h1

La course au mouton sauvage, Haruki Murakami

juin 8, 2016

80903320_oRésumé : A Tokyo, un jeune cadre publicitaire mène une existence tranquille. Il est amoureux d’une jeune fille par fascination pour ses oreilles, est l’ami d’un correspondant qui refuse de lui donner son adresse pour de confuses raisons…, jusqu’au jour où cette routine confortable se brise. Pour avoir utilisé une photographie apparemment banale où figure un mouton, sa vie bascule. Menacé par une organisation d’extrême droite, il va se mettre en quête de cet animal particulier, censé conférer des pouvoirs supranaturels…

Avis : Si « Ecoute le chant du vent » et « Flipper, 1973 » étaient surtout des bouts de vie (réutilisant les mêmes personnages), ce livre-ci a une trame et plonge beaucoup plus dans le fantastique. On commence avec le narrateur qui revient de l’enterrement d’une ancienne connaissance. Il vient également de divorcer de sa femme, et tout semble s’écrouler autour de lui. Son boulot ne l’intéresse plus, son ami est devenu alcoolique, il vit seul dans son appartement et semble ne vouloir que se plonger dans l’ennuie. Sa rencontre avec une fille aux jolies oreilles, va un peu l’en sortir. Mais surtout c’est l’apparition d’un homme qui travaille pour le Maître (un homme de l’extrême droite) qui va complètement bousculer sa vie. Et voilà notre narrateur à courir après un mouton qui n’existe pas mais qui confère des pouvoirs absolument incroyables. Aidé par sa girl friend (c’est la façon dont il l’appelle), ils vont se retrouver à Hokkaïdo à la recherche du mouton. Ils ont un mois pour le retrouver, et au début c’est vraiment mal partie.

J’étais complètement plongée dans cette histoire absolument incroyable, on finit par y croire à ce mouton, et on est prit dans la course au côté du narrateur. L’écriture est absolument prenante, belle et onirique. La plupart des personnages n’ont pas de noms, ce qui augmente l’impression d’être dans un rêve. Il y a un fond très mélancolique encore une fois dans cette histoire, j’ai trouvé. Le narrateur paraît très plat, très lasse au début, mais au fur à mesure de cette course, on le sent qui se réveille, qui semble se donner de plus en plus à chercher ce mouton. Et plus que la quête du mouton, j’ai aussi trouvé qu’il s’agissait de la recherche du Rat (par qui tout à commencé). Le Rat est celui qui lui a envoyé la photo des moutons, le Rat pourra l’aider à le retrouver (et puis il s’avère que c’est son plus vieil ami, aussi). Sauf que ce dernier semble ne pas vouloir qu’on le retrouve.

Et puis on arrive à la fin de cette course, et les révélations m’ont retourné le cœur et la cervelle. J’ai eu besoin de digérer un peu le livre après avoir tourné la dernière page. C’était comme se réveiller d’un long rêve, et au bout de cinq minutes tout m’est tombée dessus d’un coup, tout est remontée, et j’ai eu une grosse boule dans la gorge et une énorme envie de pleurer.

Un super livre, encore une fois. Je sens que je commence ma découverte de cet auteur, et que je vais devoir me lire d’autres de ses romans.

Phrases post-itées : 
« Je ne parviens pas à me faire à cette idée que le moment présent est vraiment présent. Ou que moi, je suis vraiment moi. Qu’ici c’est vraiment ici. C’est toujours comme ça. Comme si quelque chose ne tombait pas juste. »

« Ce qui, inversement, signifiait que je n’avais pas pu prendre réellement conscience de mon éloignement de Tokyo tant que je n’avais pas entendu un inconnu péter. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :