h1

Cherche jeune femme avisée, Sophie Jomain

mai 11, 2014


lc_mai11

Lecture commune avec club de lecture.

Cherche Jeune Fille AviseeRésumé : Quand il voit débarquer dans son cabinet la ravissante, mais ô combien extravagante Gabrielle Géris, Adrien de Bérail est loin d’imaginer qu’il se laissera convaincre de l’embaucher comme baby-sitter. Veuf et très accaparé par son métier d’avocat, il lui faut de toute urgence une personne capable de prendre soin de ses deux chérubins, Paul et Sophie, tout juste âgés de neuf ans. C’est donc en dépit de ce que lui crie la raison qu’il accepte sa folle candidature.
Une personnalité audacieuse et un toupet incroyable pour un petit mètre soixante sur talons… Qui sait ? La jeune femme pourrait bien se révéler être la perle rare…

Avis : Attention, je n’ai pas aimé ce livre, il m’a même foutu en rogne, ma chronique risque donc d’être pour le moins méchante et sans doute un brin spoileuse, je vous aurai prévenu.

tumblr_mdljkgICFA1rkmcsko1_500
Donc, j’ouvrais ce livre et les choses avaient bien commencé entre nous. Il faut dire que l’héroïne est complètement givrée, elle parle à des pigeons et les sauve en les fourrant dans son sac à main avant d’aller à un entretien d’embauche. J’avoue je me disais « trop drôle je sens que je vais aimer », quelle naïveté.
Donc tout se passait bien entre l’héroïne et moi, l’écriture est très bonne, les situations rocambolesque et amusante dès les premières pages, les descriptions vachement bien fichus, et puis… Gaby rentre dans le bureau de son futur patron et Patatra. Mon enthousiasme est retombé aussi vite qu’il était monté et j’ai sentis le désespoir m’envahir.

blaser

Le patron qui s’appelle Adrien est beau, jeune, bien foutu, magnifique, riche, sexy, parfait. Parfait ? Vraiment ?
S’il a le physique d’Apollon, il est loin d’en avoir le caractère. Adrien est un sale type mal embouché, égoïste et dingue du contrôle. Un brin psychopathe. Qui ne supporte pas qu’on le contredise sous peine de vous faire passer pour pire qu’une crotte de pigeon (ça tombe plutôt bien puisqu’un pigeon lui a fait dessus). Bref, le genre de mec que si on le croise en vrai on se dit : Fuyons !

batman-robin-running-penguin

Sauf l’héroïne évidemment, qui a sûrement la cervelle du pigeon qu’elle a sauvé plus tôt. Donc, reprenons. Gaby entre dans le bureau et son futur patron est parfait physiquement. Ça ne vous rappelle rien? Si bien sûr, puisque c’est 90% des histoires d’amour qui sont comme ça. Le mec est toujours un prix de beauté, au regard ténébreux avec un corps digne des meilleurs tablettes de chocolat. L’angoisse. Ras le bol. Je veux des mecs différents dans les romances, je veux des types moches, des gars avec du gras au bide, avec des torses maigrichon, avec des poils dans le nez, de la barbe de 40 jours, je veux un chauve, un bossu, un court sur pâte, un bec de lièvre, je veux un mec qu’on peut croiser dans la rue, un laideron, le genre de type qui fait pas du tout rêver mais qui va rendre cette histoire originale et belle, parce que l’héroïne sera une chouette fille, un peu excentrique peut-être mais pas plus belle qu’une autre, belle juste pour ce gars à la rigueur.
Enfin je vous rassure. Si le mec est beau en tout point, l’héroïne est également plus que parfaite, avec tout là où il faut, seins, hanche, fesse, que du bon comme le jambon. Bref, un beau mec et une belle nana, qui se matent et se reluquent au bout de 5 secondes de connaissance (oui ça c’est possible, les gens se reluquent des fois, mais perso j’avoue qu’en fait je m’en fous des gens qui se matent et se trouvent parfait au bout de 5 secondes et qui ont autant de personnalité qu’une pierre sur une montagne).

Bien entendu, comme je l’ai dis plus haut, le mec est loin d’être parfait, c’est un sale type, et comme dans 90% des romances, la donzelle va le changer avec ses doigts de fées, son sourire hors du commun, « ses cuisses chaudes et écartées », et ses gaffes éternelles. Non, non et non. Une bonne fois pour toute, arrêtez de nous coller des sales types dans les romances. Je déteste ce genre de mec méchant, limite vicieux, qui gueule pour un rien, qui veulent soumettre le monde autour d’eux. Je veux un type drôle, souriant, blagueur, gentil, je veux un type comme Stiles dans Teen Wolf.

tumblr_m8kxy50yab1r7x6m7o1_400

Un dingue avec le coeur sur la main, je veux un rondoudou. A la limite je veux bien un grognon, ronchonchon, raleur mais qui en fait est marshmallow guimauve à l’intérieur et prends soin des gens autour de lui.
Parce que ce mec, Adrien, il est l’archétype du gars qui finira pas taper sur sa femme et lui dira que c’est de sa faute « Tu n’as pas fait ce que je t’ai dis », et je vous jure que ça me fait pas rêver, et que tout ce que j’ai souhaité pour Gaby c’est qu’elle s’enfuit en courant et en emmenant les gosses avec elle.

Bon arrivé là, j’ai tout de même essayé de me reprendre :  « Mari, ressaisis toi, deux clichés de la fille belle et du sale type au physique parfait, ce n’est pas si grave, ça peut toujours s’améliorer, devenir cool et mignon, continuons. »

Rencontre avec les gosses, avec la maison, la vie d’Adrien (qui garde des trucs de sa femme morte et qui enferme son fils guérit pour plus de précautions). Psychopathe.

maxresdefault

Bon j’avoue, j’ai adoré les deux mômes, ils sont mignons et n’ont pas la vie facile, parce que Paul était malade, parce que leur maman est morte et que leur père est taré. Heureusement leur route croise celle de Gaby et ça va améliorer un peu leur quotidien. Donc un bon point pour ce livre, le seul et l’unique : les gosses.
De fil en aiguille, le livre devient de pire en pire, s’enfonce et s’enlise, et après avoir levé 456 fois les yeux au ciel, le livre s’enterre définitivement pour moi avec une scène de baise durant une fête. Je pensais alors avoir atteint les sommets de la bêtise et de l’invraisemblable, qu’après ça, ça ne pourrait qu’aller en s’améliorant.

lève les yeux au ciel

Ahaha, pauvre fille naïve, bien fait pour moi. Le livre vire à la catastrophe, enchaîne des scènes stupides et chiantes à mourir. Et je ne vous ai même pas parlé de Martin, sans doute un des pires personnages de ce livre, désespérant au plus haut point, un connard fini mais qu’on pardonne parce qu’il a eut une jeunesse pas facile et nyanyanya, et pauvre petit, et … pendant ce temps Gaby fricote avec Adrien et j’avoue que durant la scène du bureau un tel énervement s’est emparé de moi, que j’ai lancé mon livre du haut de la mezzanine de rage.

tumblr_mm11ij8hLS1s8zoewo1_500

J’ai essayé de me calmer et au lieu d’aller tout de suite me débarrasser de ce bouquin sur une brocante, un site de troc, un Emmaüs, je l’ai rouvert et j’ai continué. Je suis totalement masochiste mais j’étais curieuse de voir jusqu’où on allait pouvoir s’enfoncer dans le pitoyable et le totalement cliché. Les choses étaient tellement téléphoné que je n’ai pas tellement ressenti les affres d’un incroyable suspens, je devinais tout à l’avance, au point que je dis à une amie « et maintenant il va se passer ça » et il s’est passé ce que j’avais dit. J’aurais pu me croire médium, mais en fait c’est simplement qu’il n’y a aucune intrigue dans ce livre, aucune surprise, on sait où on va, comment ça va se finir et ce qu’il va se passer. C’est là que j’aurais dût comprendre que ça ne servait à rien de continuer puisque je savais déjà ce qui allait se passer, mais sans doute voulais-je voir si j’avais raison ou si l’auteure allait enfin me faire un pied de nez et dire « ahaha ça tu l’avais pas vu venir hein? ». J’avoue c’est arrivé une fois, une seule, où je me suis dit « ah tiens j’avais pas pensé à ça », mais l’idée est tellement invraisemblable et débile que je pense que ça peut s’expliquer.

Bref des personnages agaçants, un type cinglé et limite violent (en tout cas dans ses propos), qui prend son pied à se mettre en colère et a écrasé sous son autorité les gens parce qu’ils ont OSE le contredire. Une fille maladroite et mignonne, qui aurait pu me plaire si elle n’avait pas été aussi coconne et amoureuse du sale type. Une histoire d’amour plus que cliché, vu revu au point que ça donne l’impression de « déjà vu ».
Sans oublier que le mec ne comprends pas ce que « non » veut dire et que quand il a décidé de baiser, il va baiser, un point c’est tout. Et toi tu as juste à fermer ta gueule et faire ce qu’il te dit, okay Gaby?
C’est navrant.

soupire

La fin est tout aussi désespérante que le reste, mièvre, chiante, et y a du cul (forcément). Mais j’avoue que j’étais heureuse d’arriver enfin au bout de ce calvaire. 
Une couverture très belle pour un livre plus que moyen, une histoire bourrée de clichés et de stéréotypes, où le manque de respect et la violence est justifiée, où on peut être un psychopathe et se servir des gens comme d’un paillasson et trouver l’amour, où la maltraitance des enfants s’explique par un passé difficile du père et « tu comprends le pauvre avec tout ce qu’il a vécu mais il adore ses gosses », l’amour ne justifie pas l’enfermement mais bon. Où l’on va de scènes stupides à scènes de plus en plus invraisemblables, où l’on bascule dans le mièvre, le cul et la bêtise. Où c’est la fille qui s’excuse et qui veut se faire pardonner, quand c’est le mec qui l’a traité comme un caca.tout est bien qui fini bien au pays de Disney. Et où ce livre m’a donné envie de vomir mon dîner.

 

tumblr_me0hv77BdH1qh16w6o1_250

 

Le conte de Grimm dont c’est inspiré : L’intelligente fille du paysan.

Un extrait de conversation avec une amie sur le livre, preuve de mon desespoir en direct : 

colère

La chanson que j’écoute pour me calmer durant cette chronique :

 

Publicités

6 commentaires

  1. Ah oui ben ça donne pas trop envie 🙂


    • Après je sais qu’il a plu a beaucoup de gens, mais c’était vraiment pas un livre pour moi !


      • D’un autre côté si tu t’attend et que t’a envie de guimauve dégoulinante de cliché j’imagine que ça se lit. Mais bon le mec semble tellement chiant…


      • Je l’ai détesté, les deux mecs. Mais surtout pour moi Adrien est un type que j’ai trouvé vraiment violent (certes que dans ses propos mais c’est une violence psychologique et je trouve ça grave quand même), sans respect, qui ne supporte pas qu’on aille à son encontre, qui n’écoute l’avis de personne même pas de ses amis ou de ses enfants et encore moins de celle qu’il dit « aimer ». Je sais que ce genre de mecs c’est la mode dans les bouquins romance, mais moi je peux pas les voir en pâture. Non un mec violent ne fait pas rêver.


  2. J’aime quand tu détestes un livre. Tu as toujours plein d’imagination pour l’exprimer.


    • Et bien même si je n’aime pas détester un livre, j’avoue que j’adore me venger sur ma chronique 😀



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :