h1

Des enfants trop parfaits, Peter James

novembre 28, 2016

71wqqzdh87lRésumé : Naomi et John ont perdu leur fils unique, emporté par une maladie génétique rare à l’âge de 4 ans. Aujourd’hui, des années plus tard, ils se sentent enfin prêts à refonder une famille dont ils ont toujours rêvé.

Lorsqu’ils entendent parler du docteur Dettore, généticien visionnaire, ils voient en lui l’homme providentiel. Dettore connaît une méthode infaillible pour que leur prochain enfant ne soit pas atteint de la même pathologie. Comment résister à la promesse d’un bébé en bonne santé ?

Ils auraient pourtant dû être alertés par la liste qu’on leur a remise : choix de la couleur des yeux, de la taille, des traits de caractère, des aptitudes sportives… trop tard pour faire marche arrière. Naomi est enceinte, et déjà quelque chose ne tourne pas rond.

Avis : L’histoire me tentait bien, le résumé donnait envie. J’avais envie de voir ces enfants, qu’est ce qui allait se passer et je m’attendais à une histoire bien glauque sur des enfants qui devenaient de plus en plus flippants, parce que justement « trop parfaits ». Sauf que, certes oui, les enfants dérangent, ils mettent mal à l’aise, mais l’histoire est beaucoup trop peu centrée sur eux. Au final, on tourne surtout autour de Naomi et John, et comme personnage chiant, on fait pas mieux. Des vraies girouettes pour commencer, ils ont des sautes d’humeur puis changent d’avis. Ils m’ont tellement saoulé, particulièrement John que j’avais envie de balancer par une fenêtre.
Et puis là, c’est le délire, on rentre dans une histoire de secte, des sales types qui tuent les enfants génétiquement modifiés et l’histoire devient chiante à mourir. Je me suis vraiment ennuyée souvent avec cette lecture, j’avais assez peu envie d’y revenir, la plupart du temps, j’avais juste hâte que ça se termine et le livre me paraissait énorme.

Heureusement certains passages ont réveillé mon intérêt, sinon j’aurais sans doute abandonné ma lecture. J’ai vraiment aimé les moments où on se centre véritablement sur les enfants, j’aurais voulu en savoir plus, en voir plus, et que ça tourne réellement au cauchemar à cause des enfants. Malheureusement, ces passages sont trop courts et on repart vite dans les délires des sectes et autres. Selon moi, le livre contient un super sujet hyper intéressant, avec pas mal de remise en question sur ce que l’humain a le droit ou non de faire, que ce soit ou non pour changer l’humanité. Mais ce n’est pas exploité, pas assez approfondit, et nourris par des personnages inintéressants.

La fin est pas mal, une bonne leçon, je dirais, mais en même temps, elle n’est pas non plus extraordinaire, et un peu lente à se mettre en place. Parfois, j’avais envie de sauter des pages pour arriver plus vite au cœur du problème.
Une lecture assez mitigée donc pour moi. Je m’attendais vraiment à quelque chose qui se centre sur les enfants et qui foncent dans l’horreur à cause de ces dis enfants, ce ne fut pas vraiment le cas et je suis restée au bord de la route avec ce livre. Tant pis.

Phrase post-itée : 
« Dans une certaine chaîne de hamburgers, ils mettent du polyester dans leurs pains pour les faire gonfler. Ils te font bouffer du polyester et, toi, tu te dis que si ce pain a l’air tellement bon, c’est qu’il va te faire du bien ! »

Publicités

2 commentaires

  1. Oh zut, j’étais assez emballée par le résumé aussi… Jolie critique dans tous les cas. 🙂


    • Si tu t’attends pas à ce que ça tourne trop autour des enfants, ça peut te plaire, je ne sais pas.
      Merci =)



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :