h1

Marie d’en haut, Agnès Ledig

août 12, 2017

9782266226066Résumé : A trente ans, Marie a un caractère bien trempé et de la ressource. Lorsque Olivier, lieutenant de gendarmerie, débarque chez elle sans prévenir pour une enquête de routine, elle n’hésite pas à le ligoter pour lui faire comprendre qu’il n’est pas le bienvenu.
Mais cette carapace de femme forte dissimule ses fêlures. C’est grâce à Antoine, son meilleur ami, et Suzie, sa fille, que Marie trouve un sens à sa vie. Et contre toute attente, Olivier va rejoindre le trio. Entre lui et Antoine, la guerre est déclarée. L’enjeu ? Le cœur de Marie.

Merci à : ma grande sœur pour m’avoir offert ce livre.

Avis : Ce livre c’est un bon gros doudou qui fait chaud au cœur quand on le lit. La relation d’Olivier et de Marie est absolument super mignonne et pourtant elle est très très très mal parti au début. Olivier est un homme un peu bourru peu habitué aux autres, avec un passé difficile qui l’a souvent isolé, et pourtant il a un cœur en or et même s’il est très maladroit il est très gentil. Marie, elle aussi a un passé un peu moche, mais elle est très droite, franche du collier et elle a un sacré caractère, entre les deux c’est les feux d’artifice, surtout qu’ils ont un peu peur de s’attacher à nouveau.

Il y a aussi Antoine, que j’ai adoré, un grand nounours tout gentil qui prends soin de Marie et essaie de réparer ses blessures (alors qu’il a déjà les siennes). Et la fille de Marie, Suzie. Tous ces personnages sont hyper attachants et j’aime la relation qui se noue et l’évolution. Ce n’est pas toujours rose, mais petit à petit un grand attachement se nouent entre tous et j’ai vraiment aimé leur entente.

L’histoire en elle-même m’a paru assez réaliste, sauf peut-être un événement un peu trop facile pour arranger tout le monde. La fin m’a tiré les larmes mais elle est super douce et super belle (bien que vachement triste). En tout cas c’est un livre qui fait du bien, rafraîchissant et doux et dont les thèmes sont bien traités, où des gens cassés par la vie vont former leur propre famille.

Phrases post-itées : 
« Ces personnes inqualifiables, qui se rendent détestables et que l’on n’arrive cependant pas à détester. »

« Et se battre contre la bêtise humaine. Autant essayer de faire mûrir des fraises sous la neige. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :