h1

Lire Lolita à Téhéran, Azar Nafisi

juillet 29, 2017

22451_2656307Résumé : Après avoir dû démissionner de l’Université de Téhéran sous la pression des autorités iraniennes, Azar Nafisi a réuni chez elle clandestinement pendant près de deux ans sept de ses étudiantes pour découvrir de grandes œuvres de la littérature occidentale. Certaines de ces jeunes filles étaient issues de familles conservatrices et religieuses, d’autres venaient de milieux progressistes et laïcs ; plusieurs avaient même fait de la prison. Cette expérience unique leur a permis à toutes, grâce à la lecture de Lolita de Nabokov ou de Gatsby le Magnifique de Scott Fitzgerald, de remettre en question la situation  » révolutionnaire  » de leur pays et de mesurer la primauté de l’imagination sur la privation de liberté. Ce livre magnifique, souvent poignant, est le portrait brut et déchirant de la révolution islamique en Iran.

Avis : Je vais sans doute passer pour une personne insensible, mais cette lecture a limite été un calvaire pour moi. Pas que le livre soit mauvais, mais j’ai eu beaucoup de mal avec l’écriture de l’autrice et ses digressions. Je m’attendais à lire un livre qui allait m’entraîner dans la tête de ces femmes et dans leur vie, mais l’autrice se perd dans sa propre histoire et j’ai été moins touché que quand elle parlait des anecdotes qui arrivaient à ses étudiantes (qui pouvaient être parfaitement horrible). J’ai trouvé qu’elle se répétait, qu’elle partait dans tous les sens, et que son style était assez froid. Et puis des fois elle ajoute des détails dont je me fichais royalement (elle parle de ses plantes vertes ou de comment elle se sentait sous la douche). Du coup j’ai éprouvé peu d’empathie avec les filles de ce livre, si bien que jusqu’au bout je n’ai pas retenu qui était qui, et qui faisait quoi, je les confondais toutes.

On a un aperçu de l’histoire Iranienne dans les années 80 et avant, avec la révolution des étudiants et la mise en place de la République Islamiste, qui est une dictature, visant surtout les femmes. Je connais très peu l’histoire de ce pays (la faute à moi) et la façon dont l’autrice en parlait me perdait plus qu’autre chose, je n’ai pas compris grand chose à la révolution, et je ne me sens pas plus avancée maintenant qu’avant. Juste que ça a coûté leur liberté aux femmes. Cela parle aussi de la guerre entre l’Irak et l’Iran, mais encore une fois, sa façon de raconter est si froide que j’m’y suis peu impliquée.

Quand au passage sur les livres, et bien je les ai carrément sauté, soit par peur d’être spoilé, soit parce que ça m’intéressait tout simplement pas. J’ai d’ailleurs sauté pas mal de page pour venir à bout de cette lecture. Néanmoins je tenais à tout lire parce que ça me semblait important, mais ça ne veut pas dire que j’ai été accroché. J’avais surtout hâte que ça se termine et je voyais défiler les pages très (trop) doucement. Ça m’embête parce que ce livre avait du potentiel, que j’avais vraiment envie d’en apprendre plus sur la condition des femmes en Iran et comment l’utilisation de la religion était mise en place pour retirer tous les droits à ces femmes. L’hypocrisie de ce qui se dégage de cette dictature, les humiliations que subissent les femmes pour pouvoir convenir au pays (et aux hommes). Mais l’autrice reste trop centrée sur elle-même et ça m’a gavé. Je dis pas que sa vie était pas intéressante, elle était elle-même en pleins dans ce pays et devait subir comme les autres les injustices de ce pays, et son combat pour ne pas porter le voile était sans doute intéressant. Mais elle passe trop vite sur pleins de choses, les effleurent, et s’attardent sur d’autres moins intéressantes qui m’ont plutôt saoulé.

C’est difficile du coup de parler de ce livre. Je sais que beaucoup l’ont aimé, mais ce ne fut pas mon cas, je suis totalement passée à côté. Pourtant, comme je l’ai déjà dis, le sujet était vraiment intéressant, ce qui m’a poussé à le lire jusqu’au bout, parce que j’aimais lire certaines anecdotes (même si j’en ressortais horrifiée). Je suis restée trop hors de l’histoire alors que c’est normalement le genre d’histoire très impliquante, très touchante, qui fait réfléchir sur ce qu’il se passe dans d’autres pays que le notre. Bref, une grosse déception pour ma part, je n’ai pas accroché au style et suis restée trop en surface de ce que racontait l’autrice, et je le regrette vraiment.

J’ai lu ce livre : pour le groupe de lecture féministe FB : Une chambre à nous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :