h1

Confessions d’un ami imaginaire, mémoires de Jacques Papier, recueillis par Michelle Cuevas

juillet 16, 2017

confessions-d_un-ami-imaginaire-de-michelle-cuevasRésumé : Depuis quelques temps, une gêne grandit dans l’esprit de Jacques Papier : il a l’impression que personne ne l’aime. A l’école la maîtresse l’ignore quand il lève la main, personne ne lui passe le ballon en sport, et il faut même rappeler à ses parents de lui garder une place à table !
Heureusement, il y a Fleur, sa soeur et meilleure-amie, toujours à ses côtés…
Un jour, Jacques apprend la terrible vérité : il est l’ami imaginaire de Fleur !
Il convainc alors la fillette de le libérer. C’est ainsi que Jacques Papier commence un surprenant voyage -pour découvrir qui il est vraiment, et où est sa place.

Avis : Jacques Papier a l’impression d’être invisible aux yeux de tous, que tout le monde le déteste, sauf Fleur sa sœur avec qui il partage tout. Mais voilà qu’un jour il découvre qu’il n’est pas vraiment le frère de Fleur, mais seulement son ami imaginaire, et il se met dans l’idée d’exister, d’être libre lui aussi.
Mais tout ne va pas se passer comme prévu pour cet ami imaginaire qui rêvait de ne plus être invisible.

C’est une histoire très touchante qui nous est conté là, à la fois drôle et émouvante. Jacques Papier va chercher un sens à son existence puisqu’il ne peut qu’être imaginé. Comment faire quand on n’a pas d’identité propre ? Quand on existe qu’aux yeux de quelqu’un d’autre ? Quand on est invisible ?
Comment trouver un sens à tout ça ? 
C’est en faisant plusieurs rencontres que petit à petit Jacques Papier va trouver un sens, va trouver sa place, va comprendre ce qu’il désire réellement.
Aidé par d’autres amis imaginaire et par les enfants qu’il va rencontrer qui vont lui donner une raison à être là.

J’ai aimé comment c’était raconté, j’ai aimé voir toute l’imagination qui se dégageait de la tête des enfants, et de Jacques Papier en particulier. Lire ça en étant adulte, c’est se souvenir de quand on était enfant et qu’on pouvait se faire tout un monde avec rien du tout, imaginer des centaines de choses à partir de pas grand chose. C’est avoir le droit à un bout d’enfance. 

Jacques Papier est un personnage hyper attachant, vraiment à l’écoute des enfants qui l’imaginent. Il n’a pas la langue dans sa poche et il tente des tas de trucs. Il aide les enfants à sa manière. 
La fin m’a vraiment touché et ému, c’était très beau. Je suis sortie du livre toute rêveuse.

C’était une belle histoire sur l’enfance, l’imagination, les amis imaginaires et la peur de se retrouver invisible, de ne pas être aimé. De ne pas trouver sa place.
J’ai beaucoup aimé ma lecture.

Merci à : ma sœur pour m’avoir offert ce livre

Phrase post-itée : 
« Mais qu’est-ce que je pouvais bien avoir de spécial, moi ? Difficile de le savoir. Peut-être parce qu’on est toujours trop proche de soi pour bien se voir, comme une fleur qui baisserait la tête et qui penserait qu’elle n’est qu’une tige. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :