Archive for novembre 2019

h1

Preuves d’amour, Lisa Gardner

novembre 27, 2019

couv16813510Résumé : Officier de police respecté, Tessa Leoni n’aurait pas supporté la violence de son mari et l’aurait froidement abattu de trois balles dans le corps avec son arme de service. C’est la version qu’elle donne à l’inspectrice D.D. Warren quand celle-ci arrive sur les lieux. Mais si les bleus sur son visage sont irréfutables, il y a une chose que D.D. Warren ne s’explique pas : la mystérieuse disparition de la petite fille de Tessa, que sa mère aime par-dessus tout, et au sujet de laquelle elle reste évasive.
Tandis que l’enquête se transforme en une traque pour sauver la fillette, Tessa, déclare soudain savoir où elle se trouve…

Note : Il faut savoir que j’ai commencé ce livre en audio, et puis après avoir laissé passé beaucoup de temps sans l’écouter, je l’ai emprunté à la bibliothèque pour ENFIN lire la fin.

Avis : Tessa est retrouvée battue devant le cadavre de son mari qu’elle aurait tué pour se défendre. Sauf que voilà, sa fille a disparu. Alors D.D pense que Tessa est une menteuse et qu’il y a autre chose là dessous.

Franchement, D.D m’a gavé au début, j’avais envie de lui mettre des baffes parce qu’elle s’aveugle et a du mal à réfléchir et à écouter (ou tout simplement croire) Tessa. J’ai, en revanche, eu beaucoup d’attachement pour cette mère désemparée, dont on a tué le mari et qui est prête à tout pour sauver sa fille.
Ce que j’aime le plus dans cette histoire, c’est la façon dont c’est écrit. L’autrice a un style vraiment immersif, qui permet de bien comprendre les personnages et les événements. L’histoire est pleines de retournements de situation et d’action, il y a pas mal de révélations et j’ai pas tout vu venir. J’ai été très surprise malgré les indices et ça fait du bien.

J’ai eu peur sur la fin, pour les personnages, en particulier pour Tessa et sa fille. Si ça s’accélère, l’histoire a gardé un rythme soutenue tout du long. Pas moyen de s’ennuyer et on a toujours envie d’en savoir plus et de revenir à l’histoire.

J’ai donc passé un super moment avec cette lecture, et j’aime de plus en plus cette autrice.

h1

Je peux très bien me passer de toi, Marie Vareille

novembre 26, 2019

je-peux-tres-bien-me-passer-de-toiRésumé : Chloé, 28 ans et parisienne jusqu’au bout des ongles, enchaîne les histoires d’amour catastrophiques. Un jour, elle conclut un pacte avec son amie Constance. Chloé devra s’exiler en pleine campagne avec l’interdiction d’approcher un homme pendant six mois et réaliser son rêve de toujours : écrire un roman. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu. De Paris aux vignobles du Bordelais en passant par Londres, cet étrange pari entraînera les deux amies bien plus loin que prévu… Réussiront-elles à tenir leur engagement ?

Avis : C’est l’histoire de Chloé et Constance. La première est obsédée par son ex et tente de l’oublier en couchant à gauche et à droite. Constance, elle, est une grande romantique qui voudrait que sa vie se passe comme dans un roman de Jane Austen. Ces deux femmes vont faire un pacte, Chloé devra arrêter de coucher pendant six moi, alors qu’au contraire, Constance devra avoir une aventure d’un soir. Chloé va donc se retrouver à la campagne et tenter d’écrire son roman, pendant que Constance prend des cours de séduction.

J’ai bien aimé cette histoire. Je me suis attachée à Chloé et à Constance, même si par moment elles sont énervantes. Chloé est saoulante avec Guillaume, son ex, Constance est un peu perchée et naïve, mais ça ne les rends pas moins sympathiques quand même. Je les ai bien aimé ces deux filles qui cherchent l’amour.
Chloé va rencontrer Vincent, mais va aussi devenir amie avec les gens qui l’hébergent et également Virginie, une photographe, et bien sûr aller rendre visite à sa mamie Rose, sa grand-mère qu’elle adore. Elle, qui aime Paris, va s’attacher à la campagne et commencer à bien s’y sentir. Même si elle n’arrive pas à écrire une ligne.
Constance devient un peu plus sûre d’elle grâce aux cours de séduction, et j’ai aimé son côté rêveuse et maladroite. C’était bien de voir que petit à petit, elle s’enfuyait moins. Même si des fois elle vit vraiment dans son rêve.

Il y a quelques petites révélations, certaine que j’avais deviné, d’autres non. C’est très bien écrit et très prenant, les personnages sont attachants. Petit bémol pour moi cependant, je trouve que l’amour est trop réduit au sexe. Donc quand tu es amoureuse, tu couches forcément, et je ne suis pas d’accord avec ça.
Mais sinon c’était quand même super mignon et drôle, j’ai aimé l’amitié de Chloé et Constance, et les relations des divers personnages.

En bref, j’ai passé un bon moment de lecture.

h1

Abélard & Lily, Laura Creedle

novembre 25, 2019

abelard_orgRésumé : L’amour, c’est être irrémédiablement cassé aux yeux de tous et trouver quelqu’un qui pense que vous êtes parfait.

Lily est volubile, maladroite et spontanée.

Abélard est brillant, très vite contrarié et toujours dans sa bulle.

Elle est hyperactive.

Il a le syndrome d’Asperger.

Ils aiment tous les deux les anciennes lettres d’amour.

Ils tombent amoureux l’un de l’autre. Vraiment, passionnément.

Pourront-ils surmonter leurs différences ?

Avis : Lily souffre de TDAH et de dyslexie, ce qui ne lui rend pas la vie facile. Elle oublie d’aller en cours, elle n’arrive pas à se concentrer, elle a du mal avec les emplois du temps. Mais elle refuse de prendre ses médicaments parce qu’ils « tuent » sa personnalité.
Abélard lui a des troubles autistiques et Asperger, il n’aime pas qu’on le touche, il a du mal avec la foule. Et pourtant, ces deux-là vont commencer à s’envoyer des SMS et tomber amoureux l’un de l’autre.

Si j’ai trouvé que l’histoire d’amour allait un brin trop vite, j’ai quand même adoré cette lecture. On est dans la tête de Lily et du coup on se met à sa place et on comprends ce qu’elle ressent. On voit ses problèmes de concentration et ses sentiments, cette envie de ne pas changer et de se sentir mal quand on lui propose de « guérir » au lieu de l’accepter tel qu’elle est.
Abélard aussi est touchant, tandis que Lily parle très vite, il lui faut du temps pour parler et répondre. Il a du mal quand on le touche, il n’aime pas qu’on soit en retard, il peut se bloquer pour des petites choses. Mais Lily l’aime pour ce qu’il est et réciproquement.
J’ai aussi beaucoup aimé les personnages qui gravitent autour d’Abélard et Lily. Rosalind, la meilleure amie de Lily qui veut à tout prix l’aider et Iris sa petite sœur super intelligente. J’ai eu plus de mal avec la mère de Lily, même si ça s’améliore. Et j’ai totalement détesté son prof de géographie.

L’histoire est vraiment sympa, j’ai aimé cette histoire d’amour hyper touchante. J’ai aimé voir Lily évoluer petit à petit, pour arrêter de fuir. J’ai aimé Abélard qui l’aime telle qu’elle est et réciproquement. C’était vraiment une belle histoire, d’amour mais pas que. D’amitié, de famille, de handicap.
La fin est un peu brutale, mais quand même bien.

En bref, j’ai dévoré ce roman avec beaucoup de plaisir.

Phrases post-itées : 
« Pour chaque personne horrible dans l’univers, il y a une personne épatante qui cherche à remédier au mal qu’a fait la première. »

« Le monde réel est un dépliant publicitaire pour les idées suicidaires. »

« Abélard connaissait la réponse à des questions que je n’avais jamais pensé à me poser jusqu’à ce que je le rencontre. »

« La frontière ultramince entre cassé et génial, c’est le contexte. Peut-être que je ne suis pas handicapée : je me trouve juste au mauvais endroit au mauvais moment. »

h1

Les détectives du Yorkshire tome 3 : Rendez-vous avec le mystère, Julia Chapman

novembre 24, 2019

9782221240045-475x500-1Résumé : Engagé par le notaire Matty Thistlethwaite pour retrouver le certificat de décès d’une femme morte il y a vingt ans, le détective privé Samson O’Brien imagine l’affaire vite pliée. Mais dans le petit village de Bruncliffe, les choses sont rarement aussi simples. Surtout que Matty insiste pour que Delilah Metcalfe, avec sa connaissance intime de la région et de ses habitants, collabore à l’enquête.
Au fil de leurs investigations, Samson et Delilah se retrouvent entraînés dans un mystère qui pèse sur Bruncliffe depuis des décennies. En cherchant la vérité, ils vont déterrer des secrets que certains auraient préféré garder bien enfouis.

Avis : Quel plaisir de se replonger dans les aventures de Samson et Delilah. Cette fois-ci, ils vont devoir courir après un certificat de décès qui semble ne jamais avoir existé. L’enquête se met en place petit à petit, pas par pas, tout en étant emmêlé à la vie quotidienne. En effet, Neil, l’ex-mari de Delilah cherche à récupérer Calimero, son chien. Et Samson a toujours des ennuies avec son passé qui semble de plus en plus près à le rattraper.

J’adore comme les choses s’emboîtent dans ce roman, et coulent. J’aime comme l’enquête se mêle à l’histoire des personnages, et bon sang, je suis vraiment attachée à Samson et Delilah, ainsi qu’aux habitants de Bruncliffe (sauf exception comme Rick Procter). J’ai été happé par le livre, et même si j’avais deviné quelques petites choses au court de l’enquête, ça ne m’a pas dérangé.

J’étais super intriguée par ce qui avait pu arriver à Livv et malgré sa mort, on s’attache à cette adolescente au travers des témoignages de ceux qui l’ont connue. On a envie d’en savoir plus et de comprendre ce qui a pu se passer.

Quant à la fin, elle donne vraiment envie de lire la suite. C’était vraiment bien, et j’ai hâte de me replonger dans la vie de Delilah et Samson, dont la relation me plaît beaucoup.

h1

Chère petite sœur, Alison McGhee et Joe Bluhm

novembre 21, 2019

9782408013721-475x500-1Résumé : Chère petite sœur,

J’ai fait la liste ce qui est INSUPPORTABLE chez toi :

– tu me colles
– tu pleurniches
– tu as des couches qui puent
– tu veux TOUT LE TEMPS que je te lise le même livre

Bref, tu es casse-pieds. Alors que j’ai décidé de t’écrire, en espérant que ça t’aidera à devenir aussi GÉNIALE que moi plus tard.
Mais pour l’instant, c’est pas gagné…

Ton frère qui t’aime. Ou pas.

Avis : Comme je suis très attachée à ma petite sœur, ce livre me faisait de l’œil et je l’ai dévoré. Franchement cette histoire est vraiment hyper mignonne et touchante.
Le grand frère écrit des lettres à sa petite sœur qui vient de naître et pour le moment c’est un peu mal barré entre eux. Et pourtant sa petite sœur grandit et les lettres continuent et même si le grand frère se plaint, on sent derrière beaucoup de tendresse pour sa petite sœur.  J’ai tellement adoré, que ce soit les dessins du grand frère ou les illustrations des personnages et le texte accompagnant, tout collait super bien.

Il y a des moments drôles et des moments un peu plus tristes, un peu plus émouvants, mais ça se dévore et ça touche. Je me suis reconnue comme grande sœur.

La fin m’a ému presque jusqu’aux larmes.

En bref c’était une lecture géniale avec des illustrations trop belles et trop bien pensées.

h1

La Maison de cendres, Hope Cook

novembre 20, 2019

9782747096379Résumé : XXIe siècle.
Quand il entend des voix au milieu d’une étrange clairière, Curtis doit affronter sa plus grande peur : aurait-il hérité de la maladie mentale de son père ? Dans sa quête pour trouver une réponse, il découvre l’histoire de Gravenhearst, un manoir labyrinthique, mystérieusement réduit en cendres en 1894. Parmi les rares articles mentionnant l’incendie, Curtis tombe sur la photo de Mila, une habitante des lieux. Fasciné par ce portrait, il le dérobe.

XIXe siècle.
Mila doit mener ses propres combats quand sa mère disparaît inexplicablement, les laissant sa petite soeur et elle sous la tutelle de leur cruel beau-père. Luttant de toutes ses forces, Mila cherche de l’aide pour s’évader de Gravenhearst, cette demeure maléfique qui dissimule bien des secrets.

Séparés par le temps, Curtis et Mila pourront-ils briser le pouvoir malfaisant qui menace de les engloutir dans le néant ?

Certaines choses refusent de rester enfouies dans le passé.

Merci à : Babelio et Bayard pour l’envoie de ce livre

Avis : J’ai totalement adoré ce roman. Je me suis plongée dans l’histoire immédiatement. C’est l’histoire de Mila en 1894 dont la mère se remarie avec un homme qui paraît dangereux, et c’est rien de le dire vu ce que la jeune fille va subir dans la maison de ce fameux beau-père où elle se retrouve obligée de vivre avec Wynn, sa petite sœur. Et en même temps, c’est l’histoire de Curtis à notre époque, dont le père a des problèmes mentaux et qui doit tenir la maison avec sa petite sœur, veillant à ce que leur père prenne ses médicaments. Il se met à entendre des voix et a peur d’être devenu comme son père.

L’histoire est très sombre, que ce soit du côté de Mila qui se retrouve prisonnière d’une maison étrange, que du côté de Curtis dont la vie est horrible. J’ai été pas mal triste pour ces deux personnages cassés par la vie, j’étais curieuse de savoir ce qui pouvait les relier et ce qui allait se passer pour eux deux. Je dois dire que le rythme est soutenu, il y a toujours de l’action, mais j’ai quand même été obligée de faire des pauses au cours de ma lecture tant ce qu’il se passait était dur. Au final, j’ai trouvé que ce n’était pas le côté fantastique le plus dur, mais la vie réelle et ce que Curtis subissait. Il m’a fait tant de peine ce garçon, j’avais envie que quelqu’un lui vienne en aide. Et je voulais aussi que Mila s’en sorte.
Je me suis beaucoup attachée à eux. Mila a beaucoup de caractère, elle ne se laisse pas faire. Curtis est une tête brûlée et plus sa vie va mal et plus il fonce dans le tas et coule. J’ai aussi beaucoup aimé Sage, la petite sœur de Curtis, Avi son meilleur ami et Wynn la petite sœur de Mila.

J’ai aimé comment les histoires se rejoignent, les explications, je ne les avais pas vu venir, j’ai donc été plutôt surprise et en même temps c’est assez logique. J’ai vraiment été happé et ce fut une super bonne lecture.

Phrases post-itées : 
« Son coeur enfla d’émerveillement, et pendant un instant, elle sut qu’elle était plus forte que tous les corsets et les jupons dans lesquels on l’avait emprisonnée. »

« Tous les jours il la perdait un peu plus, et il n’y voyait pas de remède. »

h1

Gran Madam’s, Anne Bourrel

novembre 18, 2019

9782266262859Résumé : Au Gran Madam’s, bar à filles de La Jonquera, Virginie est Bégonia Mars. Là-bas, elle enchaîne les passes sans broncher. Au-delà de la fatigue, au-delà du dégoût. Les coups de Ludovic, le Boss, ne la blessent pas davantage que les clients de passage. Et lorsque celui-ci laisse un homme mort à la frontière, elle le suit dans sa fuite, avec la même passivité…
Une vieille Dacia. La route qui défile sous le soleil brûlant d’août. Puis un visage d’adolescente, un peu grosse, un peu perdue, un peu fugueuse, qui va faire prendre à leur cavale un tour inattendu…

Avis : Cette histoire c’est celle de Bégonia (son nom de prostituée), elle se retrouve obligée de fuir avec Ludovic le Boss parce qu’elle est complice d’un meurtre. Alors qu’ils partent pour Paris, au final ils vont arrêter leur route en rencontrant Marielle, une gamine de douze, treize ans qui est en pleine fugue. Ce qui va changer leurs projets.

J’ai beaucoup aimé l’écriture de ce roman, à la fois dur et incisif et en même temps avec un côté poétique. C’était hypnotisant malgré la dureté de l’histoire. Begonia est assez passive, elle se laisse faire sans trop réagir, et en même temps que pourrait-elle faire ?
Pourtant, il y a une sorte d’apaisement au début, quand ils arrivent chez les parents de Marielle. On a l’impression que tout peut changer, on a l’impression un peu d’une renaissance. Surtout quand Begonia rencontre Ali.
Je me suis beaucoup attachée à elle et à Marielle. J’ai détesté la façon dont les villageois étaient pourris et comment les gens s’adressaient à Marielle, et étaient pleins de préjugés.

La fin est amer mais m’a plu aussi.
C’était une très bonne lecture, rapide mais prenante.

Phrase post-itée :
Le Catalan me colle partout. On dirait que j’ai des Post-it posés sur le corps qui racontent ce qu’on lui a fait.