h1

Les joyeuses aventures d’Aristide Pujol, William J. Locke

novembre 11, 2015

aristide pujolRésumé : L’esprit vif, un coeur d’artichaut, une générosité à toute épreuve et un sens inné de la débrouillardise, voici Aristide Pujol, soldat de fortune, mais « le seul qui soit honorable sur tout le continent d’Europe. »

Suivez-le dans ses joyeuses aventures, qui le voient affronter un marchand de faux Corot, un voleur se volant lui-même et des touristes bougons. En prime, une galerie de jeunes femmes affriolantes et… un enfant trouvé.

Un roman allègre et picaresque, qui vous emmènera de la verdoyante campagne anglaise à la Provence ensoleillée et vous fera découvrir un digne émule de Tartarin de Tarascon.

Traduit par : A. & V. Gignoux (traduction revisitée par Jean-Daniel Brèque, si j’ai bien compris)

Avis : Tout d’abord merci à Jean-Daniel Brèque des éditions Rivière Blanche pour l’envoie de livre. Et – oh bon sang ! J’ai adoré ma lecture. Qu’est ce que j’ai ris en suivant Aristide dans ses aventures. Cet homme est impulsif au possible, il a un sacré culot, mais ne manque pas de générosité, de gentillesse et d’intelligence. Il est imaginatif, bavard, le narrateur le décrit comme étant un « feu d’artifice » et je n’aurais pas dis mieux. Mais il est attachant, je suis tout de suite tombée sous son charme, et je me suis laissée porter par ses aventures.
Au début j’ai eu une certaine crainte, car l’histoire n’est pas raconté par Aristide, mais par un de ses amis Anglais, seulement c’est très bien narré, et très intéressant, on se laisse emporter très facilement. Dès la première nouvelle on cerne le personnage et on sent qu’il va nous amuser. Ce qu’il fait très très bien. Cette première nouvelle va raconter la rencontre d’Aristide et de son ami anglais, et c’est délicieux. La chute m’a tellement fait rire, que j’ai lu la deuxième nouvelle, puis la troisième, enchaînant ainsi sans voir le temps passer (étant cependant obligé de couper ma lecture à cause de mes obligations, c’était dur de le lâcher).
Certaines nouvelles étaient plus grinçantes et plus tristes, m’ont touché profondément car la seule chose qu’on souhaite à Aristide est le bonheur. Lui-même sait se faire des amis avec une facilité déconcertante, il se retrouve à aider des gens qu’il connait à peine, il tombe amoureux de toutes les jolies femmes qu’il rencontre sans ne jamais avoir la chance de trouver l’amour (enfin… peut-être pas « jamais »). Il est impossible de ne pas l’aimer, son enthousiasme m’a ravi, et ses aventures étaient amusantes et intéressantes aussi, pleines de surprises pour certaines. C’était sympathique de voir comment le loustique allait s’en sortir sans un sous en poche, comment il allait au devant des aventures, comment il bougeait partout. Dès qu’il avait une idée en tête, et bien il la mettait en oeuvre immédiatement et follement, sans penser aux conséquences, cela pouvait lui jouer des tours, mais Aristide prend la vie du bon côté et se remet toujours de ses mésaventures assez facilement.
Impossible de s’ennuyer avec lui, et la dernière nouvelle se profile bien trop vite. Celle-ci est un peu différente des autres, drôle bien sûr, elle est touchante avant tout, douce, et met un terme au récit d’une très belle façon. Elle m’a toute émue, c’est un très bon point final – même si j’aurais bien voulu en lire d’autres.
En résumé, une lecture des plus extravagantes et amusantes, et j’en garderai un très bon souvenir.

Le détail qui tue : le livre est daté de 1911, et c’est quand même pas mal misogyne (on va dire que la date m’a permis de passer au delà de la chose), ce qui est « amusant » c’est que les préjugés n’ont pas du tout évolué en plus de 100 ans. La femme mère, la femme qui doit se marier, la femme qui se doit d’être belle, douce, gentille (et stupide), la femme fragile incapable de s’en sortir sans un homme. Ça ne serait pas dit de la même façon aujourd’hui, mais ça n’empêche que c’est encore là, bien ancrée. Espérons que dans 100 ans, l’évolution ait quand même avancée…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :