h1

L’assassin royal tome 2 : l’assassin du roi, Robin Hobb

février 10, 2016

9782290009802FS Je pense que lire la critique peut spoiler le tome 1.

Résumé : Les pirates rouges sèment la mort et la désolation dans les Six-Duchés. Le royaume est affaibli et ne dispose que de peu de ressources pour les combattre. Le roi est seul, entouré d’une cour qui intrigue, d’une armée qui doute et… d’un assassin royal. Fitz, le bâtard princier, est devenu une arme redoutable et redoutée. Il maîtrise le Vif – la faculté de communiquer avec les animaux – et devient expert dans l’Art. Guerrier accompli, rompu à toutes les façons de tuer, il personnifie autant la justice du roi qu’il est le chevalier servant du prince Vérité. Mais il est aussi un obstacle pour le prince Royal qui veut accéder au trône, et nombreux sont ceux qui souhaitent sa mort…

Avis : Je vais vous résumer ce tome là à ma manière. Molly Molly Molly Molly Molly Molly… Molly.
C’était chiant mais chiant, Fitz qui ne pense qu’à Molly tout le temps, j’avais simplement envie de le secouer. Encore si Molly était une jeune fille sympathique et intelligente, mais non c’est une chieuse méchante, égoïste, et stupide en plus. Je peux tellement pas la sentir que j’ai envisagé de nombreuses fois de la jeter dans un puits, et de jeter des pierres dessus. Molly et Royal sont les deux personnages les plus désagréables de ce deuxième tome, et Royal au moins il a une excuse vu que c’est une enflure et qu’il est pas fait pour être aimé. Donc voilà, autant dire que ça bouffe un peu le plaisir de lecture l’histoire d’amour niaise et chiante avec un personnage féminin désagréable et Mary-sue (tout le monde l’aime mais en fait elle a rien à faire pour ça, totalement le genre de perso qui se foutrait le doigt dans le nez et tout le monde dirait qu’elle est merveilleuse).
Ceci dit, quand Fitz nous lâches avec Molly, y a des passages trop trop biens. Sa rencontre avec le Loup, les passages où Kettricken montre à quel point elle est une Reine super géniale, et surtout oh oui surtout, les passages avec le fou. Le fou est mon personnage favoris, il parle en énigme, il joue au bouffon, mais bon sang il est juste tellement génial. Les moments où il apparaît son souvent hyper intense (beaucoup plus que Molly et Fitz), et puis le fou qui appelle Fitz « mon Fitzounet » c’est juste merveilleux.
Le tome 2 est un peu plus lent (c’est une coupure française en fait, il s’agit d’une partie d’un autre tome…) et un peu moins intéressant que le premier, mais ça reste quand même vachement bien, et bon on se laisse prendre par l’histoire. Sans le Molly Molly Molly, j’aurais carrément prit mon pied à la lecture je pense.
Heureusement, il paraît que la tique (ouais j’l’appelle comme ça) on la verra de moins en moins, et qu’on verra de plus en plus le fou ! Et rien que pour ça j’ai trop envie de continuer. 
Fitz est quand même un personnage que je trouve assez ingrat, d’un côté je l’aime, mais en même temps j’ai l’impression qu’il ne voit pas toujours ce qu’on fait pour lui. Ou alors il le voit puis ensuite il l’oublie, je ne sais pas. Pour l’assassin royal, il se préoccupe assez peu du Roi Subtil dans ce tome là, et un peu trop de Vérité (qui m’a énervé comme c’est pas permis, bien que je l’aime quand même).
On sent que Royal magouille encore des trucs. Il veut le pouvoir, alors que le Royaume est totalement mis à mal par les Pirates Rouges et surtout par les zombies (ouais c’est comme ça que j’appelle les forgisés).
Donc voilà, une bonne lecture quand même, un peu gâché par Molly, mais qui n’en reste pas moins un bon moment passé, et je lirai sans doute très rapidement la suite.

Phrases post-itées :
« Adieu, Fitz. Je t’en prie, à l’avenir, essaye de te débrouiller un peu mieux pour éviter qu’on t’assassine. »

« Nous appartenons au roi, mon garçon. Nous sommes ses hommes liges. Nos vies sont à lui, chaque instant de chaque journée, que nous soyons éveillés ou endormis. Tu n’as pas de temps à consacrer à tes soucis personnels. Seulement aux siens. »

« Tu t’imagines que tu peux décider seul si tu dois ou non te lier? Mon coeur est à moi. Je le donne où je veux. » 

« – Ah, tant mieux ! Car ne doute pas que d’autres doivent toujours douter de notre amitié si nous voulons rester de redoutables amis. »

« Un message n’est pas délivré, tant qu’il n’est pas compris ».

Mon avis sur : 
Le tome 1.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :