Archive for octobre 2012

h1

Tag

octobre 21, 2012

Ma soeur m’a taggué, alors je joue le jeu :

Un livre que tu as particulièrement aimé :

Le faire ou mourir de Claire-Lise Marguier : je m’en suis toujours pas remise. Il est vraiment génial, émouvant, touchant et complètement bouleversifiant !

Un livre qui ne t’as pas plu :

 L’amour mode d’emploi de William Nicholson : c’était imbuvable ! Je l’ai revendu.


Un livre qui est dans ta PAL :

 Point de côté de Anne Percin : cadeau de ma soeur (dédicacé mouahaha) j’ai trop hâte que mon chapeau le tire au sort !

Un livre qui est dans ta wishlist : 

 Nouvelles, 50 inédits de Maurice Leblanc : je dois vraiment expliquer pourquoi? AHAHAH

Un livre auquel tu tiens :

 Comment bien rater ses vacances de Anne Percin (et ses suites) : bah je les adore, ils sont trop beaux, trop bien, trop tout d’ailleurs.

Un livre que tu aimerais vendre ou troquer :

 Le livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness : ouais il est beau, mais je ne l’ai pas tellement aimé donc si ça intéresse quelqu’un contactez moi

Un livre dont tu n’as pas encore parlé sur ton blog :

 Hight School Criminal de Mark Walden : deuxième tome de la Grande école du mal et de la ruse, je l’ai toujours pas chroniqué mais faut que je le fasse (et sans doute que je le terminerai jamais)

Un livre que tu n’as pas réussi à finir :

 La grand-mère de Jade de Françoise Deghelt : je me suis ennuyée, pas été touché, du coup je suis allée lire directement la fin pour savoir.

Un livre que tu vas lire en lecture commune :

 Le lit d’Aliénor I de Mireille Calmel : organisé par club de lecture et que je vais commencer aujourd’hui.

Je ne sais pas qui je pourrais tagguer, alors le fait qui veut ! Faites vous plaisir.

Publicités
h1

Tropique du pervers, Virginie Brac

octobre 21, 2012

 Résumé : Plus de vie à soi, pas de place pour les états d’âme : le docteur Véra Cabral a décidé d’abandonner la routine de son cabinet de psy pour les urgences de nuit. A trente-deux ans, Véra veut faire peau neuve et oublier le lourd secret qui encombre sa vie. Des tentatives de suicide aux prises d’otages, elle découvre sur le terrain les risques du métier. Sur sa route, elle croise le capitaine Sedan en charge d’une affaire délicate dans les milieux politiques. L’attitude pour le moins équivoque du policier trouble la psychiatre qui entreprend alors sa propre enquête… Une enquête qui va la mener très loin, bien plus loin qu’elle n’aurait souhaité.

Avis : on est tout de suite transporté dans le livre dès la première intervention de Véra qui doit convaincre un homme assis sur un bidon d’essence de relâcher ses otages et de ne pas jouer avec son briquet. J’ai beaucoup apprécié les interventions de Vera, puis on se rend compte que malgré elle (bon même si elle est un peu fouille-merde) elle va se retrouver prise dans une spirale infernale et une sacrée histoire (bien glauque-horrible comme il faut). Et j’ai adoré.
J’ai trouvé que c’était assez flippant par moment, et on veut mieux comprendre ce qui est en train de se passer, j’avais des doutes sur certaines choses mais la vérité est vraiment gore.
L’écriture est assez bonne, elle nous transporte facilement, même si par moment je me perdais un peu (parfois on est balancé dans un truc sans rien savoir du tout, surtout avec la famille de Vera, au début on ne sait pas qui est qui et c’est assez difficile à suivre, mais on fini par s’y faire). D’ailleurs en parlant de la famille de Vera… Les Cabral sont complètement flingués, ils m’ont bien fait rire (ou parfois grincer des dents) mais en tout cas je les ai adoré. Sa famille est immense, et hyper collante, attaché entre eux par des liens invisibles, c’est assez puissant et j’ai adoré. Ils ont aussi des manières de parler assez drôle (et d’écouter assez nulle !) Chacun y va de son commentaire à propos de Vera, ou à propos de n’importe quoi d’ailleurs, et c’est pas mal. C’est un peu le côté léger du livre, parce que le reste m’a foutu les nerfs à fleur de peau.
Je n’exagère pas quand je dis que c’est vraiment affreux. Je me suis sentie révoltée, dégoûtée et je me suis par moment demandée comment Vera faisait pour tenir le coup.
La fin n’est pas très joyeuse en plus, elle paraît injuste finalement, et laisse un goût amer dans la bouche.
Bref c’est un super livre, court et qui se lit très très vite, mais qui retourne un peu quand même je trouve.

Je n’ai pas post-itée de passage.

3 plus : 
– La famille de Vera, et Vera elle-même
– L’écriture qui nous emporte facilement dans l’action
– L’histoire – aussi gore soit-elle j’ai bien aimé.

3 moins : 
– Des fois on est un peu perdue, l’auteur ne donne pas forcément les explications et on se demande parfois de quoi elle veut parler (ou de qui)
– C’est pas un livre bourré d’espoir honnêtement, des fois les méchants gagnent et les fous restent fous
– Je n’ai pas le deuxième tome dans ma PAL.

h1

On My Wishlist n°22

octobre 20, 2012

On my Wishlist est à la base un rendez-vous lancé par Book Chick City et repris en français par Chica’s Booksland. On parle alors tous les samedi d’un livre de notre Wish list qu’on veut absolument, et pourquoi.

Cette semaine :

50 inédits et autres nouvelles de Maurice Leblanc

Résumé : Maurice Leblanc (1864 – 1941) est certes le lumineux créateur de la série des « Arsène Lupin ». Mais il est aussi l’auteur de nombreuses et brillantes nouvelles, son « oeuvre de référence » comme il aimait à le rappeler. Oui ! Maurice Leblanc a eu une vie avant de concevoir le cultissime gentleman-cambrioleur. Ce recueil vous propose une sélection de 50 nouvelles, toutes inédites.

Qui croisons-nous dans ces courts récits ? Des femmes, bien sûr – car la femme chez Leblanc est un sujet inévitable… – des couples, aux histoires dramatiques ou drôlatiques, des criminels au sang chaud, mais aussi des personnages mystérieux voire fantastiques. L’humour se fait souvent grinçant, le secret est omniprésent, l’érotisme assumé et la maîtrise de l’intrigue atteint la perfection d’un orfèvre en la matière…

Ces 50 nouvelles inédites sont une provocation à la postérité, qui aime résumer l’oeuvre de cet auteur au seul Arsène Lupin. Impossible pourtant d’oublier le maître incontesté dans l’art de la nouvelle que fut Maurice Leblanc. Il marche ici avec talent sur les traces de son mentor, un certain Guy de Maupassant…

Pourquoi ? : ça me semble assez évident, c’est du Arsène Lupin, j’adore Arsène Lupin et je ne suis jamais rassasiée d’Arsène Lupin. Je ne l’ai pas donc je le veux mouahahah ! J’en veux toujours plus.

h1

Le livre perdu des sortilèges, Deborah Harkness

octobre 18, 2012

Lecture commune sur Club de Lecture.

Résumé : Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué, pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret – un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Parmi eux, Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au cœur de la tourmente.

Avis : FINI. ENFIN. Voilà, c’est tout ce que je peux en dire. Je suis arrivée à la dernière page en poussant un soupir soulagé, honnêtement. Ce n’est pas parce que ce livre est un pavé mais parce qu’il ne se passe rien. Diana est la sorcière la plus ennuyante qui soit, à la rigueur je la trouvais intéressante au début parce que c’est original sa manière de refuser d’utiliser ses pouvoirs, mais dès sa rencontre avec Matthew elle a petit à petit commencé à me saouler, pour qu’à la fin je ne la supporte plus. Matthew, lui c’est clair, je ne l’ai pas aimé une seule seconde dans le livre. Toujours entrain de chouiner sur son sort, trop possessif, trop étouffant, trop « je suis le maître et je fais ce que je veux ». Et en plus si j’avais su qu’il y avait des vampires dans ce livre je ne l’aurais JAMAIS acheté ni lu. Bon, ici, ils ont au moins l’avantage de ne pas être brillant au soleil (presque pas) mais cela n’a pas empêché que je les ai trouvé saoulant. J’ai à peu près apprécié Ysabeau et Marthe, j’ai adoré Marcus, mais Matthew non voilà tout. Et comme Diana et Matthew sont les héros, et que la plupart des chapitres sont du point de vu de Diana, l’histoire m’a vite saoulé. Enfin je dis « l’histoire », mais il se passe tellement rien. J’ai eu par moment l’impression désagréable de regarder des gens se lever, manger, faire des trucs, puis se coucher. Passionnant. En plus Diana dort tout le temps, quand elle dort pas elle a envie de dormir et elle est fatiguée. L’histoire d’amour est niaiseuse au possible et m’a totalement déplu, je n’ai pas du tout accroché, en plus c’est remplis de bons sentiments, de belles paroles et parfois ça en devient franchement ridicule.
Bref, une histoire qui n’avance pas, qui s’allonge et s’allonge sur des pages, qui ne démarre jamais. Heureusement quelques moments d’actions ont réveillé mon intérêt mais sans plus.
Le pire c’est que je ne veux pas lire le deuxième, et comme le premier nous révèle quasiment rien j’ai l’impression de l’avoir lu pour rien.
Les quelques points positifs sont Em et Sarah (dommage qu’on ne les voit pas plus) et Haimish, ainsi que Marcus. J’ai même pas accroché sur les moments historiques (et en plus l’alchimie j’y capte que dalle, la plupart du temps j’avais juste envie de sauter ces passages). Je trouve que l’Ashmole 782 n’est qu’une excuse pour caser la sorcière et le vampire ensemble et basta.
La fin par contre m’a fait éclaté de rire parce qu’on aurait cru du Minus et Cortex (ceux qui l’ont lu comprendront, et ceux qui le liront comprendront, et les curieux qui veulent pas le lire pourront feuilleter la fin pour comprendre).
Ah si j’ai aimé les fantômes aussi, je les trouvais marrant, je sais pas pourquoi. Mais mon personnage préféré est sans conteste : la maison d’Em et Sarah ! Elle est excellente cette maison, je l’ai adoré.

Bref voilà un avis plutôt négatif sur ce livre, ça m’aurait moins énervé si ça n’avait pas été une brique de 833 pages ahaha !

Phrase post-itée :
« Vos lèvres sont rouges comme des coquelicots et vos cheveux sont si pleins de vie » j’ai trouvé ça tellement desespérant que j’en ai eu une crise de fou rire. C’est tellement ridicule ahaha ! Enfin voilà.

3 plus (parce que oui il y a des choses à sauver dans ce pavé, malgré tout) :
– La couverture (facile)
– La maison (ouais je l’adore)
– Haimish et Marcus ahaha ! Bon peut-être aussi Sophie, Sarah et Em. Et quelques passages sympa (parce que oui des fois je cessais de m’ennuyer).

3 moins : 
– L’écriture que je n’ai pas aimé (je m’y suis faite mais en démarrant j’étais là « ohpurée ça commence mal »)
– L’histoire d’amour, Matthew et Diana
– Il ne se passe rien.

h1

Top Ten Tuesday n°36

octobre 16, 2012

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani

Les 10 livres où vous avez préféré un ou plusieurs personnages secondaires ou peu importants au personnage principal

1/ La ligne noire de Jean Christophe Grangé : je préfère tellement Jacques Reverdi à Marc qui est plutôt saoulant et fade.

2/ 658 de John Verdon : j’ai franchement adoré Mélanie, la femme du policier qui mène l’enquête. Elle est maligne, excellente, sans elle Gurney n’aurait pas compris certaines choses aussi facilement.

3/ Psi Changeling de Nalini Singh : j’ai préféré Tamsyn et ses bébés léopards aux deux héros. La meute d’ailleurs est bien plus intéressante que Lucas (qui m’a saoulé).

Petit top 3, j’avoue que je ne suis pas inspirée, et un peu trop fatiguée pour y réfléchir trop longuement. J’ai choisi des livres où cela me paraissaient vraiment flagrant (ainsi que des livres que j’ai plutôt aimé, sinon j’aurais pu mettre Twilight vu que je déteste Bella, Edward et Jacob et que j’aime que Jasper en fait). Bref si j’en retrouve et que j’ai pas trop la flemme j’éditerai peut-être ahaha !

h1

Page de pub

octobre 13, 2012

J’en profite pour faire de la pub pour ma petite soeurette et son blog : parce qu’elle a ENFIN lu Comment devenir une rock star (ou pas)  de Anne Percin et partage ma détresse que ça yeeeeeeeest c’est fini bouhouhou et mon amour sans borne pour Julius.

Voici donc son blog et sa critique : ICI

Si avec ça vous n’êtes pas convaincu par les aventures de Maxime… Et bien tant pis ahaha!

h1

Top Ten Tuesday n°35

octobre 9, 2012

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani

Les 10 plus beaux livres (objets)

1/ Miss pérégrine et les enfants particulier de Ransom Riggs : pour moi c’est vraiment un des plus beaux livres que je possède, il est juste magnifique !

2/ La série des Pyjamarama de Michaël Leblond et Frédérique Bertrand : Ce sont des livres super magiques, j’en ai offert un à ma nièce.

 3/ La saga Rebelles de Anna Godbersen : j’adore les couvertures, j’adore la mise en page, je trouve justes ces livres super beaux

4/ La série Uglies de Scott Westerfeld : j’y tiens à mort, tellement je les trouve magnifique

5/ Ce livre cache un très grand secret de Pseudonymous Boch : il est non seulement superbe mais en plus il m’a bien fait rire.

6/ Les trois brigands de Tomi Ungerer : je les aime ces brigands et je trouve la couverture excellente, autant que l’intérieur. C’est un très bel album.

7/ Ne me touche pas de Tahereh Mafi : je ne l’ai pas, mais je le veux. Il est magnifique et en plus doux au toucher. J’adore.

8/ De manière générale les livres doado de Rouergue : tous ceux que j’ai, je les trouve superbe, et en plus j’adore les tenir en main, je suis tout le temps entrain de les admirer.

9/ Les livres de la collection R : pour la plupart je les trouve magnifique et je les achète surtout pour leur couverture.

Il m’en manque un pour ce top ten (si jamais je trouve, je viens mettre). J’adore les livres de toute façon, j’adore les toucher, les avoir dans les mains, regarder à l’intérieur, les sniffer (oui je sniffe les livres), pour moi ils font parties des plus beaux objets du monde, même ceux qui sont plus moches.