h1

Northanger Abbey, Val McDermid

mai 4, 2017

51aEdlTlGfL._SX210_Résumé : Catherine Morland est une jeune femme un peu naïve qui ne connaît pas grand-chose du monde. Elle vit dans un pittoresque village où il ne se passe rien et, pour égayer sa vie, se perd dans les livres. Surtout des histoires gothiques qui lui procurent de délicieux frissons. Quelle joie lorsque des amis l?invitent à Edimbourg. Elle y rencontre Henry Tilney, le jeune homme propriétaire d’un domaine au nom prometteur : Northanger Abbey. L’imagination de Catherine s’emballe : une ancienne abbaye, des tourelles en ruine, des chambres secrètes, des fantômes. Elle est fascinée par Henry, mais ne peut pas s’empêcher de se demander si tout est réellement aussi parfait ? Et quels secrets dissimulent les hauts murs de Northanger Abbey ?
Quand Val McDermid revisite le classique de Jane Austen.

Avis : Je pense que pour mieux apprécier ce livre, il faut avoir lu Northanger Abbey de Jane Austen, afin de pouvoir relier les deux œuvres. Autant le dire, Val McDermid n’a absolument rien inventé, l’histoire est exactement la même. Une jeune fille espère vivre une aventure, et a beaucoup trop d’imagination, et aimerait que la vie soit un peu plus passionnante et intrigante qu’elle ne l’est. Elle adore lire les livres pleins de vampires, et se montre assez naïve face au monde et aux gens. Les voyant souvent meilleur qu’ils ne le sont.
Sincèrement j’ai adoré cette lecture, mais aurais-je autant aimé sans connaître l’oeuvre de Jane Austen ? Aucune idée.
La façon dont c’est écrit est très spécial, l’autrice mêle un langage assez soutenu avec l’argot d’aujourd’hui, facebook, twitter et textos. Ce qui peut donner un ton un peu étrange, surtout quand les persos parlent, mais ça ne m’a pas dérangé, j’ai trouvé que c’était amusant et puis j’étais vraiment à fond dans l’histoire. En plus, ça me rappelait le livre de Jane Austen, et c’était très plaisant.

L’histoire n’est pas parfaite, j’ai relevé quelques incohérences, il y a aussi quelques trucs qui m’ont dérangé comme Henry qui n’arrête pas de dire « vous les filles ceci » « vous les filles cela » ce qui est assez mysogine et enquiquinant à la longue. Certains persos ont aussi des propos plutôt homophobes.

Côté moquerie des persos et de notre société, c’est plus léger qu’un Jane Austen et son regard acéré sur son époque. La fin m’a fait marrer, son petit côté ironique m’a fait rire. Et franchement, j’ai passé un super moment de lecture, alors je suis satisfaite par ce livre.

Phrases post-itées : 
« Elle était sereinement convaincue qu’elle serait une héroïne. Toute sa vie l’avait préparée à ce rôle, elle en était persuadée. »

« Les romans représentaient aux yeux de Cat, la forme la plus aboutie de l’écriture, car ils dépendaient de l’application ingénieuse de la créativité et de la nécessité de communiquer directement avec le lecteur. »

« Cat savait qu’on ne pouvait pas tout avoir dans la vie. Du moins, pas tout à la fois. »

« – Il n’est pourtant pas nécessaire d’être un gros buveur pour avancer dans la vie. »

« Cat devait encore apprendre qu’elle ferait beaucoup mieux de s’habiller pour sa propre satisfaction plutôt que pour celle d’un homme. »

« L’anticipation est l’ennemie du plaisir. On a de telles attentes que la déception est inévitable. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :