Archive for the ‘Partenariats’ Category

h1

Le jeu d’Hiroki, Éric Senabre

juin 29, 2020

cover193364-mediumRésumé : Le jeune Hiroki vient tout juste d’emménager avec son papa dans la banlieue de Tokyo. En rangeant des cartons, il découvre une ancienne console et son jeu vidéo en réseau, mais son père lui affirme que celui-ci ne peut pas fonctionner car le serveur n’existe plus. Hiroki tente néanmoins de la brancher, et au milieu de la nuit, celui-ci s’allume ! Et sur l’écran, un personnage appelle au secours, un personnage virtuel qui connaît son nom !

Accompagné de son amie Emiko, Hiroki va tenter d’en découvrir l’identité. La révélation sera de taille : il y a dix ans, une joueuse a été happée dans le jeu et en restée prisonnière. Un incident nucléaire en est peut-être la cause…

Comment l’aider et lui permettre de réintégrer son corps ?

Merci à : Netgalley et aux éditions Didier jeunesse pour l’envoie de ce livre.

Avis : Hiroki est un enfant de dix ans passionné par les jeux vidéos. Quand il découvre une étrange console appartenant à son père, il décide de l’utiliser, même si son père lui assure que le jeu ne fonctionne plus. Sauf qu’en fait, il va fonctionner, et Hiroki ainsi que son amie Emiko, vont se retrouver face à un mystère. Une jeune femme enfermée dans le jeu.

J’étais très attirée par la couverture du livre et aussi par l’histoire qui avait l’air fichtrement intéressante, et c’est pour ça que je suis si déçue d’avoir un avis assez mitigée sur ce petit roman jeunesse. J’ai bien aimé les personnages d’Hiroki et d’Emiko, j’ai eu plus de mal avec les adultes, et particulièrement l’oncle Daisuke. Je sais que c’est pour ajouter du mystère sur le personnage, mais je ne sais pas, il me mettait mal à l’aise.
En fait ce qui m’a pas mal dérangé c’est l’écriture, j’ai eu du mal avec le style que j’ai trouvé assez plat, malgré ce qu’il se passe je ne ressentais rien. Les sujets abordés sont biens, la famille, le deuil, mais je n’ai pas accroché. Par contre j’ai apprécié me plonger dans une histoire qui se passe au Japon, avec un peu de vocabulaire de là-bas.

J’ai eu beaucoup de mal à me mettre dans l’histoire, et la fin m’a déçu, je l’ai trouvé trop rapide, les explications données vite fait. C’est dommage.

En bref, je suis plutôt mitigée, je n’ai pas trouvé l’histoire mauvaise, mais la façon dont elle est racontée ne m’a pas vraiment plu.

Challenge loup garou littéraire :
Le Villageois : +5 points
Nombre de points au total : 345 points

h1

Triangle amoureux (ou pas), Marisa Kanter

juin 14, 2020

cover195297-mediumRésumé : Hallie et son meilleur ami sur Internet, Nash, peuvent parler de tout… sauf de qui elle est vraiment – un secret qu’elle garde jalousement pour une raison mystérieuse. Sur les réseaux sociaux, elle incarne Kels, l’énigmatique créatrice d’un bookstagram à qui ses coups de cœurs littéraires inspirent des recettes inédites de cupcakes. Kels a tout ce dont manque Hallie : des amis par dizaines, une assurance inébranlable… et Nash.
Mais ça, c’était avant. Au détour d’un énième déménagement, Hallie tombe par hasard sur Nash, le vrai, en chair et en os. Bonne nouvelle ? Pas vraiment… Car quand vient l’instant de se présenter, dos au mur, elle choisit de mentir. Furieuse de devoir entretenir cette mascarade dans les couloirs de l’unique lycée de leur petite ville, elle commence par battre froid le garçon à qui elle révèle pourtant presque tout d’elle chaque soir sur les réseaux sociaux. Si elle franchit le pas et avoue qui elle est, c’en est  fini de leur amitié et de sa notoriété sur Internet…
Un triangle amoureux… à deux ! Voilà le casse-tête à vous rendre fou – le piège infernal – qui s’est refermé sur Hallie. Tour à tour plein de suspense, émouvant et drôle, ce roman explore les mystères et les complexités de l’image qu’on peut donner en ligne, par rapport à celle qu’on a dans la vie.

Merci à : Netgalley et aux éditions Lumen pour l’envoie de ce livre.

Avis : Ce livre donne faim. On y parle de livre et de cupcakes et je trouve que l’idée est géniale et que les deux se marient très bien. Hallie tient un blog où elle se fait appeler Kels, et cette Kels est quelqu’un de génial selon Hallie, bien plus génial qu’elle, au point que quand elle va rencontrer par hasard son meilleur ami sur internet en vrai, elle va lui cacher sa véritable identité. Ce qui va la mener à une sorte de faux triangle amoureux.

Hallie est attachante, elle manque beaucoup de confiance en elle, sans voir que Kels ou non, elle est une personne avec beaucoup d’humour, de réparties et de connaissances littéraires. Elle est marrante et intelligente. Je l’ai beaucoup aimé malgré ses mensonges parce que je comprenais son anxiété et son manque de confiance. J’ai été très attachée à Nash également, ce meilleur ami virtuel que Hallie adore tellement.
Mais j’ai aimé tous les personnages de ce livre, je les ai tous trouvé attachant, avec de la personnalité. Le petit frère de Hallie m’a beaucoup plu aussi, et j’ai adoré les relations familiale de ces deux adolescents. L’amour entre leur parents et leurs grands-parents, le deuil et la perte de leur grand-mère qui est difficile. Tout ça, ça rendait l’histoire vraiment vivante.

On peut dire que l’autrice sait ménager son suspens et faire monter la tension. J’étais tellement à fond dans ma lecture que des fois je m’extasiais avec les personnages comme s’ils étaient mes propres ami.e.s alors qu’ils n’existent même pas.

J’ai peut-être ressenti à un moment une petite longueur parce que Hallie s’empêtre de plus en plus dans ses mensonges et je commençais à m’impatienter de voir comment Nash allait apprendre la vérité. Mais à part ce moment un peu plus mou, j’ai vraiment adoré ma lecture. J’ai aimé les thématiques abordés. Mon seul gros bémol c’est la façon dont la bisexualité (car pour moi c’est ce que c’est) de Olli (le petit frère) est traitée (très mal j’ai trouvé). Mais je vais oublier ça, et me contenter de me rappeler tous les bons moments que j’ai passé avec ce livre.

La fin m’a fait pousser un cri parce que je ne voulais pas que ça s’arrête. Et donc, c’était vraiment une bonne lecture ! Je suis super contente de m’être laissée tenter même si j’avoue que j’avais un peu peur. Mais c’est passé super crème.

Challenge loup garou littéraire :
Le montreur d’ours : +10 points
Nombre de points au total : 190 points

h1

Vider l’Océan en 660 minutes, Juliette Marrati

mai 14, 2020

cover192676-mediumRésumé : Océan n’a jamais aussi bien porté son nom que le jour où il a tenté de  vider les eaux troubles qui emplissent son âme. Il a entraperçu le tourbillon salé et les vagues calmes, au bord du rivage de la mort.

Il n’avait cependant pas envisagé qu’il allait se réveiller de nouveau,  à l’aube de cette journée où il aurait dû ne plus être de ce monde, et  dans le corps d’un autre ! Commence alors pour Océan un périple extraordinaire, qui lui fera revivre de loin ses derniers instants, et ceux de son entourage, avant son geste fatidique. Heure par heure, il devra revivre tous ces événements qui l’ont poussé à commettre l’irréparable, avec une terrible question en tête : que se passera-t-il  lorsque tout ce temps se sera écoulé ?

Merci à : Netgalley et les éditions Bookmark pour l’envoie de ce livre.

Avis : Une histoire assez sombre. Océan n’arrive plus à vivre et décide de se suicider. Mais au lieu de mourir, il va être transporté dans le corps de Félix et va revivre cette dernière journée à travers les yeux de son ex-meilleur ami. Il va parler avec Zadig, avec Daniel, les amis de Félix. Si le deuxième est un bel enfoiré, le premier est plus gentil qu’Océan le pensait. Et il a toujours un peu craqué sur lui. Pourtant c’est bien à cause de ces trois-là (et principalement Daniel) qu’il subit du harcèlement scolaire et qu’il a décidé d’en finir. Mais il va voir les choses d’un autre point de vue.

Ce livre m’a foutu les larmes aux yeux. Si le début était un peu répétitif au niveau des sentiments d’Océan qui tournait beaucoup sur les mêmes choses, je me suis tout de même plongée dans l’histoire. Je voulais en apprendre plus sur Océan, sur les événements qui l’avaient emmené jusqu’à cette décision. Je voulais aussi comprendre Félix et Zadig, je voulais savoir ce qu’il se passait en eux. Zadig était hyper touchant et il me faisait de la peine. Pas autant qu’Océan ceci dit. Océan qui va devoir faire un choix qui va peut-être tout bouleverser.

C’était une très bonne lecture, qui m’a fait vivre quelques montagnes russes d’émotions. Même si certains passages sont vraiment très durs, il m’est aussi arrivée de sourire et d’avoir des frissons. J’ai trouvé que c’était une belle histoire qui abordait des thèmes comme le pardon, la remise en question, l’envie de devenir quelqu’un de meilleur, l’amitié, la famille et l’amour. Bon et aussi des thèmes plus difficile, comme le suicide et le harcèlement scolaire.

J’ai trouvé que c’était bien écrit, qu’on ressentait vraiment les sentiments des personnages et c’est aussi pour ça que j’ai ressenti pas mal d’émotions. La fin m’a énormément plu, et j’ai dévoré ce roman. Une belle découverte.

h1

Soleil glacé, Séverine Vidal

mai 10, 2020

cover186400-mediumRésumé : Comme si son premier chagrin d’amour ne suffisait pas, Luce apprend que son père − un homme qu’elle a à peine connu − vient de mourir. Et puisque la vie n’en a pas fini avec ses mauvaises blagues, elle découvre ce qu’il lui avait toujours caché : une autre famille.

Mais la rencontre bouleversante de Luce avec Pierrot, un frère tout neuf et différent, va faire fondre son cœur glacé…

Un grand roman contre les préjugés, qui célèbre l’énergie, la fantaisie, et la rage de vivre !

Merci à : Netgalley et les éditions Robert Laffon pour l’envoie de ce livre.

Avis : Luce vient de se faire larguer et apprend en même temps la mort de son père. Ça fait beaucoup d’un coup et c’est comme si cela l’avait anesthésié et elle n’arrive pas à pleurer. C’est alors qu’elle va faire la rencontre de Pierrot, son demi-frère dont elle ignorait l’existence. Pour elle, c’est un coup de foudre fraternel, elle veut entrer dans la vie de Pierrot. Elle va alors aller le voir au foyer pour adultes handicapés où il passe ses semaines. Si la première fois ne va pas bien se passer, Luce va apprendre à apprivoiser ce nouveau frère qui lui est tombé dessus.

Ce livre était tellement bien, c’était un vrai bonbon. J’ai tout de suite adoré Pierrot et la relation qui naît entre lui et Luce. Luce qui est brut de décoffrage, qui n’a pas froid aux yeux et qui a beaucoup d’humour. Qui combat ce qui lui arrive par l’humour d’ailleurs. J’ai beaucoup aimé Luce. Je me suis aussi attachée à sa maman et sa belle-maman qui essayent du mieux qu’elles peuvent de la soutenir. Ainsi que la maman de Pierrot, beaucoup plus inquiète pour son fils.

Y avait des sujets intéressants qui étaient abordés, le handicap, la famille, l’amour fraternelle, la perte, le deuil, et il y avait aussi un petit côté féministe bien menée.

J’ai aimé l’écriture, du point de vue de Luce, ce qu’elle ressent. Des fois elle griffe, on sent sa colère, sa tristesse aussi, mais on voit aussi comment être avec Pierrot va doucement panser ses blessures. La radoucir un peu. J’ai aimé les éducateurs spécialisés, ils étaient bien décrits et les situations aussi.
J’ai marché à fond avec cette histoire, je me suis mise en colère, j’ai eu peur, j’ai ris en lisant, je suis passée par tout un tas d’émotion. J’ai trouvé ça beau et parfois très dur. La fin m’a ému jusqu’aux larmes. C’était vraiment une super lecture.

h1

Le lord, le magicien et la malédiction, Lee Welch

mai 9, 2020

cover192672-mediumRésumé : La campagne anglaise, un château en ruine et deux hommes que tout oppose…

Lord Thornby est pris au piège sur la propriété isolée de son père depuis plus d’un an. Il n’y a ni cellule ni chaînes, mais il est incapable de quitter la demeure familiale. Au fil des jours, sa santé mentale commence à s’effriter.

Lorsque le magicien industriel John Blake arrive pour enquêter sur un cas de sorcellerie, il trouve Thornby assez particulier. Arrogant certes, mais aussi inquiétant qu’il est séduisant. Sans s’en rendre compte, John se retrouve entrainé dans un conte de fée des plus sombres, où toutes les règles de la magie – et de l’amour – se trouvent altérées.

Pour rendre sa liberté à Thornby, les deux hommes vont devoir affronter des vérités qui changeront leur vie à jamais – et John devra accepter que l’homme courageux et plein d’esprit qui gagne son cœur soit également sur le point de le briser. Peuvent-ils se dépêtrer de cette magie aussi dangereuse que l’amour ?

Merci à : Netgalley et les éditions bookmark pour l’envoie de ce livre.

Avis : Thornby est retenu prisonnier dans son château, incapable de le quitter même s’il le voudrait plus que tout. Aucune chaîne ne le retient mais une sorte de sort l’empêche de quitter la propriété, et son père lui promet de le délivrer seulement s’il épouse une femme argentée. Ce que Thornby refuse.
Lorsque John Blake arrive pour mener une enquête, il est confronté à Thornby et très vite, tous les deux vont avoir des sentiments l’un pour l’autre, et John va chercher un moyen de libérer Thornby.

C’est une lecture un peu mitigé. D’un côté j’ai bien aimé, j’ai trouvé l’intrigue super intéressante, la magie de John était assez bizarre et originale, la malédiction qui pèse sur Thornby me rendait curieuse et je voulais savoir le fin mot de l’histoire. C’est un genre d’enquête mêlant magie et amour, et c’était vraiment intéressant à lire.
Mais d’un autre côté certaines choses m’ont gêné, des fois j’ai trouvé les phrases un peu bancales (dû à la traduction je pense), et si par certains côtés l’histoire d’amour était assez mignonne, c’était dommage que la plupart du temps tout tourne autour du sexe. Ça rendait les sentiments moins vrais et j’y ai moins cru, et pourtant j’ai trouvé l’évolution des sentiments assez bien faites.

J’ai bien aimé la résolution, la découverte de ce qu’il se passe réellement et comment les personnages gèrent cela. Mais la fin ne m’a pas spécialement plu. J’avoue aussi avoir sauté des pages quand ils couchaient ensemble, car ça ne m’intéressait pas.

J’ai apprécié les personnages de Thornby et de John, le premier était vraiment désespéré mais sa rencontre avec John va l’aider, et John a une certaine sensibilité attachante.

En bref, par certains côtés c’était une bonne lecture, mais je pense qu’elle ne resterait pas impérissable dans mon esprit.

h1

Au royaume des menteurs, Kiersi Burkhart

mai 1, 2020

cover190620-mediumRésumé : « Nous n’avons pas de parents en ces murs, nous nous élèverons donc les uns les autres. »

Sam connaît par cœur le Code d’honneur de son nouveau lycée, la très sélecte académie Edward. Un campus digne de Harvard, des profs prestigieux, une coloc super sympa… Que demander de plus ?

Quand Scully, LE beau gosse de quatrième année, l’invite à la soirée d’intégration, Sam a l’impression de rêver.

Pourtant, derrière le faste et les jolies dorures se cache une réalité bien plus noire, et Sam déchante vite… Alors qu’elle se refuse à Scully, ce dernier la viole sans états d’âme.

Bouleversée, la jeune fille ose pourtant élever la voix, déterminée à ne pas laisser son agresseur impuni; Mais briser la loi du silence n’est pas si facile. Sam doit faire face à toute une communauté unie par le mensonge et les faux-semblants qui ne reculera devant rien pour l’empêcher de faire éclater la vérité…

Une lutte sans merci commence, dont le prix n’est autre que le droit à la dignité.

Merci à : Netgalley et les éditions Fleurus pour l’envoie de ce livre.

Avis : Entre ce livre et moi, tout avait bien commencé. Le sujet est très dur, cela parle de viol et y a des passages vraiment horribles, mais j’aimais beaucoup le combat et la lutte contre le violeur. Dans la première partie on a toute l’histoire du point de vue de Sam ainsi que des textes partagés d’un blog. On voit comment elle s’adapte à cette école, aux humiliations qu’elle subit et comment elle cherche à s’intégrer et se faire de nouveaux amis, tout en tombant amoureuse de Scully, le beau gosse riche du lycée. Sam est très jeune et naïve, elle est un peu maladroite mais fait de son mieux. Jusqu’à ce que Scully bousille sa vie. Alors la deuxième partie est concentrée sur les actes de Sam pour faire tomber Scully. On a en plus le point de vue d’une journaliste, Harper, qui va assister au combat de Sam et l’aider comme elle le peut.

Vraiment, même si la lecture me retournait l’estomac, j’aimais beaucoup comment c’était écrit, comment Sam évolue et comment elle va se battre, sa force de caractère malgré ce qui lui était arrivée. Ça s’annonçait donc comme une très bonne lecture, avec une chronique positive et encourageante.

Et puis. Tout s’est écroulé. Après la révélation du livre. Je ne peux pas le dire sans spoiler, mais à partir de là, j’ai senti la colère m’envahir et elle ne m’a pas lâché jusqu’à la fin. J’étais furieuse, je me sentais trahie et écœurée. J’en ai presque pleuré tellement j’étais déçue et en colère que le livre ait pris cette direction.
Du coup je n’ai pas du tout accroché à la fin, je n’ai pas compris le message et j’ai revisité tout mon avis sur le livre qui fait que non, je n’ai pas aimé, oui je le trouve inadmissible, et je suis dégoûtée.

En bref, une lecture très décevante car contient une révélation de très mauvais goût, et c’est bien dommage.

Mon avis (avec spoiler, surlignez pour lire) : Comme je suis dégoûtée, j’ai besoin de parler de ce qui m’a autant dérangé. Scully a effectivement violé plusieurs filles, mais pas celle qui le dénonce, Sam. En fait c’est sa meilleure amie qui a été violé, et Sam a menti pour punir Scully. Et non. Juste non. Peu importe que ses intentions soient bonnes, ça dessert complètement le combat de mentir, parce que certains vont se dire « voilà on ne peut pas faire confiance aux femmes, c’est leur faute » etc. et ça je ne peux pas l’excuser. Scully est un violeur ! Il mérite d’être puni ! Mais il mérite d’être puni par les personnes qui se sont vraiment fait violer. Bref, ça m’a affecté, mise en colère, et je ne garderai pas un bon souvenir de ce livre. Vraiment vraiment dommage, car y avait vraiment moyen que ce soit une très bonne lecture. 

h1

Tu craqueras pour moi… et mes poignées d’amour, Avery Flynn

avril 30, 2020

cover190020-mediumRésumé : Lucy est une femme forte, dans tous les sens du terme. Oui, elle est grosse,  et ses rondeurs, ses bourrelets, font peur surtout aux hommes. D’ailleurs, lorsqu’elle commande un burger-frites au bar ce soir-là, elle sait très bien qu’elle va attirer les jugements et les regards désapprobateurs. Mais, quand un inconnu se permet de lui dire qu’elle devrait privilégier les salades si elle ne veut pas finir seule, Lucy perd tous ses moyens. De quoi lui couper l’appétit jusqu’à ce que Frank Finnegan, un pompier au sourire incendiaire, se fasse passer pour son rencard devant le diététicien autoproclamé. Un dîner, quelques fous rires et des regards complices plus tard, Lucy doit admettre qu’elle a passé une magnifique soirée. Est-ce qu’elle viendrait enfin de rencontrer un homme pour qui la taille ne compte pas  ?

Merci à : Netgalley et Harlequin pour l’envoie de ce livre.

Avis : Je m’attendais à une romance toute mignonne avec une femme grosse, et ben je suis vite tombée de haut. Ce livre n’était définitivement pas fait pour moi et je le regrette parce que la couverture et le résumé me donnait vraiment envie.
Lucy se fait enquiquiner sur son poids par un con quand Frankie vient l’aider, et de fil en aiguille il décide tous les deux de se rendre à la réunion d’ancien du collège (ou du lycée je sais plus)  de Lucy en se faisant passer pour un couple.
Franchement je trouvais que ça commençait bien, c’était marrant et puis j’étais vraiment contente de voir que Lucy était grosse, qu’elle était intelligente et avait de l’humour. Mais.
Mon enthousiasme est très vite retombé. Frankie est apparemment un beau gosse plein de muscles qui met les femmes dans son lit d’un claquement de doigt. Il pense qu’avec Lucy il va pouvoir faire abstinence. Sauf que les voilà partit et tout du long, ils ne vont penser qu’au sexe. Frankie fait une fixation sur les seins de Lucy, quand à elle, elle a la culotte qui brûle dès qu’il la regarde. Non mais, il bande juste à la regarder boire. C’était énervant au possible.
Et puis bien sûr, c’est bien de faire un livre avec une femme grosse, mais si c’est pour rajouter plein de clichés sexistes et autres à côté, c’est pas une bonne chose. Du genre l’idée qu’il faut absolument tomber amoureux et se poser pour être heureux. Bah non. Certains aiment simplement coucher à droite à gauche, et ne veulent pas se marier ni rien, et si c’est ce qui les rend heureux, ben tant mieux pour eux.
Et puis les « je suis un mec viril je mate pas de films de filles » … J’ai levé les yeux au ciel très très haut. Sans parler du père possessif et de la peste de service.

Après avoir été agacé au plus haut point, avoir roulé des yeux une bonne centaine de fois, j’ai décidé de lire le reste en diagonale et je n’ai pas aimé voilà. Ce n’était pas mon truc, ce n’était pas pour moi du tout. La romance n’était pas mignonne, j’ai trouvé ça lourd. Bien sûr, cet avis ne concerne que moi, je sais que d’autres personnes pourraient aimer, mais je suis complètement passée à côté, et j’en suis la plus déçue, parce que vraiment, le résumé me donnait hyper envie.
Dommage.

h1

La chaîne, Adrian McKinty

avril 27, 2020

71BNt40f-NLRésumé : VICTIMES.  SURVIVANTS. RAVISSEURS. CRIMINELS.
VOUS SEREZ TOUT CELA À LA FOIS.

Le téléphone sonne. Un inconnu a  kidnappé votre enfant.
Pour qu’il soit libéré, vous devez enlever l’enfant de quelqu’un d’autre.
Votre enfant sera relâché quand les parents de votre victime auront à leur tour enlevé un enfant.
Si un chaînon manque : votre enfant sera tué.

VOUS FAITES DÉSORMAIS PARTIE DE LA CHAINE.
VOUS N’ÊTES PAS LES PREMIERS.
VOUS NE SEREZ CERTAINEMENT PAS LES DERNIERS.

Merci à : Netgalley et aux éditions Fayard pour l’envoie de ce livre.

Avis : Rachel sort tout juste d’un cancer quand sa fille se fait kidnapper. Elle fait désormais parti de la Chaîne, et doit à son tour kidnapper un enfant si elle veut récupérer sa fille. C’est un système tordue mais qui fonctionne, et Rachel est prise dans ce jeu vicieux.

Le livre est coupé en deux parties. Dans la première, on voit Rachel se débattre avec cette histoire, on voit ses choix, sa façon de gérer la situation. On voit aussi sa fille, comment elle s’en sort, ce qu’elle ressent.
Dans la deuxième partie, on en apprend un peu plus sur les créateurs de la chaîne, ainsi qu’une façon de peut-être sortir de cette chaîne.

Ce livre était extrêmement stressant. Les chapitres étaient assez courts, le rythme rapide, il y avait beaucoup d’actions, de retournement de situations, de dérapages. On a peur pour les personnages, pour Rachel et sa fille notamment. Y a des moments qui retournent pas mal et qui m’ont tellement stressé que j’ai dû faire des pauses dans ma lecture. Les personnages sont assez attachants, Rachel me faisait de la peine quand elle se rabaissait, je l’ai admiré pour son courage et sa force d’esprit. J’ai beaucoup aimé Kylie sa fille, qui est forte aussi. Et j’ai bien aimé Pete, le tonton qui vient les aider, malgré sa dépendance à l’héroïne. Je me suis même attachée à Marty, l’ex mari, qui  soutient bien Rachel même s’ils sont divorcés.

J’ai bien aimé l’histoire. Elle ne contient pas tellement de plot twist, et on devine assez vite certains pans de l’histoire, mais c’était une bonne lecture, où on a envie d’aller jusqu’au bout afin de voir comment Rachel va se sortir de ce piège. L’idée est vraiment bonne et sadique au plus haut point. J’ai trouvé ça assez original et plutôt étouffant, comme si nous même faisions un peu parti de cette chaîne.

En bref, une lecture stressante mais intéressante et prenante, que j’ai apprécié.

h1

L’académie des femmes parfaites,Helly Acton

avril 25, 2020

9782280447331Résumé : Six femmes enfermées pendant quatre semaines et filmées 24h/24h. Une seule gagnante: celle qui prouvera qu’elle est la petite amie idéale.

Amy Wright, trente-deux ans, est persuadée que ce soir, son petit ami va enfin lui poser LA question qu’elle attend impatiemment. Après tout, ils sont ensemble depuis deux ans et il lui a dit qu’il lui réservait une surprise… Mais le rêve tourne au cauchemar lorsqu’elle retire le bandeau de ses yeux. Devant elle, un écran qui diffuse une vidéo de son petit ami dans laquelle il la largue brutalement. Derrière elle, une caméra qui filme toute la scène et la diffuse devant des millions de téléspectateurs. Car Amy fait désormais partie d’une nouvelle émission de téléréalité dont le but est de couronner la meilleure petite amie potentielle. Enfermée pendant quatre semaines avec cinq autres candidates, elle va devoir réussir les épreuves et prouver qu’elle est Le Bon Numéro.

Merci à : Netgalley et les éditions Harlequin pour l’envoie de ce livre.

Avis : Amy est coincée dans une relation nulle mais elle reste parce qu’elle pense qu’il est trop tard pour changer, que la société veut des femmes mariées et avec des enfants, que son horloge biologique tourne alors qu’elle a trente-deux ans. Et puis un jour Jamie va la larguer devant le monde entier dans une nouvelle téléréalité où le but est de devenir « la Perle », la femme parfaite à marier et qui pensera au bonheur de son mari. Ça fait vomir hein ? Et bien cette émission est effectivement dégueu et sexiste au possible. Je me suis énervée plus d’une fois en lisant, parce que ça dégouline de propos sexistes horribles et d’injonctions aux femmes « souriez » blablabla. Donc ça fout en rage, mais c’est bien évidemment dénoncée et ça fait un bien fou. Les femmes qui vont être coincées dans cette téléréalité sont toutes attachantes à leur manière et je les ai toutes aimées. J’ai peut-être eu un peu plus de mal avec Flick mais elle évolue, tout comme Amy d’ailleurs.

Amy va ouvrir les yeux, apprendre à s’aimer soi-même, et se faire des amies. J’ai tellement adoré la sororité dans ce livre, les femmes ne se crêpent pas le chignon, au contraire elles vont se soutenir, se moquer de leurs missions, s’épauler, discuter ensemble. Amy va devenir une oreille attentive auprès des autres. Il y avait des passages vraiment très drôles (comme Jackie avec son bébé), des passages plus touchants et émouvants. Toutes ces femmes étaient différentes, avaient chacune une façon différente de voir la vie et de se défendre dans ce monde patriarcale.

Finalement l’émission n’a pas du tout le résultat attendu sur ses femmes. Plutôt que de devenir la femme parfaite pour un homme, elles vont apprendre à s’aimer, à faire leurs propres choix.

Franchement, je n’ai pas de mots pour dire combien j’ai adoré. Ce livre était hyper addictif, je l’ai lu hyper tard dans la nuit. Il est bien pensé, bien écrit. Le premier chapitre m’a paru un brin forcé, mais ensuite j’étais à fond dedans, je l’ai dévoré et la fin m’a beaucoup ému.

Ce livre est vendu comme une romance et je ne comprends pas pourquoi, parce que ce n’est pas du tout le message du livre, et il n’y a guère de romance, ce qui est tant mieux parce qu’elle aurait juste gâcher le message. J’avais extrêmement peur que le message soit « bon elle a largué le mauvais type mais heureusement elle en a trouvé un mieux à rendre heureux », mais pas du tout, c’est exactement l’inverse. C’est plutôt faites ce qui vous rends heureux, même si c’est d’être célibataire. Pensez à vous d’abord. C’est un livre que j’ai trouvé extrêmement positif et ça m’a fait un bien fou de le lire.

En bref, un vrai coup de cœur.

Phrase post-itée : 
« La pression du mariage sera alors remplacée par celle de la maternité. Étape suivante de la course qu’elle n’a pas envie de courir. »

h1

La Passe-miroir tome 2 : les Disparus du Clairdelune, Christelle Dabos

juin 10, 2018

Attention, cet avis risque de spoiler le tome 1.Les-disparus-du-Clairdelune

Résumé : Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Merci à : Gallimard jeunesse pour l’envoie de ce livre (il y a loooongtemps)

Avis : Quel plaisir de retrouver Ophélie pour un deuxième tome qui reprend directement là où le premier s’arrête. Cette fois-ci elle va devoir demander à Farouk de la prendre en quelque sorte sous son aile, afin d’être protégée au maximum des intrigues de la cour. Mais ce n’est pas si simple, et rien ne va se passer comme prévu. Ophélie a le don de se fourrer dans les ennuies, mais j’adore son caractère, je la trouve super attachante et j’aime le fait qu’elle ne se laisse pas écraser. Que ce soit par la cour elle-même, sa famille, Thorn, ou même encore Farouk, qui pourtant est l’esprit de famille. Quitte à ce que cela mette sa vie en danger.

Si dans le premier tome j’ai eu du mal avec Bérénilde, je l’ai beaucoup apprécié dans celui-ci. Elle est moins présente ceci dit, mais son histoire est plus touchante, et elle se comporte moins comme une ado capricieuse, mais plus comme une adulte avec ses doutes, puis j’ai aimé la relation qui évolue avec Ophélie mais aussi la tante Rosaline.
Je me suis également beaucoup plus attachée à la famille d’Ophélie, qui est haute en couleur, mais qui aime Ophélie et qui veut son bien.
Il y a aussi Farouk avec lequel j’ai eu beaucoup de mal, même s’il peut être touchant, je ne le trouve pas spécialement attachant.

Et maintenant que j’ai à peu près parlé des choses calmes, c’est le moment du pétage de plomb. Ce livre m’a fait vivre des montagnes russes d’émotion. J’ai ris, j’ai pleuré, j’ai été en colère, j’ai eu des crises de joie, j’ai gloussé, et j’ai réussi à rire et à pleurer en même temps. J’avais dis dans le premier tome que je m’étais attaché à Thorn. Mais dans ce tome-ci, il m’a rendu complètement dingue. Je l’ai absolument adoré, sans parler de sa relation avec Ophélie qui m’a foutu le cœur à l’envers plus d’une fois. La relation évolue hyper doucement, c’est lent, ça prend pas le pas sur l’intrigue et c’est super doux, mais franchement j’ai adoré la façon dont c’était fait. Ça m’a hyper touché. Ce sont l’accumulation de pleins de petits détails qui ont fait que j’ai trouvé ça vraiment génial.

L’intrigue est complètement folle, on a à la fois des tas de choses qui se passent, et en même temps pleins de petites révélations. Des détails qui nous paraissaient pas important, s’avèrent en fait l’être tout à fait. Tout ce qui se passe m’a vraiment tourneboulé l’esprit et touché en même temps. J’ai eu peur des tas de fois pour Ophélie et les autres personnages, l’autrice n’hésite pas à les malmener. L’univers est toujours aussi dingue et excellent.

Et cette fin …

En gros, j’ai vraiment adoré ce deuxième tome, qui m’a secoué dans tous les sens. Cette saga est vraiment géniale.

Phrases post-itées : 
« Voici mon opinion : vous avez urgemment besoin d’être conseillée. Et voici mon conseil : écoutez toujours mon opinion. »

« Si Ophélie avait retenu une chose dans la vie, c’était que les erreurs étaient indispensables pour se construire. »

Mon avis sur : 
Le tome 1