h1

Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, Vingt histoires originales, Maurice Leblanc

janvier 19, 2012

 Résumé :  » Le talent, le génie des malfaiteurs modernes semble prendre à notre époque, où tout se civilise, même le mal, des proportions grandioses.
Qui peut se vanter d’échapper aux criminelles entreprises d’un coquin de l’envergure de celui dont le récit que nous publions expose  » : ainsi commence L’Arrestation d’Arsène Lupin, la toute première aventure du célèbre gentleman cambrioleur publiée en juillet 1905 dans le magazine « Je sais tout ». A l’origine, cette histoire ne devait pas connaître de suite. Mais l’accueil enthousiaste des lecteurs incite Maurice Leblanc, le père d’Arsène Lupin, à imaginer une suite, puis une autre.
En quelques années,  » le plus grand des voleurs  » devient l’un des plus grands héros de la littérature. A travers vingt nouvelles accompagnées de leurs illustrations d’époque, les lecteurs du XXIe siècle vont découvrir, pour la première fois, l’Arsène Lupin de leurs (arrière) grands-parents, le seul, le vrai, celui publié dans Je sais tout entre 1905 et 1911. Dans ces Aventures extraordinaires, on croisera l’inspecteur Ganimard, Miss Nelly Underdown, la blonde et brune Clotilde Destange, le chef de la Sûreté Mr Dudouis, les agents de police Dieuzy et Folenfant ou Sherlock Holmes ! Le lecteur, qu’il soit lupinien averti ou non, retrouvera surtout le séduisant Arsène, ce virtuose de la cambriole, si élégant, si chevaleresque et si inoubliable.

Avis : Je vais pas passer dix jours sur ce livre, parce que je crois que les seuls mots qui vont en ressortir c’est : j’adore, je suis fan, j’aime, je suis folle d’Arsène Lupin, j’adore l’écriture, j’adore les histoires, j’adore les aventures, et j’adore les images tiens. Je suis trop heureuse de redécouvrir « les originales » des histoires que j’ai déjà lu dans les bouquins. Moi ça m’émoustille alors que quand on y réfléchit quinze secondes, faut vraiment être hyper fan pour lire quelque chose qu’on a déjà lu juste parce qu’il y a des images en plus (et que c’est la première édition et donc il y a quelques changements au niveau de la rédaction).
Enfin c’est un super livre, j’étais heureuse à chaque page, j’étais contente de lire la lettre de Florence Leblanc qui se trouve être la petite fille de Maurice Leblanc.
Seul petit reproche, à certains passages il manque des phrases, ça fait un peu bizarre, mais bon, je pardonne parce que j’adore trop Arsène Lupin, parce que je suis trop contente d’avoir ce livre entre les mains, d’avoir pu le lire (et plus tard je vais m’amuser à comparer avec les bouquins ! voilà).

phrases qui m’ont marqué : 
 » – Est ce qu’un homme de la trempe d’Arsène Lupin a besoin d’assister au vol qu’il commet ! » AHAHAHAHA

« Arsène Lupin s’en allait à la recherche d’Arsène Lupin » voilà c’est trop beau !

« – Ah… La reconnaissance quelle fumisterie… Heureusement que les honnêtes gens ont pour eux leur conscience, et la satisfaction du devoir accompli. » bon faut replacer dans le contexte, mais c’est Arsène Lupin qui dit ça et c’est trop bon.

3 plus : 
– ARSENE LUPIN
– Des trop bonnes aventures
– Et même des images

3 moins :
– pas du aux histoires mais à l’édition : il manque des phrases
– budududududududu
– Non mais je vais pas commencer à critiquer Arsène Lupin quoi, c’est mon idole.

Publicités

4 commentaires

  1. ben oui, je veux bien croire qu’il manque des phrases, ces soi-disant « histoires originales » sont en fait la version originale des histoires que des millions de lecteurs connaissent déjà… Leblanc a d’abord publié ces histoires en magazine, et les a revues et corrigées pour la publication en livre. C’est intéressant d’avoir les illustrations d’origine, mais je suis moins convaincu pour le texte ; rien de plus courant que de modifier un texte entre la version magazine et la version livre, ou entre une première et une deuxième édition. En littérature, c’est normalement la dernière version publiée du vivant de l’auteur, c’est-à-dire la dernière version revue par l’auteur, qui fait référence. Ce qui me semble à la limite de la malhonnêteté, c’est d’intituler le livre « 20 histoires originales », ce qui laisse entendre que ce sont des histoires inédites. Pourquoi ne pas dire « version originale » ou « texte original ». Comme par hasard, cet hommage pour les soixante dix ans de la mort de Maurice Leblanc tombe 2 mois avant le passage du texte dans le domaine public : depuis le premier janvier, l’éditeur n’a plus l’exclusivité et la famille de Leblanc ne perçoit plus de droits d’auteur. Tout cela donne l’impression d’avoir voulu tirer une dernière fois le maximum d’argent des oeuvres de Leblanc pour noël. Combien de naïfs vont l’avoir acheté en croyant affaire à de nouvelles histoires ?


    • Quand je dis qu’il manque des phrases, je ne parle pas de la réédition, il manque réellement des phrases ! En achetant ce livre j’étais parfaitement consciente que c’était la toute première édition des journeaux et c’est dit et répéter à l’intérieur du livre et sur la couverture. Bien entendu que ce sont les mêmes histoires, sous leur première édition, mais est-ce vraiment naïf de vouloir se faire plaisir? D’être fan et d’adorer Arsène Lupin et Maurice Leblanc au point de voir l’original?
      Moi j’étais vraiment heureuse en lisant ce livre, et maintenant je vais m’amuser à comparer avec les livres pour voir les différences d’éditions, ce que Maurice Leblanc a bien pu rajouter.
      J’étais heureuse d’apprendre que Leblanc avait utilisé en premier Sherlock Holmes, puis suite à une plante de Conan Doyle, avait changé en Herlock Sholmès.
      Puis j’étais contente que Florence Leblanc écrive une lettre à son grand père.
      Alors oui sans doute que c’était pour se foutre les droits d’auteurs dans la poche et tout ça, mais quelle importance? Le monde est fait comme ça de toute manière. Alors moi je préfère être vraiment heureuse de ce livre et j’ai adooooré relire Arsène Lupin (au final c’était une bonne occasion pour le faire) comme si j’étais née en même temps que Leblanc publiait ces articles dans les journeaux.
      Je pense qu’il faut l’acheter que si on est vraiment fan comme moi <3, les autres qui ont déjà lu les livres et qui aiment mais pas à mon point peuvent passer à côté.
      Et ceux qui ne les ont pas lu… pourquoi pas commencer par là ^^ !


  2. Bonjour,
    en bonne fan d’Arsène Lupin, vous serez peut-être heureuse de découvrir notre adaptation d’Arsène Lupin contre Herlock Sholmès, tous les dimanches à 17h30 jusqu’au 26 mai au Théâtre Pixel (18 rue de Championnet 75018 Paris).
    N’hésitez pas à découvrir le site internet du spectacle : http://cietetedorange.wix.com/arsenelupin
    Au plaisir de vous y rencontrer!

    Bien cordialement,

    Thomas Grascoeur


    • Bonjour,
      c’est très gentil à vous de me prévenir, et je serais super heureuse de venir, hélas je ne vie pas à Paris alors je doute que ce soit possible 😦



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :