Archive for octobre 2013

h1

Sors de ce corps, William, David Safier

octobre 30, 2013

sors de ce corps williamRésumé : C’était Roméo et Juliette et patatras : c’est Peines d’amours perdues…
Plaquée par l’homme de sa vie, Rosa est prête à tout pour le récupérer. Au point de croire aux boniments du magicien Prospero, spécialiste ès voyages dans le temps et retour d’affection…
Mal lui en prend car, sitôt ensorcelée, la jeune femme reprend conscience dans la peau de… William Shakespeare.

Si la vie et l’amour ont un sens, la colocation cérébrale avec le grand Will risque de faire sauter quelques certitudes…

Avis : C’est ma petite sœur qui m’a prêté ce livre et j’avoue qu’il ne me faisait pas vraiment envie. Sans doute parce que j’ai BEAUCOUP de mal avec Shakespeare, je n’aime pas ses pièces (et surtout pas Roméo et Juliette). Mais bon je l’ai tiré et puis je me suis dit qu’il fallait tout de même que je le lise. Et c’est sans regret, parce que j’ai beaucoup aimé.
Au début je me suis dit « bon c’est drôle, mais cette héroïne est encore une héroïne banale de chick-litt » et je ronchonnais un peu.  C’est la fille qui n’a pas confiance en elle, qui rêve du grand amour mais qui le perd parce qu’elle n’est pas capable de croire en elle-même mais qui continue quand même à lui courir après dans une sorte d’auto-apitoiement un tout petit peu lourd. Elle a raison de dire qu’elle est totalement clichée. Mais dès qu’elle se retrouve dans le corps de Shakespeare tout change et j’ai trouvé l’histoire vraiment drôle, il était difficile de reposer le livre et je voulais toujours savoir la suite. Rosa cherche à en savoir plus sur « le véritable amour » en se fourrant dans toutes sortes de situations bien difficiles, un peu malgré elle. Shakespeare est heureusement là pour l’aider, même si elle contrôle son corps et qu’il ne lui parle que dans sa tête. Je me suis vraiment attachée à Shakespeare (contre toute attente), il n’était pas du tout comme je l’imaginais, et j’en étais folle, il me faisait vraiment rire, mais il m’émouvait aussi. Il était vraiment proche de Rosa (normal vous me direz puisqu’il s’agit de la même âme, techniquement). J’ai beaucoup plus apprécié Rosa aussi une fois qu’elle se retrouve dans le corps de William, même si dès qu’il s’agit de Jan elle devient un peu chiante. Bien entendu c’est très romancé et complètement loufoque, mais ça n’en reste pas moins super et les personnages sont attachants.
J’avais assez vite compris ce qu’était le véritable amour que devait chercher Rosa, mais c’était pas dérangeant vu que je voulais voir comment elle allait y venir. Et puis j’avoue que la fin m’a super émue, aux larmes (et oui j’ai chouiné tellement c’était gluglu-mignon). Donc un livre qui fait passer un super moment, une bonne tranche de rire avec des émotions aux rendez-vous, et une petite morale très très plaisante.

Je n’ai pas post-itée de phrase, mais j’avoue qu’il y a des répliques qui m’ont fait hurler de rire.

Mon ressenti :

ahaha

 

Publicités
h1

Chroniques lunaires tome 1 : Cinder, Marissa Meyer

octobre 27, 2013

ban_lc10

Lecture commune avec club de lecture.

CinderRésumé : Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de New Beijing.
Une terrible épidémie ravage la population. Depuis l’Espace, un peuple sans pitié attend son heure…

Personne n’imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle-mère. Car la jeune-fille, simple mécanicienne mi-humaine, mi-cyborg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer…

Avis : Au risque de me répéter, j’adore les réécritures de contes, j’aime voir comment l’histoire va être remanier, comment l’auteur va imaginer l’histoire. Je ne pouvais donc pas passer à côté de Cinder.
C’était une bonne lecture et j’ai bien aimé ce livre. J’ai adoré les personnages tel que Cinder (son mauvais caractère m’a fait sourire, elle est beaucoup sur la défensive mais en même temps on sent quand même ses rêves derrière les barrières qu’elle s’est construite), j’ai apprécié l’originalité du fait qu’elle soit un cyborg. J’ai adoré Iko son ami robot, elle est très amusante et sa personnalité est très rigolote. J’ai aussi été très fan de Peony, elle est trop drôle et trop mignonne, je me suis immédiatement attachée à elle. J’ai aussi totalement été séduite par le prince Kay, je l’ai trouvé trop adorable franchement, et sa répartie envers la reine Levana c’était mouahahah : jubilatoire. Il m’a aussi fait pas mal de peine, mais franchement j’étais folle de lui !
Finalement il y a le Dr Erland, et si je ne savais pas par quel bout le prendre au début, j’ai finis par m’attacher à lui. Et ensuite il y a les personnages que j’ai totalement détesté, la belle mère de Cinder qui me faisait grincer tellement des dents que je n’arrivais pas à être peiné pour elle, et Pearl son autre fille aussi méchante qu’elle. Mais la pire était bien sûr la reine Levana, elle est horrible, elle me foutait des frissons dans le dos et j’aurais voulu pouvoir lui mettre des bonnes baffes pour me détendre. J’avoue que j’aimais quand parfois on lui rabattait un peu le clapet, parce qu’elle me rendait totalement dingue. Mais j’avoue que tous les personnages ont leur personnalité, qu’ils soient adorables ou détestables.
Ensuite ce que j’ai beaucoup aimé dans ce livre c’est l’écriture, je voyais tellement bien les choses se faire, j’aimais beaucoup comment les personnages communiquaient, les descriptions, les gestes. C’était vraiment super clair et du coup très agréable à lire.
Mais. Car il y a un mais. Voilà l’histoire m’a légèrement dérangé, que ça se passe dans le futur, que Cinder soit une cyborg, je trouvais l’idée géniale, mais ensuite il y a l’histoire de la pandémie, plus celle des Lunaires, et j’ai trouvé que cela faisait beaucoup, au début je me suis un peu sentie noyée par toutes les informations qu’il fallait ingurgité. Au fur à mesure je m’y suis fait, mais c’est vrai que j’ai quand même trouvé ça un brin trop gros cette histoire de Lunaire (bon c’est ma faute aussi, fallait lire le quatrième de couverture). J’aurais apprécié que l’histoire reste plus proche de celle de Cendrillon, même le caractère de Cinder au début m’a embêté (bien que j’aimais beaucoup le personnage), parce que je me fais toujours une idée d’elle : patiente, aimante, douce. Bon ensuite, elle est quand même un super personnage d’une grande gentillesse et qui a été sacrément malmené par la vie (et qui n’a pas fini de souffrir au fil de l’histoire). Un deuxième point qui m’a embêté c’était que je voyais venir l’intrigue de très très très loin, c’était presque cousu de fil blanc, j’ai quasiment tout compris dès le début et en me rendant compte à la fin que j’avais eu raison je me suis sentie un peu déçue…
Voilà c’était le petit point en moins du livre, néanmoins j’ai très hâte de lire la suite, de voir ce qu’il va se passer maintenant. Et franchement j’ai tellement adoré Kay que rien que pour lui le livre en vaut la peine (ahaha je suis une groopie).

Le détail qui tue : 

WP_20131027_002

Bon je le met parce que ça m’a fait rire en fait. C’est pas encore trop grave et j’en ai pas relevé d’autre.

La couverture espagnol (parce que je la trouve genre trop trop belle) :

cinder_spain


ATTENTION Gros spoil sur le truc qui m’a fait chouiner : 

Peony qui meurt… Jusqu’au bout j’ai cru que Cinder la sauverait 😥 

Challenge : 
Lecure commune

h1

Nouveau Design

octobre 26, 2013

Avec ma petite sœur on a découvert que les bébés hérissons c’est VRAIMENT trop mignon. Du coup on a gagatisé sur google image pendant chépa combien de temps… Et voilà ce qu’elle m’a fait du coup !

Merci encore une fois éhéhé ! Elle me fait toujours de très beauuux designs ! Je suis comblée 🙂

h1

Hérétiques tome 1 : Le Mystère Isolde, Philippa Gregory

octobre 25, 2013

HeretiqueRésumé : Rome, 1453 : Luca Vero, 17 ans, est arraché de son monastère par le représentant d’un Ordre mystérieux, qui agit au nom du pape. L’homme lui confie une mission cruciale : repérer dans le monde chrétien l’hérésie et le péché. Accompagné d’un serviteur drôle et dévoué, Luca se rend dans un couvent près de Rome où se passent des phénomènes étranges depuis l’arrivée d’Isolde, la nouvelle abbesse : les sœurs semblent frappées de folie et portent des stigmates. Tout semble accuser Isolde et sa servante maure. Les deux jeunes filles risquent le bûcher…

Sortie prévue le : 8 novembre 2013

Merci : aux éditions Gallimard  jeunesse pour cet envoie, ainsi qu’à l’auteur Philippa Gregory.

Avis : quand j’ai reçu ce livre j’ai tout de suite eu envie de le lire car j’aime beaucoup les romans historiques. Celui-ci se passe à une époque où L’Eglise avait encore beaucoup de pouvoirs et où on brûlait les sorcières pour un oui ou un non et où les femmes étaient traités comme des pécheresses et devaient obéir aux hommes. Où les superstitions et la peur permettaient la violence envers autrui. Cette histoire va parler d’un inquisiteur Luca qui va devoir enquêté. J’avoue que dans les histoires, les inquisiteurs sont souvent des hommes durs et froids, qui profitaient de leurs pouvoirs pour torturer un peu n’importe qui. Ici, Luca est un jeune homme qui veut faire de son mieux et dont la curiosité lui a valu d’être traité d’hérétique. Il veut mieux comprendre le monde qui l’entoure et essaie d’être juste dans ses prises de décisions. Il va être accompagné de frère Pietro, un enquiquineur fini qui va commenter un peu tout ce qu’il se passe mais qui montre beaucoup de mépris et que j’ai détesté du début à la fin, il s’agit en quelques sortes de celui qui va noter de A à Z tout ce qui se passe dans l’enquête pour en référer à l’homme qui dirige l’Ordre. Luca a emmené avec lui aussi son fidèle ami Freize, qui est sans aucun doute mon personnage préféré. Il a un franc parler très amusant, et sa manière d’appeler Luca « petit seigneur » montre son attachement pour celui-ci. Franchement je l’ai adoré, il est simple, il suit son cœur et son instinct, il a un rôle de serviteur mais a une très grande place et importance dans l’histoire, d’ailleurs dans la deuxième partie du livre j’ai trouvé qu’il était même plus important que Luca. Pour les rôles féminins, nous avons Isolde une femme qui vient de perdre son père et qui se retrouve obligé soit de se marier, soit de finir au couvent. Elle m’a fait de la peine et je l’ai apprécié mais finalement j’ai trouvé que c’était un personnage assez effacé, et Ishraq prend plus d’importance qu’elle, il s’agit de sa dame de compagnie, mais également d’une jeune Maure qui a étudié la médecine et qui sait se battre, je l’ai bien aimé, notamment son caractère. Il est arrivé que Luca m’agace, c’est l’éducation de l’époque mais il est assez misogyne, j’ai souvent trouvé son jugement faussé par ses préjugés et s’il mène tout de même bien ses enquêtes, c’est dommage qu’il ne se montre pas plus ouvert alors qu’il est curieux du monde.
L’histoire se découpe en deux parties, deux mystères à résoudre et c’est agréable, c’est un peu comme si on avait le droit un peu à deux histoires avec les mêmes personnages, j’aime beaucoup. En plus c’est sympa de voir les enquêtes que doit mener Luca et les superstitions de cette époque (qui s’expliquent finalement de façon plutôt rationnelles) et j’avoue que j’avais trop du mal à lâcher le livre quand j’étais dedans.
Si j’avais quelques reproches à faire c’est la longueur des chapitres, et aussi le fait que c’est par moment un peu prévisible, je comprenais assez vite le fond de l’histoire et ce qu’il en était vraiment, mais cela n’enlève pas pour autant le charme de l’histoire. Et même si parfois les personnages m’agaçaient on s’attache à eux et moi j’avoue que je suis frustrée de l’avoir fini, j’aimerais bien avoir la suite sous le coude, mais il va falloir attendre. J’ai vraiment hâte de retrouver Freize (oui c’est mon chouchou), mais également Luca, Isolde et Ishraq, en espérant tout de même que Pietro s’améliorera ou tombera dans un trou.
En bref, un livre que j’ai adoré, qui se lit très vite et qui est très bien écrit. Il ne manque pas d’humour, mais peut se montrer très dur aussi, il donne une assez mauvaise image de l’Eglise de cette époque également, mais permet d’en savoir plus sur les superstitions des gens. Des personnages attachants, même si parfois agaçant, et deux parties très intéressantes. Je sors donc très ravie de ma lecture.

Couverture VO :
changelingPersonnellement je la trouve vraiment belle, je la préfère presque à la couverture VF !

h1

Le pays des contes tome 1 : Le Sortilège perdu, Chris Colfer.

octobre 23, 2013

Le pays des contesRésumé : Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. Et pour cause ! Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.

Avis : selon moi, la quatrième de couverture en dit beaucoup trop mais bon passons. Qu’est ce que j’ai pensé de ce livre? Et bien j’ai adoré tout simplement. C’était vraiment trop mignon, tant les personnages, que le pays des contes, que l’histoire en elle-même.
Bien sûr le début m’a un peu mit la larme à l’oeil et la fin également, mais voilà je suis trop sensible, voilà tout. Les jumeaux sont aussi attachants l’un que l’autre, la franchise de Conner me faisait toujours marrer, il était adorable. Mais Alex, plutôt maligne et son amour pour les livres et le pays des contes, sa manière de s’extasier sur un rien, est vraiment adorable également. Les deux peuvent se montrer TROP chou, comme vraiment agaçant, et ça ne les rends que plus attachants encore. D’autant plus que leur relation de jumeaux, malgré leurs différences, est vraiment mignonne également. Puis j’avoue que j’ai adoré rencontrer les personnages de contes, surtout le petit chaperon rouge car elle m’a vraiment fait mourir de rire. Les autres comme Cendrillon, Blanche-Neige ou La belle au bois dormant, ressemblent finalement à l’idée que je m’en faisais, mais elles n’étaient pas moins attachantes pour autant. On a ici beaucoup de choses qui nous sont révélés, comme les revers de certains contes par exemple (et surtout ça !). La plupart des choses sont vus aux travers des yeux de Conner et Alex et nous pouvons découvrir avec eux ce monde, s’extasier ou paniquer avec eux également. Bien entendu par moment ils s’en sortent peut-être trop facilement, mais c’est sans doute ce qu’on adore tous dans les contes de fées, les gentilles s’en sortent (de façon général, sauf bien entendu quand on lit du Andersen), donc on reste dans l’univers du conte et moi j’adore. Même si en même temps c’est différent quand même (ce n’est pas paradoxale, disons qu’on entraîne un peu de notre monde dans le leur, voilà tout).
Bref c’est un livre archi mignon qui se dévore, et si j’avais deviné quelques petits trucs je n’avais pas tout compris du tout et je m’étais même parfois planté sur toute la ligne. La fin est à l’image du reste : trop choupinette, mais quand même grave émouvante ! Et franchement quand tu le termines, t’as qu’une envie : ouvrir le deuxième. Vivement qu’il sorte en VF.

Passage post-itée :
« -D’accord, je vais choisir La Belle au bois dormant, dit-il alors.
– Un choix intéressant. Et à ton avis, quelle est la morale de cette histoire? 
– Fiche la paix à tes voisins, je suppose. » J’ai éclaté de rire, et je me suis dit « ouais pourquoi pas »

La couverture VO : (Que ça fait un peu polémique, La VF est-elle plus belle ou plus moche ou les deux?) 

the-land-of-stories-the-wishing-spell

Bon là je donne mon avis : j’adore les deux. La couverture VO a son charme, puis bien sûr qu’on l’aime, elle est superbe, bien dessiné, et tout et tout. Mais j’adore aussi la VF avec son petit côté un peu Disney super mignon, c’est la même, en différent. Bref j’accroche pour les deux, et ça tombe bien parce que je viens de commander le livre en VO aussi !

La carte du monde :

la carteJ’ai pas trouvé de version française, hm mais bon on voit et on comprends quand même. J’adore elle est toute colorée et correspond parfaitement à l’univers. En plus ça nous permet de suivre Alex et Conner dans leurs aventures !

Quelques petites illustrations de l’intérieur (de Brandon Dorman) et qui rajoute du charme au livre :

WP_20131022_005 WP_20131019_011 WP_20131019_010 WP_20131019_008

Le voyage du livre :

WP_20131019_004

Chez ma sœur (avec mon chat)

WP_20131020_002
Dans mon bain

WP_20131020_005
Dans ma chambre (chez mes parents)

 

h1

Parce que c’est super mignon

octobre 22, 2013

J’aime bien partager de temps en temps des choses que j’aime, et une amie m’avait passé un court métrage et de temps à autre j’aime le mater, ça me rend toute guillerette après, et je fond et j’ai des gluglus dans le ventre, bref que du bon. Alors je vous le conseille, franchement c’est trop chou (bon les sous-titres sont un peu moches, mais pas grave, on comprends très bien l’histoire !)

h1

Top Ten Tuesday n°66

octobre 22, 2013

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani

Les 10 personnages les plus inhabituels

1/ Darren Shan dans Darren Shan de Darren Shan : Parce que quand même, le gosse il est attiré par une GROSSE araignée super venimeuse …

2/ Bourbon Kidd dans le livre sans nom de Anonyme : parce que ce type est trop fort voilà tout.

3/ Bartiméus dans la trilogie de Bartiméus de Jonathan Stroud : parce que c’est un Djinn pleins d’humour et que franchement j’en ai jamais rencontré d’autres des personnages comme lui.

4/ Les Trâles dans les Héros de la Vallée de Jonathan Stroud : parce qu’ils sont un peu flippants, mais qu’on se demande quand même s’ils existent vraiment.

5/ Les animaux dans le monde délirant d’Ally de Karen McCombie : parce qu’ils sont drôles, parce qu’ils font partie intégrante de l’histoire, parce que sans eux ce serait pas pareil. Sinon j’ai pensé à Rex dans Coeur Cerise de Cathy Cassidy, parce que ce poisson rouge est un super animal de compagnie, l’air de rien.

6/ Le destin dans Si jamais de Meg Rosoff : carrément inhabituel.

7/ Le pigeon dans l’Armée furieuse de Fred Vargas : un personnage qui compte et qui est très attachant.

8/ L’homme le plus beau du monde dans Je suis l’homme le plus beau du monde de Cyril Massaroto : déjà parce qu’il a pas de prénom, et qu’il est l’homme le plus beau du monde.

9/ Le nounours dans Thomas Drimm de Didier Van Cauwelaert : et bien simplement parce que c’est drôle à imaginer un vieux nounours qui parle.

10/ Le coffre dans le huitième sortilège de Terry Pratchett : parce que j’adore ce coffre, il est génial, il marche, il mord, mais il garde bien les affaires. Et je veux dire c’est quand même un sacré personnage, pas habituel du tout.