h1

Mort-en-direct.com, John Katzenbach

octobre 13, 2016

mort-en-directcom Résumé : Pour retrouver la victime d’un snuff movie, un professeur de psychologie doit faire équipe avec un pédophile.
Adrian, professeur de psychologie, apprend qu’il est atteint d’une maladie dégénérative du cerveau provoquant, entre autres symptômes, des hallucinations.
Un soir, il voit une jeune fille se faire embarquer de force dans une camionnette. Il est le seul à croire à un enlèvement. Sans l’aide de la police, Adrian doit, pour la sauver, recourir à un spécialiste des réseaux souterrains et illégaux : un pervers sexuel en liberté surveillée. Adrian la retrouvera-t-il avant de sombrer dans la folie ?

Avis : Je me suis embarquée dans ce petit thriller dont le résumé me faisait pas mal envie et j’ai beaucoup aimé ma lecture. Adrian apprend qu’il est atteint de la démence à corps de Lewy, une maladie aussi rare que destructrice. Adrian se retrouve victime d’hallucinations et perd peu à peu la tête. Il a donc prévu de se suicider avant de ne plus être maître de lui-même, sauf que ses projets sont annulés quand il assiste à un kidnapping. De là, il va se mettre dans la tête d’aider cette victime et de la sauver, en partie parce qu’il n’a pas pu sauver son frère, sa femme et son fils tous morts bien trop tôt. Accompagné des hallucinations de sa famille, il va mener son enquête qui vont l’emmener très loin.
Même si au début, j’ai eu un peu de mal avec l’écriture, au fur et à mesure de ma lecture, j’ai de plus en plus accroché, m’attachant au personnage d’Adrian. Ce professeur qui perd la tête est super attachant, et sa vie a été vraiment difficile, il a vu toutes les personnes qu’il aimait mourir. Pouvoir les retrouver en hallucination est presque un soulagement pour lui, en fait. On sent qu’Adrian est sur un fil, entre folie et réalité, et malgré ça, il va se battre pour retrouver Jennifer et je l’ai vraiment aimé. J’ai beaucoup moins apprécié la flic, Terry. Elle aussi a un passé difficile, fuyant avec ses filles un mari violent. Mais je l’ai trouvé presque trop terre-à-terre. Elle pensait beaucoup à sa carrière, allant parfois jusqu’à souhaiter être débarrassée de cette affaire. Elle restait très droite, certes, mais inutile du coup. Je pense que ça représente une certaine réalité de la police, ils ont des règles à suivre et ils sont parfois bloqués par la peur des journalistes, la peur de voir leur carrière détruite par une erreur.
On se retrouve aussi dans la tête de Jennifer, et je l’ai trouvé hyper courageuse, j’avais envie qu’elle se batte, qu’elle lutte, j’avais tellement envie qu’elle s’en sorte. On sent qu’elle a du caractère, qu’elle ne veut pas céder, mais en même temps, elle est terrifiée par ce qui lui arrive. Pour autant, elle réussit à obtenir des petites victoires face à ses agresseurs. Des agresseurs qui se prennent pour des grands scénaristes et ne voient pas le problème dans ce qu’ils font. Ils ne se sentent ni violeur, ni meurtrier. On sent leur folie chaque fois qu’on se retrouve dans leur tête, une folie guidée par leur amour. Ils font froid dans le dos, mais j’ai trouvé que ceux qui regardaient le site, tels des voyeurs, étaient encore pire qu’eux.
Ils assistent à ce que doit subir Numéro Quatre, ils la regardent jour après jour, essaie de ne pas rater les meilleurs moments (un peu à la Truman Show, mais en vraiment plus glauque), et pas un seul ne prévient la police, n’essaie de sauver Numéro Quatre. On voit diverses sortes de persos, des gros pervers, des étudiants pas nets, mais également des jeunes filles, des réalisateurs… Et aucun n’essaie d’aider la jeune fille qu’ils voient souffrir à l’écran. Ils se délectent simplement du spectacle et franchement, pour moi, ils valaient pas mieux que Linda et Michael, les agresseurs de Jennifer.
Et puis il y a Wolfe, le délinquant sexuel qui va aider Adrian à retrouver la jeune fille, et lui, je ne l’ai pas aimé pour tous pleins de raisons, mais c’est un personnage intéressant qui montre la psychologie de ce genre de personnes. Leur perversité, mais également leurs autres facettes. Par exemple, ici, Wolfe malgré ses actes, consacre beaucoup de temps à sa mère malade.
Le récit est donc vu à travers tous ces points de vue, et si on sait déjà qui est coupable, pourquoi et comment, ça n’enlève rien au thriller qui est une course contre la montre, mais qui va surtout visiter la psychologie des personnages, et qui est donc très intéressant. Chaque personnage est vraiment visité, on voit leurs pensées, c’est très profond. L’intrigue est donc prenante, et à la fois malsaine. Parce qu’on a l’impression aussi d’être des voyeurs, en regardant ce qu’il va arriver à Jennifer. Sauf qu’on n’a pas les pouvoirs de prévenir personne, on peut juste espérer qu’elle soit retrouvée à temps.
La fin m’a pas mal émue, j’en ai eu les larmes aux yeux. Même si je regrette que certains personnages soient effacés, pour lesquels j’aurais voulu en savoir plus sur leur devenir. Mais ça reste une belle fin et un bon livre.

Phrase post-itée : 
« Elle était consternée par le fait que la nature criminelle de leurs activités leur interdise d’être célèbre. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :