h1

Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri, David Lelait-Helo

octobre 6, 2016

visuel-quand-je-serai-grand-je-serai-nana-mouskouriRésumé : Dès l’enfance, Milou a des ambitions qui ont de quoi surprendre. Dans la cour de récréation, ce drôle de petit garçon aime jouer à la princesse, et faire de ses copines ses soldats. Il s’imaginera aussi un destin dans la peau d’un monstre orange, le Casimir de L’île aux enfants, avant de se mettre en tête qu’il est la plus puissante des reines d’Égypte.
Mais quand il a treize ans, une voix fait chavirer tous ses projets.
Celle de Nana Mouskouri.
C’est décidé : il sera cette femme-là !
Que d’embûches… Car Milou n’est pas grec, il ne porte ni lunettes ni longue robe pailletée, il ne sait pas chanter et, pire que tout, il découvre, effaré, qu’il est un garçon.
Pourtant, Milou a plus d’un tour dans son sac…
Son truc à lui, au fil des années, jusqu’au soir de ses quarante ans, c’est de défier le réel pour suivre son rêve. Un rêve qui le mènera bien plus loin qu’il ne l’avait imaginé…

Avis : Merci à la masse critique de Babelio pour l’envoie de ce livre. Je ne pense pas que je l’aurais découvert sans ça, et je suis vraiment heureuse d’avoir pu lire ce livre, car j’ai beaucoup aimé.
C’est l’histoire de Milou, et de sa quête pour devenir Nana Mouskouri. Entre recherche de sa propre identité et la poursuite de cette héroïne qui a bercé son adolescence et qui a été là dans les moments difficiles. Milou, en plus de Nana, il aime sa grand-mère Aimé, et il va lui donner tout son amour à cette grand-mère. Et j’ai adoré leur relation, elle m’a touché profondément.
Il est en conflit avec ses parents aussi, et pourtant même s’il en parle peu de ses parents, on sent qu’ils aiment ce fils. Ce fils qui leur en veut quand ils essaient de le séparer de sa grand-mère, ce fils peut-être un peu étrange qui rêve d’être Nana Mouskouri, qui s’habille en Nana Mouskouri et chante ses chansons. On sent également que Milou cherche en Nana Mouskouri comme une échappatoire, une autre vie que la sienne.

Et moi j’ai adoré Milou et son rêve. Même si certains s’en moquaient, même s’il a dû subir les attaques de sales types stupides durant l’adolescence, Milou continuait d’y croire et d’être fort.
J’ai aussi adoré l’écriture. Elle a un côté un peu poétique, poignant également, Milou nous raconte son histoire mais il réfléchit en même temps à ce qu’il a vécu, on est vraiment au cœur de ses pensés à lui, et je trouvais ça beau. Les pages se tournaient délicieusement, comme une crème brûlée qu’on prend le temps de laisser fondre sous la langue, et je relisais certains passages qui me touchaient beaucoup. On ressent vraiment ce que ressent Milou, et on peut presque le voir enfant, adolescent, dans sa tenue de Nana et à chanter devant son public.

J’aime l’évolution de l’histoire, comment Milou se découvre petit à petit, poursuit son rêve tout en le modifiant, tout en le rendant encore plus beau et plus grand, sans doute. Et puis quelque part cette histoire donne de l’espoir, et l’envie aussi de se battre pour ses rêves, de continuer à y croire, quand bien même les rêves évoluent.

C’était une superbe lecture.

Phrases et passages post-itées (j’ai encore exagéré) : 
« L’adolescence ferait-elle figure de test d’endurance avant que l’on entame la vraie et grande vie ? Qui parvient à supporter la peau vérolée, les cheveux gras, les errances vestimentaires, la révolte intérieure et l’incompréhension noire du monde entier devrait pouvoir affronter sans trop de heurts l’âge adulte. »

« Je vivrai ailleurs que dans la vraie vie. Là où il n’y aura personne d’autre que mes rêves. »

« Ça fait comment quand on rêve ? 
C’est comme vivre sans rien devant, sans rien derrière, juste en équilibre au-dessus d’un improbable désir. Sans craindre jamais de tomber, en se sentant protégé. »

« Comme il devait m’aimer pour me laisser libre de devenir celui que je voulais et pour m’accompagner sur un chemin auquel ni lui ni personne n’entendait rien. Mais il faut devenir adulte, et presque vieux, pour se savoir un enfant aimé de ses parents et pour voir en face, et sans filtre, l’extrême gentillesse d’un père dont on a longtemps eu si peur. »

« L’enfer est sur terre, il dîne en famille. »

« Sa honte fait écho à la mienne – quand je redoutais que l’on devine sur moi la trace des crachats et des injures, quand je tremblais que mes parents comprennent comment, dans la cour d’école, j’étais un moins que rien, la lavette sur laquelle s’essuyaient les plus forts. »

« Ça meurt un rêve ? 
Ça arrive parfois et c’est terrible.
Ton rêve meurt et tu n’as plus qu’à mourir avec lui. 
À petit feu le plus souvent. 
Mais par miracle, dans les braises, poussent parfois des rêves tout neufs… »

« Mine est un de ces êtres qui, d’un seul regard, changent la couleur de votre ciel, y mettent des étoiles, de ceux sans qui l’on respirerait beaucoup moins bien s’ils nous étaient arrachés. »

« J’ai grandi. Sans cesser de l’aimer, mais autrement, mieux. Non plus dans le ciel, mais sur la terre ferme. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :