h1

Les livres des rai-kirah tome 1 : L’esclave, Carol Berg

avril 15, 2012

 Résumé : Seyonne était le détenteur d’une magie puissante, le dernier rempart contre les rai-kirah, de redoutables démons aux noirs desseins, qui n’hésitent pas à s’infiltrer dans l’esprit des humains.
Mais aujourd’hui, privé de ses pouvoirs, banni par les siens, Seyonne n’est plus qu’un esclave au service d’Aleksander, le fils de l’empereur derzhi qui a asservi son peuple, les Ezzariens. Sa vie ne vaut plus rien, mais il va devoir la risquer pour lutter contre les démons qui semblent avoir infiltré la cour de l’empereur et mettent en péril l’équilibre du monde.

Avis : Je tiens tout d’abord à remercier Club de lecture et les éditions folio grâce à qui j’ai pu participer à ce partenariat et lire ce livre (génial).
Je ne sais pas par où commencer ma critique puisque ce livre, disons le, m’a secoué dans tous les sens. Je n’ai guère lu de fantasy dans ma vie (hormis la trilogie du dernier souffle de Fiona McIntosh), donc je ne peux pas vraiment faire de comparaison par rapport à d’autres livres, mais je peux dire que celui-ci m’a vraiment énormément plu et donne envie de me jeter dans ce genre.
L’histoire est incroyablement maîtrisée, et si je me perdais au début entre tous les peuples (les Ezzariens, les Derzhi, les Khélids) et tous les noms et références, petit à petit je m’y suis faite et sans que je m’en rende compte je maîtrisais le langage du livre et je comprenais tout à fait ce qu’on me racontait. L’écriture est bonne, rien à redire là dessus, elle nous entraîne facilement, les descriptions permettent de se faire une bonne idée des personnages et des lieux, et comme c’est Seyonne le narrateur on a également le droit aux pensées de ce personnage vis à vis de ce qui l’entoure (et comme c’est un esclave, je trouve ça super intéressant).
Au niveau de l’histoire : je l’ai trouvé plutôt original puisqu’un simple esclave qui ne demande qu’à faire ce qu’on lui dit (en même temps a-t-il le choix?) se retrouve à devoir réveiller les démons de son passé (c’est le cas de le dire) pour sauver un prince qu’il déteste. Le livre est alors rempli de pleins de rebondissements, tristes ou drôles, mais à aucun moment durant ces quelques 600 pages on ne trouve le temps long et l’on n’a pas le temps de s’ennuyer (en tout cas moi je ne me suis pas du tout ennuyée). J’ai souvent été prise au dépourvu et surprise, j’ai été inquiète aussi, et plutôt stressée quand aux sorts des personnages qui n’ont guère le temps de se reposer.
D’ailleurs parlons-en des personnages, si j’ai beaucoup apprécié Seyonne et ses difficultés, sa soumission complète et pourtant son caractère « pensant » qui lui donne pas mal d’ennuies (c’est pas bon de trop penser et d’être intelligent quand on est un esclave), celui que j’ai absolument adoré c’est le prince Aleksander (Zander pour les intimes). C’est un personnage arrogant, capricieux, cruel mais également assez intelligent et perspicace, peut-être un brin impulsif (beaucoup trop), le genre de type réellement détestable et pourtant dès le début je l’ai absolument adoré. C’est un personnage complexe qui ne montre pas forcément ce qu’il est véritablement, et qui va évoluer grâce à la présence de Seyonne. Franchement il m’a beaucoup fait rire, mais a réussi à m’émouvoir jusqu’aux larmes pour de simples petites choses. En gros j’en suis totalement dingue et pour moi c’est mon personnage préféré du livre.
Le troisième personnage que j’ai énormément apprécié c’est Lydia, on ne la voit pas beaucoup mais le peu qu’on la voit j’ai aimé sa langue mordante, sa façon d’être, de parler et de se tenir. Elle est une parfaite future épouse, je dis.
J’ai bien aimé Catrin, Kiril, Hoffyd et d’autres personnages qui viennent aider la quête de Seyonne (j’ai sans doute moins aimé ceux qui lui mettent des bâtons dans les roues), et s’ils ont chacun leur importance, ce que j’ai préféré reste la relation entre Seyonne et Zander.
Ils partent plutôt mal, prince, esclave, et pourtant leur lien est vraiment très fort, et tout au long du livre la présence de l’autre va aider à l’évolution du premier (et vice et versa) et j’ai beaucoup apprécié. Ce lien m’a maintenu en haleine aussi tout le long du bouquin, et j’apprécie beaucoup les relations complexes entre pouvoir, haine, amitié, hésitation. Et je pense que c’est cela également qui fait la force de ce livre.
Ce n’est pas tout bien évidemment, les nombreux rebondissements auxquels on ne s’attends pas, le suspens de certaines scènes, les bagarres très bien maîtrisées, tout cela joue également au fait que ce premier tome est franchement bon et entrainant.
Quand à la fin, elle m’a fait fondre en larmes d’un coup, tellement je l’ai trouvé superbe et vraiment très bonne, je crois qu’il ne pouvait y avoir meilleur fin et j’ai tellement adoré ce premier tome, que j’ai hâte que le tome 2 sorte dans le même format pour tout simplement pouvoir le lire et retrouver les personnages (et j’espère Aleksander, parce que Seyonne c’est sûr on va le revoir, c’est le héros).
Seul tout petit bémol de rien du tout, j’aurais assez apprécié une carte au début du livres, parce que j’avais quand même du mal à me répérer avec les nombreux lieux, mais j’ai fais sans et cela ne m’a pas retiré mon plaisir de lecture.

Phrases qui m’ont marqué : 
« Lorsqu’on se tient sur l’estrade d’un marché d’esclave, nu, dans un vent assez froid pour geler les fesses d’un démon, on ne peut guère se faire un avis impartial. » j’avais à peine commencé le livre que j’éclatais déjà de rire (même si en soit c’est quand même plutôt triste)

« Je ne puis vous emporter caché dans un coussin » encore une fois j’ai vraiment éclaté de rire et j’ai vraiment imaginez la scène.

Il y a bien sûr d’autres passages qui m’ont marqué, par le rire ou l’émotion, mais je ne veux pas trop en mettre pour pas retirer le plaisir aux futurs lecteurs de les découvrir.

3 plus : 
– les personnages de Seyonne et d’Aleksander, leur relation également, et puis Lydia. Et les autres personnages aussi qui, même ceux qu’on voit peu, ont une personnalité fouillé, j’ai trouvé
– l’histoire en elle-même et sympa et les nombreux rebondissements nous entraînent facilement
– la fin, très très bonne fin vraiment, pffiouu.

3 moins : 
– pas de petite carte
– le début où j’ai eu quelques difficultés avec les peuples, mais tout s’est arrangé au fur à mesure
– bien évidemment, je n’ai hélas pas le tome 2.

Publicités

6 commentaires

  1. Je vais t’avouer que je trouve la couverture assez moche, mais l’histoire a l’air plutôt bien.
    J’aime ton dernier point négatif, avec les séries c’est souvent comme ça, on veut le tome suivant…


    • j’ai pas parlé de la couverture tiens mais je la trouvais plutôt sympa. Enfin en tout cas même sans ça, ce livre est AB.SO.LU.MENT génial =D !
      Et le tome 2 n’est toujours pas sortie en poche, donc je vais attendre t_t!


      • Y quand même le truc de l’ombre avec la main griffu…mais cette couverture ne m’attire pas énormément et je ne crois pas que tu l’ai mentionné dans ton post 🙂


      • Nan mais j’ai parlé de tellement de choses et je me suis surtout focalisé sur l’histoire. Je trouve que si le prince et la main griffu est bien représenté, l’esclave par contre je suis pas d’accord (puis tout le monde sait que les Ezzariens n’ont pas de barbes, c’est la première chose qu’il nous dit).
        Mais c’est vrai qu’une couverture fait beaucoup, voici la couverture du broché si elle t’attire plus : http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/7/5/7/9782352942757.jpg


      • Oui celle du broché: j’achète!!! Elle est vraiment beaucoup plus belle, avec de beau garçon dessus 🙂
        c’est fou ce que une couverture peut faire, mais je comprend que le format poche est moins cher donc du coup même l’esthétique est parfois touché.


      • C’est marrant parce que j’aime moins celle de broché moi :’D(peut-être aussi parce que j’ai lu le livre et que je sais à quoi m’attendre).
        Cela dit même si le format poche est moins cher, il arrive que la couverture soit plutôt bien réussi, comme « chaos en marche » je les trouve juste trop bien les couvertures des poches.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :