h1

Oraisons l’intégrale, Samantha Bailly

mai 10, 2015

oraisonsRésumé : En Hélderion, la mort peut rapporter beaucoup… surtout à la famille Manérian, qui procède aux oraisons, les rites funéraires du royaume. Mais la réalité de la mort les frappe de plein fouet lorsqu’on retrouve le corps de leur plus jeune fille dans une ruelle sordide.
Tout désigne les clans, ces dangereux rebelles qui s’opposent à Hélderion. Aileen, prête à tout pour venger sa cadette, se lance dans une enquête qui la mettra à rude épreuve.
Noony, leur soeur aînée, se retrouve quant à elle aux premières loges de l’entrée en guerre de son pays contre le continent voisin. Mais elle est bien décidée à s’opposer à ce conflit qui pourrait tourner en véritable massacre.
Prises dans des intrigues dont les enjeux les dépassent, les deux soeurs devront affronter le système qui les a forgées.

Avis : ce livre va raconter deux histoires. Celle d’Aileen prête à tout pour venger sa petite sœur qui a été assassiné de manière affreuse et injuste. Et celle de Noony leur grande sœur qui va se retrouver à vouloir arrêter une guerre. On suit donc ces deux histoires opposés qui bien sûr ont pour but de finir par se rejoindre et sont liés par certaines tensions et découvertes. Le livre est ainsi coupé entre l’histoire des deux sœurs et on a le droit également à des « interludes » où on va voir le point de vue d’autres personnages afin de mieux comprendre l’intrigue ou d’en savoir plus sur ce qu’il se passe dans d’autres lieux. Le livre se lit tout seul, il est bien écrit, intéressant et prenant, les intrigues sont bonnes, on a le droit à des rebondissements, de l’action, et parfois pas mal de stress. Cette histoire par certain côté m’a fait penser au nazisme et à la race aryenne qui aurait plus de valeurs que les autres, et j’ai trouvé qu’on retrouvait un peu cette problématique dans ce livre.

C’est très intéressant de suivre deux histoires parallèles puisque cela permet de voir deux points de vue sur deux endroits différents, sur deux situations différentes, et on se demande comment tout va se rejoindre et comment les choses vont se dérouler. Ça permet aussi d’emmêler les intrigues. J’ai trouvé ça plutôt sympa, mais j’avoue que j’adorais suivre l’histoire de Noony. Beaucoup plus que celle d’Aileen.
Noony est une personne très droite, très attachante et qui va évoluer au fur à mesure de son aventure. Ce que j’ai particulièrement apprécié c’était la relation qu’elle entretenait avec Alexian, une relation difficile, ils ont du mal à s’entendre, et vont mettre très longtemps à s’apprécier – ou même à l’admettre. Et puis il y avait Lorion, l’uni d’Alexian, un linx que j’ai adoré. J’ai beaucoup aimé découvrir ce peuple, ces hommes qui unissaient leurs âmes avec un animal, c’était très beau. Et la façon dont Lorion s’attache à Noony en dit beaucoup sur Alexian. J’ai beaucoup aimé leur périple, leur rencontre, la façon dont Noony va peu à peu apprendre la vérité sur sa religion, sur tout ce qu’elle a toujours cru, comment elle va devoir doucement s’ouvrir l’esprit, changer. C’était passionnant, j’étais vraiment à fond dans cette histoire.
Celle d’Aileen était intéressante, son évolution, sa façon de devenir dur, froide, emplie de rage et de colère, prête à tout pour venger sa petite sœur, quitte à faire des trucs plutôt mauvais (la fin justifie les moyens), c’était vraiment dur, j’espérais toujours qu’elle n’aille pas trop loin mais elle va quand même pas mal loin. Pourtant même si j’aimais bien lire son histoire et son évolution, j’aimais découvrir la vérité sur ce qui était arrivé à sa sœur, j’accrochais moins avec cette partie. Je préférais toujours retrouver Noony. J’étais plus prise dans l’intrigue de Noony et j’aimais mieux le personnage aussi. Ceci dit les deux restaient intéressantes et prenantes.
J’ai donc lu les deux tomes assez vite (puisque l’intégrale contient deux tomes que j’ai enchaîné), c’était une très bonne lecture, et pour moi l’histoire d’amour de Noony et Alexian est une des meilleures que j’ai pu lire. Pour sa problématique particulièrement. La fin m’a laissé pantoise, j’ai pleuré et j’ai été ému. C’était … Dur.

Phrases post-itées : 
« – Elle est trop sentimentale, on dirait qu’elle porte son coeur en bandoulière. Ce qui est fait pour être à l’intérieur, elle le montre à l’extérieur. »

« Quand j’étais jeune, j’avais des larmes sans chagrin. A présent, j’ai un chagrin sans larmes. »

La dédicace de l’auteur : 
WIN_20150510_030944

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :