h1

L’héritière tome 1, Melinda Salisbury

mai 28, 2015

L'héritière - Tome 1Résumé : A la cour du royaume de Lormere, Twylla, dix-sept ans, est l’élue promise au prince héritier, selon la volonté des dieux. Elle possède un don. Elle a le pouvoir de tuer tous ceux qu’elle touche : elle est l’arme parfaite ! La cruelle reine qui l’a adoptée la contraint à exécuter les traîtres. Nul ne peut approcher Twylla sans risquer sa vie. Jusqu’au jour où Lief, nouveau garde charmant et rebelle, fait vaciller la jeune fille dans sa foi et sa soumission…

Avis : Tout d’abord je tiens à remercier les éditions Gallimard Jeunesse pour l’envoie de ce livre. Ensuite, j’ai pas mal de choses à dire sur ce livre je crois, et je vais me montrer assez spoilante, donc si vous désirez le lire sans connaître les détails de l’histoire, je vous recommande de ne pas lire mon avis.  Avant de commencer ma lecture, j’avais peur de tomber sur une pale copie de « Insaisissable » de Tahereh Mafi, puisque les thèmes avaient l’air très semblables, mais en fait c’était heureusement très différent. Ici, nous avons surtout une histoire de religion et de superstition. De manipulation. Twylla est persuadée d’être la Daunen incarnée, persuadée que si elle touche quelqu’un elle le tue, puisque les dieux en ont décidé ainsi. Elle devient le bourreau de la reine, parce qu’elle pense ne pas avoir le choix. Enfermée dans sa tour et dans son temple elle a l’impression d’être prisonnière de cette vie, prisonnière de la reine. Elle a aussi l’impression de faire ça parce que c’est ce que désirent les dieux. Et parce que la reine donne de l’argent à sa mère et à sa sœur en échange de ses loyaux services.  Twylla est repliée sur elle-même, incapable de se défendre, de prendre des décisions, elle a peur de la reine et lui obéit, même si elle cherche parfois à protéger ceux qui pourraient déplaire à la reine, de façon générale elle agit de façon soumise.

La reine est une sadique, elle est froide, méchante, imbue de pouvoirs, ne supporte aucune frustration. C’est une perverse narcissique et sa relation avec Twylla fait sérieusement penser à la relation d’une mère abusive envers sa fille. D’ailleurs la vraie mère de Twylla était déjà une mère abusive. Twylla est donc quelqu’un qui a été manipulé toute sa vie, qui n’a jamais pu prendre de véritables décisions, qui a eu a faire entre un choix moche et un choix un peu moins moche qui s’est avéré pire. Qui cherche l’amour sans le trouver, et qui se raccroche à son rôle, à sa destinée pour donner un sens à une vie qui paraît ne pas en avoir.

Twylla est faible, je le dis tout de suite. C’est une fille faible, malheureuse, qui a abandonné avant de prendre les armes. Ça ne la rends pas moins attachante, j’ai trouvé au contraire ça plutôt intéressant de partir de cette fille pour la voir évoluer doucement, la voir changer, grandir, prendre conscience de ses erreurs. Ce que j’ai adoré dans ce livre, c’est toute l’espèce de Mythologie du monde. L’histoire des dieux (même si ça sent la superstition à mille kilomètres), et surtout le rapport très glauque avec la nourriture. En effet, quand quelqu’un meurt, il faut dévorer ses pêchés. Les pêchés sont dès lors personnifié, on transforme les pêchés en nourriture. La jalousie par exemple est représenté par les huîtres. Tous les pêchés sont ainsi mis sur le cercueil et la Mangeuse de Pêchés vient les dévorer. La Mangeuse de Pêchés qui n’est rien d’autre que la mère de Twylla d’ailleurs. C’était super intéressant, j’aurais vraiment aimé qu’on s’attarde un peu plus sur la vie de ce peuple et des rois, et qu’on tourne un peu moins autour de Twylla (c’est aussi parfois le problème des histoires écrites à la première personne, c’est difficile de montrer ce qu’il se passe autour du personnage). J’ai aussi aimé les révélations sur la Daunen, j’avoue que je m’attendais pas du tout à ce que tout soit faux, j’étais bêtement persuadée que si elle touchait quelqu’un il allait mourir.

Ce que je n’ai pas du tout aimé dans ce livre, c’est l’histoire d’amour. Lief le garde dont Twylla va tomber amoureuse. Déjà c’est téléphoné, on sait tout de suite qu’elle va tomber amoureuse de lui, elle ne voit que lui après tout. Elle n’a de contact avec personne d’autre quasiment et il a à peu près son âge, il est sympa avec elle, doux, il la fait rire, il prends soin d’elle. Alors oui, c’est pas étonnant qu’elle tombe amoureuse de lui, c’était même évident que ça allait se passer comme ça, et … Bon sang que c’était chiant.

tumblr_inline_n7hrl9Srgt1sogv3f

J’ai pas aimé Lief. J’avais pourtant rien à lui reprocher. Il était beau, gentil, il la protégeait, lui apprenait des choses, il avait un brin mauvais caractère mais ça permettait à Twylla de se remettre en question, il lui offrait tout l’amour dont elle avait besoin, blablabla. En fait, il me paraissait trop bien, trop gentil, trop chevalier servant, trop… Du coup il m’a juste gonflé et j’avais pas envie de le voir ni d’assister à l’histoire d’amour entre eux. Elle m’a particulièrement agacé, et a complètement pourri ma lecture. Je comprends bien le fond, Twylla n’est jamais tombé amoureuse blablabla, elle est destinée à épouser le prince, à juste suivre sa destinée d’ailleurs, mais franchement? Je m’en tapais qu’elle tombe amoureuse, j’aurais voulu un combat qui ne repose pas sur la découverte de ses sentiments en fait. Surtout des sentiments qui m’ont paru factices, parce que Lief aurait pu être Bernard, elle avait juste besoin qu’on prenne soin d’elle, c’est tout. 

Et puis, je l’ai déjà dit non? Mais les triangles amoureux ça m’agace. Comme si j’avais envie de voir l’héroïne être entouré de deux mecs amoureux d’elle, qui lui jurent fidélités et compagnie, nyanya. Non je ne veux pas d’accord? Alors si là vous avez une idée de triangle amoureux pour votre future livre, stoppez tout tout de suite, parce que vous savez quoi? En fait personne n’aime ça ! Nous ce qu’on veut c’est une histoire qui tient la route, avec de la romance s’il faut, mais pas ce genre de romance, pas une romance où les mecs tournent autour de la fille parce que « c’est l’héroïne ». Non.

Heureusement, là le triangle était moins chiant que prévu. Parce que Twylla ne tergiverse pas, elle sait ce qu’elle veut, elle aime Lief, pas le prince Merek. Bien, c’était toujours ça de pris.

Sauf que pas de bol, ben moi j’ai préféré le prince. J’ai presque espéré qu’il devienne homo avec une histoire trop mignonne d’amour entre hommes, sauf que faut pas rêver, Merek était amoureux de Twylla. Evidemment. Donc c’était pas réciproque, mais il faisait de son mieux. Je sais pas pourquoi mais c’est un personnage qui m’a particulièrement plu. On le sent blessé par la vie, faible, autant prisonnier que Twylla, même s’il a voyagé. Comme Twylla il est sous le joug de sa mère, et s’il arrive à faire en sorte qu’elle lui accorde quelques trucs, ça n’empêche pas qu’il est prisonnier. C’est un prince qui pense à son peuple, qui rêve du meilleur pour celui-ci et qui voit en Twylla une personne qui va l’aider, qui va le soutenir. Parce qu’il est tellement brisé qu’il a besoin qu’on l’aime (quelle idée de jeter son dévolue sur Twylla aussi). Bref je l’ai aimé, même si j’aurais voulu qu’il fasse moins la serpillière avec Twylla. J’ai quand même été contente qu’il lui laisse une chance de s’expliquer à la fin, qu’il essaie de la comprendre, de l’écouter, malgré la jalousie et la déception. C’était un type bien. Un peu pris dans un bordel pas possible quoi. Comme l’histoire d’amour prends quand même une bonne partie de l’histoire, j’avoue avoir quand même un peu détesté ma lecture par moment et j’avais plutôt hâte de finir le livre. Me disant que je ne lirais pas le tome 2. Surtout avec l’arrivée de quelque chose de véritablement magique dans l’histoire. Ouais, parce qu’on vous dit que tout est faux, les dieux n’existent pas blablabla, et là paf, la plus grande légende du monde est vrai… C’était un brin tiré par les cheveux très franchement.

tumblr_nbeailcPjP1qlyfm1o2_500

Un peu comme si j’avais raté un truc.  Sauf que la fin, étrangement, la fin est géniale. Je ne parle pas de la relation de Lief sur le fait qu’il était en vrai un sale type payé par la reine pour séduire Twylla, ni sur le fait que la reine PERDS !

Non je parle du fait que Twylla finisse seule ! Qu’elle choisisse sa vie et qu’elle ne choisisse aucun des deux mecs, ni le sale type menteur qui promets qu’il l’aime, ni le prince qui voudrait bien qu’elle le sauve. Elle choisit sa vie à elle, et elle est bien. Elle vit seule avec des bouquins dans un village au loin, elle est libre de faire ses propres choix, de faire ce qu’elle veut et c’est géniale ça. Elle a bien sûr promis de revenir si le Prince Endormi revenait vraiment à Lormere, mais en attendant elle fait ce qu’elle a envie. Je trouve ça bien. J’aurais haïs une fin où elle finit avec Lief parce qu’elle lui pardonne où je ne sais pas. Une fin où elle se met avec Merek parce qu’il lui demande.  Et donc cette fin se termine en gros cliffhanger. Du coup. Je suis assez curieuse de savoir la suite. On verra.

Passage post-ité :
« Vous envisagez le fait d’avoir des choix comme les gens qui ont envie de voler. Ils voient un aigle qui s’élance dans les airs et y plane, ils se disent que ce doit être merveilleux de voler. Mais les pigeons peuvent voler, et les moineaux aussi. Personne ne s’imagine être un moineau pourtant. Personne ne rêve de ça. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :