h1

Les personnages, Sylvie Germain

avril 21, 2012

 Résumé : Un jour, ils sont là. Un jour, sans aucun souci de l’heure. On ne sait pas d’où ils viennent, ni pourquoi ni comment ils sont entrés. Ils entrent toujours ainsi, à l’improviste et par effraction. Et cela sans faire de bruit, sans dégâts apparents. Ils ont une stupéfiante discrétion de passe-muraille. Ils : les personnages. On ignore tout d’eux, mais d’emblée on sent qu’ils vont durablement imposer leur présence. Et on aura beau feindre n’avoir rien remarqué, tenter de les décourager en les négligeant, voire en se moquant deux, ils resteront là. Là, en nous, derrière l’os du front, ainsi qu’une peinture rupestre au fond d’une grotte, nimbée d’obscurité. Une peinture en grisaille, mais bientôt obsédante. Là, à la frontière entre le rêve et la veille, au seuil de la conscience. Et ils brouillent cette mince frontière, la traversent continuellement avec l’agilité d’un contrebandier, la déplaçant, la distordant. Là, plantés sur ce seuil mouvant avec la violence immobile et mutique d’un mendiant qui a jeté sur vous son dévolu et qui ne partira pas avant d’avoir obtenu ce qu’il veut.

Avis : intriguant me suis-je dit en lisant le résumé de ce livre et je voulais irrémédialement en savoir plus, comme le livre ne comporte qu’une centaine de pages, je l’ai donc tenté. Et ce n’est pas du tout à quoi je m’attendais, ce livre parle des personnages certes, mais les personnages qui s’imposent dans l’esprit des romanciers, ce qui les pousse à écrire. Ca parle des romanciers donc, de ce qu’ils peuvent ressentir et de leur difficile travail, mais c’est écrit d’une manière assez étrange, et j’avoue à des moments avoir un peu dormi sur les pages (fatigue oblige) donc certains passages ne m’ont pas paru très clair. Je ne sais pas si j’ai aimé ou pas ce livre, je l’ai juste trouvé plutôt étrange, et le passage sur le sexe m’a paru trop bizarre aussi et je me demandais ce que certaines « explications » faisaient là. Ce qui est raconté est illustré par deux sortes d’exemples à la fin, la maladie de la page blanche dans la première histoire, et la deuxième sur un personnage bizarre qui s’impose à un auteur, j’ai beaucoup apprécié cette dernière que j’ai trouvé encore plus étrange que le reste mais néanmoins super intéressante et la fin m’a troublé.
Ce livre ne raconte donc pas une histoire, mais parle de ces personnages qui viennent s’insinuer dans la cervelle des auteurs, et ce qui en découlent.

Je ne peux ni mettre de plus ou de moins, ni de phrases qui m’ont marqué, parce que j’ai trouvé ce livre plutôt étrange.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :