h1

Will & Will, John Green et David Levithan

avril 17, 2012

 Résumé : Will Grayson se méfie des sentiments. Les histoires de coeur portent la poisse, tout le temps. Alors quand son meilleur ami, l’exubérant, très corpulent et très, très homo Tiny Cooper, fait tout pour le fourrer dans les bras de Jane, il se dit que cette fille est jolie, marrante et sympa mais… pas du tout son type.
De l’autre côté de Chicago, un certain Will Grayson (rien à voir avec le premier !), se sent plus mort que vivant : il vient d’apprendre que celui qui le faisait fantasmer sur sa messagerie n’est pas celui qu’il croyait…

Avis : touchant. drôle. triste. émouvant. Je ne sais pas.
Will Grayson est blasé, il a deux règles d’or dans la vie : 1) ne jamais trop s’investir, 2) toujours la fermer. Il ne dit donc jamais rien, mais pense très fort et n’est pas en reste (car ses pensés sont souvent acerbes, cyniques et drôles). Son meilleur ami Tiny Cooper est disons le : un enquiquineur de première un peu narcissique (il a quand même écrit une comédie musicale sur lui), homosexuel qui tombe amoureux toutes les heures, qui chuchote si fort qu’on peut tous l’entendre et qui dit tout ce qu’il pense. C’est un type plutôt bien, mais qui par moment m’a un tout petit peu saoulé. Sa relation avec Will paraît complètement abérante, il fait partie de ces amis qu’on ne choisi pas, mais qu’on aime tout de même. Dans ce livre c’est cette relation amicale bancale que j’ai préféré, parce que moi, les histoires d’amitié je préfère ça aux histoires d’amour, souvent, surtout quand elles sont bien foutus, et fortes. Puis j’ai adoré Will Grayson, et sa façon d’être arelationnel, par pleins de côté il m’a un peu rappelé moi, d’où je l’ai beaucoup apprécié aussi. (Même s’il est un égocentrique plaignard).
Ya aussi Jane, Jane une fille plutôt chouette avec répartie, marrante et mignonne, mais que Will rejette parce qu’il ne veut pas s’engager, qu’il n’est pas sûr de lui, qu’il n’est pas sûr d’elle, et qu’il ne veut pas souffrir (ça serait contraire à ses règles d’or).
Puis il y a Will Grayson, l’autre, celui qui n’utilise pas de majuscule quand il parle. Celui qui n’a pas de guillemet et qui dit qui cause « moi » « maman » « l’autre w.g » (parce qu’écrire « l’autre Will Grayson » est trop long pour lui sans doute), celui qui met des points partout et qui est dépressif à fond. Et à fond amoureux d’Isaac aussi. Je l’ai beaucoup apprécié, même s’il se laisse tomber, même s’il va vraiment mal, même s’il est incapable de faire attention aux autres « parce que c’est perdu d’avance ». Et puis il va rencontrer par hasard l’autre Will Grayson, et ça va changer quelque chose dans sa vie. Par sa rencontre avec Tiny, par son nouveau j’m’en foutisme, et puis parce qu’il a sans doute besoin d’aller un peu mieux.
Ce livre parle d’amour, d’homosexualité, de jeunesse, de langage des jeunes, et de chochotteux (même si on sait pas ce que ça veut dire). Ce livre parle d’amitié.
Il m’a fait rire, m’a fait pleurer, m’a fait pleurer de rire. Il m’a touché, c’est bien, c’est ce que je demande à un livre. Ca parle aussi d’homosexualité, mais avec légereté, et pourtant on aborde les problèmes rencontrés (comme le coming out), mais on peut aussi voir qu’un homo n’est pas un stéréotype sur pattes, qu’il n’est pas programmé, et ça c’est bien.

Phrases qui m’ont marqué : en fait beaucoup de phrases m’ont marqué, mais je ne peux pas toutes les mettre vous perdriez trop de plaisir à lire, et autre chose il y a un passage qui m’a remué, secoué dans tous les sens et surtout qui m’a touché parce que c’était exactement ce que je pensais et ce que j’ai toujours pensé, sauf que je peux pas vous le mettre c’est un gros spoiler, tant pis.
En voici quand même quelques unes :

« […]Mr Applebaum, le prof officiellement chargé de nous apprendre les maths, mais dont le véritable métier consiste à m’enseigner qu’il faut savoir souffrir avec stoïcisme » oui, c’est souvent le vrai rôle d’un prof ihihi (à prendre avec humour bien sûr)

« lèche-moi la clavicule » … parce que mince. J’ai tellement rigolé que j’ai failli m’étouffer.

3 plus : 
– Will Grayson (le premier, l’ami de Tiny), c’est presque moi, sauf que je sais pas me la fermer.
– L’amitié entre Will et Tiny
– L’écriture (moi elle m’a charmé), en plus comme les deux autres exploitent chacun leur Will on a le droit à deux styles différents mais tous les deux agréables.

3 moins : 
– J’adore Tiny, mais y a vraiment des moments où j’avais juste envie de le giffler
– Pourquoi ça doit se terminer un jour? snieurf, non bon faut bien une fin hein, en plus celle-ci est bien, mais elle arrive trop vite (pour moi)
– Ce livre peut causer la mort par suffocation à force de rire, et de pleurer, ou les deux…

Publicités

6 commentaires

  1. Je suis sûr que c’est le genre de livre qui me plairais, j’ai pas encore lu de livre de John Green, mais j’ai «Où es-tu Alaska» dans ma PAL. Et là tu me donne bien envie de le sortir. Moi aussi j’aimen beaucoup les histoires d’amitié.
    Je le met dans ma WL!!!


    • J’ai aussi qui es-tu Alaska? dans ma PAL, mais the hat l’a toujours pas tiré. En tout cas j’ai vraiment été séduite par Will&Will et si t’aime bien les histoires d’amitié ça devrait te plaire… C’est un peu une histoire de vie quoi, j’aime bien ce genre =D


  2. Je suis tellemnt d’accord avec toi pour les 3 raisons de pas aimer. c’est exactement ce que j’ai ressenti ._.


  3. JE L’AI ACHETÉ !! lol J’ai pas pu résister ^^ »


    • Et bien selon moi c’est un très bon achat 😀



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :