h1

L’ombre d’une chance, Josh Lanyon

avril 14, 2017

51FeprGwOGL._SX210_Résumé : Il y a plus d’un siècle, l’illusionniste David Berkeley s’est suicidé dans son manoir au bord de la mer, condamnant ainsi son esprit à errer pour l’éternité. Du moins, c’est ce que raconte la légende locale…Le Professeur Rhys Davies, un para-psychologue à mi-temps, écrit un livre sur les lieux hantés de Californie et il croit que les ruines de la Maison Berkeley pourront lui servir dans un chapitre terrifiant ? s’il parvient à accéder à la propriété. Le seul obstacle est le troublant policier et gardien auto-proclamé du domaine, Sam Devlin. Et quand on parle d’obstacles, Devlin en est un grand. Mais vous savez ce qu’on dit. Plus on s’élève et plus dure sera la chute…

Avis : Bof, bof, bof. Une histoire de fantôme sous fond de romance (ou l’inverse), et qui n’a pas fonctionné sur moi. La romance, tout d’abord, j’ai trouvé qu’elle allait trop vite, que ça passait trop facilement de « on se déteste » à « on couche ensemble », et même sans ça, je n’y ai pas cru. Ils se parlent et ont l’air d’apprendre à s’apprécier, mais ça ne m’a pas fait vibrer, je suis restée vraiment très peu réceptive à cette romance. Bon, passons, ce n’était pas le sujet principal. Sauf que l’histoire de fantôme ne m’a pas spécialement plu non plus. On est face à une maison hantée (ou non) et Rhys est là, pour écrire sur cette maison, et les possibles fantômes qui la hanteraient. Il va donc mener l’enquête, prendre des risques et se faire pas mal des frousses. Mais y a-t-il un fantôme ou une explication un peu plus réel ?
Je n’ai pas franchement eu de frissons pour cette histoire, pas vraiment peur, et puis j’ai trouvé que l’histoire était un peu téléphonée, et c’était assez facile de deviner ce qu’il en était pour la plupart des choses.
En plus, j’ai trouvé le rythme assez lent, assez peu prenant du coup, et j’avais surtout hâte de terminer le livre (qui est pourtant très court, et qui m’a quand même paru assez long).

En gros, c’est une déception. C’est bien écrit pourtant, mais l’histoire n’a pas fonctionné sur moi. Dommage.

Le détail qui tue : il n’y a pas de femme dans ce livre, et tous les personnages rencontrés sont gays. C’était un peu gros, et bon, j’aurais voulu des femmes, quitte à ce que ce soit des femmes fortes qui n’ont pas besoin des hommes, ça m’allait aussi. C’était assez gros pour que je le note.

Phrase post-itée : 
« […] mais ce n’est pas comme si le paranormal devait obéir aux lois de la logique humaine. Surtout que la moitié des humains de mon entourage n’y obéissaient pas. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :