h1

Hortense, Jacques Expert

mars 28, 2017

Hortense-de-Jacques-ExpertRésumé : 1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »

2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu’elle le paraît ?

Avis : Ce livre me faisait envie, au vu de tous les avis positifs que j’avais vu à son sujet. Immédiatement je me suis laissée porter par l’histoire de Sophie. Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est que ce personnage dévoile sa folie petit à petit, même si on sent dès le début qu’elle est instable. Et du coup ça nous fait douter, Emmanuelle est-elle Hortense, ou bien Sophie délire-t-elle complètement ?
Je ne me suis pas du tout attachée à Sophie, personnellement elle me faisait froid dans le dos. Et plus j’avançais dans l’histoire et moins je l’aimais. Elle est très lunatique, elle bat le chaud le froid, et quand les choses ne vont pas dans son sens, elle se met en colère. Mais bien sûr, elle n’est pas faite pour qu’on l’aime.

Par contre j’ai bien aimé Emmanuelle « Hortense ». Même si son amour exclusif pour son père, j’ai trouvé ça hyper malsain, et très œdipien. Il était temps qu’elle se détache un peu de lui.

Il y a beaucoup de trous dans cette histoire, qui fait qu’on se pose beaucoup de questions et qu’on peut faire beaucoup de suppositions. Il y a aussi beaucoup de répétitions de la part de Sophie, et j’avoue que ça a fini par un peu m’agacer. J’avais par moment l’impression de tourner en rond, que l’auteur voulait faire monter le suspens pour balancer son élément final et ça me gonflait.
J’ai lu jusqu’au bout en me demandant où on allait, et contrairement à la majorité des gens, la fin ne m’a, non seulement pas surprise, mais en plus je la trouve vraiment bâclée. L’auteur nous balance ça, et ensuite « voilà débrouille toi maintenant pour mettre en place le reste du puzzle ». C’est un peu trop facile, et pas du tout intéressant à mon goût.

Du coup cette fin me laisse un gros goût amer, m’a complètement dégoûté de tout le roman. Je partais pourtant très enthousiaste avec cette lecture, mais j’ai fini par me lasser et la fin m’a simplement achevé.
Une grosse déception donc.

Phrase post-itée : 
« Voilà ce que je suis devenue. Rien. 
Même pas un fantôme. Un fantôme, on finit toujours par le voir. Moi je ne suis rien, depuis une éternité, et cela m’indiffère. »

Quelques mots sur la fin (attention spoil, surligner pour voir) : 
En fait, il y a tellement peu d’explication, que je ne suis même pas tout à fait sûre d’avoir compris la fin. Sophie a-t-elle empaillé sa propre fille? (Mais alors qu’est devenu Sylvain? Comment a-t-il fait pour l’attacher?), ou bien a-t-elle empaillé une autre enfant (mais pourquoi ne parle-t-on pas d’autres disparitions?). 
Ce qui m’a fait dire qu’elle avait sûrement tué sa propre fille, c’est qu’à un moment Sophie dit « je l’ai appelé Hortense, comme ma première poupée ». Elle voit sa fille comme un objet qu’on peut modeler, et plus ça va, plus elle en parle et plus elle est flippante dans sa façon de voir Emmanuelle et de parler de sa façon d’éduquer Hortense. Bref, si vous l’avez lu, j’aimerais savoir comment vous avez compris cette fin… 

Publicités

2 commentaires

  1. Oh zut, la fin c’est super important pour moi dans une histoire. Mais bon, c’est un Sonatine, alors je vais probablement le lire une fois (je fais une sorte de fixation) 🙂


    • vas-y, lis le. Beaucoup de gens ont adoré cette fin 🙂



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :