qu’à bien se tenir. Et les gentils cow-boys aussi !

Avis : Elise est rousse (ça ça m’a plu direct), Elise adore les cow-boys, la country, les chevaux et rêve d’aller dans un ranch, c’est une western girl et je me suis immédiatement attachée à elle. L’histoire nous fait voyager autant au Middle-West que dans la musique Country, et à cheval en plus. Le seul groupe que je connaissais (enfin je devais peut-être en connaitre d’autre sans le savoir mais qui me disait quelque chose) c’est Lana Del Rey. Comme j’étais dans mon lit pour lire je n’ai pas encore écouté les musiques mais je pense ne pas tarder à le faire car j’adore en découvrir (comme pour la trilogie avec Maxime de la même auteur, on retrouve beaucoup cette culture musicale).
Au niveau des personnages, j’ai adoré Elise, Derek (son prénom m’a perturbé tout du long, j’ai trop regardé Teen Wolf), Trish et son père, les gens qui tenaient le ranch. Ils étaient vraiment cool et m’ont vachement plu. Les copines d’Elise, Maëlle et Laëtitia sont bien gentilles mais un peu girouette, et bien entendu j’ai détesté Georgia et sa clique (d’autant plus qu’elle me rappelait des gens que j’ai vraiment connu et que j’ai subis), ces gens sont vraiment méchants mais je ne les trouve pas pour autant clichés dans le sens où et bien… Oui des ados enfoirés ça existe, qui se trouvent une tête de turc et qui répètent des méchancetés à longueur de journée (et qui est pourtant bien entouré).
Elise ne se laisse pas faire mais par moment je comprends son découragement. Par contre je la félicite pour son bon niveau d’anglais (moi je suis sûre que j’aurais rien compris à ce qui se disait). Les chevaux avaient l’air beau, même si je connais pas du tout les différentes races présentés. En tout cas j’imaginais très bien le paysage, j’avais très envie de voyager avec Elise.
Parlons aussi de Louis, ah Louis ! Je l’ai bien aimé malgré tout, il était mignon tout de même (et son petit côté bourge avait quelque chose de chou). La fin m’a fait jubilé bêtement, puis bon j’aime assez avoir le coeur dans les chaussettes !
Alors voilà, c’est un super beau livre et la couverture est juste bavante en plus !

Phrase retenue : 
« […]mais je ne dessine pas. Quoique… Ecrire, c’est un peu dessiner avec des mots » j’adore cette phrase, c’est beau je trouve.

3 plus : 
– la magnifique couverture
– la rousseur d’Elise
– et tout le reste : l’écriture, les références musicales, les chevaux, les paysages, et même les relations humaines

1 moins : 
– je l’aime bien moi la petite Elise alors j’en ai pas eu assez. C’est toujours dur de quitter des personnages quand on les aime.

Ce livre répond aux challenges :
Les challenges de l'année 2013 Les challenges de l'année 2013

h1

Crains le pire, Linwood Barclay

mars 25, 2013

pireRésumé : Votre fille avait promis d’être à l’heure pour le dîner.
Elle ne rentre pas.
L’attente.
La peur qui monte.
Coups de fil : son travail, sa meilleure amie, les urgences.
Personne ne sait rien.
Et si elle avait menti ?
Et si elle n’était pas celle que vous croyez ?
Et si toute votre vie était en train d’exploser ?
Aux confins de toutes nos angoisses…

Avis : j’ai mis en image l’édition que j’avais car, une fois n’est pas coutume, j’aime beaucoup la couverture de france loisirs. L’histoire commence avec Sydney et son père Tim qui ont une petite dispute au petit déjeuner, puis suit plus tard la disparition de Sydney. Cela peut paraître une histoire banale au premier abord, mais ce n’est pas une simple disparition. On suit Tim qui est prêt à tout pour retrouver sa fille, et peu à peu le mystère s’épaissit et les questions se posent. Où est Sydney? Pourquoi a-t-elle disparu? Suzanne (l’ex-femme de Tim) imagine-t-elle être surveillé? Etc.
Au niveau des personnages la plupart m’ont énervé, j’ai plus d’une fois eu envie de gifler Ethan, Laura la patronne de Tim a des remarques très froides, la flic m’a déçu, Bob le nouveau mari de Suzanne est aussi une tête à claque (même si par moment il m’a plu un tout petit peu). J’ai par contre beaucoup aimé Syd (même si on ne la voit pas), et Patty (sa meilleure amie), ainsi que Tim (le père et narrateur) et son ex-femme (même si au début elle m’énervait). Honnêtement je ne me doutait pas du tout de ce qui s’était passé, de ce qui était arrivé à Syd tout ça, on suit Tim et on espère avec lui que sa fille va bien, qu’il va la retrouver. Vers la fin j’ai assez vite compris une partie de l’intrigue mais ça ne m’a pas dérangé (au contraire, j’étais ravie de voir que j’avais raison)! C’est une fin assez brusque, même si assez jolie, et je crois que j’aurais voulu une sorte d’épilogue afin d’avoir une petite conclusion sur tout ça.
J’ai retrouvé ici la manière dont l’écrivain entretient son suspens, et j’ai beaucoup aimé ce livre (même si un tout petit peu moins que « cette nuit là« ). L’écriture est simple mais on est très proche du narrateur et on voudrait l’aider dans son enquête, pousser les gens qui sont sur son chemin et remercier ceux qui l’aident vraiment.
Bien entendu cette histoire ne nous dirige pas là où on le pense et c’est un côté chez cet auteur que j’aime beaucoup, donc je n’hésiterai pas à me procurer d’autres livres et à les lire.

Pas de phrase post-itée

3 plus : 
– Le fait que ce soit du point de vue de Tim nous rends assez empathique de la situation
– Une très bonne intrigue et pleins de suspens
– J’ai adoré Tim

2 moins : 
– J’ai détesté pas mal de personnages
– Une fin peut-être trop brusque

Cette lecture répond au challenge suivant : 
Les challenges de l'année 2013

h1

Delirium tome 2, Lauren Oliver

mars 21, 2013

delirium 2

Attention lire cet avis peut vous spoiler le tome 1.

Résumé : Lena a découvert avec Alex ce sentiment interdit qu’est l’amour. Ensemble ils se sont enfuis, déterminés à gagner la Nature pour vivre leur passion. Mais seule Lena est parvenue à franchir la frontière. Sans savoir si Alex est encore vivant.

Aujourd’hui Lena a rejoint la résistance. Elle se voit confier une mission qui pourrait bien lui coûter la vie. Quand une nouvelle rencontre remet en question tous ses principes. Se battre pour avoir le droit d’aimer : cela a-t-il vraiment un sens ?

Imaginez qu’on vous prive de tout sentiment. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ?

Avis : mon avis sur le tome 1 ici. Je dois le dire mais : qu’est ce que je trouve la couverture moche, enfin bon heureusement ça ne m’a pas gâché ma lecture.
J’ai littéralement adoré ce deuxième tome. La façon d’écrire et de séparer les chapitres entre « avant » et « maintenant » donne un très bon rythme au livre (et j’ai trouve ça original). Ensuite l’écriture en elle-même est un délice, la façon dont Lauren Oliver décrit les sentiments me donne toujours des frissons, et plus d’une fois j’ai failli fondre en larmes au cours de ma lecture. On retrouve Lena, qui a changé, qui est plus mature, mais aussi plus vide peut-être, remplis de colère et de haine, car c’est l’autre facette du déliria la haine. Alex n’est plus là et elle doit tout de même se reconstruire avec ça. Ici nous faisons la connaissance de nouveaux personnages.
J’ai beaucoup aimé ceux de la Nature. Tack et son sale caractère, Raven et sa « dureté » (même si par moment elle m’a saoulé), Blue (trop mignonne), Sarah et sa gentillesse, Hunter et sa bonne humeur, et tous les autres.
J’ai aussi apprécié d’autres personnages comme Julian (que j’ai trouvé vraiment trop mignon) et il y en a que j’ai détesté comme Thomas Fineman (le père de Julian) ou les Vengeurs (brr).
Cette histoire est pleine de complot et si j’avais deviné quelques petits trucs, pas mal de choses m’ont surprise et m’ont un peu dégoûté de ce monde. Le pire c’est que je trouve ça très réaliste, car même si nous n’avons pas de vaccin contre le déliria, notre monde est façonné ainsi. On laisse mourir les plus faibles au profit de quelques uns.
Etre vacciné du déliria rend-il plus heureux qu’avant? Toute la question est là.

La fin m’a retourné le coeur et la tête, il est très très difficile d’attendre que j’ai la suite et je ne vais sûrement pas tarder à me la procurer et la lire (même si j’ai vraiment peur de ce qui va se passer). Ça se termine tellement brusquement que j’ai tourné la page et me suis retrouvée bêtement devant une page blanche en m’écriant « non c’est pas possible ». Et ben si.

Bref un super livre, bouleversant, très bien écrit, qui fout des frissons et qui me perturbe toujours autant.

Pas de phrase post-itée.

3 plus : 
– La manière dont c’est écrit et dont c’est construit
– Les personnages
– L’histoire elle-même, et la fin.

3 moins : 
– Je met la fin ici aussi, parce que j’ai eu du mal à m’endormir à cause d’elle ahaha
– La couverture super moche (en tout cas je ne l’aime pas)
– Je n’ai pas la suite.

Ce livre répond au challenge suivant : 
Les challenges de l'année 2013

h1

Top Ten Tuesday n°52

mars 19, 2013

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani

Les 10 livres que vous avez achetés dès leur sortie (« à acheter d’urgence ») mais que vous n’avez pas encore lus

1/ Kaleb de Myra El Jundir : je l’ai trouvé d’occasion pas longtemps après sa sortie (tout neuf), et depuis je ne l’ai pas lu.

2/ Les héros de l’olympe tome 3 de Rick Riordan : obligé que je l’achète dès sa sortie celui là, mais il ne va pas rester longtemps dans ma PAL

3/ Pyramide rouge de Rick Riordan : presque à sa sortie aussi, vu que c’est du Rick Riordan et pareil toujours pas lu (à cause de the hat qui ne le tire pas)

4/ Gregor livre 2 La prophétie du Fléau de Suzanne Collins : j’avais hâte de savoir la suite du tome 1… et le tome 4 vient de sortir mais j’ai toujours pas lu celui là…

5/ Le Prince Maudit de Maria Amini : je l’ai commandé immédiatement tellement j’avais hâte de l’avoir. Il dort dans ma bibliothèque.

Je ne vois pas trop d’autres choses, je n’achète pas forcément à la sortie, et sinon j’ai plus de 200 livres dans ma PAL donc yen a beaucoup que je n’ai toujours pas lu…

h1

Papa et maman sont morts, Gilles Paris

mars 18, 2013

papa et mamanRésumé : Papa et maman sont morts, la mer les a avalés. Alice et son frère cherchent des
parents d’adoption. En rayon : l’oncle Paul, chasseur de mouches avec les plis de son
ventre, Bérénice, folle d’amour pour Tom, qui a des muscles mais pas de coeur, et Mme
Knop, l’institutrice, qui aime tant nager nue la nuit. Ce n’est pas gagné !

Peu importe, les deux enfants sont ensemble, tous les deux.

Avis : je ne sais pas quoi vous dire sur ce livre. Il y a longtemps j’ai lu et adoré autobiographie d’une courgette, qui m’a tellement touché et marqué que je me souviens de pleins de choses de ce livre, de citations, de la fin aussi. Je renouvelle donc ici mon expérience avec Gilles Paris et l’on reconnait immédiatement son style d’écriture. J’aime beaucoup sa manière de jouer avec les mots, « il veut lui mettre la main au panier, mais elle n’a jamais de panier » par exemple (ce n’est pas la phrase exacte mais le sens y est). L’histoire commence donc avec la mort des parents d’Alice et son frère (l’histoire étant raconté par le frère), je pense qu’au début ils sont petits vu le langage employé et peu à peu ils grandissent (et ça se ressent car le regard est peut-être un peu plus « mâture », le vocabulaire utilisé différent). Ce livre aborde pas mal de thèmes, tel que la maltraitance par exemple, l’inceste, et puis surtout la mort (qui est assez présente dans ce livre). La mort entoure Alice et son frère et fait d’eux des orphelins, quasiment à chaque fois.
J’ai aimé la façon dont c’était écrit, les sujets bien que durs et cruels sont transcrits d’une manière douce, même l’inceste qui est un sujet qui a tendance à me faire grincer est emmené délicatement et ne m’a pas fait sauter au plafond. J’ai apprécié les personnages, qui ont souvent le mal de vivre et qui ne s’en sortent pas forcément, ce que traverse Alice et son frère est très difficile je trouve et pourtant les deux enfants ne baissent pas les bras, ils continuent à vivre, à s’en sortir, parce qu’ils sont ensemble. Alice aussi parce qu’elle a ses livres je pense et son frère parce qu’elle lui les lit.
Certains trucs m’ont franchement fait marrer, surtout au début, la mère qui tourne dans des films muets, le père qui échange ses shorts avec Bérénice, c’était drôle comme manière de voir les choses. Et d’autres m’ont secoué, l’alcoolisme, prise de médicaments… Même si ce n’est pas décrit comme ça évidemment.
Bref, ais-je aimé ou pas? Je pense avoir aimé, mais j’ai du mal à mettre des mots sur les sentiments que j’ai ressentis en lisant ce livre.

Phrase marquante : 
« Alice dit que la mort ce n’est pas une mauvaise chose, à condition que cela tombe sur les autres. »  c’est une manière de voir.

3 plus : 
– l’écriture
– des sujets durs traités avec douceur et poésie
– les jeux avec les mots

1 moins : 
– J’aurais voulu connaître l’âge des personnages, au début je pensais qu’ils stagnaient et c’est petit à petit que je me suis rendu compte qu’en fait ça se passait sur plusieurs années

Ce livre répond aux challenges suivants : 
Les challenges de l'année 2013 Les challenges de l'année 2013