h1

Les livres des rai-kirah tome 2 : L’insoumis, Carol Berg

mars 16, 2016

9782070442942Résumé : Après avoir sauvé le prince Aleksander – dont il était l’esclave –, et l’empire tout entier, de la menace des rai-kirah, Seyonne est redevenu un homme libre. Mais le retour parmi les siens ne sera pas aussi simple qu’il l’espérait : il a été souillé par sa captivité et son peuple n’est pas prêt à lui rendre sa place de Gardien des Âmes. Il va devoir, une fois de plus, lutter pour regagner la confiance des Ezzariens et, plus que tout, de celle qu’il aime.

Avis : Ce livre est génial évidemment. Dans ce tome 2, Seyonne va carrément s’en prendre pleins la tronche (le pauvre), et il va pas mal souffrir. Entre sa connasse de femme qui va, selon moi, faire un truc bien dégueulasse, et son crétin de peuple qui le voit comme un homme souillé et lui donne un chien de garde… Autant dire qu’il a de quoi se mettre en colère et tout envoyer balader.
C’est comme ça qu’il va partir à la recherche de la vérité, et vouloir en savoir plus sur les rai-kirah. Il va être accompagné malgré lui par son chien de garde, Fiona, un personnage que j’affectionne particulièrement, même si c’est une sacrée tête à claque et qu’elle peut se comporter de manière vraiment stupide.
Dans ce tome-ci on voit assez peu Aleksander, mais les moments où on le voit sont très riches en émotion, il y a un lien entre lui et Seyonne, qui rends les scènes vraiment fortes je trouve. Et puis bon, Zander reste mon personnage favoris.
Cependant, ce tome raconte surtout l’histoire des rai-kirah et Seyonne va se retrouver torturé et tout, pour essayer de mieux comprendre, d’en savoir plus. Il y a un passage du livre assez flou, bizarre, mais tout étant expliqué par la suite, ça passe assez bien (surtout à la deuxième lecture, quand on sait le fond de l’histoire).
Autrement le livre est rempli de mouvements, d’émotions, des rencontres (des personnages qu’on va aimer ou pas), de révélations (et ces révélations de dingues, qui chamboulent tout ce qu’on croyait vrai).
Les relations sont encore une fois assez complexe, Seyonne est un personnage qui a vraiment du mal à faire confiance (ou ne fait pas confiance aux bonnes personnes), on a parfois envie de lui coller Aleksander sur les bottes, car le prince comprends beaucoup mieux les gens. Seyonne a aussi pas mal de haine envers lui-même, malgré son orgueil qui le pousse à tout faire tout seul.
Ysanne est un des personnages que je déteste le plus, ce qu’elle fait me hérisse le poil, et le fait qu’elle se trouve toujours une bonne excuse pour le faire, c’est encore pire. Le fait évidemment que Seyonne soit amoureux d’elle, n’arrange rien au fait qu’elle est insupportable.
La fin m’a à nouveau fait pleurer, l’auteure est vraiment doué pour des fins chargés d’émotions, et belle comme tout, avec des personnages qui disent des choses qui retournent.
Et c’est toujours aussi bien écrit.
Alors oui j’adore, et j’en redemande.

Phrases post-itées : 
« Il n’était pas question que je me dispute avec elle au sujet de ma sincérité. Si affronter deux cents démons en un an n’était pas assez sincère, alors ce n’étaient pas des mots qui la convaincraient. »

« – Si tenir mon fils dans mes bras me corrompt, alors je ne veux rien avoir à faire avec notre loi. »

« Même un esprit perturbé peut voir la différence entre des griefs légitimes et un meurtre gratuit, dis-je. »

« Ce qui nous unissait, Aleksander et moi, était plus profond que des voeux ou des liens de parenté, plus précieux pour moi que ma propre vie. »

« C’était déjà déplaisant de devoir mourir allongé dans la pluie froid ; on ne devrait pas en plus être obligé d’y penser. »

Mon premier avis sur le tome 2 :
Ici

Le truc qui tue : 
Ma soeur (à ma demande) a écrit à l’auteure pour en savoir plus sur le lien de Seyonne et Aleksander, je voulais savoir à quoi elle avait pensé exactement quand elle écrivait leur relation, et ce qu’elle avait voulu faire passer comme message. Bref, comment elle voyait elle leur relation. Et elle a répondu (merci merci merci à elle), et j’étais trop heureuse, et j’avoue que j’adore sa réponse, donc je vous partage.

« Hi Yuuki, Caroline, and Marie, I’m so happy to hear from you! The relationship between Aleksander and Seyonne is much more than friendship. It is not exactly brotherhood either – I cannot imagine them going out for a beer together or gossiping about annoying relatives. And it is not romantic love – they each have others that they love in that way. (I did consider a romantic relationship when I was writing, but I chose not. I felt that this was something unique.) Their intimacy is much deeper, founded on respect, honor, experience, and understanding. You will notice (I hope the translator got it right!!) that right up to the end, Seyonne always speaks to Aleksander as « my lord. » It does not even occur to him to address him by his personal name. While, Aleksander sees Seyonne as more of a divinity confined to earth, totally out of his league and yet a friend, too. They worry about each other.

I hope this makes some sense. And thanks for writing to me!

Carol »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :