Archive for août 2012

h1

Rebelle

août 12, 2012

 Résumé :
Depuis la nuit des temps, au cœur des terres sauvages et mystérieuses des Highlands d’Ecosse, récits de batailles épiques et légendes mythiques se transmettent de génération en génération. Merida, l’impétueuse fille du roi Fergus et de la reine Elinor, a un problème… Elle est la seule fille au monde à ne pas vouloir devenir princesse ! Maniant l’arc comme personne, Merida refuse de se plier aux règles de la cour et défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de tous et particulièrement de sa mère. Dans sa quête de liberté, Merida va involontairement voir se réaliser un vœu bien malheureux et précipiter le royaume dans le chaos. Sa détermination va lui être cruciale pour déjouer cette terrible malédiction.

Avis : J’adore les cheveux roux (oui c’est important) et les cheveux de Mérida et de ses petits frères sont juste TROP magnifiques. Donc du coup je gagatisais dès le début.
L’histoire m’a fait mourir de rire, j’ai trouvé les personnages hyper attachants, et pour certains complètement barrés (surtout la sorcière « sculptrice sur bois » et son obsession pour les ours), le père de Mérida est excellent, les autres chefs sont géniaux. Bien entendu au début le personnage de la mère paraît énervant mais on fini par drôlement s’attacher à elle. Mérida est têtu et veut vivre libre, elle n’a aucune envie de vivre la vie d’une princesse, elle est rebelle (comme l’indique le titre) et son caractère m’a beaucoup plu (contrairement à certaines niaises qu’on peut rencontrer aha). J’ai aussi pas mal pleuré, chamallow sensible que je suis et au final j’ai vraiment adoré cette histoire.
Deux mots sur la BO, si je regrette qu’il n’y ait pas plus de musiques chantées (ce qui fait le charme disney) j’ai quand même adooooooréééé les musiques, un peu celtique, avec beaucoup de cornemuse, de violons, de flutes, c’était super sympa.
Un très bon Disney-Pixar.

Phrases marquantes :
« Est ce qu’il était satisfait? »
« Ca oui, il est repartit avec une très belle planche à découper ».  Je pense que ça ne réponds pas à la question et j’ai bien ris.

3 plus :
– les cheveux (ouais je sais c’est un drôle d’argument)
– l’histoire, la musique
– les personnages

1 moins :
pas assez de chanson chanté.

Publicités
h1

La Proie, Michael Crichton

août 11, 2012

 Résumé : Personnalité des milieux high-tech de Silicon Valley, Julia dirige Xymos, une jeune société qui fabrique des nanoparticules, ces robots infiniment petits destinés à la recherche militaire. Depuis quelque temps, son comportement est étrange. Elle s’absente de plus en plus souvent, se cache pour téléphoner, se désintéresse de son bébé malade, prononce des phrases incohérentes… Jack, son mari, veut comprendre. Chercheur en informatique, il parvient à se faire embaucher par Xymos pour une mission de consultant. C’est là, dans un curieux complexe technologique au coeur du Nevada, qu’il va découvrir jusqu’où peut aller le génie et la folie des scientifiques. Seul, il devra affronter un prédateur que nul n’avait jusque-là imaginé.

Avis : En lisant ce livre je ne m’attendais pas vraiment à tomber sur un scénario catastrophe et étant donné que c’est un des genres que j’aime le moins je n’ai pas réellement été transporté par l’histoire. Le début m’a mise mal à l’aise, la deuxième partie m’a dérangé et mon problème avec la fin c’est que je ne l’ai pas comprise. Ce n’était pas le seul problème du livre : j’ai détesté tous les personnages, sauf peut-être Mae que j’ai trouvé intéressante (j’aimais bien son caractère en fait). J’ai trouvé le personnage principal trop passif, qui s’aveuglait, ses gosses abominables, sa femme pire encore (oui bon ensuite on comprends mieux pourquoi, mais ça n’empêche que ça en fait des personnages vraiment désagréables).  Le récit est entrecoupé d’explications physiques, chimiques, biologiques, informatiques et je dois dire que je n’ai pas toujours tout compris, ça me parraissait trop compliqué pour moi, même si certaines choses m’ont intéressé, d’autres m’ont ennuyé et finalement pour certaines n’ont pas voulu rentrer dans ma tête.
L’écriture est bonne à part ça, le suspens bien mené et c’est certainement un bon scénario, mais comme ce n’est pas mon style je ne peux pas dire avoir follement adoré donc voilà.

Phrase post-itée :
« le groupe de spécialistes a annoncé qu’Amanda avait soit une occlusion intestinale, soit une tumeur au cerveau » ça m’a fait rire jaune même si c’est horrible ce passage.

1 plus : 
– L’écriture

3 moins : 
– je ne suis pas adepte des scénarios catastrophes
– les personnages
– les longues coupures d’explications.

h1

On My Wishlist n°16

août 11, 2012

On my Wishlist est à la base un rendez-vous lancé par Book Chick City et repris en français par Chica’s Booksland.

On parle alors tous les samedi d’un livre de notre Wish list qu’on veut absolument, et pourquoi.

Le livre de la semaine :

  Anne… La Maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery

Résumé : Lucy Maud Montgomery, créatrice de cet univers enchanteur, nous transporte au coeur du Canada, sur l Ile du Prince Édouard, à la rencontre de cette petite orpheline dont on va suivre avec passion les péripéties au fil du temps. Depuis son plus jeune âge, Lucy Maud a toujours eut la conviction qu’elle deviendrait un écrivain célèbre ; et toute sa vie, entre les moments d’excitation fébrile et des périodes d’ennui terrible, l’écriture resta toujours sa meilleure amie, son refuge, sa vie tout entière.

Pourquoi ? : une amie me l’a conseillé il y a super longtemps et chaque fois que j’en entends parlé c’est souvent des bonnes critiques donc je veux le découvrir.

h1

La justice de l’inconscient, Frank Tallis

août 10, 2012

 Résumé : En ce début de XXe siècle à Vienne, où l’on peut croiser Freud, SchSnberg, Klimt et bien d’autres encore, les cafés sont le lieu de débats fiévreux. C’est dans cette atmosphère d’effervescence artistique et scientifique que Max Liebermann, jeune psychiatre et pianiste à ses heures, mène ses enquêtes avec son ami Oskar Rheinhardt, inspecteur et… chanteur lyrique amateur. Et ils vont avoir fort à faire avec le cas de cette jeune et jolie médium retrouvée morte chez elle dans une pièce fermée de l’intérieur. Une note griffonnée de ses mains laisse penser à un suicide. Pourtant, les indices déroutants s’accumulent : l’arme du crime, un pistolet, a disparu, et aucune trace de la balle n’est retrouvée durant l’autopsie… Serait-ce l’intervention d’un esprit maléfique ?

Avis : j’ai adoré ce livre. Tout d’abord à cause de ses nombreuses références culturelles (sur la musique classique, sur la psychologie, sur les peintres etc.) et ensuite parce que l’enquête et l’histoire sont hyper intéressantes.
Le livre contient deux histoires, la plus importante est bien sûr l’enquête de Reinhardt qui est bien sûr confronté à un mystère (un meurtre en chambre close, sans arme, sans balle) et les suspects ne manquent pas (mais pourquoi? et puis comment?), il s’aidera de son ami psychiatre Liebermann et ce dernier lui donnera d’ailleurs un sacré coup de main.
J’ai bien entendu adoré cet enquête, c’était surprenant et même si j’ai finis par deviner qui était l’assassin (en tout cas j’avais de sérieux doutes) jusqu’à la fin je n’ai pas compris comment il s’y était pris.
Ensuite la deuxième histoire concerne le travail de Liebermann, nous nous trouvons au tout début de la psychothérapie mise en place par Freud (d’ailleurs il fait son apparition dans ce livre et … je le déteste toujours autant) et cette science est plutôt mal accepté, pourtant Liebermann défend son métier et va essayer de sauver une jeune fille de l’hystérie.
Ce livre parle beaucoup de psychologies et ça j’ai beaucoup apprécié (les nouvelles sciences moi ça me passionne) et ici se centre sur le problème de l’hystérie, ce qui permet d’aborder le sujet des femmes à cette époque. Si elles arrivent enfin à se battre pour obtenir un peu plus de droits (comme celui d’étudier) tout n’est pas encore gagné et beaucoup de choses dans ce livre arrive à cause de cela. J’ai été très touché et j’ai beaucoup aimé l’espris très ouvert de Liebermann sur la question.
Ensuite cela parle également des médiums et là aussi j’ai apprécié de voir qu’on s’en moquait plus qu’on ne les encensait (contrairement au « fantôme de Baker Street » livre qui m’avait déplu pour cette raison), les médiums sont vues comme des gens qui sont des illusionites, des acteurs qui jouent des tours et c’est exactement ce que je pense d’eux (d’ailleurs c’est pour cette raison que j’ai adoré Reinhardt, il joue un petit tour à sa façon et ça m’a beaucoup plu, mais je ne peux pas en dire trop sans spoiler).
L’univers de ce livre est baigné d’histoire également, en effet comme l’histoire se déroule à Vienne au début du XXème siècle, l’antisémitisme est très présent (et ça m’a retourné le coeur tant les gens étaient stupides) et certaines pratiques sont très barbares (comme le fait d’éléctrocuter les femmes hystériques), mais c’était vraiment hyper intéressant et pas du tout ennuyé.
En plus les personnages sont franchement géniaux.
J’ai particulièrement apprécié Liebermann, il est très intelligent, très ouvert et il a un esprit affuté qui lui permets de faire du bon boulot en tant que psychiatre et enquêteur. C’est au niveau des sentiments amoureux qu’il est un peu plus perdue, car s’il demande Clara en mariage au début du livre, peu à peu il se montre hésitant. Et je le comprends, car Clara est une commère sans cervelle (selon moi).
J’ai beaucoup aimé le policier Oskar Reinhardt, il n’a aucune honte de demander l’aide de son ami et je trouve que c’est un très bon flic, il cherche vraiment la vérité et ne veut pas accuser quelqu’un à tort (contraire à son collègue qui arrive plus tard et qui n’est qu’un abruti antisémite sûr de lui). Sa femme est adorable et ses filles très mignonnes.
J’ai adoré Amélia Lydgate et je l’ai pas mal plaint, pour autant elle se révèle être une femme très intelligente et astucieuse, elle m’a beaucoup plus.
Beaucoup d’autres personnages m’ont soit plus soit déplus, dans les suspects comme dans les personnages moins importants, il y en a que j’aurais tué tellement je les trouvais horribles d’ailleurs et d’autres que je trouvais sympa (comme Haussmann par exemple).
L’écriture du livre est super bonne, les dialogues sont vachement biens, et j’avais vraiment l’impression de voir la scène sous mes yeux. J’ai aussi aimé le découpage des chapitres (chaque fois l’histoire se centrait sur un autre sujet ce qui faisait qu’on avait immédiatement envie de savoir la suite et qu’on ne s’ennuyait jamais).
Bref j’ai passé un super bon moment avec ce livre, et comme j’adore le piano j’étais comblée. Je le recommande, et rajoute le deuxième tome dans ma PAL.

Phrase retenue : 
« La Fräulein a la poitrine transpercée. Allons, croyez-vous que, après une telle blessure, elle aurait eu le temps de cacher une arme, puis de reprendre sa place sur la méridienne ? » J’ai vraiment trouvé ça drôle et d’une logique imparable.

3 plus : 
– l’enquête très intéressante, et l’histoire de Liebermann sur ses soins psychiatrique
– l’écriture très agréable et les très bons dialogues
– les personnages

2 moins : 
– grrr les gens sont trop bêtes !
– j’ai plains les femmes (et heureusement cela évolue)

 

h1

Top Ten Tuesday n°27

août 7, 2012

 Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

Les 10 meilleures trilogies

1/ Bartiméus de Jonathan Stroud : ce sont mes livres préférés alors j’étais bien entendu obliger de les citer.

2/ A la croisée de monde de Philip Pullman : cette trilogie m’a touché et ému et fait pleurer. Je l’ai dévoré en très peu de temps.

3/ Hunger Games de Suzanne Collins : celle là fait partie des dernières que j’ai lu et elle m’a énormément plu.

4/ Chaos en marche de Patrick Ness : celle là aussi il n’y a pas longtemps que je l’ai lu et elle m’a retourné.

Je n’en vois pas d’autres, je n’ai pas lu tellement de trilogie et il y en a que je n’ai pas terminé (comme possession ou divergent par exemple, car j’attends la suite).

h1

Le garçon qui volait des avions, Elise Fontenaille

août 6, 2012

 Résumé : C’est l’histoire véridique de Colton Harris-Moore, emprisonné aux États-Unis depuis l’été dernier. À huit ans, il est accusé à tort du vol d’un vélo et déclare la guerre à la police. Il s’enfuit du foyer où on l’a placé et vit seul dans la forêt. Après des glaces au chocolat, des pizzas, des voitures de luxe et des bateaux, il dérobe son premier avion à seize ans, devenant ainsi l’ennemi public numéro un de San Juan, une petite île au large de Seattle.

Comme des milliers d’ados dans le monde entier, et quelques adultes aussi, Élise Fontenaille est devenue une fan de Colton sur Facebook. S’inspirant de sa vraie vie, elle nous raconte l’histoire de celui qu’on surnomme désormais « le bandit aux pieds nus ».

Avis : j’avoue que je n’avais jamais entendu parler de l’histoire de Colton et que dans ce petit livre (60 pages pas plus) je me suis attachée à lui. Ce gamin était vraiment doué et je comprends qu’il ait séduit des milliers de fans (au point d’avoir une page FB). J’ai même réussi à voyager avec lui, et franchement j’espérais qu’il ne se fasse pas attraper. Les adultes m’ont fichu la trouille dans cette histoire d’ailleurs. C’est à la fois un peu triste et un peu génial, voyager comme ça, et voler des voitures, des bâteaux et surtout des avions, se moquer des flics et se planquer dans la maison, vivre dans la forêt. Moi j’ai dévoré ce bouquin et en plus j’adore comment il est écrit. Du coup, je suis devenue une fan aussi.

Phrase post-itée :
« Il est recherché par toutes les polices du pays, il est devenu célèbre, mon fils, une star ! » j’ai trouvé ça super mignon et drôle !

3 plus : 
– une biographie super bien écrite (j’avoue adorer ce mode d’écriture)
– une histoire qui fait voyager
– oui je suis devenue une fan

3 moins : 
– la suite de l’histoire est moins drôle
– les adultes sont vraiment… bref.
– et je vois pas de troisième moins.

h1

Starters, Lissa Price

août 5, 2012

 Résumé : Vous rêvez d’une nouvelle jeunesse ?
Devenez quelqu’un d’autre.

Règles s’appliquant à la clientèle de PRIME DESTINATIONS :

1) N’oubliez pas que le corps dont vous êtes locataire est celui d’une jeune personne.
2) Il est strictement interdit de le modifier ou de le blesser.
3) Toute activité illicite entraînera l’annulation de votre contrat.

Le corps que vous avez loué nous appartient.

Avis : C’est une histoire plutôt choquante où certains Starters (les adolescents) vont vendre leur corps pour que les Enders (les vieux) puissent les louer et vivre avec durant quelques jours (ou mois). Ils sont vu comme une marchandise, on parle d’eux comme d’une belle voiture à louer et les Enders ne semblent pas s’en rendre compte. Aucune ethique donc, mais ne vous inquiétez pas vous jure-t-on, aucun accident n’est arrivé.
Callie est une de ces Starters et pour son petit frère elle ferait n’importe quoi, alors elle décide de passer un contrat avec la banque des corps. Seulement à cause d’un bug dans le système elle se réveille plus tôt que prévu.
J’ai trouvé cette histoire entrainante et plutôt passionnante, il se passe pleins de choses et le suspens est assez présent, on se pose des questions et jusqu’au bout de la dernière page nous avons des révélations !
Les personnages m’ont énormément plu surtout Tyler, Callie (et ses réparties), Madisson (je l’ai trouvé vraiment chouette) et Helena. J’ai détesté ceux de la banque comme TinnenBaum (même si son nom me fait rire) ou Doris ou encore Le Vieux. Pour Blake et Michael je reste mitigé, on verra dans le tome 2.
Bien sûr ils restent encore des mystères et je veux absolument savoir ce qui va se passer ensuite. J’ai d’ailleurs un doute sur quelque chose et je me demande si mes doutes seront avérés ou non. Donc je veux vite la suite (heureusement elle sort cette année).
Bref un super récit, des mystères, de l’action, des personnages haut en couleur, une histoire « choc » et de l’humour, moi je l’ai dévoré et je le conseille !
En plus la couverture est vraiment magnifique.
Ah sinon, par certains côté cela m’a fait penser à Hunger Games (alors oui c’est de la dystopie donc forcément) mais surtout à cause de « l’importance de la beauté des candidats ». Donc je comprends (pour une fois) la remarque sur les fans d’Hunger Games qui adoreront ce livre.
En tout cas moi j’ai adoré. Et j’ai hâte d’avoir le deuxième tome.

Phrase post-itée :
« Il n’est pas très vieux – dans les cent dix ans » J’avoue avoir bien ris, et puis j’ai compris qu’en fait pour un Enders c’était pas vieux effectivement.
Il y en a d’autres mais je ne les ai pas sélectionné par peur du spoil.

3 plus :
– les personnages et leur répartie, l’humour présent malgré l’histoire
– l’histoire très intéressante et assez choc
– l’écriture très prenante

3 moins : 
– je veux la suite évidemment
– j’aimerais en savoir plus sur certains personnages
– les enfants sont de la marchandises dans ce livre et wouh ça retourne. (Mais c’est bien !)