h1

Le psychopompe, Dominique Maisons

novembre 3, 2013

le psychopompeRésumé : Paris, hiver 2011. La vie d’Alice Jourdan bascule dans l’horreur la nuit où elle se fait agresser par un vagabond fantomatique qui a le visage de son mari défunt. L’incident plonge la jeune femme dans un état de terreur paranoïaque. Elle va se confier à Victor Bellanger, flic marginal en pleine dérive, qui n’hésite pas à rompre avec tout cadre légal pour mener sa propre enquête. Tous deux se retrouvent au coeur d’une série d’incidents violents liés au passé familial de la jeune femme… Isolés et traqués, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour échapper à l’abîme…

Avis : Je ne sais pas du tout par où commencer cet avis. Je voulais ce livre depuis pas mal de temps et j’avais été ravie de le trouver d’occasion à Paris pour un prix dérisoire dans un état parfait. Du coup j’avais vraiment hâte de le lire, et ma première impression sur le livre est plutôt positive. Le début commence très fort, Alice se fait agresser par un vagabond qu’elle reconnait comme étant son mari. Bien entendu personne ne la croit, sauf Victor, un flic qui m’a vraiment fait flipper au début mais qui malheureusement au fur à mesure de l’histoire va devenir un type mielleux – même si un peu bourru. Je trouvais donc que ça commençait bien, des trucs de ouf se passaient, de l’action, du gore et même un côté inquiétant, s’installait, c’était vachement bien. Mais au fur à mesure de l’histoire j’ai commencé à m’ennuyer. Plusieurs raisons à cela :

le texte est entrecoupé par le testament de la mère d’Alice, et… Je dois dire que j’ai trouvé ces passages vraiment très longuet, la plupart du temps il se passait que dalle, et j’aurais apprécié que l’histoire soit raccourcit, j’ai trouvé certains détails franchement inutiles. Je n’ai pas aimé Virginie, elle était casse pied je l’avoue et sa curiosité me paraissait vraiment trop saoulante.

Deuxièmement, l’histoire d’amour qui se profile entre Alice et Victor. Ça m’a gavé. Totalement. Victor qui était super flippant devient un bon gros rondoudou.

Troisièmement, le texte est écrit au présent, et je déteste ça. C’était très ennuyant à lire, dès le début l’écriture m’a rebuté. J’aurais pu passer au dessus si l’histoire m’avait plus accroché et si le texte n’était pas parsemé de nombreuses fautes, mots qui manquent ou rajoutés, et de phrases qui ne voulaient plus rien dire.

Finalement, et je crois que c’est ce qui m’a le plus énervé dans ce livre, c’est le côté « surnaturel » qui va s’en dégager. J’aime bien les thrillers surnaturels, quand ils sont vendus comme telle. Mais là j’avoue que j’étais « mais c’est quoi ce bordel? N’importe quoi ! »
Alors oui, on peut y trouver une explication logique et vers la fin on nous laisse le choix d’y croire ou non mais franchement j’ai failli abandonné le livre à ce passage de fou, tellement ça m’a gonflé.

En soit je ne pense pas que ce soit un mauvais livre, mais il est par moment trop longs, on aurait certainement pu se passer de quelques trucs (surtout les élucubrations de Virginie, s’il n’y avait eut que l’essentiel ça m’aurait moins gavé). L’idée reste néanmoins originale, le message un peu morale sur l’écologie est passé, et j’ai beaucoup apprécié un des sujets traités. La fin m’a un peu réconciliée avec l’histoire, puisqu’elle laisse le choix. Néanmoins je ressors de cette lecture plutôt déçue et c’est bien dommage, parce que je pense qu’il y avait du potentiel.

Phrase post-itée : 
« La menace et le rapport de force, dans lesquels il excelle, sont inadéquats dans cette ambiance de salon de thé pour mamie foldingue »

Les choses qui m’ont vraiment énervé (avec spoiler) :

– Donc pour revenir au coup du surnaturel : prendre des drogues et pouvoir passer dans le corps de quelqu’un? C’est vraiment trop débile quoi. Prendre des drogues et voir ce qu’il se passe à l’extérieur de son corps? N’importe quoi. Mais ALORS vivre dans un corps mort, celui de sa fille? C’était vraiment la goûte qui fait déborder le vase. Alors oui, à la fin on peut prendre cela pour de la schizophrénie, la mère et la fille étaient complètement folles blablabla. Mais on sent bien de quel côté est l’auteur, et du coup on suit. Mais ça me reste en travers de la gorge quand même.

– Pourquoi, mais pourquoi caser une histoire d’amour dans un thriller? C’est censé être une histoire à vous coller froid dans le dos, alors y mettre les pleurnicheries d’un flic tombant amoureux de la personne qu’il doit protéger… Ça a toujours tendance à me gonfler. Surtout quand c’est aussi lourd que là. Si à la limite ça servait à remettre un peu d’angoisse dans l’histoire, mais non rien, que dalle. En fait c’est juste saoulant. Très très souvent quand il y a des histoires d’amour dans les thriller (sauf si vraiment elles servent à l’histoire comme par exemple dans « derrière la haine ») ça a tendance à me gonfler. Quand je lis ce genre de livres c’est pour ressentir le suspens, pas le guimauve. Puis alors du coup, Victor en devenait vraiment pathétique « bouh je suis tellement malheureux, j’ai fais du mal à ma femme et  nyanyanya, mais je promets de rendre Alice heureuse ». Je préférais le mec du début avec ses jeux de roulettes russes, même s’il me faisait froid dans le dos.

– Tout le côté militaire, service secret.

Les choses que j’ai bien aimé (avec spoiler) :

– J’ai beaucoup aimé le sujet traité sur l’expérience de mort imminente, c’est hallucinant de voir ce que le cerveau peut faire dans ces cas là. L’idée d’écrire quelque chose à ce sujet est géniale je trouve, et celle de pouvoir contrôler les gens dans le coma en leur imposant une sorte d’hypnose en fait est pas mal du tout. Je pense qu’on aurait pu s’en tenir à ça sans aller dans l’histoire de serpent psychopompe qui te font voyager hors de ton corps.

– Malgré le côté « surnaturelle » j’aime les fins ouvertes comme celle là, qui te laissent le choix, alors vrai ou pas? Étaient-elles schizo ou alors elles ont réussis des trucs bizarres? Victor en tout cas le croit lui, et ça le rend fou (surtout de perdre Alice-Virgine je pense).

– Il est clair que l’auteur ne manque pas du tout d’imagination, et dans un sens j’ai envie de voir d’autres ouvrages, s’il y en a j’essaierai pour voir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :