h1

Inventaire après rupture, Daniel Handler

juin 21, 2016

inventaire-aprc3a8s-rupture-daniel-handlerRésumé : Devant la porte d’Ed, il y a un carton. Dans ce carton, il y a une lettre. Et plein d’objet. La lettre, c’est Min qui l’a écrite pour Ed. Elle y commente un par un ces objets, qui évoquent tous les petits et grands moments de leur rencontre, de leur histoire, de leur amour. Ainsi, Min explique à Ed comment elle l’a aimé… et pourquoi elle l’a quitté.

Avis : Ce qui m’attirait dans ce livre, c’était l’idée de ces objets qui allaient servir de fil conducteur à l’histoire. Min rend un carton plein d’objets à Ed, qu’elle aimait, et elle raconte pourquoi eux c’est fini. Elle le dit souvent « voilà pourquoi toi et moi c’est fini », mais sans donner de raisons exactes, et pourtant on sent ce qui a pu se passer, des indices sont parsemés tout du long de ce qu’elle raconte. J’adore Min, c’est une rêveuse, elle est fan de vieux films (aucune idée si ce sont des films réels, j’ai rien trouvé à leurs sujets) et essaie de faire de sa propre vie, un film. J’aime sa façon d’être, de voir dans des petites choses, quelque chose de précieux. Et puis je pouvais la comprendre sur pleins de choses, cette façon d’aimer peu la foule et les fêtes pleines d’alcool, de ne pas se sentir à l’aise parfois, de ne pas aimer le sport.

Min tombe amoureuse d’Ed, et pourtant ils n’ont rien en commun. Alors oui, ça veut rien dire, l’amour ça peut marcher même quand on a rien en commun avec l’être aimé, et pourtant je les ai trouvé hyper mal assorti et je ne voyais rien de tangible dans cet amour. Si ce n’est qu’elle le trouvait beau et qu’elle était flattée qu’il l’aime. Du coup on a du mal à y croire.

En revanche j’adorais la relation de Min et d’Al, ils sont meilleurs amis, se comprennent, se soutiennent (la plupart du temps), et ont beaucoup de goûts en commun. Quand ils se parlent, ils sont sur la même longueur d’onde. C’est la même chose entre Min et ses autres amis. Tandis qu’avec Ed, et bien il y avait un monde entre eux, et on sentait bien que ça ne pourrait pas fonctionner.

L’histoire en elle-même, je l’ai trouvé très prenante, l’écriture assez spéciale (surtout au niveau des dialogues où il me fallait parfois les relire une ou deux fois pour comprendre qui parlait), mais le livre était difficile à lâcher. Je ne me suis pas ennuyée, j’ai passé un bon moment de lecture et même si je me doutais pas mal de ce qu’il en était, ça reste un livre plutôt sympa.

C’était donc une bonne lecture, très bien illustré, mais qui ne restera pas impérissable dans ma mémoire. D’autant plus que certaines choses m’ont fait grogné (surtout l’homophobie de certains personnages). Un livre sympa, mais qui ne m’a pas transporté comme d’autres le font parfois.

Phrases post-itées : 
« – Et arrête de dire « sans vouloir te vexer » quand tu dis des choses vexantes. Ce n’est pas un passe gratuit, un permis de vexer. »

« Je me sentais comme une patate candidate à la présidence, comme un vélo en maillot de bain. »

Illustré par : Maira Kalman

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :