h1

L’amour, mode d’emploi, William Nicholson

décembre 31, 2011

 Résumé : L’amour, mode d’emploi Maddy Fisher a décidé de tomber amoureuse. Le vrai, le grand amour, celui qui empêche de manger et de dormir. Il ne lui reste plus qu’à trouver le garçon idéal ! Rich Ross, lui, craque pour la fille la plus populaire du lycée, totalement inaccessible… Et si l’amour se trouvait juste sous leurs yeux ? Un roman drôle et tendre sur le désir, quand sexe et amour se confondent.

Avis : je crois que j’ai envie de mettre un gros « LOL » pour parler de ce bouquin, parce que c’est l’effet que ça m’a fait.
Lol : non mais c’est quoi ça? Des ados, du sexe, des boutons, des dialogues de oufs… Tout ce que j’ai toujours détesté quoi.
Lol : parce que mince, j’avais déjà l’impression d’être une extra terrestre, mais voilà que ce livre vient me titiller sur le sujet.
Lol : parce que ce livre ne me correspond pas du tout.
Je ne sais pas par où commencer tellement j’ai des choses à dire sur ce livre, je vais me lancer par une critique des personnages :
Maddy Fisher : l’héroïne, auquel je n’ai à aucun moment réussi à m’identifier. Elle cherche l’amour très bien okay fun, elle voit son monde s’écrouler quand son amour n’est pas comme elle l’attendait super youpi. Bref j’étais pas du tout passionnée par ce personnage, elle ne me saoulait pas, juste qu’elle m’indifférait et que je n’étais pas sensible à ses sentiments.
Rich Ross : pour lui c’était un peu mieux, d’ailleurs avec monsieur Pico c’était mon personnage préféré. Peut-être parce que j’arrivais un peu plus à m’identifier à lui. Par le fait qu’il se sentait différent, complètement bizarre, et carrément à côté de la plaque. Par ses doutes et ses impressions. Bon forcément plus ça avance et moins il me ressemble, tant pis.
Pablo Pico : prof d’anglais que j’aurais rêvé d’avoir en prof de français. Pour moi c’était LE personnage que j’ai le plus apprécié. Il était sympa et se foutait des examens, il voulait vraiment que les élèves apprennent quelque chose pour eux même, et pas juste pour une note en fin d’année. Il se fait qualifier d’homo (moi personnellement j’aurais même plutôt dit « pédé » à la place du traducteur) pour des raisons sans aucuns sens et complètement débiles (et les gens trouvent ça dégueulasse, et les élèves mâles croient qu’ils vont se faire violer, lolilol). Bref, de toute manière il n’en n’est rien. Ce prof n’est pas homo. Et il est cool.
Max : le meilleur ami de Rich. Et franchement… je le flinguerais si j’avais un pote pareil. Il ne pense qu’au sexe, il est homophobe (ça joue), il est chiant, imbu de lui même, il raconte que de la m***** ! Bref il est insupportable et c’est pour moi le personnage que j’ai le moins apprécié, il n’apportait rien à l’histoire, à part de la connerie.
Léo : flippant. Je ne l’ai pas aimé non plus, et en même temps je trouve qu’il apporte de l’intérêt au livre puisqu’à travers lui on aborde un sujet grave. Bref sans apprécier le personnage en lui même, j’ai apprécié qu’il soit là.
Joe : je l’ai bien aimé, rien à dire sur lui.
Gemma : idem
Grâce : si je l’ai trouvé hyper pouf et garce, j’ai changé d’avis quand on apprend la vérité sur son histoire, mon regard s’est changé et j’ai eu pitié pour elle (même si nous le savons, la pitié c’est mal).
Cath : ouais on le saura qu’elle est moche et seule (bon en fait sur pleins de points elle me ressemble, alors je l’ai quand même apprécié).
Imo : je l’aime pas. C’est tout;
Kitty : alors elle je l’adore par contre, une petite soeur qui n’a pas la langue dans sa poche, drôle, exceptionnelle, bonne répartie, pas méchante, pas gentille non plus. Excellente.
Et les autres : comme les parents de Maddy (qui m’ont fait lolilol même si leur histoire est dur, je la voyais venir à 4 km alors bon). La grand-mère de Rich (je l’ai surkiffé pour le peu qu’on la voit).

Ensuite l’histoire en elle même, ou les histoires. Les histoires d’amour d’abord : celle de Maddy avec Joe : c’est une blague ce truc. Celle de Rich Ross avec Grâce : le type effacé qui rêve de la belle princesse, sauf qu’on est pas dans un conte quoi, et dans la vraie vie les choses ne sont jamais comme on le veut (alors du coup j’ai bien aimé, et ça m’a rappelé moi qui tombait amoureuse de l’impossible). Et puis celle qu’on voit venir comme le nez au milieu de la figure au final (et qui m’a inintéressé comme pas possible, et pourtant je suis très fleur bleue). Il y a également celle d’Imo et Léo, qui aborde alors un sujet beaucoup plus grave (et qui rejoins l’histoire de Grâce), au début je n’ai pas apprécié cette histoire qui traite « des femmes battus » parce que je la trouvais trop glauque par rapport au reste du livre, mais finalement je me suis dis que c’était le sujet le plus intéressant du livre et que c’est dommage qu’il ne soit pas traité plus profondément. Bon et l’histoire d’adultère ne m’a pas touché franchement, la manière dont c’était traité m’a déplu (mais c’était toujours mieux approché que le livre « dans la peau d’un garçon »).

Ce livre au final m’a fait énormément rire (mais je crois pas que c’était volontaire) à cause des dialogues sans queue ni tête, parce que la scène de sexe est… hilarante (pour moi), parce que je n’ai pas aimé comment c’était écris (la faute au traducteur?) et qu’il m’a souvent laissé perplexe. Puis trop de préjugés sur les homos (t’as pas de portable t’es homo, mais oui) même si ça représente bien la méchanceté des lycéens. Il y a une dernière chose qui m’a dérangé c’est le regard de Maddy sur les hommes et les femmes : les hommes ne savent pas aimer, et les femmes sont hyper fidèles selon elle. C’est très naïf et lolilol quoi. Les hommes et les femmes se valent, puis c’est tout.

Bref, je ne pense pas que ce soit un mauvais livre, ce n’est tout simplement pas un livre pour moi. Je n’ai pas trouvé l’histoire touchante, je ne pouvais pas réellement m’identifier aux personnages. Je me sentais à côté de la plaque comme toujours, tout le monde parlait de sexe naturellement et moi ça ne m’intéressait pas c’est tout.

Des phrases qui m’ont marqués : 
« tu sais ce que je pense Max? Tu as tellement la trouille de l’homosexualité que tu dois être homo » parce que c’est franchement bien envoyé !
« On va tabasser tout le monde jusqu’à ce qu’ils comprennent le message : aimez-vous les uns les autres ou mourrez. » ça m’a fait mourir de rire.

3 plus :
–  M. Pico que j’ai adoré, et Rich un peu quand même
– ça m’a sacrément fait rire
– ça faisait plaisir d’enfin le finir

3 moins : 
– l’histoire d’amour, de sexe
– les dialogues
– les préjugés

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :